AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714476104
Éditeur : Belfond (13/04/2017)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Rescapée d’un enlèvement quand elle était enfant, Clara, 30 ans, mène désormais à Paris une vie confortable avec son mari, Charles. Pourtant, lorsqu’il lui demande un enfant, elle décide de partir sans laisser de trace.

Homme d’affaires occupé, Charles loue les services de Seven Smith, un ancien Marine, afin de retrouver son épouse. Pour le soldat américain, que la fin de la guerre a laisse&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
nannou71
  11 octobre 2017
Avant de lire les autres critiques sur ce livre, je vais tacher de donner ici mon ressenti.
Ce livre me laisse extrêmement perplexe.
Je l'ai lu jusqu'à la dernière page. J'ai résisté à l'envie d'abandonner cette lecture. Au final, non, je n'ai pas aimé...
Je n'ai pas compris où voulait en venir l'auteur. Peu de personnages, et pourtant je me suis souvent perdue dans cette lecture, dans l'histoire en elle-même. Je n'ai ressenti aucune sympathie pour les personnages, je n'ai rien compris à leurs sentiments, au pourquoi de leurs actes.
L'écriture/le style est peut être trop recherché. J'ai eu une impression d'auteur qui s'écoute écrire, comme parfois certaines personnes s'écoutent parler et au final, cela n'a ni queue ni tête.
Peut être suis-je passée à côté de l'histoire...
Quoiqu'il en soit, ce n'est pas une réussite pour moi.
Commenter  J’apprécie          343
Bazart
  10 septembre 2017
La première phrase de ce ivre "il y a 364 façons de mourir" donne d'emblée le ton de ce roman original et riche en situations fortes
Clara, victime d'un kidnapping raté dans son enfance, mène à Paris une vie de bourgeoise aise entre un mari indifférent, ses relations, et un grand nombre de "followers".
Mais le jour où Charles lui demande un enfant "comme on demande un verre", elle ne peut plus continuer et prend la fuite. D'un autre coté de l'atlantique aux USA, Seven, ancien militaire n'arrive pas à se réadapter à la vie civile. Lorsqu'il apprend la disparition de Clara, il voit la possibilité de justifier sa vie et décide de la rechercher.
Cette quête au cours de laquelle nous suivons d'un coté Clara, de l'autre Seven, nous conduit dans divers pays d'Europe. Plusieurs pages par exemple sont consacrées à la Grèce et à sa situation actuelle.
Ce voyage permet aux deux personnages de se rémémorrer des moments de leur passé.
Ce livre , écrite d'une plume classique mais racée, est parsemé d'observations percutantes sur la société, et la fin, surprenante, souligne la fragilité et la sincérité des personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
QueLire
  09 juillet 2017
Premier roman réussi pour Carole Llewellyn qui avec une Ombre Chacun dresse le portrait d'un homme et d'une femme qui fuient leur quotidien. Une histoire prenante, entre drame psychologique et développement personnel ou la jeune auteure détricote le passé tortueux de ses personnages pour les aider à découvrir qui ils sont et ce qu'ils veulent devenir.
Carole Llewelyn, un jeune auteur à découvrir
Une Ombre chacun est le premier roman de Carole Llewellyn qui a choisi de mettre en évidence les attentes qui pèsent sur les femmes dans le monde actuel. Son personnage Clara est une jeune trentenaire qui peine à s'épanouir. Mariée à un homme égocentrique qui pense que l'argent peut acheter le bonheur de son épouse, la jeune femme panique quand il décide que le temps est venu pour avoir un enfant.
Clara vit avec une blessure à l'âme depuis sa plus tendre enfance. Rescapée d'un enlèvement, toutes traces d'attaches lui paraissent intolérables. Depuis la prison dorée qu'est son appartement d'un quartier parisien huppé, Clara imagine plus de 300 façons de mourir. Un jour, elle disparaît sans laisser de traces.
Seven est le second personnage principal. Ancien GI, il voue un culte à son corps. Fier d'avoir servi son pays, l'homme est laissé pour compte par la société américaine qui peine à réinsérer ses combattants. Marié à une femme futile, il reprend pied le jour où le mari De Claire l'engage pour retrouver sa femme disparue...
