AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365770150
Éditeur : Urban Comics Editions (23/03/2012)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Un an après « l'affaire Holiday », Gotham City est toujours le théâtre de règlements de comptes entre les familles mafieuses et les « patients » de l'asile d Arkham. Si Alberto Falcone était considéré jusqu'alors comme le véritable tueur Holiday, une nouvelle vague de meurtres jette le trouble sur son arrestation. Pour restaurer l'ordre à Gotham, Batman aura besoin de toute l'aide possible, voire de prendre sous son aile un nouveau partenaire, Robin !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Darkcook
  30 mars 2014
Pari infiniment dur qu'une suite à Batman : Un Long Halloween, j'étais le premier sceptique face à cette idée, et surtout, Un Long Halloween se distinguait tellement par... ses rebondissements, son dénouement génial, son ambiance, je craignais la déception. Que nenni! Suite miroir, jumelle, qui forme un beau diptyque, Amère Victoire reproduit tout ce qui nous avait plu dans l'opus original, reprend ses personnages qui ont survécu en les plaçant de façon stratégique pour nous manipuler, alors que l'on se croit préparé et attentif... en fait trompé par les fausses pistes!! Nouveau tueur en série, de flics cette fois, le tueur au pendu, et après la dernière page d'Un Long Halloween, les soupçons se portent évidemment sur une certaine jeune femme qui a disparu du radar, que je ne citerai pas pour éviter de spoiler, alors que Batman et Gordon soupçonnent Harvey Dent et Alberto Falcone... le mystère s'épaissit quant aux voix entendues par ce dernier, et je n'ai vraiment pas vu venir l'explication, énorme. Encore moins l'identité du tueur au pendu!! (puisque j'attendais Holiday... et en fait, j'étais à cent lieues de la vérité)
BD Batman de référence, ces deux histoires constituent des valeurs sûres pour les lecteurs de comics et pour les néophytes (quoiqu'évidemment, ne surtout pas lire Amère Victoire sans avoir lu Long Halloween...), et sont de véritables polars à part entière, l'ambiance instaurée par Tim Sale et le coloriste, la narration retorse de Jeph Loeb, un régal. Peut-être trouve t-on Amère Victoire un peu trop long, mais c'est pour mieux nous frapper de son rebondissement final.
J'ajouterai que si Robin est mentionné dans la préface, il n'arrive que très tard et est utilisé à des doses parcimonieuses, ce qui rend son ajout fort réussi et assez naturel, donc supportable même pour ses détracteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
garrytopper9
  28 juillet 2015
Voici la suite de l'excellent Batman, un long Halloween. Dans une critique précédente, je vous avais vanter tous le bien que je pensais de ce récit. Je me suis donc procuré la suite de ce que les auteurs considéraient comme un diptyque, mais à la fin de cette lecture je suis quelque peu perplexe.
Je ne comprends pas pourquoi avoir écrit ce second récit, alors que « Un long halloween » se suffisait à lui-même. du coup, j'ai vraiment le sentiment que les auteurs ont voulus faire une suite, fort du succès de leur premier run, et ça se sent clairement, car cette histoire n'est pas du tout du même niveau que la précédente et sens le réchauffé à plein nez.
Je me suis ennuyé d'un bout à l'autre, et à aucun moment je n'ai retrouvé la force de la première histoire. Je considère le premier comme un must-have, mais celui-là n'a rien à faire dans ma bibliothèque. Un gâchis.
Commenter  J’apprécie          163
Presence
  31 mars 2015
Il faut savoir rendre grâces à Frank Miller de David Mazzuchelli pour avoir remis à la mode (avec Batman année un) les histoires centrées autour d'un Batman débutant. Jeph Loeb a tellement apprécié (et eu de succès) avec Un long halloween (histoire qui reprend les personnages de "Année un") qu'il ne lui a pas fallu très longtemps pour écrire une suite en 13 épisodes et convaincre Tim Sale que Robin constitue un personnage intéressant.
Un tueur se faisant appeler Hangman exécute des officiers de police en les pendant. Il laisse derrière lui des jeux de pendus à moitié renseignés. Sofia Falcone Gigante a repris les rênes de l'empire de son défunt père. Alberto Falcone est libéré et assigné à résidence dans le manoir familial. Janice Porter succède à Harvey Dent au poste de District Attorney et elle semble motivée par autre chose qu'une saine ambition. Batman se méfie de James Gordon et de Catwoman. Toutes ces intrigues permettent à Jeph Loeb de donner au lecteur une vision complète de Gotham et des difficultés auxquelles se heurte Batman dans sa guerre contre le crime.
Jeph Loeb continue de prouver sa maîtrise du personnage de Batman et de son environnement. Tout est parfaitement à sa place et si le déroulement des événements est complexe, il n'est jamais compliqué. En grand professionnel, Loeb sait entremêler différentes intrigues autour du mystère principal qui est de découvrir qui est ce tueur de flics. Sa description du profil psychologique de Bruce Wayne et de son alter ego est entièrement en phase avec Year One. La montée progressive de sa paranoïa sonne juste et l'irruption de Dick Grayson (au chapitre 9) dans ce contexte devient plausible. Ce qui est également admirablement rendu réside dans la prise de pouvoir progressive et irrésistible des monstres (Two-Face, Penguin, Joker, Poison Ivy, Solomon Grundy...). le scénario transcrit admirablement leur emprise grandissante sur la pègre aux dépends de la mafia traditionnelle qui ressemble de plus en plus à une espèce en voie de disparition.
Les illustrations de Tim Sale sont dans la continuité de ce qu'il a fait sur le tome précédent. Il continue à apposer de grands aplats de noir, à recourir à des cases très large et en nombre restreint sur chaque page. Son rendu des personnages reste stylisé et tire parfois vers l'abstraction (aux dépends du réalisme). Ce parti pris augmente l'impact visuel des personnages et tire les illustrations vers une forme iconique qui transporte l'histoire vers un affrontement entre forces primordiales.
Ce tome est aussi réussi que "Un long Halloween" que je vous conseille d'avoir lu avant car on y retrouve la majorité des personnages. Jeph Loeb et Tim Sale ont réussi leur pari de narrer une histoire de Batman qui compte et qui soit prenante. Pour savoir ce que devient Selina Kyle en cours d'histoire, il vous suffit de lire Catwoman à Rome des mêmes auteurs.
Ce tome s'achève avec une histoire bonus d'une demi-douzaine de pages mettant en scène Catwoman et Batman, écrite par Darwyn Cooke et dessinée par Tim Sale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Deslivresetlesmots
  30 mai 2016
L'histoire prend place à la suite de Batman : Un long Halloween et c'est donc avec le même ton et toujours dans le genre du policier qu'on retrouve Bruce Wayne sous son masque de Batman. Comme lui et Jim Gordon sont toujours très affectés par la perte de leur ami Harvey Dent, devenu Double Face, tous deux essaient de retrouver des repères, tout en continuant à lutter contre le crime à Gotham.
En effet, malgré la clôture de l'affaire Holiday, tout n'est pas revenu au calme dans la ville, bien au contraire. Les familles à la tête du crime, dont les Falcone, continuent à se disputer des territoires et tenter de venger leurs proches victimes des affrontements de l'année passée. Au milieu de tout ça, un nouveau procureur arrive à Gotham pour reprendre les affaires de Harvey, et on se rend très vite compte qu'elle n'est pas tout à fait innocente et qu'elle trame quelque chose de louche…
J'étais impatiente de découvrir ce comics, déjà parce que j'avais beaucoup apprécié Un long Halloween mais aussi parce que j'apprécie énormément le(s) personnage(s) de Robin(s) et je voulais voir de quoi il en retournait ! L'histoire intègre Dick Grayson et la mort de ses parents sans raconter à nouveau tous les événements, juste assez pour que les connaisseurs aient des repères et pour que les personnes qui ne connaissent pas l'histoire des origines du premier Robin ne soient pas perdues ! J'ai trouvé que c'était très habile et même si Robin est censé amener un peu de légèreté au Batman, le ton reste sombre malgré tout pour être cohérent avec l'histoire dans son ensemble.
Sans le trouver fantastique, j'avais bien aimé le dessin et c'est globalement le cas pour ce tome également, mais certains passages sont très étranges je trouve. Notamment Robin, j'ai rarement trouvé qu'il était bien dessiné sans savoir pourquoi, peut-être que la qualité du dessin se détériore vers la fin de l'histoire ? Enfin, ça se lit tout de même facilement, malgré la qualité du dessin inconsistante…
Lien : https://deslivresetlesmots.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
laurent005
  11 décembre 2015
"On ne change pas une équipe qui gagne !"
