AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365770156
392 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (23/03/2012)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 83 notes)
Résumé :
Un an après « l'affaire Holiday », Gotham City est toujours le théâtre de règlements de comptes entre les familles mafieuses et les « patients » de l'asile d Arkham. Si Alberto Falcone était considéré jusqu'alors comme le véritable tueur Holiday, une nouvelle vague de meurtres jette le trouble sur son arrestation. Pour restaurer l'ordre à Gotham, Batman aura besoin de toute l'aide possible, voire de prendre sous son aile un nouveau partenaire, Robin !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Darkcook
  30 mars 2014
Pari infiniment dur qu'une suite à Batman : Un Long Halloween, j'étais le premier sceptique face à cette idée, et surtout, Un Long Halloween se distinguait tellement par... ses rebondissements, son dénouement génial, son ambiance, je craignais la déception. Que nenni! Suite miroir, jumelle, qui forme un beau diptyque, Amère Victoire reproduit tout ce qui nous avait plu dans l'opus original, reprend ses personnages qui ont survécu en les plaçant de façon stratégique pour nous manipuler, alors que l'on se croit préparé et attentif... en fait trompé par les fausses pistes!! Nouveau tueur en série, de flics cette fois, le tueur au pendu, et après la dernière page d'Un Long Halloween, les soupçons se portent évidemment sur une certaine jeune femme qui a disparu du radar, que je ne citerai pas pour éviter de spoiler, alors que Batman et Gordon soupçonnent Harvey Dent et Alberto Falcone... le mystère s'épaissit quant aux voix entendues par ce dernier, et je n'ai vraiment pas vu venir l'explication, énorme. Encore moins l'identité du tueur au pendu!! (puisque j'attendais Holiday... et en fait, j'étais à cent lieues de la vérité)
BD Batman de référence, ces deux histoires constituent des valeurs sûres pour les lecteurs de comics et pour les néophytes (quoiqu'évidemment, ne surtout pas lire Amère Victoire sans avoir lu Long Halloween...), et sont de véritables polars à part entière, l'ambiance instaurée par Tim Sale et le coloriste, la narration retorse de Jeph Loeb, un régal. Peut-être trouve t-on Amère Victoire un peu trop long, mais c'est pour mieux nous frapper de son rebondissement final.
J'ajouterai que si Robin est mentionné dans la préface, il n'arrive que très tard et est utilisé à des doses parcimonieuses, ce qui rend son ajout fort réussi et assez naturel, donc supportable même pour ses détracteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
garrytopper9
  28 juillet 2015
Voici la suite de l'excellent Batman, un long Halloween. Dans une critique précédente, je vous avais vanter tous le bien que je pensais de ce récit. Je me suis donc procuré la suite de ce que les auteurs considéraient comme un diptyque, mais à la fin de cette lecture je suis quelque peu perplexe.
Je ne comprends pas pourquoi avoir écrit ce second récit, alors que « Un long halloween » se suffisait à lui-même. du coup, j'ai vraiment le sentiment que les auteurs ont voulus faire une suite, fort du succès de leur premier run, et ça se sent clairement, car cette histoire n'est pas du tout du même niveau que la précédente et sens le réchauffé à plein nez.
Je me suis ennuyé d'un bout à l'autre, et à aucun moment je n'ai retrouvé la force de la première histoire. Je considère le premier comme un must-have, mais celui-là n'a rien à faire dans ma bibliothèque. Un gâchis.
Commenter  J’apprécie          163
Presence
  31 mars 2015
Il faut savoir rendre grâces à Frank Miller de David Mazzuchelli pour avoir remis à la mode (avec Batman année un) les histoires centrées autour d'un Batman débutant. Jeph Loeb a tellement apprécié (et eu de succès) avec Un long halloween (histoire qui reprend les personnages de "Année un") qu'il ne lui a pas fallu très longtemps pour écrire une suite en 13 épisodes et convaincre Tim Sale que Robin constitue un personnage intéressant.
Un tueur se faisant appeler Hangman exécute des officiers de police en les pendant. Il laisse derrière lui des jeux de pendus à moitié renseignés. Sofia Falcone Gigante a repris les rênes de l'empire de son défunt père. Alberto Falcone est libéré et assigné à résidence dans le manoir familial. Janice Porter succède à Harvey Dent au poste de District Attorney et elle semble motivée par autre chose qu'une saine ambition. Batman se méfie de James Gordon et de Catwoman. Toutes ces intrigues permettent à Jeph Loeb de donner au lecteur une vision complète de Gotham et des difficultés auxquelles se heurte Batman dans sa guerre contre le crime.
Jeph Loeb continue de prouver sa maîtrise du personnage de Batman et de son environnement. Tout est parfaitement à sa place et si le déroulement des événements est complexe, il n'est jamais compliqué. En grand professionnel, Loeb sait entremêler différentes intrigues autour du mystère principal qui est de découvrir qui est ce tueur de flics. Sa description du profil psychologique de Bruce Wayne et de son alter ego est entièrement en phase avec Year One. La montée progressive de sa paranoïa sonne juste et l'irruption de Dick Grayson (au chapitre 9) dans ce contexte devient plausible. Ce qui est également admirablement rendu réside dans la prise de pouvoir progressive et irrésistible des monstres (Two-Face, Penguin, Joker, Poison Ivy, Solomon Grundy...). le scénario transcrit admirablement leur emprise grandissante sur la pègre aux dépends de la mafia traditionnelle qui ressemble de plus en plus à une espèce en voie de disparition.
Les illustrations de Tim Sale sont dans la continuité de ce qu'il a fait sur le tome précédent. Il continue à apposer de grands aplats de noir, à recourir à des cases très large et en nombre restreint sur chaque page. Son rendu des personnages reste stylisé et tire parfois vers l'abstraction (aux dépends du réalisme). Ce parti pris augmente l'impact visuel des personnages et tire les illustrations vers une forme iconique qui transporte l'histoire vers un affrontement entre forces primordiales.
Ce tome est aussi réussi que "Un long Halloween" que je vous conseille d'avoir lu avant car on y retrouve la majorité des personnages. Jeph Loeb et Tim Sale ont réussi leur pari de narrer une histoire de Batman qui compte et qui soit prenante. Pour savoir ce que devient Selina Kyle en cours d'histoire, il vous suffit de lire Catwoman à Rome des mêmes auteurs.
Ce tome s'achève avec une histoire bonus d'une demi-douzaine de pages mettant en scène Catwoman et Batman, écrite par Darwyn Cooke et dessinée par Tim Sale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Barbuz
  17 février 2021
"Amère Victoire" est une aventure de Batman sortie dans la collection "DC Essentiels" d'Urban Comics en mars 2012. Cet épais album compte près de quatre cents pages. En VO, cette série en quatorze chapitres (du #0 au #13), intitulée "Dark Victory", a été publiée entre novembre 1999 et décembre 2000. Cette aventure était déjà sortie en Francophonie chez SEMIC, en quatre tomes entre septembre 2002 et novembre 2003, sous le titre VO.
Cette histoire est signée par le scénariste Jeph Loeb et le dessinateur Tim Sale. C'est l'une des oeuvres qui ont participé à la réputation du duo, aux côtés de - entre autres et chez DC Comics uniquement - "Batman : Halloween", "Les Saisons de Superman" (1998), "Catwoman : À Rome" (2004), sans oublier, bien sûr, "Un long Halloween" (1997). La mise en couleurs a été réalisée par Gregory Wright, primé par le Comics Buyer's Guide en 1990 et 96.
Suite aux événements narrés dans "Un long Halloween", Alberto Falcone a été jugé et purge une peine de prison. D'abord condamné à mort, les relations de sa famille lui ont permis d'échapper à la chambre à gaz et d'être interné à l'asile Arkham. Il reçoit la visite de Janice Porter, le nouveau procureur de district, celle qui remplace Harvey Dent. Elle l'informe qu'elle a relu son dossier ; elle a noté à quel point il avait été malmené (Batman l'a démoli au point que son bras droit n'est plus inutilisable). Elle ajoute qu'elle veut l'aider, mais que la justice prendra du temps. Impassible, Falcone la remercie et avoue qu'il regrette d'avoir commis ces meurtres. Alors que Porter met fin à l'entretien avec Falcone et se dirige vers la sortie, elle est interpellée par Julian Day, l'Almanach, qui lui confie que lui aussi, il regrette.
Jim Gordon a été promu et nommé commissaire principal. Ses journées sont longues. Son travail est devenu sa vie. Porter entre dans son bureau. Elle lui apprend qu'elle revient d'Arkham. Gordon la nargue. La relation entre eux est plutôt tendue. Elle lui annonce qu'elle a l'intention de rouvrir le dossier Alberto Falcone...
Bien que dans l'absolu, cette aventure soit accessible, il est vivement conseillé de relire ou de relire "Un long Halloween" - que l'éditeur ne publiera pourtant que près d'un an après (janvier 2013), allez savoir pourquoi - afin de saisir toutes les références de l'histoire et des dialogues. Dans "Amère Victoire", le lecteur ne peut qu'être pantois devant le talent narratif du duo. Car ce qui frappe ici, c'est à quel point le texte est indissociable du dessin. Tout en réussissant à rester méthodique et à conserver son rythme, Loeb saucissonne son intrigue comme une succession de multiples scènes d'une même pièce de théâtre, relativement courtes (rarement plus d'une dizaine de planches), qui forment un tout cohérent, et qui sont mises en images par des illustrations parfois très fortes de Sale. "Amère Victoire", c'est un peu l'autre face de la médaille du premier acte, "Un long Halloween" ; dans le second, ce sont les pontes de la mafia qui dégustent. Ici, ce sont des flics. Loeb reprend exactement la même construction, avec cette imparable montée crescendo de la tension et du suspense, jusqu'à l'apothéose finale. Si cette succession de policiers pendus finit par s'étirer, le scénariste l'utilise surtout comme fil conducteur qu'il vient agrémenter de sous-intrigues courtes, mais qui évoquent des événements importants et symboliques de la vie de Batman, tels que, entre autres, la naissance de l'amour et de l'attirance entre Bruce Wayne et Selina Kyle et leurs alter ego, l'assassinant des parents Grayson et la métamorphose de Richard/Dick en Robin, les rapports difficiles - mais qui tendent à s'améliorer - entre Batman et la police, la vie sentimentale et familiale compliquée de Gordon. le ton est le même (sensiblement plus sombre) que dans "Un long Halloween" et l'humour - surtout distillé par le Joker et par Gordon - est noir. Sale parvient a retranscrire l'essence absolue de chaque protagoniste sans jamais tomber dans la caricature. Une certaine absence de variété dans les visages féminins sera notée. Pour le reste, multiplicité des plans, utilisation de la perspective, sens de la composition, contrastes entre ombre et lumière, expressivité... ; Sale en met plein la vue et démontre, si cela était encore nécessaire, à quel point son style graphique nourri à l'expressionnisme est absolument unique et inimitable. Certaines cases sont époustouflantes ; l'artiste emmène le lecteur loin, parfois très loin de son comic book habituel. Notons la bonne traduction, le texte soigné d'Alex Nikolavitch. Mais, pourquoi diable ce récit bonus ?
"Amère Victoire" est une très grande histoire de Batman. C'est un excellent album, une réussite scénaristique et visuelle, à défaut d'être un chef-d'oeuvre, l'intrigue se déployant à partir de mécanismes narratifs déjà éprouvés dans "Un long Halloween".
Lien : https://les-bd-de-barbuz.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Yvan_T
  07 novembre 2020
Après avoir construit l'excellent Batman – Un Long Halloween sur base du récit Batman – Année 1 de Frank Miller, Jeph Loeb et Tim Sale livrent la suite de Batman – Un Long Halloween, tout en reprenant plusieurs personnages de Batman – Année 1.
Initialement paru entre 1999 et 2000 en 13 fascicules en VO chez DC Comics, « Batman – Dark Victory » fût également publié en 4 volumes en VF chez Semic avant d'être repris en version intégrale dans cette collection DC Essentiels d'Urban Comics.
L'histoire commence donc là où Loeb l'a abandonnée à la fin de Batman – Un Long Halloween : Holiday et Pile-ou-Face sont incarcérés à l'asile d'Arkham, la pègre de Gotham City a été décapitée avec la mort du Romain, tandis que Batman et le commissaire Gordon doivent faire face au crime sans le procureur Harvey Dent. Malheureusement pour le Dark Knight et heureusement pour nous, la mafia de Gotham va vite reprendre des couleurs avec la fille du Romain aux commandes. Batman aura donc du pain sur la planche au milieu d'une Sofia Falcone revancharde et d'un nouveau procureur (Janice Porter) qui décide de rouvrir le dossier de Holiday.
Jeph Loeb met brillamment en place sa galerie d'acteurs dans ce nouveau polar qui vient à nouveau mettre à l'épreuve les facultés de détective de l'homme chauve-souris. Depuis l'année de Batman – Un Long Halloween et la mort du Romain, la pègre n'a donc plus le monopole sur les activités criminelles de Gotham et, cette mafia qui était auparavant intouchable, doit maintenant également faire face aux criminels masqués évadés d'Arkham. le scénario reprend la recette de Batman – Un Long Halloween et l'évasion du Joker, de l'Epouvantail, de l'Homme Calendrier, de Solomon Grundy, de Holiday et de Pile-ou-Face est accompagnée de meurtres de policiers corrompus, auxquels James Gordon avait du faire face lors de son arrivée à Gotham City dans Batman – Année 1 et qui sont maintenant retrouvés pendus lors de jours fériés. La clé des messages sibyllins laissés par ce mystérieux tueur en série, le Pendu (The Hangman), qui arpente les rues de Gotham City, demeure longtemps un mystère. C'est dans ces eaux troubles de Gotham que le commissaire James Gordon et son équipe, sous l'oeil attentif de Batman, vont tenter de trouver la réponse à cette énigme.