Mon avis :
Un premier roman très réussi, une histoire passionnante
J'apprécie découvrir de nouveaux auteurs, car c'est souvent l'occasion de se plonger dans une nouvelle vision de la vie, du monde ou parfois de découvrir une imagination débordante.
J'aime particulièrement les romans d'auteurs trentenaires, car ils me parlent. le roman de Carole Llewellyn aborde des thèmes actuels, la place de la femme dans la société et dans le couple, la confrontation à la perversion narcissique, la vie idyllique que l'on s'invente sur les réseaux sociaux et ce mal-être quand on ouvre les yeux sur une vie que l'on subit plus qu'on ne la vit. Carole Lleewellyn vient de rejoindre mon duo d'écrivains (qui devient par la force des choses un trio) de la génération Xennials ou proche de l'être (coincés entre les X et les Y), Éric Metzger et Camille Anseaume, qui tous deux ont un génie extraordinaire lorsqu'il s'agit de transmettre les émotions vécues par les trentenaires.
Être libre et vivre recluse
Clara est belle, a de l'instruction, elle a épousé Charles qui semblait parfait pour elle. Cette stabilité la ramène à ces vieux démons, à cet homme qui l'a emmenée un jour et dont elle a pu échapper à la vigilance par miracle. Un homme qui ne cesse de hanter ses rêves. le mariage de Clara l'étouffe, car c'est Charles qui contrôle tout. La jeune femme tente de se créer une vie sur les réseaux sociaux où des tas de followers admirent son quotidien fait de plats sains et de décoration sans fautes de goût.
Charles est un mari distant et infidèle. Son couple est une vitrine qu'il aime exhiber aux yeux de ses amis. Clara est SA femme, SA chose, et quand elle disparaît, c'est un sentiment de haine plus que de désespérance qu'il éprouve. Comment a-t-elle pu partir ainsi... ?
Pendant tout le roman, on suit le périple de la jeune femme qui fait tout pour ne pas que l'on puisse la retrouver. Elle fera des rencontres, dont une absolument magique, avec une autre femme. Parallèlement, on assiste à l'enquête menée par Seven qui met tout en oeuvre pour la retrouver. Ce job est vital pour lui, qui se sent à nouveau utile. Quand il comprend que la jeune femme a décidé d'en finir avec la vie, il en fait un cas personnel. Non, il ne la laissera pas mourir.
Une Ombre chacun est un premier roman que j'ai beaucoup aimé. Il m'a procuré un réel plaisir de lecture. Sans être légère, l'histoire est agréable, Clara attachante, Seven étonnant. J'ai aimé parcourir l'Europe au côté de Clara, vivre à son rythme, entre course contre la montre et instants passés à penser. La fin est assez surprenante, mais surtout très belle.
Pourquoi cette lecture ?
C'est une lecture que l'on m'a gentiment proposée en partenariat. Je tiens à remercier Khadija de l'agence Babel qui m'a conseillé ce titre qu'elle a qualifié de merveilleux premier roman, une sorte de Miss Dalloway de Virginia Woolf. Et elle a eu raison, ce roman est une réussite et Clara aurait toute sa place dans un roman de Virginia Woolf. Je vous le conseille vraiment et ce roman rejoins la catégorie coup de coeur du blog pour :
l'histoire
les personnages principaux ET secondaires
le suspens bien dosé qui se trouve à toutes les pages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Juliconoclaste
  21 avril 2017
Je viens de terminer le premier roman de Carole Llewellyn, et j'ai beaucoup de choses à dire sur ce livre que j'ai aimé lire jusqu'au bout, notamment grâce à sa construction sur deux tableaux !
Ah ce résumé ! Je trouve qu'il en dévoile un peu trop, car tout ça se met en place dans les premiers chapitres du livre, après une belle entrée en matière avec un superbe prologue... que j'ai dû relire après quelques pages pour bien comprendre ce qui était en jeu. Et c'est bien ça qui m'a plu (vous comprendrez) ! Tout n'est qu'une question de point de vue. La mort n'a-t-elle pas plusieurs visages ?
"Identifiez les jours sans. Ce sont ces jours-là où une erreur machinale vous coûtera la vie."
À chaque chapitre, on alterne entre la vie de Clara et celle de Seven. Une construction qui m'a beaucoup plu ! Une construction que j'ai retrouvé quelques fois lors de mes dernières lectures et, comme à chaque fois, je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, je m'attache davantage à l'un des deux récits. Même si les deux, ensemble, nous font avancer dans l'histoire, je suis toujours tentée d'en sauter un sur deux (ce que je ne fais jamais au final), ou de le lire plus vite pour arriver à la suite de l'intrigue laissée en suspens à la fin du chapitre précédent (ce qui m'arrive parfois).
"Nous sommes tous voués à oublier ce qui ne dure pas."
Avec Une ombre chacun, ça n'a pas loupé ! J'ai beaucoup aimé suivre Clara... et beaucoup moins Seven. Sûrement parce que je n'ai eu aucun feeling pour ce personnage, franchement détestable, et dont le monde tourne autour de souvenirs de guerre (très bien documenté au passage !), de propos racistes et machistes. Un gars qui a clairement été changé par son chemin de vie, comme Clara, comme nous tous. Il a vu, vécu et participé à l'horreur. Comment la vie, le monde pourraient-ils rester les mêmes après ça ?
"Il fallait toujours connaître la sortie la plus proche."
Une grande partie de Seven est manifestement restée dans les collines d'Afghanistan, tout comme Clara s'est perdue le jour où elle a été emmenée dans cette camionnette. le terrorisme est en filigrane tout au long du livre, ce qui m'a un peu gêné parce que je n'avais pas envie de me plonger dans ce sujet, bien qu'il ait été écrit après les attentats de Paris et corresponde tout à fait à l'état d'esprit qui y régnait. Avec le point de vue des européens, et des américains sur cette France post-attentat.
"Il réalisa que même en Grèce, ils connaissaient Game of Thrones. Il se demanda si au milieu des assassinats de Daesh les Iraquiens téléchargeaient illégalement les épisodes le lundi matin au réveil, attendant avec ferveur et anxiété de savoir quel personnage majeur serait assassiné, dépecé, pendu. Peut-être la proximité de la même violence rendait à leurs yeux la série indécente. Qui s'amusait de ce déchaînement blotti dans un canapé confortable quand il suffisait d'un vol pour Damas pour en voir le visage véritable ?"
Et puis, les hommes sont, disons-le clairement, des connards dans tout le livre. de l'américain obsédé au mari infidèle, en passant par le gynéco dégueulasse, ils flirtent, matent, "bandent", "se branlent", prennent et jètent, ils imposent leurs idées limitées et leurs décisions aux femmes... sans trop de réaction en face. Tout le livre j'ai eu envie que les femmes se rebellent.
"Il parlait d'elle avec distance, comme d'une possession qu'il aurait ajoutée à son impressionnant portfolio, son appartement rue de Babylone, sa maison familiale à Portofino, son bateau amarré au port de Perros-Guirec."
Un livre qui interroge aussi malgré tout sur les convenances, le qu'en dira-t-on, et ces familles huppées, soit disant civilisées et distinguées, véritables clichés ambulants, enviés, mais à la vie creuse, au coeur sec et aux propos d'une violence inhumaine.
"[...] une maladie imaginaire, avait dit son beau-père, une maladie de riches, avait-il dit. Clara avait fait une dépression. Juvénile, en plus, comme si c'était un terme scientifique. À cause d'une caravane pourrie. "C'était une camionnette." C'est pareil. Sa dépression juvénile, c'était une crise d'ado, et basta. le jour où ma fille fait une dépression juvénile, avait-il dit, je lui mets une bonne paire de claques et on verra bien si elle a encore envie d'être dépressive."
Et puis, petite parenthèse coup de coeur pour le chapitre 13 que j'ai adoré, tant sur le fond que sur la forme. Un chapitre que j'aurai appris par coeur et joué sur scène si je faisais encore mes études de théâtre ! (Je vous laisse le découvrir)
"La police française était nulle à chier.
Son père n'était pas Liam Neeson.
Personne ne la retrouverait."
J'ai aimé l'écriture, le style, la construction du récit. Les nombreuses références à Game of Thrones, Virginia Woolf et l'omniprésence d'Instagram aussi m'ont bien plues. Un livre qui mérite le détour et une auteure que je suivrais avec certitude, et ça tombe bien, j'ai vu sur son compte Instagram qu'elle était déjà en écriture de son deuxième roman ! À suivre...
Retrouvez ma chronique sur mon blog : http://formally-informal.com/2017/04/21/une-ombre-chacun-de-carole-llewellyn-ou-comment-des-evenements-de-la-vie-peuvent-nous-changer-et-nous-perdre/
Lien : http://formally-informal.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LibrairePerigourdin
  04 mai 2017
J'ai d'abord été un peu surpris par les dithyrambes des membres du site. Et puis j'ai vu que les 3 critiques " cinq étoiles " émanaient de faux comptes créés lors de la sortie du livre, avec pour seule et unique note, celle d' Une ombre chacun. C'est un peu gros... mais pas bien méchant. Après tout, il faut bien que les amis servent à autre chose qu'à vider notre cave à vin !
En fait, j'ai eu l'impression de découvrir une romancière. Mais pas une écrivaine. Je m'explique. L'histoire est bien ficelée, l'intrigue bien menée, et les amoureux du genre ( thriller-policier-suspense ) ne bouderont pas leur plaisir. Quoi qu'on en dise, c'est un exercice très compliqué, et je le dis sans aucune forme de cynisme ou d'ironie.
Mais concernant le style, la psychologie, l'essence censée animer cette nouvelle plume... je ne m'y suis pas du tout retrouvé, j'ai trouvé le récit aseptisé, dénué d'âme. Une mécanique bien huilée, bien documentée, mais pas de corps. Je pense qu'il y'a eu beaucoup de travail sur le plan, beaucoup de recherches et que l'auteure n'a rien laissé au hasard. Mais la littérature, ça me paraît être encore autre chose, à mon humble avis. Les personnages sont infiniment caricaturaux. Les clichés sur l'ancien soldat meurtri et torturé s'enchaînent, ses fêlures sont prévisibles, et le personnage féminin ne sauve pas non plus les meubles. On a l'impression de les avoir vus vingt fois sur les téléfilms de la 6, l'après-midi. Et c'est dommage.
Déçu, mais je me procurerai le prochain ouvrage de Carole LLewellyn ( dur à écrire ) avant de me faire un avis définitif, car malgré tout, il y'a des choses prometteuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
nannou71nannou71   09 octobre 2017
Quand est-ce que vous avez rendez-vous avec la police ? Vous verrez, ce sont de grands incompétents. Les Français sont nuls en police. Nous sommes nuls en beaucoup de choses, mon beau-frère a raison. L'argent, la politique, la liberté, nous n'y connaissons rien. Nous excellons dans des choses inutiles, vous avez remarqué ? Le handball, la philosophie, la nourriture. Ca doit être cet art de vivre que les autres pays nous envient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
nannou71nannou71   11 octobre 2017
Pourquoi la Terre tient-elle dans le vide ? Je n'ai toujours pas la réponse à cette question. La réponse scientifique, bien sûr. Mais cette Terre vaste et ronde qui tient toute seule, de son propre fait, au milieu du néant, cela n'intrigue plus personne. C'est un postulat évident. Le feu brûle. La Terre tient toute seule.
Commenter  J’apprécie          230
harosharos   26 juin 2017
Clara, 30 ans est une femme actuelle, moderne. Elle vit avec Charles confortablement et ne travaille pas. Elle a un compte Instagram avec des milliers d'abonnés, sur lequel elle montre ses photos parfaites, sa vie parfaite! Elle a un point noir de son enfance : elle a été victime d'un enlèvement quand elle était enfant.
Un jour, Clara disparaît!
Son riche mari engage alors Seven, un ancien Marine américain pour retrouver sa femme.
Quand j'ai lu le résumé, j'ai accroché de suite : 2 personnes différentes et si semblables dans leur solitude, dans leur interrogations existentielles, ne pouvaient que se trouver, pensais-je!
J'ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique. La couverture, le titre et le résumé m'ont de suite plu.
J'ai donc découvert les personnages de Seven et Clara et aussi celle de Charles en première partie de l'histoire.
Seven est un homme torturé par son passé de Marine qui a du mal a trouver sa place dans la vie civile, même auprès de sa femme. Il va répondre à une annonce pour trouver Claire. Son travail est monotone, sa vie l'est aussi. Bien que marié, il semble célibataire dans sa façon d'être. Rien ne le fait plus vibrer. Cette enquête sur la disparition de cette jeune femme lui donne un espoir de souffle de vie!
Clara est une jeune femme dans l'ère du temps dont le mari aisé et bourgeois ne s'intéresse pas plus que ça à elle. Elle passe ses journée plutôt désoeuvrée et donne de sa vie une vision idyllique et parfaite sur Instagram. J'ai trouvé sa relation avec son mari plutôt froide et distante. Je pensais que son enlèvement, lorsqu'elle était enfant, jouerait un plus grand rôle dans le déroulement de l'histoire, c'est peut-être le cas mais ce n'est pas clairement défini. J'ai trouvé que la disparition de Clara a mis du temps à arriver.
La deuxième partie se passe en Europe où Clara passe de ville en ville attendant le bon moment pour en finir avec sa vie. Seven est sur sa trace mais de loin et avec un certain décalage. Clara va faire 2 rencontres qui jouent un rôle intéressant notamment la rencontre avec Karim, un homme plutôt énigmatique qui va l'aider sans rien lui demander. J'ai trouvé dommage que leur rencontre n'ait pas été plus développée car il y avait là de la matière. Et sa rencontre avec Carmélite, jeune femme solitaire qui va la loger quelques temps et avec qui va se tisser une relation quasi silencieuse, dans laquelle Clara ne se livrera pas ou prou.
Et Charles, ce mari froid, orgueilleux, qui ne la recherche parce que c'est sa femme et qui s'attendait à ce qu'elle lui échappe un jour.
J'ai été déçue de ma lecture, bien que tous les ingrédients étaient présents pour me plaire. Ce livre est une sorte de huit clos : peu de personnages, peu de dialogues et aussi, malgré les interrogations de chacun, peu de pensées de chaque protagoniste. La lecture est malgré cela, aisée mais manque de chaleur, de sentiments, de passion. L'histoire est comme aseptisée. Il y a quand même un petit rebondissement à la fin du livre qui laisse à penser qu'une suite est possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
QueLireQueLire   05 juillet 2017
Elle avait fait une liste de noms, les prénoms d'hommes qu'elle avait aimés avant lui. Ils étaient loin dans son souvenir, des êtres aux visages et aux formes sereins. Chacun l'avait assagie par bribes de couples mises bout à bout jusqu'au jour où elle avait accepté d'épouser Charles. Pourquoi lui plus qu'un autre, et pourquoi un jour porterait-elle ses enfants ? Par hasard, par dévotion, par obligation peut-être. A défaut de pouvoir ni savoir faire autre chose, je porterai tes enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JuliconoclasteJuliconoclaste   21 avril 2017
Il réalisa que même en Grèce, ils connaissaient Game of Thrones. Il se demanda si au milieu des assassinats de Daesh les Iraquiens téléchargeaient illégalement les épisodes le lundi matin au réveil, attendant avec ferveur et anxiété de savoir quel personnage majeur serait assassiné, dépecé, pendu. Peut-être la proximité de la même violence rendait à leurs yeux la série indécente. Qui s'amusait de ce déchaînement blotti dans un canapé confortable quand il suffisait d'un vol pour Damas pour en voir le visage véritable ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Carole Llewellyn (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carole Llewellyn
Carole Llewellyn - Une ombre chacun
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

N'oubliez pas les paroles de ces chansons populaires

Goldman: quand la musique est bonne/quand la musique donne/quand la musique ???

pèse une tonne
cogne
sonne

10 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique , humourCréer un quiz sur ce livre
. .