AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pascale Haas (Traducteur)
EAN : 9782290007020
91 pages
Éditeur : Librio (06/10/2008)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dans les plaines glacées du Grand Nord, aventuriers intrépides et chercheurs d'or mènent un existence rude, contraints de lutter en permanence contre le froid, la faim et la solitude. Face à une nature impérieuse et primitive, les hommes n'ont d'autre choix que de compter sur l'entraide et la solidarité de leurs compagnons d'infortune. C'est avec un plaisir mêlé de crainte et de curiosité que l'on suit les tribulations du trappeur Malemute Kid. Récits de jeunesse, L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nadiouchka
  15 avril 2018
S'il existe un écrivain passionné d'aventures, d'expéditions dans le Grand Froid et que j'affectionne depuis ma jeunesse, c'est bien Jack London, auteur américain dont les thèmes préférés sont justement ceux qui m'attirent ainsi que la nature sauvage.
N'ayant pas réussi à récupérer tous mes livres de jeunesse, je tente de reconstituer ma collection de temps en temps, de cet aventurier qui m'a enchantée avec, entre autres, « L'Appel de la forêt », l'incontournable « Croc-Blanc », « La Route – les vagabonds du rail » (chroniqué récemment) et tellement d'autres. Je désire les relire pour en écrire des chroniques et voir si je les percevrai comme dans mon adolescence.
Mais Jack London n'a pas écrit seulement sur le Grand Froid car il a également embarqué et nous a livré « La croisière du Snark ». Il fut donc un aventurier à part entière qui a touché un peu à tout et, autodidacte, il a fait son éducation grâce à la lecture.
Cette fois j'ai relu « Nouvelles du Grand Nord » où l'on trouve trois nouvelles extraites du recueil « Le Fils du Loup » : « Le Fils du Loup » - « Le grand silence blanc » et « Les gens de Forty Mile ».
Jack London y raconte des scènes de vie de Malemute Kid ainsi que d'autres trappeurs dans ce grand froid canadien, aux prises avec des chasseurs « Sticks » qui avaient établi leur camp sur le cours supérieur du Yukon.
Malemute Kid n'apparaît pas tout de suite car l'histoire commence avec Scruff Mackenzie : « Tout, chez Scruff Mackenzie, indiquait qu'il était né et avait passé la plus grande partie de son existence sur la frontière. Une lutte sans répit contre une nature rude et sauvage avait buriné ses traits. En vingt ans de Grand Nord, il n'avait jamais autant souffert qu'au cours des deux dernières années, passées dans les ténèbres du cercle polaire arctique à la recherche de l'or ». (page 5).
On le suit dans ses démarches pour prendre comme femme, la jolie Zariska, en luttant contre son peuple, ces fameux « Sticks » où se trouve le père de la belle, Thling Tinneh qui refuse de lui donner la main de sa fille malgré tous les présents offerts, car Scruff est considéré comme « un homme blanc », « un tueur de moose », un « Loup » ou « Le Fis du Loup ». Et c'est ici que l'on évoque le réputé Malemute Kid.
Avec les deux autres nouvelles, la suite nous fait vivre avec ces hommes qui doivent affronter des températures extrêmes (quand il fait beau cela signifie que l'on approche des mois vingt degrés…) pour survivre. Nous avons droit à de belles descriptions de ces paysages sous la glace ainsi qu'à celle d'une nature sauvage mais si fascinante (j'apparente cela à du nature writing).
Ce sont des récits courts, certes, mais si riches en enseignements et qui sont de véritables voyages initiatiques mais aussi une leçon de vie à nous qui lisons cela dans notre cher confort et bien au chaud. Je n'irai pas dire que l'on devrait faire pareil (quoique bien d'autres explorateurs l'aient fait mais eux étaient expérimentés) mais c'est le genre de lecture qui nous donne une petite claque et qui est bien captivante.
On sait bien que Jack London a passé sa vie à parcourir le monde, a eu toutes sortes d'expériences comme : marin, chasseur de phoques, chômeur, vagabond du rail, clochard, boxeur (pour ne citer que cela) – qu'il a eu donc une existence mouvementée et a su nous la faire partager.
La critique l'a encensé en le nommant : « Le Kippling du froid » et je ne peux qu'adhérer à ce jugement.
C'est donc un auteur pour qui je dois m'empresser de compléter à nouveau ma collection afin de relire toutes ses aventures. de plus, c'est bien un genre de lecture dont je ne me lasse jamais et mes amis-lecteurs ont compris depuis longtemps que je suis une adepte du genre.
Ceci ne fait que le confirmer une fois de plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
PinkCatReading
  22 décembre 2016
Jack London nous plonge la tête la première dans la neige. Nous suivons Malamute Kid et d'autres trappeurs dans leur "vie de tous les jours" mais qui ne s'apparente vraiment pas à une ballade de santé! Folie, cruauté, mort, solitude...bienvenue dans le l'immensité du Grand blanc qui réduit tout au silence et fait disparaître toute trace...
Je ne sais pas pourquoi j'ai eu envie de lire une histoire se passant dans la neige...Peut être parce que c'est de saison et que la neige me manque, peut être par envie d'évasion...je ne suis pas déçue de mon voyage dans le Grand Nord mais quelle claque!
L'écriture est fluide et simple et laisse la part belle aux aventures des trappeurs en pleines terres vierges du Grand Nord. Loin de nous engourdir comme la neige et la glace de ces paysages magnifiquement décrits, London nous entraîne sur les pistes des chiens de traîneau et la rude vie des camps de trappeurs. Je suis admirative quant à la vie des ces gens car tout ce blanc, ce silence, cette immensité...quelle angoisse! Leur vie ne tient souvent qu'à un fil et la survie du plus apte, tant au niveau de l'homme que des chiens n'est pas qu'une anecdote!
