AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203062108
128 pages
Éditeur : Casterman (15/10/2014)
4.44/5   355 notes
Résumé :
Plus de maire à Notre-Dame-des-Lacs, plus de curé ou presque, Marie enceinte d’un père que personne ne connaît et les femmes du village prises d’une frénésie d’achats comme on n’en avait encore jamais vue… Le monde s’est-il mis à marcher sur la tête, là-bas au fin fond du Québec rural ? Est-ce là l’oeuvre du démon, le commencement de la fin ?
Non, bien sûr, car ce qui imprègne avant tout chaque image, chaque scène, chaque dialogue et chaque personnage de ce s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
4,44

sur 355 notes
5
52 avis
4
19 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  20 septembre 2020
L'hiver s'est bien installé à Notre-Dame-des-Lacs, maintenant recouverte d'un joli manteau blanc. Ici et là, l'on s'affaire aux tâches quotidiennes tandis que les hommes sont absents pour cause de bûcheronnage. Alcide bichonne les pieds de ces dames en leur fabriquant de jolis souliers tandis que Philomène leur taille de belles robes ; Gaëtan concocte de bons plats aux soeurs Gladu ; Réjean, tout affairé au bateau de Noël, en oublie même la confession ; Marie, sous le regard bienveillant de Serge, se repose en attendant la venue de son bébé et chacun attend impatiemment le retour des hommes...
C'est, évidemment, le coeur un peu serré que l'on quitte Marie, Serge, Gaëtan, Jacinthe ou encore les Gladu... Voilà un an que Serge a débarqué à Notre-Dame-des-Lacs et l'on peut dire que la vie de toute la communauté a changé, placée dorénavant sous le signe de la danse, de la coquetterie (aussi bien féminine que masculine), la gastronomie, la libération sexuelle ou encore la littérature. Si des moments de doute, de nostalgie ou d'inquiétude existent encore, si des malheurs affectent la communauté, il en ressort avant tout un fort sentiment de plénitude, de joie et de petits bonheurs du quotidien grâce à ces habitants plus généreux et optimistes que jamais. Ainsi va la vie à Notre-Dame-des-Lacs, avec ses hauts et ses bas. Graphiquement, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp nous émerveillent cette fois encore.
Une très belle surprise nous attend à la fin de ce tome : un album photo de 28 pages. Des clichés de moments empreints de tendresse. Des moments passés mais aussi futurs où l'on apprend ce qu'il est advenu de chacun. Une agréable initiative qui nous permet de nous replonger dans ces instants qui nous sont devenus si chers...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
cardabelle
  20 juillet 2020
.
Beaucoup de billets déjà postés sur cette saga villageoise, version québécoise .
Après avoir dégusté les 9 tomes de cette b.d. , j'avais envie de partager mon avis : je choisis donc le dernier pour parler de l'ensemble .
D'abord , le graphisme : superbe . Vraiment travaillé avec un soucis du détail qui influe positivement sur l'envie de s'immerger dans ce petit village du fin fond du Québec .
Retour au début du 20éme siècle avec ici et là des rappels historiques sur le progrès ou encore l'évolution des moeurs .
Les personnages sont très attachants , émouvants .
L'histoire tourne autour de Marie qui tient l'unique magasin général . Des personnalités très diverses se côtoient et tentent de vivre leurs différences , avec parfois de grosses tempêtes qui bouleversent leur petit monde mais aussi beaucoup d'humanité .
Le fond de l'histoire ressemble à une utopie bien pensante ou à un conte qui offrirait une sorte de mode d'emploi du bien vivre ensemble .
Un hymne à la tolérance .
On passe par toutes les émotions au cours des différents tomes .
En arrière plan , toujours quelques traits d'humour bien attendrissants .
Le tout est servi dans une parlure québécoise : on risque juste d'attraper l'accent et de tomber en amour de ce petit village .
Mais ,si chaque tome met en lumière tel ou tel personnage au coeur d'une petite aventure , il faut pour apprécier l'ensemble les lire dans l'ordre et attendre la suite au prochain numéro .
Et , je serai critique aussi sur la qualité du scénario : des longueurs et beaucoup de répétions . On fait durer le plaisir !
Malgré ce reproche , j'en garde vraiment un bon souvenir de lecture .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573
lyoko
  22 août 2016
J'ai rarement eu aussi mal au coeur quand j'ai refermé la dernière page.. c'est dur de quitter des gens qui sont devenus des amis.. même les p'tites vieilles bigotes avaient fini par me devenir sympathiques... Marie me manque déjà.
J'ai franchement adoré cette BD , si simple, si vraie, si attachante. J'avoue que je n'aurais pas pensé qu'une BD avec un tel sujet aurait pu me devenir un véritable coup de coeur.
Je pense que magasin général est un incoutournable.. aussi bien pour les grands amateurs de BD que pour ceux qui n'en lisent jamais ou très peu
Commenter  J’apprécie          460
HORUSFONCK
  07 octobre 2020
Voilà-t-y le tome 9 et la fin de Magasin général!?
Mais quelle apothéose, criss de tabernouche!
Marie est en famille, et son ventre s'arrondit de plus en plus... On sait point qui est le père, mais ce n'est pas grave.
Y'a toujours pas d' maire, et beaucoup moins de curé, icitte, à Notre-Dame des lacs, mais ça dérange moins sinon pas du tout!
Réjean va regrouper les confessions, dont celles de Rosa, Albertine et Jeannette, les trois belles - soeurs bigotes... le pauvre vieilles avouent le péché de gourmandise. Elles aussi auront droit aux belles robes, comme toutes les femmes qui accueilleront les hommes retour du bucheronnage.
Ah, quelle fête et quelle belle surprise!
Et pour point salir ces belles chaussures et ces beaux atours, les hommes installeront...des trottoirs! La fête, je vous dis.
Serge et Réjean vont faire une escapade à Montréal, au prétexte de rencontrer l'évêque... Hum! Ils faut qu'ils ramènent, dans le plus grand secret, le perroquet qui sera le compagnon du Capitaine Noël ("Bonjourrrr captain!"). Perroquet mordeur de doigts, bien entendu!
Et puis, le même jour, il y aura le baptême suivi de l'incendie du bateau de Noël... Et la naissance simultanée des tit-culs de Marie. qui est le père? ce e sera Serge, vous inquiétez pas, les frères Latulipe.
Voilà, la saga s'achève, la chronique se termine...
Déjà?
Ah ben non!
Messieurs Tripp et loisel nous offrent en bonus, presque comme postface de cette merveilleuse série en Québec, un album de photos prises par Jacinthe avec le Zeiss-Icon que lui a donné Philomène. Ce sont les images qui racontent, en noir, gris et blanc, la vie à Notre-Dame du Lac jusqu'à cette année 1936 quand arrive l'électricité au village!
Et puis voilà.
Horusfonck a fermé l'opus 9 de Magasin général auquel il reviendra rendre visite pus târd... Quand le souvenir des personnages s'estompera et qu'il voudra les retrouver tous.
Mille mercis, encore, à Loisel et Tripp, lapierre le coloriste et Jimmy Beaulieu qui a adapté les dialogues en québecois.
Et puis, merci aussi à Casterman l'éditeur historique des Tintins-mais-pas-que-la-preuve...
Un Petit bonheur, de Félix Leclerc, pour clore. Sympa et approprié, non?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
cicou45
  30 janvier 2018
Nous voici de retour dans le petit village de Notre-Dame-des-Lacs au Canada où nous retrouvons nos personnages toujours aussi attachants les uns que les autres. En l'absence des hommes qui sont allés se ravitailler en bois, cela jase fort bien au village. En effet, Marie, l'une de nos protagoniste se retrouve en famille (enceinte) et tous savent fort bien que même si elle est en ménage avec Serge, cela ne peut pas être lui le père suite à une ancienne blessure de guerre alors les ragots vont bon train. de plus, en cette époque où les femmes n'avaient encore pas le droit de vote, après trois tours d'élection municipale, le village se retrouve sans maire et qui plus est, mais cela n'est que pour un temps, sans curé. En attendant la venue annoncée très prochaine de leurs hommes, les femmes leur préparent une surprise de taille : se faire toutes belles avec leurs nouvelles chaussures et leurs nouvelles robes de Montréal et en effet, la surprise sera de taille car lorsque ces dernier vont rentrer et en l'absence de comité d'accueil, ils vont longuement s'interroger avant de voir ce qui les attend. Quant à Noël, notre vieux loup de mer, son bateau devrait être baptisé tantôt alors autant dire que tous les habitants sont aux abois et se réjouissent d'avance de la fête prochaine qui devrait avoir lieu. Cependant, les choses ne vont pas se passer aussi bien que prévu et Marie, marraine du bateau va avoir quelques petites frayeurs lors de la mise à flots de ce dernier et les hommes quelques bonnes suées froides...enfin chaudes plutôt mais je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas gâcher le suspense. Gaëtan, quant à lui, chouchoute ces vieilles dames en leur concoctant des petits plats et se réjouit d'avance de la venue au monde de son futur petit frère ou future petite soeur et si il avait les deux mais là, encore...chut, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-mêmes !
Bien qu'étant passé à côté du tome 8, cela ne m'a pas empêché de très vite comprendre ce que j'avais raté et de me replonger avec délice dans les aventures du curé Réjent, Noël, Marie, Serge, Gaëtan et j'en passe sans oublier celui qui nous compte l'histoire mais qui regarde cela d'en-haut étant donné qu'il n'est plus de ce monde !
Un album extrêmement bien travaillé sur le plan graphique avec des photos souvenirs en fin d'ouvrage qui nous permettent de nous projeter quatre ans plus tard dans le temps ! Un ouvrage avec un scénario qui nous plonge dans un autre monde à une autre époque mais qui nous rappelle les valeurs essentielles de la vie qui sont l'entraide, le soutien et l'amour ! A découvrir et à faire découvrir !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310


critiques presse (9)
LaPresse   26 décembre 2014
Par ce conte humaniste, Lionel et Tripp déterrent avec finesse les racines québécoises pour raconter l'épanouissement en douceur d'un peuple.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   02 décembre 2014
On peut analyser de bien des façons ce beau «roman graphique» publié depuis 2005 (lisez les neuf tomes comme autant de chapitres, à la queue leu leu: c'est bel et bien un roman, mais dessiné). La journaliste qui signe ces lignes y voit une représentation a contrario de l'Éden: une Ève de 40 ans, c'est-à-dire Marie Ducharme, découvre le paradis en croquant dans le plaisir comme source de savoir.
Lire la critique sur le site : LaPresse
BoDoi   25 novembre 2014
Magasin général a su, au fil des ans, s’imposer comme une grande série rassembleuse, maniant les grands et bons sentiments avec justesse, prônant la tolérance et l’ouverture aux autres au gré d’intrigues à hauteur d’hommes et de femmes, sans jamais en faire trop ni imposer un discours bien-pensant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   04 novembre 2014
Notre-Dame-des-Lacs est d’une élégance simple et achève dans une beauté naturelle une magnifique série qui aura assurément marqué son temps.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Auracan   27 octobre 2014
Du rire, de l'émotion, le neuvième et dernier album est à l'image des précédents, et il revêt toute son importance car il est le dénouement de près de dix ans vécus avec les personnages.
Lire la critique sur le site : Auracan
Auracan   22 octobre 2014
Du rire, de l'émotion, le neuvième et dernier album est à l'image des précédents, et il revêt toute son importance car il est le dénouement de près de dix ans vécus avec les personnages.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   21 octobre 2014
Loisel et Tripp signent le dernier tome de Magasin Général. Nous allons quitter, à regret, les habitants de Notre-Dame-des-Lacs et, avec eux, cet univers chaleureux, simple, fraternel créé par les deux amis et auteurs.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BullesEtOnomatopees   20 octobre 2014
Sublimé par les planches et ambiances toujours magnifiques de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, la fin de l’histoire s’emballe dans un flot d’événements inattendus, qui viendront changer à jamais la vie des habitants, en mieux.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
LeMonde   17 octobre 2014
Scénaristes et dessinateurs en même temps, Loisel et Tripp ont réalisé "davantage" qu’un feuilleton humaniste dopé aux rebondissements épiques et aux dialogues savoureux (où foisonnent les québécismes).
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   21 janvier 2017
Y’a un an d’ça, quand les hommes s’en sont r’venus du bois…y ont trouvé un grand gars de Montréal, qu’avait enjôlé tout l’monde…pis qui avait ouvert un restaurant de français chez nous…. Dans mon magasin général. Y’avaient pas aimé ça ben ben, c’qui était arrivé dans leur dos… pis moi… moi j’avais haï ça pour vrai… La rivière a pas mal roulé depuis l’temps, pis elle a ben poli les roches… […] … Les roches de gars… […] … Pis les roches de filles…

[…]

Mautadire, ça m’fait d’quoi de pas être là, avec vous autres à goûter l’temps des retrouvailles polies avec ma belle Marie toute en famille… Le monde icitte s’est amieuté certain !... Aujourd’hui, j’le vois… C’est ben d’valeur que j’sois parti avant l’temps… avant l’temps d’avoir eu le temps de m’amieuter avec vous autres… ben d’valeur… Mais c’est ça qui est ça !...

[…]

C’qui m’fait un p’tit v’lours, c’est qu’tout ça, c’est grâce à moi… ben oui… si j’étais pas mort, tu s’serais pas tombée en amour avec le grand… premièrement, tu l’aurais pas ramassé sur l’bord du chemin… à cause que t’aurais pas chauffé l’char pour aller faire du stock à Saint-Siméon… En tout cas, y’a une chose de sure… Sous mon règne, y aurait jamais fait son restaurant d’français, icitte !... puis toi, ma belle, tu t’serais pas emmieuttée… jusqu’à t’baigner nue-fesses… pis surtout… tu s’rais pas en famille…

[…]

J’étais dû pour mourir… C’était pas dur tant qu’ça pourtant…Un grand respire de liberté… c’est ça qu’ça prenait… Faut croire qu’avait un moton à quelque part qui empêchait… Pourtant j’étais pas un mauvais gars…[…] J’étais pas l’meilleur des bonhommes… Mais j’étais pas si pire… En tout cas, j’étais pas une pomme pourrite dans l’panier ! J’étais juste Félix Ducharme, un gars bien ordinaire… À c’te heure… j’suis mort… mais vous autres, c’est vot’ vie… […] vot’ vie à vous autres…celle-là qu’vous voulez… avec c’que vous aviez eu le front d’faire, pis qu’vous avez quand même fait… pis tout c’que vous avez donc encore le goût d’faire… Ouains… c’est vot’ vie, ça… pis… vous avez l’air ben…

[…]

Bon, ben on dirait qu’c’est l’temps que je m’en aille…[…] Pis avec toi le grand, j’peux partir en paix… J’sais qu’tu vas prendre soin de not’ belle Marie, pis des ti-culs…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
manU17manU17   02 janvier 2016
- Hi ! Hi ! Hi ! Ben j'sais qu'y'a pas l'air comme ça, mais...m'a vous dire : Alcide en dessous des couvertes...c'est toute une pièce d'homme !
- Mon doux ! Tu veux dire qu'y est... amanché pour veiller tard !
- Jésus, Marie ! C'est épeurant !
Commenter  J’apprécie          162
AproposdelivresAproposdelivres   09 novembre 2014
- Bon ça fait que... on est d'accord. Hein ?
Ti-Guy a dit qu'y allait leur bûcher une cordée d'bois.
Pis moi, j'vas m'occuper du lavage...
- Pis moi, aujourd'hui j'm'occupe de leur faire à manger...
- Pis... moi ?
- Toi, Marie, t'en as déjà ben assez fait, là !...
- Ouains, Adèle a raison, tu vas te reposer un peu...
- Ooh. Bon matin !
- Aah, bon matin Eloïse... Justement on s'en venait te voir... rapport aux Madames Gladu.
- Serais-tu prête à aller faire un peu de ménage chez eux ?
- Certain ! Ca va me faire plaisir mais... j'vais y aller demain...
Parce que tantôt, y a Germaine, Lucienne, pis toute la gang des nouvelles robes qui s'en viennent chez Alcide pour les mesures des souliers...
Pis moi, j'vas faire la salle d'attente chez nous, avec des breuvages pis des biscuits.
Ça fait que...
- Mon doux Jésus ! Mais ton Alcide, si ça continue de même, y va finir par recevoir des commandes de... de Montréal !
- Bon, ben moi, j'vous laisse j'm'en vas porter la soupe aux madames...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sld09sld09   06 août 2021
- Mais là... J'me dis... que... tout l'temps qu'vous avez pris pour coudre ces belles robes-là... Ben c'est du temps où c'que vous avez pensé à nous-autres...
- Sais-tu quoi, mon Fernand ? C'te robe-là, elle m'a fait passer l'hiver avec toi... Ça fait longtemps que j'avais pas pensé à toi de cette manière-là...
Commenter  J’apprécie          80
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   12 janvier 2015
J'aimerais donc ça qu'vous puissiez m'entendre une dernière fois... J'vous dirais qu'aujourd'hui, j'suis bien fier de vous autres... De vous voir tricotés serrés d'même... dans la peine pis dans la joie. C'est ben d'adon...
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Régis Loisel (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Loisel
La nouvelle grande saga amazonienne de Régis Loisel, mise en scène par Olivier Pont. Tome 2 : "Demain, on part chercher cet avion, et si on trouve le magot, on partage en trois. Mais...De quel genre de magot on parle, là ? Du gros pognon, petit, de quoi changer une vie."
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Régis Loisel, sa vie, son oeuvre

Dans quel magazine Régis Loisel a-t-il publié sa première planche ?

Les Pieds Nickelés Magazine
Pif Gadget
Pilote
Fluide Glacial

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Régis LoiselCréer un quiz sur ce livre