AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Maurice Couturier (Traducteur)Yvonne Couturier (Traducteur)
EAN : 9782743600730
442 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/05/1996)
3.85/5   170 notes
Résumé :
Hors de l'abri est le plus autobiographique des romans de David Lodge. Le Blitz de Londres en 1940, l'évacuation à la campagne, puis les années d'austérité dans une banlieue londonienne et le collège catholique.

Mais David Lodge ne fait pas oeuvre d'historien , il raconte avec sa verve et son humour habituels les aventures de Timothy, seize ans - son double -, pendant les vacances de l'été 1951, chez sa sœur qui travaille pour l'armée américaine à He... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 170 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

andreas50
  26 septembre 2020
Chaque nuit de cet automne 1940, les bombardiers allemands viennent déverser leur mortelle cargaison sur Londres. le Blitz perturbe la vie de Timothy, un gamin de cinq ans qui habite avec ses parents dans la banlieue de la capitale, et, lorsque les sirènes d'alerte se déclenchent, la petite famille se précipite bien vite dans l'abri de leurs proches voisins. Pour Tim, comme pour Jill, la petite fille de ces derniers, la guerre n'a rien de tangible, c'est plutôt un grand spectacle fait de passages d'avions, d'explosions, de lointains incendies. Pourtant, le jeune garçon va être bien vite confronté à la réalité lorsqu'une bombe emporte Jill et ses parents ou encore cet oncle, engagé dans la R.A.F., disparu en mission.
Par sécurité, la mère de Tim l'emmène à la campagne et envoie sa soeur Kath en pension dans un couvent.
En 1951, le jeune homme termine ses études secondaires dans une Angleterre qui peine à se relever ;
la guerre est bien finie, mais le brouillard, les ruines, le rationnement sont toujours bien présents.
Rien de bien enthousiasmant pour Tim que cette période marquée par la fin du long et aride mandat des Travaillistes de Atlee, par la guerre de Corée, par l'Affaire Burgess-Maclean.
Pire, le reste de l'Europe semble mieux s'en sortir, et même les Allemands, les vaincus, reconstruisent et commencent à connaître un début de retour à la prospérité.
Pour Timothy, les vacances de 1951 devraient se résumer à un séjour en famille dans une sinistre pension balnéaire synonyme d'ennui, de restrictions. C'est alors qu'il reçoit un courrier de sa soeur Kath qui l'invite à venir passer deux semaines auprès d'elle à Heidelberg.
Depuis cinq ans, la jeune fille travaille dans une coopérative de l'Armée américaine quelque temps à Paris, puis en Allemagne occupée, et l'éloignement de sa famille ne semble pas la préoccuper. Mieux, dans ses lettres, elle ne parle que de voyages, de fêtes, de plaisirs, de luxe.
Pour Tim, qui ne s'est jamais éloigné de chez lui de plus de cinquante kilomètres, c'est enfin l'occasion d'échapper à son morne quotidien même si il n'y a rien de bien engageant à traverser cette Europe faite de barrages de langues, de risques inconnus.
Le voyage à Heidelberg va être un choc immense pour le jeune homme. Loin d'une Angleterre prude et austère, il va connaître la vie débridée de la jeunesse américaine en pays occupé, les excès d'une société de consommation naissante, la rencontre avec la terre de l'ennemi héréditaire perçue avec le prisme déformant d'une enfance vécue pendant la guerre.
Le séjour de Timothy va se révéler un rite de passage à l'âge adulte, un éveil à la sexualité, une collision avec d'autres cultures, une expérience enrichissante.
Selon David Lodge, Hors de l'abri combine deux genres : le Bildungsroman ou passage de l'enfance à la maturité et roman international qui tourne autour de conflits éthiques et culturels.
Hors de l'abri, en grande partie autobiographique, est une évocation, pleine de nostalgie , des Années 40 et 50, une chronique douce-amère écrite avec une grande délicatesse teintée d'humour, de sensualité, de réalisme.
Mon premier David Lodge mais certainement pas le dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
carre
  11 avril 2013
Un livre à part dans la bibliographie de Lodge.
Parce qu'en choisissant de raconter l'apprentissage de Timothy de 1940 (pendant le blitz de Londres) jusqu'au début des années cinquante, c'est bien évidemment de Lodge himself que parle « Hors de l'abri ». le bonheur de lecteur est constant, Lodge raconte avec humour, sincérité ces émois et années (Ha, Ha), qui ont forgé l'homme et l'écrivain qu'il est devenu. Avec un cynisme peut-être moins prononcé que dans ces autres romans, qui pourtant me ravit à chaque fois. Malgré cela le plaisir de le lire est bien présent tant Lodge donne épaisseur et chair à ces personnages. Un récit initiatique qu'on lâche difficilement comme toujours chez lui. Y'a pas à dire, ils sont forts ces anglais !
Commenter  J’apprécie          501
litolff
  01 octobre 2010
Hors de l'abri est à mon avis un des meilleurs livres de David Lodge. On y retrouve sa patte et certains des thèmes récurrents de ses romans, par exemple l'ambiguïté et le malaise né de l'antagonisme entre doctrine catholique et sexe.
Le livre est également plein de l'humour caustique qui caractérise si bien David Lodge. Mais la grande différence par rapport à ses autres romans est la tendresse qui remplace pour un temps le cynisme qui a fait sa renommée.

La raison en est certainement que de l'aveu de l'auteur, il s'agit de son roman le plus autobiographique. On plonge dans les racines de ses obsessions (catholiques) et cela nous permet sans doute de mieux comprendre son oeuvre.
Commenter  J’apprécie          110
Maphil
  08 juillet 2012
Roman autobiographique. David Lodge, né en 1935, se rappelle le Blitz de Londres, l'évacuation à la campagne et toute la guerre et l'après-guerre dans une sinistre banlieue londonienne. Il raconte également les vacances à Heidelberg en 1951 chez sa soeur où jeune garçon, il découvre les Américains en occupation, leur richesse, leur genre de vie. Il y rencontre aussi le peuple allemand brisé, rejeté dans le pays en ruine. Là il passe de l'enfance à la maturité en découvrant l'amour mais aussi et surtout une vue élargie de l'histoire internationale des conflits qui ont ravagé l'Europe.
Récit simple, humain qui constitue un rappel clair et émouvant d'une époque troublée qui a marqué toute une génération.
Commenter  J’apprécie          80
Ameni
  30 mars 2011
Il est écrit sur la quatrième de couverture qu'Hors de l'abri est le roman le plus autobiographique de David Lodge. Mais étonnamment, ce livre est pour moi le moins "Lodgien" de tous. Sans doute en raison des thèmes abordés ou tout simplement de l'époque. On est en effet plongé dans les années 30-40 entre l'Angleterre et l'Allemagne.
On retrouve en revanche l'éternel thème de la religion catholique, de son rapport au sexe, au péché...
Hors de l'abri est, comme l'écrit Lodge "une combinaison de deux genres : le Bildungsroman (terme allemand bien commode, qui désigne un roman racontant le passage de l'enface à la maturité et la découverte de la vocation personnelle) et le "roman international" qui tourne autour des conflits de codes éthiques et culturels" Au croisement de ces deux genres se retrouvent une foule de thèmes : La seconde guerre mondiale/Après-guerre vécue par les Londoniens, l'après-guerre et la vie des Américains résidant en Allemagne...
J'ai eu, pour la première fois, du mal à rentrer dans ce roman. On commence par l'enfance de Timothy, et l'auteur se prend à écrire plus simplement, un peu comme un enfant, ou pour les enfants. "Roosvelt est le chef des Américains, Churchill est le chef des anglais, Hitler le chef des Allemands. Les Allemands sont les méchants" (Je caricature bien sûr) Et franchement... j'ai trouvé ça assez exaspérant. Heureusement, on finit par passer à l'adolescence, et on retrouve un style familier et fluide.
Les thèmes historiques abordés et ce genre du roman d'initiation/de voyage ont beaucoup de charme le tout à travers les yeux d'un personnage principal attachant. Mais passées les choses appréciées, je n'ai pas pu m'ôter de la tête ces petits grains de sable enrayant "la belle mécanique Lodgienne" ; Des situations qui traînent en longueur, des personnages qui m'ont ennuyé, et une ambiance de luxe tapageur et futile se dégageant de la vie de ces Américains ayant la belle vie au milieu de cette Allemagne meurtrie qui m'a laissé de marbre.
A découvrir pour les amateurs de cet auteur bien sûr. Mais bien que j'ai aimé ce livre (Il n'a pas fait long feu, c'est un signe) il me laisse une moins grande impression que ses congénères.
Lien : http://blogameni.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AustralAustral   03 juin 2017
- J'étais dans la IIIème armée, je sais de quoi je parle ! dit Mel en hurlant presque.
- Tu étais intendant dans un dépôt de ravitaillement, mon chou, dit Ruth. Tu as vu plus de boîtes de lait condensé que d'obus, alors ferme ta grande gueule.
Commenter  J’apprécie          80
litolfflitolff   01 octobre 2010
Le lendemain, en fin d'après-midi, Timothy se trouvait dans un état proche du délire, un état qui dépassait en tous cas tout ce qu'il considérait comme du plaisir. Il avait progressé si loin vers l'accomplissement de son désir qu'il se trouvait allongé sur le lit avec Gloria, tous les deux à demi dévêtus ; mais le processus pour en arriver là avait été long et épuisant, et maintenant, au moment où il devait se trouver, pensait-il, au bord du plaisir suprême, il se demandait s'il était capable de maîtriser plus longtemps sa chair moite et tendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MaliseMalise   29 juin 2012
C'était déjà assez difficile d'admettre que le bombardement de l'Allemagne eût pu être excessif; mais qu'il ait été de surcroît un gâchis inefficace, c'était là quelque chose de presque insoutenable.
Commenter  J’apprécie          40
AustralAustral   03 juin 2017
L'histoire est le verdict que portent ceux qui ont eu de la chance sur ceux qui n'en ont pas eu et ceux qui n'étaient pas là sur ceux qui y étaient. Les historiens sont de sacrés prétentieux.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de David Lodge (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Lodge
Quels sont les trois livres que vous emporteriez sur une île déserte? Réponse en image du romancier britannique, David Lodge, qui publie "la Vie en sourdine".
autres livres classés : roman d'apprentissageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

David Lodge

Avec David Lodge il vaut mieux avoir

La vie en berne
La vie en sourdine
La vie en lambeaux
La vie aux trousses

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : David LodgeCréer un quiz sur ce livre

.. ..