Ce scénario, qui introduit le mystère du Pendu, le personnage de Robin et le nouveau procureur, qui met en verve une galerie impressionnante d'ennemis de Batman, réorganise la mafia de Gotham et tire la parallèle avec Batman – Un Long Halloween, est donc d'une grande richesse. Plus que l'identité du tueur, c'est surtout le développement psychologique des personnages et l'évolution de leurs liens qui est intéressante à suivre, ainsi que l'importance que donne Jeph Loeb à la relation entre enfants et parents et à la dualité qu'il développe chez certains personnages (Pile-ou-Face, Batman, Catwoman).
Visuellement, Tim Sale reste égale à lui-même et livre des planches de toute beauté. La technique du flashback parallèle qu'il utilise pour comparer les destins de Bruce Wayne et Dick Grayson, démontre également son envie d'innover.
Si d'un côté, « Batman – Dark Victory » souffre de la comparaison et de sa structure identique à Batman – Un Long Halloween (meurtres en série les jours de fêtes, introduction d'un personnage important (Pile-ou-Face/Robin), relations Gordon-Dent-Batman-Catwoman), de l'autre, il est difficile de s'imaginer une meilleure suite possible aux meurtres de Holiday.
Au final, balançant entre ‘remake dans l'ombre de' et ‘suite réussie de' Batman – Un Long Halloween, et également inspiré de l'excellent Batman – Année 1 de Frank Miller et David Mazzucchelli, ce « Batman – Dark Victory » continue d'explorer les premières années de l'Homme Chauve-Souris avec brio.
Reste maintenant à lire Catwoman – à Rome des mêmes auteurs et se déroulant pendant les événements de « Batman – Dark Victory », afin de découvrir ce qu'a fait Catwoman entre la St. Valentin et Thanksgiving.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
BullesEtOnomatopees   30 mai 2014
Un long récit doté d’un prologue et de 13 épisodes, compilés dans un épais volume de plus de 400 pages chez Urban Comics, qui ravira les fans de Batman ayant aimé Un Long Halloween.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BDGest   24 juillet 2012
Aussi sombre soit-il, Batman, Amère victoire n’en est pas moins jouissif, recyclant avec bonheur les fondamentaux de la série tout en racontant, non pas une nouvelle aventure, mais la légende de Batman. La vraie.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre   18 mai 2012
Encore plus sombre et désespéré que d’habitude, cette aventure reste comme une des plus brillantes jamais écrites et la conclusion d’une immense saga commencée avec le Year One de Frank Miller.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   18 mai 2012
Compilé dans un seul volume, Amère Victoire s’adresse aussi bien aux néophytes qu’aux vieux de la vieille, et ravira en tout cas tous les fans du Chevalier Noir.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   28 juillet 2015
Ce jeu peut se jouer à deux. Il séparera les bons des mauvais. Justice pour tous. Coupable du péché, un jury de ses pairs. Mettre au premier degré, par ordre de la cour. Oeil pour oeil.
Commenter  J’apprécie          60
MrOurseMrOurse   26 juin 2014
- Bon...quel est le point commun entre un pendu et un archer ?
...
Ils tirent tous les...deux...sur la corde !
Ha Ha Ha Ha !

Celle-là, je l'adore !
*larme de joie*
Commenter  J’apprécie          20
AgillianAgillian   04 septembre 2017
Les flics et le mariage c'est comme le whisky dès le matin. Dur pour un homme.
Commenter  J’apprécie          50
MrOurseMrOurse   26 juin 2014
- Question: Que ne peut-on faire que vers le bas et jamais vers le haut ?
Réponse : Tomber
Commenter  J’apprécie          30
LesMotsPourReverLesMotsPourRever   04 février 2016
J'ai fait à mes parents la promesses de purger la ville du mal qui leur a ôté la vie. Cette promesse tient toujours mais maintenant ... je ne suis plus seul.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Jeph Loeb (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeph Loeb
Vidéo de Jeph Loeb
autres livres classés : batmanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
196 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre