AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782859409401
192 pages
Éditeur : Phébus (03/10/2003)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Composé et publié dans le sillage de L'Appel sauvage (L'Appel de la forêt), ce recueil de huit nouvelles particulièrement âpres, publié au printemps 1904, tente d'approcher ce qui pourrait bien être une éthique du monde sauvage.

Un chercheur d'or convie son associé, en qui il a toute confiance, à ramener de San Francisco la fiancée qu'il est las d'attendre, oubliant simplement que la chair est faible...

Un Indien vend sa fille à un Bl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Erik35
  04 octobre 2017
IL Y A RENONCEMENTS ET RENONCEMENTS.
1904 : date faste dans la biographie de Jack London. C'est en effet cette année-là que paru ce qui allait devenir, d'ailleurs très rapidement, l'un des grands classiques de la littérature américaine, ce si mal nommé, en français, L'Appel de la forêt (le titre choisi par les éditions Libretto rien bien mieux le sens exact de ce court roman : L'appel sauvage), et bientôt battre tous les records de vente outre-Atlantique, sans que son auteur en toucha d'ailleurs le millième, ce que London ne regrettera qu'à demi car il estimait que la célébrité et l'aisance due à ses oeuvres étaient toutes à venir. Aussi, lorsque parurent ces huit nouvelles, comme toujours éditées dans des magasines et autres revues bien avant d'être collectées en un seul volume, c'est peu de dire qu'elle furent relativement éclipsées par le succès foudroyant de l'histoire du chien Buck.
Pourtant, à défaut d'affirmer que ce recueil est son meilleur titre, Parole d'homme : Histoire du pays de l'or est tout de même dans sa meilleure veine, et prolonge encore l'expérience vécue par Jack London dans le grand nord canadien où, de chercheur d'or, il se transfigura assez vite en chercheur d'histoires et de rencontres.
Et c'est une nouvelle fois de ce grand nord mythique autant qu'il est réel dont il s'agit ici. Tour à tour, c'est la dure loi du vivre ou mourir qui est en jeu, avec toute son âpreté, sa rugosité, sa sauvagerie aussi bien lorsqu'il s'agit d'un animal étrange mais héroïque («Un survivant de la préhistoire») que lorsqu'il est question des êtres humains, une femme en l'occurrence dans « le Mariage de Lit-Lit » qui met en scène un indien troquant sa fille à un Blanc pour 100 couvertures, 5 livres de tabac, 3 fusils et 1 bouteille de rhum !
Ce sont encore les rapports étroits, complexes, pas si inégaux qu'il y parait, surtout dans les conditions de survie glaciale de la forêt arctique, comme dans « Bâtard » où les supposées bêtes ont, pour certaines, développé une intelligence qu'on leur voit peu dans des conditions plus douces, et où l'on retrouve, comme dans Croc-Blanc ou L'Appel sauvage l'opposition homme-animal.
C'est parfois d'un rire grinçant, terrible, que l'auteur nous surprend, comme dans cette nouvelle qui aurait pu se contenter de demeurer simplement bouffonne, mais qui est définitivement cruelle, que l'on découvre dans «Les mille douzaines d'oeufs». Celle-ci débute sur le ton d'une ironie mordante : «David Rasmusen était un débrouillard et, comme la plupart des grand hommes, le champion d'une seule idée.» Est-il utile de préciser que cette idée (ramener cette quantité considérable d'oeufs afin de se faire une fortune supposée facile en les revendant à des mineurs affamés, au-delà de la fameuse Chilcoot Pass) va mener notre "débrouillard" maniaque à sa perte ? Bien entendu, ce rire n'est pas moquerie de la part de Jack London, mais souvent, on le sait, l'humour noir permet aussi de narguer la mort, au moins quelques instants.
Une autre nouvelle mérite qu'on s'y arrête un peu plus longtemps, c'est le texte intitulé «L'histoire de Jees Uck», et qui est le dernier de cet opus. Jeune métisse indienne qui sacrifia tout pour l'amour d'un homme blanc. Toute jeune, elle tombe amoureuse de Neil Bonner pour qui elle n'est qu'un amusement appréciable dans la solitude du Nord. «Ceci est donc, précise le narrateur, l'histoire de Jess Uck, et c'est aussi l'histoire de Neil Bonner, et de Kitty Bonner, et de deux descendants de Neil Bonner». Mais Neil va bientôt devoir rentrer dans l'Est pour régler la succession de son père. Il lui promet de revenir dès que tout sera réglé, l'installant pour le mieux mais l'oubliant assez vite, une fois retourner vers l'ambiance des villes, dont il était l'enfant, s'amourachant d'une Kitty Sharon et décidant de se marier avec elle. de son côté, Jees Uck attendra encore et encore le retour de l'amant prodigue, devenu père sans qu'il ait pu l'apprendre, mais sans jamais voir s'en revenir son attelage, refusant de croire ce qu'un agent commercial de son mari lui avait appris, c'est à dire l'annonce de ces noces. Finissant par se lasser d'attendre, elle finira par aller y voir de plus près, les retrouvant sur cette terre américaine qui ne lui est rien, Neil, son épouse et... une petite fille nouvelle née...
Cette nouvelle, un peu plus longue que les autres, est d'une beauté à peine croyable, mais faite pourtant d'une certaine dureté, portrait d'une femme indienne d'une noblesse étonnante, capable d'un esprit de sacrifice et d'amour comme on en imagine peu. Assurément, l'un des plus beaux textes courts jamais écrit par Jack London qui s'y entendait comme peu - du moins pour des écrivains de cette époque - pour dresser des portraits de femme aussi crédibles qu'émouvants.
Certes, on retrouvera la plupart des grandes leçons de vie auxquelles était attaché l'auteur de Martin Eden mais l'on sent aussi, dans ces textes, qu'il n'est plus ce jeune homme croyant avant tout en la force libre de l'individu seul - son fort engagement auprès du Parti Socialiste américain n'y était pas pour rien -. Malgré tout, les portraits qu'il nous dresse encore ici sont de beaux exemples de vie, à suivre ou à ne pas suivre, au sein d'un monde plus exigeant que jamais.
Face à cette nature sauvage aussi bien que face à certains êtres, «il y a, dans l'histoire, renoncements et renoncements», n'hésite-t-il pas à nous rappeler en introduction de l'histoire de cette si poignante Jees Uck, encore s'agit-il de rester toujours digne et droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Allantvers
  15 novembre 2020
Retour chez mon Jack chéri avec quelques unes de ses premières nouvelles pêchées dans les eaux frigorifiques du Yukon où, s'il n'y a pas trouvé d'or, y a puisé ses premières sources d'inspiration pour des écrits savoureux qui feront sa renommée : chercheurs d'or en échec, commerce social avec les Indiens, éprouvantes chevauchées à travers les étendues gelées, hommes aussi bestiaux que les bêtes, tout le sel de l'aventure londonienne est là.
Cette dizaine de nouvelles écrites autour de 1903 ont beau être inégales et ne pas m'avoir toutes séduites, il n'en reste pas moins qu'on ressent dans chacune la trace du vécu et l'énergie hors du commun d'un bonhomme tout aussi exceptionnel dont la philosophie pragmatique et darwinienne est déjà perceptible à grands traits.
Mon coup de coeur va à la tragique épopée de David Ramudsen dans "Mille douzaines d'oeufs" qui pourrait servir de cas d'école dans les livres de management commercial sur l'entêtement obstiné autour d'un projet phantasmé, autour de ce brave homme qui souffre toutes les peines du monde pour acheminer ses oeufs jusqu'à Dawson où le profit qu'il en espère l'aiguillonne comme un mirage. Une histoire cruelle, mais ni plus ni moins au final que celle du chien "Bâtard" et de sa relation perverse et brutale avec son maître, ou les négociations de boutiquiers autour du nombre de couvertures à fournir contre l'achat d'uns squaw. La vie n'est pas un long fleuve tranquille dans le monde de Jack London, où les hommes sont velus et les relations charpentées.
Un livre tonique, à tous points de vue!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Erik35Erik35   01 octobre 2016
Mais un enfant naquit à Tukesane, qui jusqu'ici n'avait pu concevoir. Et cet enfant fut Jees-Uck. Nous avons retracé avec quelque précision sa lignée ancestrale pour montrer qu'elle n'était ni de race indienne ni de celle des Esquimaux ou des Inuits, ni guère d'aucune autre, et pour donner l'idée des méandres que peut parcourir la graine des générations dont nous provenons tous tant que nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GruizzliGruizzli   01 mars 2015
Ceci étant une histoire de pays minier, et plus vraie qu'il n'y paraît, on peut s'attendre à un récit de déveine. Tout dépend du point de vue où l'on se place.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Jack London (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack London
Jack London : Faire un feu (France Culture / Samedi noir). Émission “Samedi noir” diffusée sur France Culture le 12 novembre 2016. Production : Blandine Masson. Image : dessin de Patrick Chabouté pour son adaptation en bande dessinée de la nouvelle “Constuire un feu” de Jack London. Un homme qui voyage seul dans le Yukon confronté au plus destructeur de ses ennemis : le froid. Traduit par Marc Chénetier. Réalisation : Christophe Hocké. En direct du studio 110, de la Maison de la radio. Lecture Carlo Brandt. Musique composée par John Greaves. À l’occasion de la parution dans La Pléiade des “Romans, récits et nouvelles” de Jack London en octobre 2016, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski. “Faire un feu” (paru en août 1908 sous le titre “To build a fire” dans le Century Magazine) est “le compte rendu” terrible et tragique " (pour reprendre le titre de l'essai de London sur les thèmes et les ressorts de la grande littérature), minutieusement agencé, d'une inexorable descente dans l'enfer du froid, la plus brutale description, et littérairement la plus parfaite, de la rencontre meurtrière du chétif corps humain, minuscule atome de vie perdu dans un infini de la blancheur, avec le plus immatériel et le plus destructeur de ses ennemis. Le récit n'est nulle part ailleurs chez London aussi dépouillé et concentré que dans ces pages. Comme dans bien d'autres nouvelles, ce n'est pas une intrigue qu'il déploie ou qu'il développe, mais une situation d'affrontement, un état de tension, qu'il mène, degré par degré, jusqu'au point de rupture. […] Dans un silence jamais rompu par aucune parole directement prononcée se déroule, rythmée par le passage des heures, la tragédie de la lente détérioration du corps, en même temps que s'amenuise l'espoir de survie. […] Marc Chénetier. Note publiée dans La Pléiade, extraits. Musiciens : John Greaves, Piano, chant Laurent Valero, Alto, violon, flûte, bandonéon Scott Taylor, Accordéon, kalimba, percus, cuivres Assistant à la réalisation : Pablo Valero Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : alaskaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'appel de la foret

comment s'appelle le chien ?

holly
Buck
Billy
Rachid

3 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : L'appel de la forêt de Jack LondonCréer un quiz sur ce livre