On peut dire que le duo LOEB-SALE a suivi cette expression à la lettre avec cette suite du diptyque débuté avec "un long Halloween".
Effectivement, nous avons droit au même style d'enquête (un tueur qui commet ses meurtres les jours de fête) avec des indices au compte-gouttes et des fausses pistes à la pelle. Les dessins sont également identiques au tome précédent, je n'y reviendrai donc pas.
Par conséquent, si vous n'avez pas aimé le premier opus, passez votre chemin !
A l'inverse, si vous avez adoré, foncez...
Alors, hormis ce sentiment de réchauffé, qu'apporte cette suite ???
Le titre "Amère Victoire" n'est pas anodin et fait directement écho à la fin d' "Un long halloween". Batman a certes gagné sa croisade contre la pègre et arrêté le serial killer surnommé "Holiday" mais à quel prix ?!
Ce tome à l'ambiance de polar noir nous raconte la prise de pouvoir des patients d'Arkham sur la pègre de Gotham. Batman doit apaiser les tensions qui règnent au sein des Forces de l'Ordre suite à l'assassinat de plusieurs flics selon le même M.O. que le tueur "Holiday". Dans le même temps, il veut retrouver l'ancien procureur déchu Harvey Dent.
Comme dans le précédent volet, nous avons droit à plusieurs sous-intrigues dont l'une est l'arrivée du 1er Robin au sein de la Bat-Family : Dick Grayson.
Cette partie est ma préférée car elle montre à quel point Bruce Wayne n'a toujours pas fait le deuil de la mort de ses parents. le recueil du petit Dick est sa façon d'atténuer sa douleur et son sentiment de culpabilité.
La double page façon "miroir" qui illustre d'un coté Dick Grayson et de l'autre, Bruce enfant, tous deux perdus et remplis de solitude dans l'immensité du manoir Wayne est un chef d'oeuvre !!!
Au final, nous avons une suite d'une profondeur et d'une complexité égales au précédent tome. L'intrigue tient le lecteur en haleine jusqu'au bout et la conclusion finale est bien écrite. L'air de "déjà-vu" est la raison pour laquelle j'ai baissé la note d'1 étoile par rapport à "Un long Halloween" .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (4)
BullesEtOnomatopees   30 mai 2014
Un long récit doté d’un prologue et de 13 épisodes, compilés dans un épais volume de plus de 400 pages chez Urban Comics, qui ravira les fans de Batman ayant aimé Un Long Halloween.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BDGest   24 juillet 2012
Aussi sombre soit-il, Batman, Amère victoire n’en est pas moins jouissif, recyclant avec bonheur les fondamentaux de la série tout en racontant, non pas une nouvelle aventure, mais la légende de Batman. La vraie.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre   18 mai 2012
Encore plus sombre et désespéré que d’habitude, cette aventure reste comme une des plus brillantes jamais écrites et la conclusion d’une immense saga commencée avec le Year One de Frank Miller.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   18 mai 2012
Compilé dans un seul volume, Amère Victoire s’adresse aussi bien aux néophytes qu’aux vieux de la vieille, et ravira en tout cas tous les fans du Chevalier Noir.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   28 juillet 2015
Ce jeu peut se jouer à deux. Il séparera les bons des mauvais. Justice pour tous. Coupable du péché, un jury de ses pairs. Mettre au premier degré, par ordre de la cour. Oeil pour oeil.
Commenter  J’apprécie          50
MrOurseMrOurse   26 juin 2014
- Bon...quel est le point commun entre un pendu et un archer ?
...
Ils tirent tous les...deux...sur la corde !
Ha Ha Ha Ha !

Celle-là, je l'adore !
*larme de joie*
Commenter  J’apprécie          20
AgillianAgillian   04 septembre 2017
Les flics et le mariage c'est comme le whisky dès le matin. Dur pour un homme.
Commenter  J’apprécie          40
LesMotsPourReverLesMotsPourRever   04 février 2016
J'ai fait à mes parents la promesses de purger la ville du mal qui leur a ôté la vie. Cette promesse tient toujours mais maintenant ... je ne suis plus seul.
Commenter  J’apprécie          10
MrOurseMrOurse   26 juin 2014
- Question: Que ne peut-on faire que vers le bas et jamais vers le haut ?
Réponse : Tomber
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : batmanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
175 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre