AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782377311989
Sarbacane (21/08/2019)
3.91/5   289 notes
Résumé :
Rien n'est plus comme avant. Le monde tel qu'on le connaît semble avoir basculé : plus d'électricité ni d'essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient.
Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au coeur de la forêt. Quand la civilisation s'effondre et que leurs parents disparaissent, les deux soeurs demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 289 notes
5
31 avis
4
33 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis

cascasimir
  15 septembre 2020
"Je faisais ce rêve, adolescent
Je m'éloignais de la clairière
Plus j'avançais, moins j'y voyais clair."
Enfants, Neil et Éva aimaient se perdre dans la forêt..

"Le rêve avait viré cauchemar
Puisque personne, personne, ne me cherchait."
Mais, le monde a vacillé, comme la flamme d'une bougie. Plus d'essence, plus d'électricité, ni de transports.
Des rumeurs courent sur l'effondrement de la Civilisation, les gens fuient où se terrent...

"Parmi ce peuple indifférent
D'arbres, de feuilles, de vent
J'avais perdu ma propre trace."
Les parents sont morts. Et dans la forêt profonde, l'homme est redevenu un loup pour l'homme. Des bêtes sauvages! Un de ces prédateurs va rôder autour de la cabane des adolescentes et ravir son innocence à l'une d'elles...

"Dans cette forêt, j'y suis encore
De cette forêt, est-ce qu'on en sort? Bénabar, Dans la forêt.
Il va falloir vivre autrement, grandir et se battre. Apprendre à faire confiance en la Forêt environnante, emplie d'inépuisables richesses...
Seul, le métronome qui bat la mesure, permettra à Éva d'avancer, de danser et de vivre!

Il y a eu le livre, le film "Et into the forest", en 2015 puis cette BD avec de beaux dessins...

"Il était une fois une forêt... où les fins heureuses n'existaient plus..." Once upon a Time.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9015
marina53
  05 janvier 2020
Deux soeurs en pleine forêt. Isolées et presque coupées du monde. Quelques bougies, un cahier et une paire de chaussons offerts. Pour Nell et Eva, ce Noël ne ressemble à aucun autre. Et le monde dans lequel elles vivent ne ressemble pas non plus à ce qu'il était. Un monde à l'abandon, des villes désertées, sans eau ni électricité. Dans leur grande maison en bois, située en forêt profonde, les deux soeurs se sont organisées et vivent en autarcie, se nourrissant notamment des conserves fabriquées par leur père. Certaines que tout redeviendra comme avant, elles ne perdent pas espoir...
Dans ce récit post-apocalyptique, le monde n'est plus ce qu'il était. Ni eau, ni électricité, ni essence, réduisant toute activité commerciale et économique à néant. Guerre ? Attaque chimique ? Nul ne le sait. C'est dans ce contexte post-apocalyptique que l'on suit le quotidien de Nell et Eva, âgées respectivement de 18 et 17 ans. Comment survivre et subsister ? Comment s'adapter à ce nouveau monde ? Adapté du roman éponyme de Jean Hegland, cet album fait la part belle à la solidarité, et à la nature foisonnante, protectrice et nourricière, véritable personnage à part entière. Entrecoupé de flashbacks, concernant notamment leur vie d'avant avec leurs parents mais aussi les circonstances de leur mort, le récit alterne les moments d'angoisse, de peur mais aussi d'espoir. de son trait semi-réaliste, tout en nuance de gris, Lomig dépeint avec sensibilité et finesse la relation des deux soeurs et nous offre de très belles planches au coeur de la forêt.
Une adaptation parfaitement réussie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          612
Amakir
  23 mai 2021
« C'est ainsi qu'Eva s'est mise à danser au rythme implacable du métronome. Elle a appris à convoquer sa propre musique. C'était comme si sa nature sauvage luttait pour sortir. »
Danse Eva, Danse ! Tourne, saute et vole !
Dans un monde dystopique où la civilisation se brise en mille morceaux, Nell et Eva se reconstruisent.
Une forêt et une maison en son centre, où règnent alternativement la peur, le courage, le doute, l'amour, la cruauté, le réconfort, les cicatrices, les rires et les cris. Dans la maison, deux soeurs prêtes à tout pour vivre et aimer.
Lors d'une flânerie en librairie, j'ai été séduite par la couverture au contraste étourdissant entre la prodigieuse grandeur des arbres et la petite taille non moins frappante des deux jeunes femmes.
Dans la forêt (BD) de Lomig en bande-dessinée m'a été offerte avec amour et fait partie des plus belles oeuvres que j'ai découvertes cette année.
Le roman de Jean Heglang n'étant pas dans mes priorités, cette bédé a été un compromis réjouissant.
La terre, vêtue de sépia, voit pousser des troncs immenses dont les branches feuillues ou épineuses se projettent vers le ciel en laissant passer la chaleur du soleil. Soulagée par le déclin de l'humanité, la sphère est plus belle que jamais et la nature tente de retrouver sa place légitime.
« C'est comme si nous n'étions qu'un paquet de besoins qui épuisent le monde. »
J'aime particulièrement cette scène où la mère plante seule ses tulipes, en échappant à l'inéluctable le temps d'un moment de réconfort, pendant lequel elle aurait aimé se confier et préparer ses filles au deuil.
« Quand les premières feuilles de tulipe ont pointé de la terre humide, il n'était plus possible d'échapper au fait qu'elle se mourrait. »
Une saison plus tard, Nell observe les liliacées en floraison dans la prairie, seule avec ses souvenirs, la bulle muette...

J'ai été saisie par l'éclat des planches au réalisme confondant. La forêt est remarquablement plantée. En fermant les yeux, je me suis imaginée planer entre les pages, prenant place parmi les conifères, pieds nus dans la terre et l'herbe fraîche.
Le temps d'une inspiration, j'ai senti l'humus. À l'expiration j'ai entendu les brindilles craquer au sol et les oiseaux s'envoler.
Une bande dessinée dans laquelle j'avais si souvent envie de me fondre, en dépit de la pandémie dévastatrice…
« C'était comme si la forêt m'enlaçait telle une mère avec son enfant. Je me laissai aller. Je n'étais plus ni seule, ni angoissée, ni vulnérable … Ma peur m'avait complètement quittée. J'étais en paix. »
Le silence apaise les dessins dépourvus de mots. de nombreuses vignettes nous offrent l'image sans le son. Quelle délicatesse...
Plusieurs passages intenses habillent une grotte en pleine forêt. de la tendresse à l'érotisme, puis de l'étreinte à la vie nouvelle.
Par la pointe de son crayon, Lomig anime et inspire ses personnages. Les scènes de danse sont particulièrement magiques. Eva, de sa superbe, s'élance et vole au son du métronome en se créant sa musicalité. Nell, émouvante enfant, la suit du regard avec admiration, les yeux baignés de larmes.
« Je me surprends même parfois à entendre la musique sur laquelle elle danse. »
La troublante complicité des deux soeurs s'intensifie progressivement et aussi sûrement que la maison s'effondre… Elle vont devoir faire successivement leur propre choix de vie et puis… La délivrance…
« Il ne nous reste plus qu'à entrer dans la forêt pour de bon. »

Lue en avril 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4916
Crossroads
  27 mars 2020
Le roman originel de Jean Hegland était anxiogène à souhait.
Je me demandais comment Lomig allait s'y prendre pour retranscrire l'impalpable.
Je ne me pose plus la question.
Fidèle dans le texte et l'esprit, Dans La Forêt distille sa petite musique catastrophiste par petites touches sobrement déclinées et ne laisse pas de tarauder le lecteur quant au bien sombre futur réservé à ces deux soeurs désormais livrées à elles-mêmes dans ce monde de chaos ambiant.
Tiens, ça me rappelle quelque chose de très actuel.
L'on peine, doute, craint, aime, puis rêve encore avec cette touchante fratrie n'ayant pour seul radeau qu'une complicité échafaudée dans les moult joies et innombrables peines déjà éprouvées malgré leur tout jeune âge.
Un quotidien à réinventer.
Un retour aux origines, une prise de conscience de l'essentiel expurgé de toutes ses scories technologiques et c'est un long cheminement qui nous est conté là, un interminable et fol espoir à la vitalité encore vacillante mais rendu nécessaire par un instinct de survie prégnant.
Le trait bicolore se veut sobre tout en retranscrivant l'essentiel.
Il magnifie une nature qui reprend ses droits et questionne sur le statut transitoire de locataire terrien.
Dans La Forêt n'est pas un énième récit survivaliste.
Il est bien plus que ça.
Emprunt d'une certaine nostalgie et d'une rare délicatesse, il saura vous convaincre de l'intérêt évident de se recentrer sur l'essentiel en délaissant un peu plus souvent le Dieu technologie, objet paradoxal d'une certaine solitude sociétale...
Robinson Crusoé approve this message !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
palamede
  24 mai 2021
Au fond de la forêt, Eva et sa soeur vont devoir vivre par leurs propres moyens. Les moyens du bord, quand on n'a plus ni électricité, ni réserves de nourriture, ni personne à qui parler, qui finalement les ramènent aux valeurs premières.
J'ai beaucoup aimé la version graphique de ce roman dystopique où la beauté de la forêt, les personnalités attachantes des deux soeurs, leurs rapports entre elles et à la nature sauvage, parfois âpre, sont parfaitement rendus par les dessins dans une nuance de gris de Lomig. D'autant plus que cette version fidèle au texte d'origine en évacue les quelques longueurs. Une belle réussite !
Commenter  J’apprécie          590


critiques presse (2)
ActuaBD   24 septembre 2019
Le lecteur est conquis par ce récit saisissant, la beauté des décors et la délicatesse des traits, en particulier dans la vaste palette des émotions représentées. Le récit intrigant distille un sentiment de malaise dès les premières pages, qui plantent un univers insolite, à la fois familier et étrange.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   22 août 2019
Ce huis-clos en pleine nature [...] est formidablement tenu par Lomig (Le Cas Fodyl), qui, avec son crayon fin et ultra-sensible, ne s’économise pas dans le dessin des arbres, des nuages et du vent dans les feuilles, autant que dans les postures et les regards toujours signifiants.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   14 décembre 2019
- C’est les cerfs qui vont se régaler !
- Eh non, gros malin... Dans le livre il est écrit qu’ils ne mangent pas les tulipes.
- Ah bon ? Eh bien, j’espère qu’ils ont lu le même bouquin que toi.
Commenter  J’apprécie          162
beamag87beamag87   25 août 2019
Je sentais quelque chose d'autre...
partout autour...
une chose que je n'avais encore jamais remarquée...
une force douce et paisible qui m'enveloppait toute entière.
C'était comme si la forêt m'enlaçait telle une mère avec son enfant. Je me laissais aller...
sans résistance, aucune, et le coeur infiniment calme.
Commenter  J’apprécie          70
AmakirAmakir   19 janvier 2021
C’est ainsi qu’Eva s’est mise à danser au rythme implacable du métronome. Elle a appris à convoquer sa propre musique. C’était comme si sa nature sauvage luttait pour sortir. 
Je me surprends même parfois à entendre la musique sur laquelle elle danse.
Commenter  J’apprécie          70
ArthoreArthore   03 novembre 2019
(Nell se remémorant un des derniers mois de leur vie dans un monde encore normal - p25)
L'idée me vient maintenant qu'elle avait peut-être besoin de nous parler de sa mort, qu'elle sentait proche.
Mais je crois que je n'était pas prête à l'entendre et encore moins à exprimer ce que je ressentais... De peur que mon chagrin et ma rage se déchaînent et ne nous tuent tous.
Commenter  J’apprécie          30
mikaelunvoasmikaelunvoas   24 mai 2021
- En fait il y a pas mal de gens qui ont décidé de partir depuis la grosse épidémie.
- Quelle épidémie ?
- C'était un genre de grippe. Mais vraiment un truc de dingues. Les gens allaient bien et le lendemain ils n'étaient même plus capables de bouger. En deux trois jours, ils étaient morts.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Lomig (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Lomig
Vidéo de Lomig
autres livres classés : forêtsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4055 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre