AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203049222
88 pages
Éditeur : Casterman (14/11/2012)
4.31/5   412 notes
Résumé :
L’hiver, à nouveau. Après que le charleston, ramené de Montréal par Marie, ait déferlé comme une furie sur Notre-Dame-des-Lacs, les hommes ont finalement repris le chemin de la forêt, pour y travailler tout au long de la saison froide. Le calme peut enfin revenir sur le village. Mais rien ne dit que ce soit pour très longtemps… Car Marie, après avoir partagé sa couche avec Ernest et son frère Mathurin, se découvre enceinte, sans trop savoir qui est le père – elle qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 412 notes
5
36 avis
4
21 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  13 septembre 2020
L'hiver s'est installé à Notre-Dame-des-Lacs... Malgré le froid et la neige amoncelée, c'est de bon matin que Marie, bien emmitouflée, s'en va toquer chez Serge. Elle a une grande nouvelle à lui annoncer : nauséeuse depuis quelques matins, il se pourrait qu'elle soit enceinte. Ce que lui confirmera Serge après l'avoir auscultée ! Des larmes pleins les yeux, heureuse et émue, elle n'ose y croire, elle qui n'a jamais réussi à donner un enfant à Félix. Mais de là à savoir qui en est l'heureux papa, la jeune femme n'en sait rien... Serge, aussitôt, est prêt à en endosser la paternité, à ce "ti-cul" ! Voulant profiter de cette bonne nouvelle, Marie veut attendre avant de l'annoncer aux villageois... de son côté, Serge a fort à faire avec le curé, Réjean, qui, en petite forme depuis quelque temps, doute de sa légitimité en tant qu'homme d'église...
Le charleston aurait-il fait tourner, outre les robes de ces dames, la tête de certains habitants de Notre-Dame-des-Lacs ? Marie qui est en famille, Réjean qui aurait perdu la foi et qui s'improvise charpentier, Alcide et Éloïse qui sont en amour, les soeurs Gladu qui ne font rien que d'attendre un curé qui ne vient pas, certaines femmes de la communauté qui vont faire du shopping à Saint-Siméon... Que de changements dans ce huitième tome où l'on retrouve avec plaisir Marie, Serge et les autres... Régis Loisel et Jean-Louis Tripp nous ont concocté, une nouvelle fois, un scénario empli de tendresse et de charme, magnifié par le dessin du duo et les couleurs de François Lapierre. L'on savoure ces moments de partage et d'entraide, d'amour et d'amitié, de douceur, cette voix-off si sage... L'on se délecte de ces planches muettes, empreintes du temps qui passe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
HORUSFONCK
  06 octobre 2020
Le huitième Magasin général est en saison d'hiver.
L'hiver, comme un cocon qui isole et protège un village bien changé!
Les hommes partis, les femmes restent... sans maire et avec un curé qui prend un sacré recul! Dame, le bon Réjean fait une sorte de crise de vocation et s'en ouvre à ses amis Noêl et Serge.
Le commando des trois belles - soeurs bigotes vont même monter chez Noël tenter de ramené le curé! Drôle d'affaire!
Et pis, Alcide et Éloïse sont en amour! ils l'annoncent juste avant que Marie ne révèle qu' elle est... en famille! Mais qu'elle ne sait point qui c'est le père.
Mais, tabernouche, il y aura de même belle messe de minuit et réveillon.
Voilà. C'est l'avant-dernière étape de cette magnifique série qui jamais ne faiblit ni dans le mot, ni dans le trait ni en couleurs...
Commenter  J’apprécie          430
Foxfire
  23 mai 2017
Le vent de liberté continue de souffler sur Notre-Dame-des-Lacs et s'amplifie, un vrai tourbillon qui se propage de coeur en coeur. Désir d'émancipation, envie de vivre comme ils l'entendent, les habitants brisent les conventions et le silence et assument leurs envies.
Le curé a une crise de foi mais les paroissiens s'en accommodent, préférant garder un curé dans le doute plutôt que de récupérer un nouveau curé rétrograde. Marie, enceinte, annonce tout naturellement qu'elle ne sait pas qui est le père et que ça n'a aucune importance.
Tout ça n'est pas forcément très crédible mais on a tellement envie d'y croire à cette belle histoire simple et touchante. Ce village devient une sorte d'idéal.
Une immense tendresse pour le genre humain déborde de cette histoire. Tolérance et solidarité sont ici les maîtres mots. E ça fait du bien de lire une histoire qui met ces valeurs en avant. Ca change du monde qui nous entoure, ce monde dominé par forces obscures de la crevardise (copyright Alfaric). Oui, ce grand bol d'humanité fait chaud au coeur.
En plus, tout ça est raconté sans misérabilisme et sans mièvrerie mais avec tendresse, humour et bonne humeur.
Je suis pressée de lire le 9ème et dernier tome mais un peu triste à l'idée que ce sera le dernier.
Challenge B.D 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
lyoko
  16 juillet 2016
C'est l'hiver et les hommes repartent en bucheronnage. . Mais Marie est enceinte, elle qui se croyait stérile. Mais la question se pose : de qui ?
Mais surtout c'est môssieur le curé qui a une crise existentielle et qui du coup ne plus faire son office.. quel drame pour les bigottes.
Toujours dans la simplicité du petit village de notre dame des lacs avec des personnages authentiques et haut en couleur l'air de rien. Si simple, si vrai et si humain.
Je surkiffe cette BD qui fait du bien, et encore du bien
Commenter  J’apprécie          350
Laurence64
  24 novembre 2012
Pour le plaisir, lalalala…
Pour le plaisir des yeux d'abord, puis celui de l'histoire, si loin des codes de la bande dessinée. Chez Loisel et Tripp, je rêve sous les flocons de neige, embarquée dans la chronique de ce petit village canadien. Les grincheux trouvent qu'il ne se passe pas grand chose. Les agités regrettent le manque d'action. Moi, je savoure.
Cet avant-dernier volet de la série est plus court que les tomes précédents. Je ne ferai pas de mauvais esprit. Non, je ne penserai pas que Casterman prolonge la série pour gonfler ses ventes. Non, je ne suis pas une bonne vache à lait qui meugle avec ravissement au moment de la traite. Quoique. Je peux meugler avec ravissement: MEUUUUUUUUUUHHHHHHHHH!
Parce que j'ai aimé ce tome-ci aussi.
Le village déserté par les hommes reprend une vie apaisée. Mais la douce révolution des moeurs amorcée à l'arrivée de Serge continue. Peut-être, est-ce là que réside le charme du scénario. Les profonds bouleversements qui métamorphosent les relations codées entre les villageois vont toujours dans le sens de l'humain. Aucun -isme pour revendiquer l'homosexualité, le plaisir, la tolérance. Simplement un apprendre à vivre ensemble. Brassens apprécierait.
Marie est en famille, ignorante du père, s'en moquant comme d'une guigne, prenant le bonheur qui lui vient. le curé a une crise de foi, négocie avec ses ouailles. Les grenouilles de bénitier squattent l'église désertée, se réfugient dans des TOC. Les mères s'offrent une escapade en ville. Des petits riens qui font la vie; celle de tous les jours, sans affectation ni emphase.
A Notre-Dame-Des-Lacs, le temps secrète du temps. Se presser serait incongru.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280


critiques presse (3)
BullesEtOnomatopees   31 janvier 2013
Même s'il aborde une nouvelle fois des thèmes très sérieux, cet album conserve toutes les qualités de la série et c'est avec un immense bonheur que l'on se replonge dans cet univers.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BDGest   29 janvier 2013
Divertissant et plein de charme, Les femmes ravira les inconditionnels de Magasin général et fera passer un bon moment à ceux qui auraient pu se lasser d'une saga un peu longue.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   21 janvier 2013
Régis Loisel & Jean-Louis Tripp unissent une nouvelle fois leur talent pour donner une avant-dernière escapade québécoise dont le succès et la qualité n’est plus à démontrer. L’hiver de retour, les femmes se retrouvent de sans leurs ’cheums’ alors que de nombreux bouleversements agitent Notre-Dame-des-Lacs.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld09   31 juillet 2021
Je voudrais aussi vous dire que moi, j’me peux plus d’bonheur !
Même que je suis la femme la plus heureuse du monde !
C’est à cause que... j’suis en famille !
Pis j’sais pas c’est qui l’père !
Pis j’ai pour dire que c’est pas grave pantoute !!!
Commenter  J’apprécie          70
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   20 janvier 2017
Enceinte !? C…comment ça enceinte ? Voyons donc ça s’peut pas !!! T’as jamais pu avoir d’enfant…coudonc … on a jamais pu avoir d’enfant nous autres !
[…]
Comment ça qu’tu serais en famille ? Ça s’peut pas, Marie…Ça s’peut pas…

[…]

Coudonc ma belle Marie, il est temps que t’ailles te reposer… J’trouve que t’en as fait de trop ce tantôt… J’aimerais ben ça que t’écoutes un peu plus la matante quand elle te dit de calmer le pompom. .. Pis y bouge-tu déjà ce ti-cul-là ? Quand vas-tu l’annoncer au monde ma belle ?
[…]
Marie…ma belle Marie… Il s’en est passé des affaires à Notre Dame depuis que j’suis parti… quand j’pense qu’il y a deux ans d’çà… Quand j’y vois tout ce chambardement, toute cette partie de brasse-camarade… un village pas d’maire, pis à peine de curé pis des femmes charleston… pis toi qui es en famille… Quand même, Marie, quelle drôle d’histoire, la vie… Mais rendus là, ma belle, j’vas t’dire, j’trouve ça ben correct pour toi !..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
christinebeaussonchristinebeausson   01 mars 2015
Vous êtes attentif aux gens, toujours là pour les écouter.... Vous n'avez pas la rigidité de ces curés qui règnent en despotes et qui font vivre leurs ouailles dans la culpabilité et la peur permanente du châtiment divin.... Votre Dieu à vous Réjean, il est bienveillant....
Commenter  J’apprécie          110
SylSyl   04 décembre 2013
"- Une messe tous les deux mois, plus Noël, les Rameaux, Pâques et la Saint-Jean !
- Non ! non ! non !… une messe aux deux semaines, pis en plus de Noël, Les Rameaux, Pâques et la Saint-Jean… il nous faut Pentecôte, l’Assomption de Marie et la Toussaint !
- Et l’Immaculé Conception !
- Plus les baptêmes, les mariages et les enterrements !
- Bon, je vous accorde les baptêmes et naturellement les mariages et les enterrements mais pas plus d’une messe courante par mois et pour les fêtes… je veux bien rajouter l’Assomption…
- Et la Toussaint ?
- Va pour la Toussaint ! Mais pour les confessions ce sera un après-midi par mois, pas plus !
- Ben…
- Euh…"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ColibrilleColibrille   16 octobre 2014
Coudonc, ma belle Marie, il est temps de se reposer... J'trouve que t'en as fait de trop ce tantôt... J'aimerais ben ça que t'écoutes un peu plus la matante quand elle te dit de calmer l'pompon... Pis ? Y bouge-tu déjà ce ti-cul-là ? Quand vas-tu l'annoncer au monde, ma belle ?
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Régis Loisel (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Loisel
La nouvelle grande saga amazonienne de Régis Loisel, mise en scène par Olivier Pont. Tome 2 : "Demain, on part chercher cet avion, et si on trouve le magot, on partage en trois. Mais...De quel genre de magot on parle, là ? Du gros pognon, petit, de quoi changer une vie."
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Régis Loisel, sa vie, son oeuvre

Dans quel magazine Régis Loisel a-t-il publié sa première planche ?

Les Pieds Nickelés Magazine
Pif Gadget
Pilote
Fluide Glacial

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Régis LoiselCréer un quiz sur ce livre