AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jimmy Beaulieu (Adaptateur)
EAN : 9782203024632
75 pages
Éditeur : Casterman (04/11/2009)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 550 notes)
Résumé :
"Le monde voudra plus rien savoir de toi, tu sais...
Une affaire de même, Marie c'est peut-être la fin du Magasin...
Pis plus d'magasin, plus de village !
Tout ça pour des choses du ventre, des affaires pas ben propres ... deux minutes sur le dos, pis, pfuit !
T'aurais ben dû y penser avant, Marie ..."

Une comédie truculente dans la campagne québécoise des années 20, distillée par Régis Loisel ("La Quête de l'oiseau du temp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  23 août 2020
Lorsque Clara apprend que son chum, Marceau Allaire, a couché avec Marie, c'est pétrie de colère et les larmes aux yeux qu'elle se rend au Magasin Général. Pourquoi lui avoir fait ça alors qu'elle est censée être son amie ? Les clients présents n'en croient pas leurs oreilles... le curé le premier qui n'hésite pas lui faire la morale. Toute la communauté de Notre-Dame-des-Lacs, mise dorénavant au courant de ce moment d'égarement, condamne aussitôt Marie et ne tarde pas à lui tourner le dos et évite d'aller au Magasin. Ne supportant plus cette situation, la jeune femme décide de partir loin du village et d'emmener avec elle Jacinthe...
Le titre de cet album nous donne, évidemment, une idée de la destination de Marie. C'est dans cette grande ville qu'elle se réfugie, voulant échapper à toute la communauté qui, dorénavant, l'évite, même sa meilleure amie, Clara. En compagnie de Jacinthe, elle va y découvrir de grandes et belles choses et ce sera l'occasion pour les habitants de Notre-Dame-des-Lacs de prendre conscience de l'importance de Marie au sein de la communauté. Ce cinquième volume tient, une nouvelle fois, toutes ses promesses et nous offre de très beaux moments de profonde humanité, d'émotions et de tendresse, avec une galerie de personnages toujours aussi attachante. Graphiquement, le duo, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, fait une nouvelle fois merveille. Des visages expressifs, de magnifiques cases muettes dépeignant avec sensibilité la vie qui s'écoule...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          692
cicou45
  17 septembre 2013
Eh oui, comme vous pouvez le constater, cette fois, je fais les choses à l'endroit, c'est-à-dire qu'après le quatrième tome vient le cinquième. Logique, non ! Eh bien pas toujours pour moi étant donné que pour ce qui est des bandes-dessinées, je m'approvisionne toujours dans celle que j'appelle "ma" médiathèque (à savoir la médiathèque de ma ville) et que je ne suis parfois obligée d'attendre qu'un ou plusieurs tomes aient été rendus par le lecteur précédent (ce qui est d'ailleurs le cas pour le troisième tome). Bon, j'arrête de raconter ma vie et passons tout de suite à ce qui vous intéresse.
Après avoir été repoussée pas Serge car ce-dernier a des aspirations toutes autres (et comme, le dirait le Réjean, qui ne sont pas bien très catholiques), Marie se réfugie dans les bras de Marceau, le fils de sa meilleure amie et qui, par conséquent, pourrait très bien être son fils à elle, si Dieu ou je ne sais qui d'autre, eut bien voulu qu'elle puisse en avoir.
Bien que cela ne se soit produit qu'une fois, tout le village (comme n'importe quel petit village d'ailleurs) ne tarde pas à être au courant et à lancer la pierre à Marie...bien que pour ce genre de choses, il faille être deux mais bon, passons...Marie, n'en pouvant plus moralement de se voir repousser par tout le village, décide de partir avec celle qu'elle considère désormais comme sa fille, la jeune Jacinthe dont la grand-mère s'est éteinte récemment et qui n'a, par conséquent, plus de famille.
Elles vont donc partir toutes les deux mais où, et pour combien de temps ?
C'est à partir du moment où les gens se rendent compte que leur Marie était bien utile en tenant le Magasin Général et en faisant leurs courses à Saint-Siméon avec son camion qu'ils vont regretter d'avoir été aussi injustes avec elle. Comment vont-ils faire dorénavant pour se réapprovisionner ? Serge, quant à lui, bien qu'étant bien aidé par Gaëtan, son fils adoptif (voir tome précédent), ne peut pas à la fois s'occuper du magasin et du restaurant...D'où, un énorme problème qui leur arrive dessus à tous ceux et celles qui manquent énormément de tolérance et qui ont encore beaucoup de choses à apprendre !
Mêmes remarques que pour les tomes précédents, à savoir un graphisme très bien travaillé avec des couleurs pastels (comme je les aime), des personnages attachants (enfin certains plus que d'autres) mais avec toujours ce même langage qui a tendance à dérouter de temps à autre le lecteur ; ce à quoi je rajouterais que j'en ai un peu marre de voir quasiment chaque tome commencer systématiquement par un enterrement (petit reproche personnel !). A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
HORUSFONCK
  05 octobre 2020
Sera-ce la fin de Magasin général?
Marie, chère et généreuse Marie, qu'avez-vous fait?
L'occasion fut trop belle et si brève! le prix à payer sera-t-il exorbitant?
L'autre occasion à saisir et que ne manque pas Marie, c'est celle de partir...
Partir, Marie, se perdre dans la grande vile. S'occuper de soit loin du cadre trop familier et étriqué de Notre-Dame des Lacs! Partager cela avec Jacinthe, respirer, découvrir, expérimenter...
Cela ne peut-il que lui faire grand bien, à Marie?
De toute façon, et suite à sa faute, Marie ne voit plus personne franchir la porte du Magasin général....
Et Notre-Dame des Lacs va vite s'apercevoir que le village a un besoin vital, tabernouche! du magasin. La pénurie s'en vient de même pantoute!
Ah, amis babéliotes, quelle belle saga qui, avec Montréal, s'en va prendre le
large à la grande ville. Quelle belle humanité, sans cesse rehaussée des belles couleurs et de ces expressions propres à la belle province qui nous sont maintenant si familières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
TheWind
  19 décembre 2014
Je t'aime, un peu, beaucoup, à la folie...Pantoute ? Je t'aime, un peu, beaucoup....Énormément !
Eh oui, mes débuts furent un peu difficiles avec cette bande dessinée. On ne peut vraiment pas dire que ce fut le coup de foudre. Tous ces villageois de Notre-Dame-des Lacs, à l'accent québécois, qui braillaient, éructaient, jactaient, médisaient dans tous les coins, ça m'a d'abord fait un peu peur...
Mais il y avait Marie. Personnage à qui on donnerait le bon dieu sans confession, qui était là, encore toute pleine de son chagrin d'avoir perdu son mari. Marie. Qui pose ses deux grands yeux doux sur tout ce petit monde qui s'agite autour d'elle.
Marie...l'eau qui dort …
C'est d'abord à son histoire que je me suis attachée. Pour finalement m'immerger complètement dans l'atmosphère puritain et bon enfant de ce petit village québécois et me laisser séduire de tome en tome !
J'en suis au cinquième et je me régale !
Seulement, je ne suis pas la seule. A la médiathèque où je les emprunte, on se les arrache comme des petits pains. Tabarnak ! J'suis toute décâlissée de pas avoir à c't'heure le sixième tome avec moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Crazynath
  12 septembre 2016
Howowo !!
Marie se retrouve sous la ligne de mire des commères et langues de vipères de son village car elle a " fauté"...
Très vite, la situation devenant intenable pour la jeune femme, Serge a la très bonne idée de l'envoyer se changer les idées à Montréal. Elle s'y rendra avec l'indispensable et gentille Jacinthe.
Ce départ, qui est aussi une fuite, va vite ouvrir les yeux aux habitants de Notre-dame-des Lacs.
Maintenant que Marie n'est plus la, et malgré un intérim assuré par Serge au niveau du magasin, on se rend compte que la jeune femme était un pilier et un élément indispensable au bon fonctionnement du village.
Elle revient quand , Marie ? Car il y en a qui sont en "pénurie" de la jeune femme....
Une fois de plus, je ne peux que saluer le talent des deux auteurs qui relatent avec beaucoup de talent une très belle histoire avec des personnages on ne peut plus attachants...
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   11 janvier 2017
C’qui s’en vient maintenant, Marie, ça va pas être beau… Le monde voudra plus rien savoir de toi, tu sais… Une affaire de même, Marie c’est peut-être la fin du magasin… Pis plus d’magasin, plus d’village !... Tout ça pour des choses du ventre, des affaires pas ben propres… deux minutes sur le dos, pis, pfuit ! T’aurais du y penser avant Marie…
[…]
Le monde voudra plus rien savoir de toi, Marie… Tu vas te sentir seule…

[…]

Montréal… Te v’la rendue à Montréal… Tu t’souviens quand j’tai conté mon voyage à moé… C’était en 1906… J’avais 25 ans, câline ! Hey Seigneur ! Ça, c’était tout un voyage ! Toutes les bâtisses, tout l’monde, toute l’agitation… J’en revenais pas ! […] Pis à c’te heure, c’est toi qui est rendue là… Pis j’vois ben qu’toi comme moi, t’en reviens pas !... […] Tabarouette, ça a-tu assez changé depuis l’temps… tous ces chars, ces lumières… tout ce monde dehors à la nuit longue… comme en plein jour ! […] Coudonc ma Marie… comment ça s’fait qu’on y est pas allé ensemble, toi pis moi ?... Comment ça s’fait que j’ai pas su t’y amener quand c’était l’temps ? … Comment ça s’fait que j’ai pas vu tout ça ? … … Marie, j’suis mêlé, là… tout’ mêlé…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   12 janvier 2015
Osti, Adèle!!! M'as-tu bien regardé la face?! Te souviens-tu pourquoi elle est de même? Ou c'est qu'il était le bon Dieu quand il nous pleuvait des obus sur la tête dans les tranchées!?? On avait l'age de Marceau, calvaire! 'Y en avait qui appelaient leur mère parce qu'ils avaient les jambes arrachées pis d'autres les tripes qui leur sortaient du ventre! Il était où le bon Dieu quand je hurlais avec ma face déchiquetée pis plus d'yeux pour pleurer!? Il était où Adèle? Hein? ... Il était ou?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Th4lieTh4lie   10 mars 2015
- ... Faut pas pleurer ma Jacinthe... Les vieux ça part... c... c'est comme ça qu'ça marche... Mais toi mon p'tit soleil... ta vie... tu sais t... ta vie c'est la tienne... Pis faut la vivre à ton g... goût...

- C'est p... p... pas toujours p,,, possible...

-M... m... mais f... faut... faut essayer... p... p... pis c'que disent... l... les autres... c... c... c... c'est
c'est... p... pas important...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
cicou45cicou45   17 septembre 2013
_"Faut que tu sois toi-même Réjean...Pas ce que tu penses que les autres veulent que tu sois !"
Commenter  J’apprécie          290
mandarine43mandarine43   28 octobre 2011
C'qui s'en vient maintenant, Marie, ça va pas être beau...
Le monde voudra plus rien savoir de toi, tu sais... une affaire de même, Marie, c'est peut-être la fin du magasin...
Pis plus d'magasin, plus d'village !...
Tout ça pour des choses du ventre, des affaires pas ben propres... deux minutes sur le dos, pis, pfuit !
T'aurais dû y penser avant, Marie...
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Régis Loisel (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Loisel
La nouvelle grande saga amazonienne de Régis Loisel, mise en scène par Olivier Pont. Tome 2 : "Demain, on part chercher cet avion, et si on trouve le magot, on partage en trois. Mais...De quel genre de magot on parle, là ? Du gros pognon, petit, de quoi changer une vie."
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Régis Loisel, sa vie, son oeuvre

Dans quel magazine Régis Loisel a-t-il publié sa première planche ?

Les Pieds Nickelés Magazine
Pif Gadget
Pilote
Fluide Glacial

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Régis LoiselCréer un quiz sur ce livre