Une lecture très sympathique, surtout bien au chaud sous une couverture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   30 avril 2018
Le grand silence blanc oppressait les voyageurs. Tout au long de l’après-midi, ils cheminèrent sans prononcer un mot.
La nature dispose de mille moyens pour rappeler à l’homme qu’il est mortel : le rythme incessant des marées, le déchaînement des tempêtes, les séismes, le roulement terrifiant de l’orage ont à ce titre une grande force de conviction. Mais rien n’est plus prodigieux, rien n’est plus stupéfiant que la démonstration inerte du « Grand Silence Blanc ».
P.36
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
nadiouchkanadiouchka   08 juin 2018
- Homme blanc, dit Thling Tinneh, nous t’avons surnommé « le tueur de moose ». Mais tu aussi connu comme « Le Loup » ou « Le Fils du Loup ». La race qui t’a vu naître est une race puissante et nous sommes fiers de t’avoir pour hôte à notre pollach. Ne sais-tu pas que le Saumon Roi ne s’allie pas au Saumon inférieur, ni le Corbeau avec le Loup ? P.13
Commenter  J’apprécie          190
nadiouchkanadiouchka   15 avril 2018
Il entassa sur son traîneau un curieux chargement, attela ses chiens et partit à travers la grande plaine qui constitue le bassin du Tanama.
C’était un marcheur infatigable et ses chiens-loups, plus endurants qu’aucun autre attelage au Yukon, abattaient davantage de course et de travail en mangeant moins. Au bout de trois semaines, il atteignit un campement de chasseurs Sticks, établis sur le cours supérieur du Yukon.
P.6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchkanadiouchka   28 mars 2019
- Frères, s’écria MacKenzie, il vous plaît d’appeler Loup l’homme blanc qui est venu vers vous avec de bonnes paroles. Il est votre ami, votre frère et sa langue ignore les mensonges. Mais vos frères ont déchargé leur rancœur et l’heure des bonnes paroles est passée. Il faut donc que vous le sachiez : le Shaman est un faux prophète. Ses messages ne viennent pas du Porteur du Feu. Ses oreilles n’entendent pas la voix du Corbeau. Il s’est moqué de vous avec ses fables. Et il n’a aucun pouvoir.
P.24
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
drawforlifedrawforlife   02 septembre 2017
- Tu ferais mieux, vraiment, insista Churchill, de vérifier ce sac. Quand j'accepte une mission de confiance, j'aime à savoir si l'on est content de moi. Quelqu'un peut y avoir mis le nez dedans pendant que je dormais. On ne sait jamais. J'aimerais savoir que tout y est en ordre.
- Peuh ! Ne te fais pas de bile, mon vieux. Ça n'en vaut pas la peine, je t'assure...
Et Bondell se prit à rire.
- Pas la peine... répéta Fred Churchill d'une voix blanche. Pas la peine...
Puis il eut un sursaut et reprit avec fermeté :
- Louis, qu'y avait-il dans ce sac ? Je veux le savoir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jack London (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack London
Jack London : Faire un feu (France Culture / Samedi noir). Émission “Samedi noir” diffusée sur France Culture le 12 novembre 2016. Production : Blandine Masson. Image : dessin de Patrick Chabouté pour son adaptation en bande dessinée de la nouvelle “Constuire un feu” de Jack London. Un homme qui voyage seul dans le Yukon confronté au plus destructeur de ses ennemis : le froid. Traduit par Marc Chénetier. Réalisation : Christophe Hocké. En direct du studio 110, de la Maison de la radio. Lecture Carlo Brandt. Musique composée par John Greaves. À l’occasion de la parution dans La Pléiade des “Romans, récits et nouvelles” de Jack London en octobre 2016, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski. “Faire un feu” (paru en août 1908 sous le titre “To build a fire” dans le Century Magazine) est “le compte rendu” terrible et tragique " (pour reprendre le titre de l'essai de London sur les thèmes et les ressorts de la grande littérature), minutieusement agencé, d'une inexorable descente dans l'enfer du froid, la plus brutale description, et littérairement la plus parfaite, de la rencontre meurtrière du chétif corps humain, minuscule atome de vie perdu dans un infini de la blancheur, avec le plus immatériel et le plus destructeur de ses ennemis. Le récit n'est nulle part ailleurs chez London aussi dépouillé et concentré que dans ces pages. Comme dans bien d'autres nouvelles, ce n'est pas une intrigue qu'il déploie ou qu'il développe, mais une situation d'affrontement, un état de tension, qu'il mène, degré par degré, jusqu'au point de rupture. […] Dans un silence jamais rompu par aucune parole directement prononcée se déroule, rythmée par le passage des heures, la tragédie de la lente détérioration du corps, en même temps que s'amenuise l'espoir de survie. […] Marc Chénetier. Note publiée dans La Pléiade, extraits. Musiciens : John Greaves, Piano, chant Laurent Valero, Alto, violon, flûte, bandonéon Scott Taylor, Accordéon, kalimba, percus, cuivres Assistant à la réalisation : Pablo Valero Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : grand nord canadienVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'appel de la foret

comment s'appelle le chien ?

holly
Buck
Billy
Rachid

3 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : L'appel de la forêt de Jack LondonCréer un quiz sur ce livre