AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Lise London (Autre)
EAN : 9782070377213
640 pages
Gallimard (23/01/1986)
3.83/5   61 notes
Résumé :
- Taisez-vous. Je vous avertis que cette affaire fera tomber des têtes. Nous avons toutes les preuves en main. Nous emploierons des méthodes qui vous étonneront, mais qui vous feront avouer tout ce que nous voulons. Votre sort dépend de nous. Ou vous optez pour des aveux complets pour essayer de vous racheter, ou vous vous obstinez à rester dans la peau d'un ennemi de l'Union soviétique et du Parti jusqu'au pied de la potence. Alors, pour commencer, répondez à la qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
frandj
  14 janvier 2015
C'est un livre très dur, et même indigeste, qui pourra sembler anachronique à certains lecteurs d'aujourd'hui. Il s'agit du témoignage d'Artur London, ancien des Brigades Internationales en Espagne, actif dans la Résistance en France, survivant d'un camp de concentration allemand. C'est un héros - un héros communiste - qui a été nommé vice-ministre des affaires étrangères de Tchécoslovaquie en 1949. Pourtant, un jour de 1951, il est arrêté par la police politique de son pays. Quand il proteste de son innocence, quand il demande quelles sont les charges contre lui, on lui répond: « Nous emploierons des méthodes qui vous étonneront, mais qui vous feront avouer tout ce que nous voulons. Votre sort dépend de nous. Ou vous optez pour des aveux complets pour essayer de vous racheter, ou vous vous obstinez à rester dans la peau d'un ennemi de l'Union soviétique et du Parti jusqu'au pied de la potence ». de fait, tout se passera exactement comme indiqué dès le début.
Treize autres hauts dirigeants tchécoslovaques ont été également arrêtés, parce que Staline et son laquais Gottwald ont froidement planifié cette purge. Artur London se justifie, résiste aux pressions, explique mille fois son parcours; rien y fait. N'importe quoi peut suffire pour "prouver" qu'il est un espion: par exemple, il a reçu des subsides d'une ONG financée par les Américains, après guerre. Les policiers emploient tous les moyens, y compris les plus abjects et les plus grossiers, pour qu'il assume le rôle qu'on a prévu pour lui dans le futur procès. Dans "Le zéro et l'infini" publié un peu auparavant, Koestler était resté encore très en-deçà de la vérité sur le système répressif dans les pays communistes. "L'aveu" décrit le point extrême du totalitarisme.
Bien entendu, tous les "amis" d'Artur London ont été immédiatement convaincus de sa culpabilité. Seule sa femme Lise, belle-soeur d'un important dirigeant du PCF, croit encore à son innocence et se bat avec une énergie extraordinaire en sa faveur. Mais tout est planifié: un procès a lieu en 1952; les accusés récitent par coeur la leçon que les policiers leur ont apprise, en espérant sauver leur peau. En réalité, presque tous sont condamnés et pendus, Artur London échappe à la mort - on se demande pourquoi. Il sera réhabilité dès 1956.
Dans les années ‘50, tous les régimes criminels instaurés en Europe orientale par Staline ont été soutenus, encensés, présentés comme des modèles par les millions de militants communistes actifs en Europe occidentale. Avec le recul, certains lecteurs se demanderont avec effarement comment cela a été possible. Hélas, tout ceci pourrait encore recommencer, par les effets d'un idéalisme aveugle: qui veut faire l'ange fait la bête...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Kyuss
  04 juillet 2013
Ce livre n'est pas un chef d'oeuvre de la littérature, mais plutôt un témoignage qui nous rappelle à l'humanité. Que l'on partage ou pas les opinions politiques d'Artur London on se reconnaît dans ce témoignage d'un homme détruit, dont on a tenté d'anéantir la dernière chose qui lui reste: sa conscience.
Artur London nous raconte les détails de sa détention tandis que sa femme, Lise London, nous raconte le quotidien des femmes à l'usine.
Ce livre est aussi un document historique, car pour prétendre à la vérité en Histoire il faut confronter la mémoire collective et la mémoire individuelle, or, ce livre insiste sur des points que l'on a tendance à oublier tels que l'antisémitisme, ou encore le mode de vie sovietique basé sur le travail à l'usine, le rôle central de l'État, le traitement des familles des prisonniers.... On en apprend beaucoup sur le quotidien en Union Soviétique.
Ce livre m'a marqué et je compte bien le relire en prenant des notes.
Commenter  J’apprécie          80
roquentin
  02 avril 2018
L'URSS et ses pays satellites d'Europe de l'Est ne comptait pas de grands cinéastes.. Mais néanmoins, les dignitaires avaient besoin de vivre, de croire en des scénario. Alors, sous l'impulsion du plus grand paranoïaque de l'Histoire, Staline, ces pays du joug communistes s'inventaient des histoires. Vice-ministre tchécoslovaque, Artur London est arrêté en 1951, avec ses compagnons d'armes de la Guerre d'Espagne. Pour rien. Mais la pièce doit être représentée dans les règles. Non seulement, London se voit extorqué ses propres aveux, mais devant un simulacre de tribunal, ses tortionnaires lui imposent tout le synopsis, jusque dans la moindre réplique. Le but de ce procès et son instruction préalable est finalement de donner un cadre légal et justifiable aux parts obscures de l'Homme. Fascinant, dérangeant et dur à la fois. Le texte est assez facile à lire et nous donne du mal à définir ce qui est le Pire: Communisme ou Nazisme...
Commenter  J’apprécie          40
itculture
  22 octobre 2021
lu en 2018
Il s'agit du témoignage d'Artur London, ancien des Brigades Internationales en Espagne, actif dans la Résistance en France, survivant de Mauthausen. Marié à une communiste française, complètement engagé dans le parti, il est nommé vice-ministre des affaires étrangères de son pays, la Tchécoslovaquie en 1949. Pourtant, en 1951 il est arrêté par la police politique de son pays. En tout, treize hauts dirigeants tchécoslovaques (presque tous juifs et anciens des brigades internationales) seront également arrêtés et jugés en même temps que lui (procès Slansky) parce que Staline et Gottwald (le président tchécoslovaque) ont froidement planifié cette purge. London se justifie, résiste aux pressions, aux conditions d'interrogatoire, d'emprisonnement et de torture (la faim, le manque de sommeil, les coups) explique mille fois son parcours, mais l'issue était déjà écrite. Après des aveux extorqués et signés, le parti l'accuse d'être bourgeois, sioniste, trotskiste, titiste et espion. Ce qu'il devra dire lors de son jugement comme les autres accusés qui récitent par coeur la leçon que les policiers leur ont apprise, chacun requérant pour soi la peine de mort ! Onze seront condamnés et pendus, incinérés, et leur cendres mélangées dans un sac à patates, et balancées sur la neige. London et deux de ses camarades échappent à la mort, on se demande pourquoi. Il sera réhabilité dès 1956. Un grand nombre de ses "amis" communistes ont été convaincus de sa culpabilité. Sa femme Lise, demande le divorce. Puis, malgré tout, convaincue de son innocence, elle revient en France et se bat avec une énergie extraordinaire en sa faveur. le livre insiste sur des points importants tels que l'antisémitisme, le mode de vie soviétique basé sur le travail à l'usine, le rôle central de l'État, le traitement des familles des prisonniers. Cette autobiographie prouve aussi la désastreuse et mortelle division de la gauche (qui existait aussi pendant la guerre en Espagne) des anarchistes, des titistes, des communistes, des socialistes, des trotskystes, qui se battaient entre eux et s'entretuaient déjà !
Tout ça pourquoi ???
Lien : https://www.babelio.com/conf..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
crochettecrochette   13 mars 2013
Pour ceux qui auraient oublié ce que totalitarisme voulait dire, un livre indispensable. Complexe et dense en information politique sur la période, les détails peuvent paraitre un peu indigeste aujourd'hui. Mais la mécanique effrayante de l'épuisement physique et moral, le manège de la manipulation du langage qui amène à transformer, mot à mot, au fl des jours une déposition en son contraire, sont décrits d'une manière implacable. London décortique de la fabrique qui transforme de véritables héros à la moralité insoupçonnable en coupables des pires ignominies du 20ieme siècle. ce que l'homme peut faire des mots n'a pas de limite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
HardivillerHardiviller   18 décembre 2020
Ah , ils nous en ont fait avaler des couleuvres
De Prague à Budapest , de Sofia à Moscou
Les staliniens zélés qui mettaient tout en œuvre
Pour vous faire signer les aveux les plus fous .
Vous aviez combattu partout la bête immonde
Des brigades d'Espagne à celle des maquis
Votre jeunesse était l'Histoire de ce monde
Vous aviez nom Kostov ou LONDON ou Slansky . ....JEAN FERRAT
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
annieannie   29 avril 2009
Le film se termine sur un plan montrant deux jeunes gens en train d'écrire à la peinture sur un mur : « Lénine, réveille-toi ! Ils sont devenus fous. ». Ce slogan était répandu à Prague lors de la répression du Printemps de Prague en Août 1968.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Arthur London (2) Voir plusAjouter une vidéo

Jorge Semprun
Anne SINCLAIR trace un portrait de Jorge SEMPRUN que celui-ci commente : origine sociale (haute bourgeoisie) l'internement à Buchenwald, parallèle entre goulag et camp de concentration. SEMPRUN dit avoir été un intellectuel stalinien, dit pourquoi il est devenu communiste, parle de"L'Aveu" d'Arthur LONDON et du film qu'en a tiré Costa GAVRAS, de l'attitude fluctuante du parti à leur égard,...
autres livres classés : tchécoslovaquieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1363 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre