AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791025604618
Éditeur : Editions Thélème (17/10/2019)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 188 notes)
Résumé :
Un ancien professeur d'université erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, dans un pays désolé.
Celui de la baie de San Francisco, ravagée soixante ans auparavant par un terrible fléau.

Nous sommes en 2013. Quelques hordes subsistent, et de rares survivants tentent de raconter le monde d'avant. Peine perdue : les avancées technologiques restent lettre morte pour des enfants qui ne savent même pas compter. La seule is... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Sebthocal
  15 avril 2020
Du conte apocalyptique à la fable humaniste.
En 2073, cela fait 60 ans que toute trace de civilisation a disparue. Si quelques tribus d'hommes survivent dans ses ruines, depuis longtemps ceux-ci n'en comprennent plus aucun signe. le langage lui-même s'est modifié. L'art est devenu inutile, la culture se résumant à satisfaire ses besoins primaires.
Pourtant un homme se souvient. le dernier à avoir connu les temps anciens d'une humanité que l'on disait moderne tient à partager son savoir avant qu'il ne soit trop tard. Même s'il est miraculeux qu'il soit encore en vie, il sait qu'il n'est pas éternel. le phare de la mémoire dont il est le gardien va bientôt s'éteindre. Son appel sonne comme un avertissement aux anciennes générations que nous sommes, et aux nouvelles qui vont bientôt repeupler la Terre.
Jack London écrivit ce texte en 1912, quatre ans avant sa mort. Il sera publié pour la première fois en français, de façon posthume, en 1924 accompagné de "Construire un feu " et de "Comment disparut Marc O'Brien". Un récit d'anticipation qui peut se lire aujourd'hui encore comme une mise en garde pour toute l'humanité.
Lorsqu'on retrouve le vieil homme sur le sentier d'animaux sauvages, lui seul sait qu'il s'agit en fait d'une « antique voie ferrée ». le jeune garçon qui l'accompagne est trop occupé à rester aux aguets pour prévenir toute attaque de grizzly qu'à comprendre et analyser le paysage qui l'entoure et dans lequel il est né. Une nature florissante à en effet envahi et petit à petit fait disparaître toute trace de constructions humaines. Mais même s'il doit passer encore pour un vieux radoteur d'histoires impossibles, le vieillard est bien décidé à lui expliquer comment était la vie avant le retour à la « la barbarie des premiers âges du monde ». Comment « dix mille années de culture et de civilisation s'évaporèrent comme l'écume, en un clin d'oeil. »
C'est une épidémie foudroyante qui atout anéanti. Les hommes tombaient comme des mouches terrassés par une maladie qui les étreignait dans d'atroces souffrances, l'âme consciente et le corps « flamboyant d'écarlate ». Mais ce qui acheva la société est un tout autre fléau : « le temps n'était plus où l'on se dévouait pour les autres. Chacun lutter pour soi. » La folie se répandit dans le sillage de la pandémie, contaminant le coeur des hommes valides, mais dévastés par la peur : « ils lâchaient la bride à leur bestialité, s'enivraient et s'entretuaient. Peut-être, au fond, avaient-ils raison ? Ils ne faisaient rien que d'avancer la mort. »
Miraculeusement épargné, le vieil homme a vu le monde s'écrouler et s'il raconte tout aux enfants ce soir au coin du feu de leur campement, c'est parce qu'il a peur plus encore pour l'avenir. L'homme s'adapte, mais il ne change pas : « l'univers a été anéanti, bouleversé, et l'homme demeure toujours identique. » Les embryons de société qui se sont reconstruites, mais disparates et dispersées qu'elles le sont pour le moment, lui font craindre le pire. Car « les hommes se multiplieront, puis ils se battront entre eux. » La quête du pouvoir de l'Homme est tel qu'il rebâtira les mêmes esclavages : « les trois types éternels de domination, le prêtre, le soldat, le roi y repartiront d'eux-mêmes. »
Bien sûr on reconnaît dans ce dernier avertissement les engagements politiques de l'auteur, mais plus qu'un débat stérile sur sa rhétorique que d'aucuns trouveront surannée, l'alerte qu'il nous adresse il y a de cela plus d'un siècle est riche d'enseignement. Fondamentalement humaniste, ce texte plus que jamais actuel renferme aussi un formidable espoir. le vieil homme a préféré prévenir que seulement avertir, en conservant les écrits du passé et en fabriquant un code pour leur compréhension, c'est une clé de la connaissance qu'il leur offre pour une construire une culture en accord avec la nature et dans le respect de toute l'humanité, car « un jour viendra où les hommes, moins occupés des besoins de leur vie matérielle, réapprendront à lire. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13612
Kirzy
  30 mai 2018
L'Apocalypse selon Jack London !
Incroyable de redécouvrir ce grand auteur, adulé ( je voue un culte à Martin Eden, un des plus beaux livres qu'il m'ait été donné de lire ), au travers d'une nouvelle d'anticipation.
Ça démarre comme La Route de Cormac McCarthy avec l'errance de deux personnages, un vieux monsieur accompagné de son petit-fils, en 2073 dans un monde ravagé par la peste écarlate qui a quasi éradiqué toute vie humaine sur Terre 60 ans auparavant.
Rapidement, on retrouve la patte London dans la façon d'aborder ces événements, un formidable conteur : nous découvrons ce nouveau monde à travers le récit du seul survivant qui a connu l'ancien monde, le civilisé, le technologique, le lettré. Il en fait le récit à ces petits-fils sauvageons et c'est à travers leurs oreilles et leurs yeux que nous aussi découvrons ce qui est arrivé. Tout est simple et fluide.
La thématique de la nature est bien là. le fléau a totalement bouleversé l'ordre naturel, le monde est revenu à l'état sauvage. Les animaux se sont parfaitement adaptés à ce nouvel état et on reprit d'une certaine façon le pouvoir sur les hommes qui vivent comme des néo-préhistoriques.
Le récit prend également une tournure plus politique, plus moralisatrice comme dans Martin Eden, avec beaucoup de douceur. L'humanité est réduite à quelques hordes néo-préhistoriques, sillonnant des villages en ruine et des campagnes à l'abandon. le redémarrage de l'humanité est laborieux. La solitude du grand-père est magnifiquement présentée dans ce monde qui a perdu l'usage de l'écriture et de la lecture. Dans ce constat pessimiste, reste cette image lumineuse de la grotte-trésor emplie de livres et d'instructions pour alphabétiser le monde. Candide mais tellement puissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1036
Ptitgateau
  18 janvier 2020
En cette année 2073, alors que quelques dizaines d'années auparavant, l'homme vaincu par la peste écarlate se fit rare sur terre. Seule une poignée de représentants de l'espèce continue à vivre, hors de toute civilisation...
Et jack London, prêtant parole à un vieillard qui connut cette peste et constata ses effets, aïeul de quelques garçons né bien après la pandémie, que la nécessité de survivre amena à être bergers dans un monde où la nature a repris ses droits, raconte l'humanité.
Il raconte la surpopulation, la richesse, l'abondance, le confort perdu, se heurtant bien souvent à l'incompréhension de son auditoire, cette nouvelle humanité qui s'est organisée en tribus, et qui pour se nourrir, retrouve naturellement la pratique de la cueillette et la chasse, à laquelle s'ajoute l'élevage.
Une humanité pauvre, inculte parce qu'elle n'a plus besoin de l'écriture, des grands nombres, de l'argent, n'a plus d'histoire, plus de racines.
Grand père raconte l'école, l'université, le capitalisme des magnats qui alors, détenaient le pouvoir, possédaient les richesses et dominaient le monde… dans cette nouvelle société, plus de magnats, plus de richesse, mais des clans, des discordes et des ententes qui se transmettent sur la base de la tradition orale…
Un livre surprenant, écrit en 1912 et publié en France en 1924. de l'anticipation, oui, mais l'auteur à parfaitement imaginé ce monde post-apocalyptique tout à fait plausible : disparition de l'espèce humaine et avec elle, les ingénieurs, les médecins, les scientifiques susceptibles de faire repartir la vie sur Terre.
L'humanité doit tout réapprendre. Il y a fort à parier qu'elle risque de commettre des erreurs à nouveau… Mais tenons en nous à ce récit issu de la plume agréable de Jack London !
Un récit qui fait peur, car il décrit une situation réaliste et envisageable. Un récit qui amène à réfléchir, à mettre entre toutes les mains.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7810
Foxfire
  02 décembre 2014
Petit par la taille, ce récit de Jack London est grand par la valeur.
D'une grande modernité dans la forme et le fond, il a sans doute inspiré nombre d'auteurs. Tous les récits post-apocalyptiques sont dans "la peste écarlate" : l'atmosphère de "La route", l'émotion de "Je suis une légende" et bien d'autres. Certains éléments font même penser au film "Zombie" de George Romero (le passage où des personnes non infectées se retranchent dans une université est assez saisissant).
En à peine plus de 120 pages, l'auteur parvient à traiter entièrement et intelligemment son sujet : retour à la sauvagerie (et de ce fait le pouvoir qui change de main), perte du savoir, aspect cyclique de l'Histoire.
La conclusion du récit semble pessimiste, London affirmant que l'Homme reproduira inexorablement les mêmes erreurs, mais je n'ai pu m'empêcher de déceler une note d'espoir, cachée là, dans cette grotte pleine de livres.
Encore une merveille signée Jack London qui semble décidément un auteur indispensable.
Challenge petits plaisirs (5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          685
Gwen21
  23 décembre 2016
J'ignorais complètement que Jack London avait donné dans le récit post-apocalyptique mais avec "La peste écarlate", il n'est rien moins question que de la fin du règne de l'Homme dont les civilisations ont été violemment balayées par une bactérie homicide.
"Le monde magnifique et puissant que j'ai connu, aux jours de mon enfance et à ceux de ma jeunesse, a disparu. Il s'est anéanti. Je suis, à cette heure, le dernier survivant de la Peste Écarlate et seul je connais les merveilles du passé lointain. L'homme qui fut jadis le maître de la planète, maître de la terre, de la mer et du ciel, l'homme, qui fut un vrai Dieu, est retourné à son primitif état de sauvagerie et cherche sa vie le long des cours d'eau."
Le narrateur, le Pr Smith, fut un intellectuel, un lettré, un universitaire, un homme de la bonne société. En 2012 (le roman a été écrit un siècle plus tôt, en 1912), il a assisté, impuissant, au cataclysme. Seul survivant de son secteur, il ne tarde guère cependant à rencontrer une poignée d'autres rescapés. L'ordre des choses est irrémédiablement inversé : les faibles sont devenus les forts ; les intellectuels sont écrasés par les manuels. Acculés au pied du mur, les survivants de la peste écarlate n'ont plus qu'un double but : survivre et procréer.
Entre cette apocalypse et son récit, soixante ans ont encore passé. Le Pr Smith, devenu plusieurs fois grand-père, relate les faits à ses petits-fils - aux trois quarts sauvages - dans le but de les "civiliser" et de leur léguer son savoir. Hélas, son constat est amer : l'homme semble immuable et très rapidement, le besoin de dominer et d'asservir par la violence et la superstition pointe dans le coeur de la jeune génération...
Jack London est un conteur formidable. Avec une sobriété de mots extraordinaire il évoque des scènes épouvantables. Le rythme est très rapide, le lecteur retient involontairement son souffle, subjugué par la prescience de cet auteur du début du XXème siècle, et apeuré devant la peinture d'un scénario qui n'a absolument rien d'improbable. Bref, Cormac McCarthy n'a rien inventé.

Challenge Petit Bac 2016 - 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5714
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   13 avril 2020
— La même histoire, dit-il en se parlant à lui-même, recommencera. Les hommes se multiplieront, puis ils se battront entre eux. Rien ne pourra l'empêcher. Quand ils auront retrouvé la poudre, c'est par milliers, puis par millions, qu'ils s'entretueront. Et c'est ainsi, par le feu et par le sang, qu'une nouvelle civilisation se formera. Peut-être lui faudra-t-il, pour atteindre son apogée, vingt mille, quarante mille, cinquante mille ans. Les trois types éternels de domination, le prêtre, le soldat, le roi y reparaîtront d'eux-mêmes. La sagesse des temps écoulés, qui sera celle des temps futurs, est sortie de la bouche de ces gamins. La masse peinera et travaillera comme par le passé. Et, sur un tas de carcasses sanglantes, croîtra toujours l'étonnante et merveilleuse beauté de la civilisation. Quand bien même je détruirais tous les livres de la grotte, le résultat serait le même. L'histoire du monde n'en reprendrait pas moins son cours éternel !

Page 92, Librio, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          551
SebthocalSebthocal   09 avril 2020
— Le monde tout entier fourmillait d'hommes. Le grand recensement de l'an 2010 avait donné huit milliards pour la population de l'univers. Huit milliards ou huit coquilles de crabes... Ce temps ne ressemblait guère à celui où nous vivons. L'humanité était étonnamment experte à se procurer de la nourriture. Et plus elle avait à manger, plus elle croissait en nombre. Si bien que huit milliards d'hommes vivaient sur la terre quand la Mort Ecarlate commença ses ravages. J'étais, à ce moment, un jeune homme. J'avais vingt-sept ans. J'habitais Berkeley, qui est sur la baie de San Francisco, du côté qui fait face à la ville. Tu te souviens, Edwin, de ces grandes maisons de pierre que nous avons rencontrées un jour, dans cette direction. . . Par là. . . Voilà où j'habitais, dans une de ces maisons de pierre. J'étais professeur de littérature anglaise.

Pages 27-28, Librio, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
SebthocalSebthocal   08 avril 2020
— Vous êtes des sauvages, de vrais sauvages. La mode vient déjà de porter des parures de dents humaines. La prochaine génération se percera le nez et les oreilles, et se parera d'os d'animaux et de coquillages. Aucun doute là-dessus. La race humaine est condamnée à s'enfoncer de plus en plus dans la nuit primitive, avant de reprendre un jour sa réascension sanglante vers la civilisation. Le sol, aujourd'hui, est trop vaste pour les quelques hommes qui y survivent. Mais ces hommes croîtront et multiplieront et, dans quelques générations, ils trouveront la terre trop étroite et commenceront à s'entretuer. Cela, c'est fatal. Alors ils porteront à la taille les scalps de leurs ennemis, comme toi, Edwin, qui es le plus gentil de mes petits-enfants, tu commences déjà à porter sur l'oreille cette horrible queue de cochon. Crois-moi, mon petit, jette-la, jette-la au loin !

Pages 21-22, Librio, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
SebthocalSebthocal   07 avril 2020
— « Le travail de l'homme est éphémère et s'évanouit comme l'écume de la mer. . . » Oui, c'est bien cela. L'homme a, sur cette planète, domestiqué les animaux utiles, détruit ceux qui étaient nuisibles. Il a défriché la terre et l'a dépouillée de sa végétation sauvage. Puis, un jour, il disparaît, et le flot de la vie primitive est revenu sur lui-même, balayant l'œuvre humaine. Les mauvaises herbes et la forêt ont derechef envahi les champs, les bêtes de proie sont revenues sur les troupeaux, et maintenant il y a des loups sur la plage de Cliff-House !

Page 19, Librio, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          683
SebthocalSebthocal   12 avril 2020
Le premier jour, aucun rôdeur ni pilleur n'approcha. Ils étaient nombreux cependant et nous apercevions, des fenêtres, la fumée de leurs feux de campements, qui étaient installés tout autour de l'Ecole. L'ivrognerie régnait parmi ces bandits et nous les entendions, à tout moment, chanter des obscénités et hurler comme des fous. Tandis que le monde s'écroulait autour d'eux, dans l'asphyxie d'une atmosphère saturée de fumée, ils lâchaient la bride à leur bestialité, s'enivraient et s'entretuaient. Peut-être, au fond, avaient-ils raison ? Ils ne faisaient rien que de devancer la mort. Le bon et le méchant, le fort et le faible, celui qui aimait la vie et celui qui la maudissait, tous pareillement y passaient.

Page 55, Librio, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Videos de Jack London (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack London
Comme chaque mois sur Babelio, nous vous proposons de découvrir quelques adaptations de romans qui sortiront prochainement dans les salles obscures. Au menu ce mois-ci : une aventure touchante au coeur des contrées canadiennes, le plus petit des grands héros sur grand écran, un institut catholique dans le Rwanda des années 1970, un tricheur au pull rayé de retour pour un troisième opus et le cauchemar d'une femme face à un homme invisible...
L'Appel de la forêt de Jack London : https://www.babelio.com/livres/London-Lappel-de-la-foret/491072 SamSam de Serge Bloch : https://www.babelio.com/livres/Bloch-SamSam-tome-1--Une-famille-cosmique-/1137017 Notre-Dame du Nil de Scholastique Mukasonga : https://www.babelio.com/livres/Mukasonga-Notre-Dame-du-Nil/366549 L'Elève Ducobu de Zidrou et Godi : https://www.babelio.com/livres/Zidrou-LEleve-Ducobu-tome-19--Ducobu-eleve-modele-/485509 L'Homme invisible de H.G. Wells : https://www.babelio.com/livres/Wells-LHomme-invisible/8290
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : épidémieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'appel de la foret

comment s'appelle le chien ?

holly
Buck
Billy
Rachid

3 questions
170 lecteurs ont répondu
Thème : L'appel de la forêt de Jack LondonCréer un quiz sur ce livre
.. ..