AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264009661
Éditeur : 10-18 (09/09/1998)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Dès son second livre, "En pays lointain", 1901, inspiré encore par la ruée vers l'or du Klondike, Jack London renouvelle l'aventure en introduisant la femme dans cet univers masculin et violent. Selon un code de l'action que les cinéastes de Hollywood redécouvriront vers 1950, c'est grâce à la femme que l'homme parviendra à se racheter, a se sublimer ou à découvrir le sens de sa vie. "En pays lointain" ne se borne pas à mettre en scène des périls et des bonheurs au ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fredho
  26 septembre 2013
Dans ce livre Jack London nous conte 8 nouvelles sur le Grand Nord du Canada, 8 aventures sur la dure vie des trappeurs.
Ces aventuriers du Grand Nord vont se confronter au froid, à la faim, la solitude, au danger des pistes glacées mais ils vont également vivre des aventures humaines et rencontrer des femmes au courage remarquable et exemplaire.
J'ai aimé les 8 nouvelles de ce livre mais plus particulièrement apprécié « En pays lointain » et « L'abnégation des femmes »

« En pays lointain », un récit psychologique sur deux hommes inexpérimentés mais complices qui se réfugient tout seuls le temps d'un hiver dans une cabane du Grand Nord canadien en attendant le retour de leurs coéquipiers. Les deux hommes qui face à l'immense silence du Grand Nord et au froid piquant vont au fil des jours s'affronter comme deux bêtes sauvages.
« L'abnégation des femmes » est ma nouvelle préférée. Sitka, un trappeur projette un long voyage en traîneau dans le Grand Nord du Canada en vue d'une mission. Il achète une indienne Passuk afin qu'elle l'aide à nourrir ses nombreux chiens et à manier la pagaie sur le fleuve. Sitka le trappeur au coeur froid ne porte aucun regard sur Passuk mais la traite malgré tout avec bienveillance et justice. Au début de l'expédition, l'indienne se montre craintive et pleine d'amertume mais finit au fil du temps par aimer secrètement le trappeur. le voyage est rude, le froid est piquant, les réserves de nourriture s'amenuisent et le silence du Grand Nord pèse sur le moral mais Passuk éprise d'amour pour Sitka fera preuve d'une grande abnégation pour que le trappeur arrive au bout de son voyage...
Jack London est un fabuleux conteur, dans ce livre il nous transporte une fois de plus sur les pistes du Grand Nord et nous fait vivre des aventures des plus glaçantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
lecassin
  06 août 2014
« En pays lointain »… Un recueil de huit nouvelles composé par Hachette en 1930 et réédité en 1947, pour la présente édition :
- « En pays lointain » : La ruée vers l'or du Grand Nord ; et la difficile promiscuité des hommes…
- « Yan l'irréductible » : Une erreur judiciaire évitée de peu…
- « Quand un homme se souvient » : Fortuné La Perle sauvé d'une mort certaine par le dénommé Uri… A moins que…
- « Où bifurque la piste » : Un cruel dilemme…
- « Siwash » : Une forte femme… Ou deux, allez savoir…
- « Une fille de l'aurore » : Ce que femme veut…
- « A l'homme sur la piste » : Une chasse à l'homme, on l'aura compris…
- « L'abnégation des femmes » : une grande preuve d'amour…
Huit nouvelles dans le Grand Nord canadien que Jack London n'a aucun mal à nous décrire, lui qui se fit chercheur d'or dans les dernières années du XIX ème siècle. Huit textes qui font froid dans le dos. Non seulement par la température extérieure, entre -50°C et -60°C, mais aussi par leurs personnages et leurs agissements. Des personnages souvent rustres et violents qui ne manquent pas de rappeler ceux d'Erskine Caldwell en d'autres temps, en d'autres lieux…
Un excellent recueil d'où ressortent, pour moi deux nouvelles : « L'abnégation des femmes » et « Une fille de l'aurore », deux portraits forts de fortes femmes… Pas mal non plus : « Yan l'irréductible », « Quand l'homme se souvient » et « Où bifurque le piste », trois expressions de la justice des hommes…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
NathalC
  22 décembre 2015
Un milieu hostile, des hommes bruts...
On ressent l'environnement dur...
On retrouve tout le talent de l'auteur dans ces descriptions.
Commenter  J’apprécie          151
zakfm
  14 juillet 2020
Dans l'intégrale de la collection "bouquins" de Robert Laffont, ce recueil de nouvelles pourtant publié en 1901, se trouve au milieu du dernier volume. de nombreuses idées originales y ont été puisées pour alimenter ses futures nouvelles lues auparavant. Je fus donc un peu blasé d'être affamé et de manger mes mocassins, d'être sauvé une fois de plus de la famine par le sacrifice d'une femme qui avait gardé cachée une petite pochette avec quelques réserves. le déroulement des histoires ne semble pas trop réfléchi.
Heureusement, le style puissant de London sauve la mise.
Commenter  J’apprécie          10
epubforge
  15 août 2015
En pays lointain, huit nouvelles publiées en 1899, relatent les aventures des trappeurs et des mineurs du grand Nord, dans des conditions de vie extrêmes et un milieu hostile où seuls les plus forts survivront.
Lien : http://eforge.eu/jack-london/
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fredhofredho   27 septembre 2013
- "La vie est une chose étrange. J'y ai souvent réfléchi et j'ai longuement médité sur elle; cependant son secret, loin de s'éclaircir, ne fait qu'augmenter pour moi ",
- "Pourquoi cette soif de vivre?"
- "C'est un jeu auquel personne ne gagne. Vivre, c'est peiner et souffrir jusqu'au moment où la vieillesse s'appesantit sur nous, et que, las, nous laissons tomber nos mains sur les cendres froides des feux éteints".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          158
fredhofredho   25 septembre 2013
La mort est douce! Il n'y a que la vie et toutes les choses inhérentes à la vie qui blessent. N'empêche que nous l'aimons et haïssons la mort. N'est-ce pas étrange?
Commenter  J’apprécie          200
NathalCNathalC   22 décembre 2015
A la santé de l'homme qui, cette nuit, avance sur la piste ! Puissent ses chiens garder leur vigueur, sa nourriture lui suffire et ses allumettes toujours prendre !
Commenter  J’apprécie          90
lecassinlecassin   06 août 2014
Une allusion décochée avec un certain regard planté droit sur un homme est une menace qui inspire le respect.
Commenter  J’apprécie          120
NathalCNathalC   21 décembre 2015
...reprends tes esprits. Nous ne voulons ni te faire du mal, ni te tuer, ni rien de tout ça, simplement te pendre.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Jack London (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack London
#littérature #voyages #CulturePrime
Comme une envie de prendre le large ? Embarquez aux côtés de Jack London, baroudeur aux mille vies, écrivain des grands espaces, qui a su mieux que personne faire voyager des millions de lecteurs à travers le monde.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
autres livres classés : grand nordVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'appel de la foret

comment s'appelle le chien ?

holly
Buck
Billy
Rachid

3 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : L'appel de la forêt de Jack LondonCréer un quiz sur ce livre