AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Postif (Traducteur)
EAN : 9782859404628
224 pages
Éditeur : Phébus (09/03/2000)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Enrolé à seize ans à bord d'un patrouilleur chargé de donner la chasse aux nombreux «pirates» gui écument la haie de San Francisco. Jack met profil sa science d’ ancien braconnier — et rêve bientôt à d autres horizons...

Quelques années plus tard (1905). il imagine. à partir de cet épisode mouvementé de son adolescence. une sorte de roman » éclat où la réalité joue à cache-cache avec la fiction.

Patrouille de pêcheurs — à quoi l'on a jo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Erik35
  29 novembre 2016
MAMAN LES PETITS BATEAUX
On l'oublie trop souvent, Jack London était aussi un fier et intrépide marin. Mieux : dans une sorte de petit essai consacré à l'art de manoeuvrer les bateaux à voile de petite taille, et que les éditions Phébus/Libretto ont l'excellente idée d'insérer dans ce petit recueil méconnu de l'auteur américain intitulé Patrouille de pêche (parfois traduit par "Les pirates de San Francisco").
Ce qui aurait d'ailleurs pu d'ailleurs devenir une vocation (l'un des protagonistes de l'histoire, un auxiliaire de la patrouille plus âgé que notre héro, ne songe-t-il pas qu'après les études de ce dernier, il ferait un excellent capitaine au long cours ?), s'avéra être l'une des grandes passions de Jack. Il était normal que certaines de ses aventures vécues ou entendues se transformassent en récits, nouvelles ou roman.
Patrouille de pêche, édité pour la première fois en 1905, est donc un recueil de nouvelles pouvant se suivre comme des épisodes à la trame commune et qui nous conte ces deux années où, jeune homme de 16 ans, London s'engagea auprès des services de régulation des pêches interdites et autres ramassages illégaux dans la baie de San Francisco qu'il connaissait fort bien... S'étant lui-même retrouvé parmi ces fameux "pirates" pilleurs d'huîtres de cette même baie l'année juste avant son engagement inattendu du côté du droit. C'est ce que l'on découvre d'ailleurs dans son fameux et terrible John Barleycorn et dans un ouvrage plus ancien, La croisière du Dazzler.
Mais que l'on ne s'y trompe pas : Ce que l'écrivain décrit avant toute autre chose, et comme à son accoutumée, ce sont des rencontres humaines, des aventures -plutôt "viriles", parfois empruntes de danger, de rencontres hasardeuses, d'amitiés franches ou impossibles- des histoires brutes (mais pas forcément brutales) faites d'hommes, par les hommes, à cause des hommes et de leur appétit de survie, quoi qu'il en coûte à la loi et surtout, autre corde sensible Londonienne, à mère Nature. de belles premières aventures et des portraits édifiants en quelques sept nouvelles d'un même tenant.
Les éditions Phébus ont l'intelligence de nous confier une lettre, écrite à son éditeur, sur le comment et le pourquoi, le vrai et le faux, de ces histoires en mer. Y succède un texte étonnant où London fait l'apologie, ampli d'une belle philosophie et leçon de vie, de la petite navigation à voile. Suivent enfin cinq textes, regroupés sous le titre commun "A bord de la Mary-Sutherland" où l'on suit notre romancier aventurier engagé à bord de divers rafiots lors de son voyage journalistique en Corée du Sud et au Japon.
Les amateurs de récits de mer se régaleront. Les autres lecteurs, tout autant, même si nous ne somme pas là, c'est certain, en présence des plus grands chefs d'oeuvres de Jack London. Pour la petite histoire, terminons par ce petit détail bibliographique assez émouvant : La première nouvelle qui compose "Patrouille de pêche" est aussi le tout premier texte que le californien publia jamais, entamant ainsi sa fulgurante mais géniale carrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CVolland
  06 mai 2020
Jack London incarne surtout le grand nord, mais il ne faut pas oublier qu'il fut également marin, braconnier, puis engagé chez les patrouilleurs pour verbalisé ces mêmes braconniers !
Ses expériences lui inspireront les nouvelles de ce présent recueil
qui décrivent un monde dur, virile, et ou la frontière entre légalité et délit est des plus flous.
Des écrits de jeunesse qui ne m'on pas enthousiasmé plus que cela. Jack London ayant fait bien mieux. Ses histoires trouverons certainement leurs publiques dans les lecteurs déjà passionnés par la mer, car elles ont pas mal de termes techniques qui m'était inconnu et dont j'ai eu, avouons le, la flemme de chercher la significations.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Erik35Erik35   29 novembre 2016
On ne devient pas marin, on naît marin. Et par "marin" j'entends non pas ces individus quelconques et sans ressort qui composent aujourd'hui les équipages des grands paquebots, mais l'homme capable de manœuvrer ce complexe de bois, de fer, de cordages et de toile que représente un navire, et de l'obliger d'obéir à sa volonté sur la surface des flots.
(Extrait de "A bord d'un petit voilier", p. 131)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Erik35Erik35   29 novembre 2016
Mon excitation était comparable à celle de l'eau. Le bateau se comportait de façon splendide, bondissant et filant sur l'onde à la vitesse d'un cheval de course. J'avais peine à contenir mon enthousiasme. La voile immense, le hurlement du vent, la mer agitée les plongeons du bateau... Et moi, un pygmée, simple point dans l'espace, maîtrisant les éléments déchaînés, je m'avançais sur les flots, victorieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Erik35Erik35   29 novembre 2016
Charley, au gouvernail, semblait doué de l'instinct de la direction. Il avouait lui-même son impossibilité d'expliquer ce phénomène ; mais il possédait un sens particulier qui lui permettait de prévoir les vents, de calculer les distances, le temps, la vitesse des courants et la dérive de façon étonnante.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jack London (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack London
Jack London : Faire un feu (France Culture / Samedi noir). Émission “Samedi noir” diffusée sur France Culture le 12 novembre 2016. Production : Blandine Masson. Image : dessin de Patrick Chabouté pour son adaptation en bande dessinée de la nouvelle “Constuire un feu” de Jack London. Un homme qui voyage seul dans le Yukon confronté au plus destructeur de ses ennemis : le froid. Traduit par Marc Chénetier. Réalisation : Christophe Hocké. En direct du studio 110, de la Maison de la radio. Lecture Carlo Brandt. Musique composée par John Greaves. À l’occasion de la parution dans La Pléiade des “Romans, récits et nouvelles” de Jack London en octobre 2016, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski. “Faire un feu” (paru en août 1908 sous le titre “To build a fire” dans le Century Magazine) est “le compte rendu” terrible et tragique " (pour reprendre le titre de l'essai de London sur les thèmes et les ressorts de la grande littérature), minutieusement agencé, d'une inexorable descente dans l'enfer du froid, la plus brutale description, et littérairement la plus parfaite, de la rencontre meurtrière du chétif corps humain, minuscule atome de vie perdu dans un infini de la blancheur, avec le plus immatériel et le plus destructeur de ses ennemis. Le récit n'est nulle part ailleurs chez London aussi dépouillé et concentré que dans ces pages. Comme dans bien d'autres nouvelles, ce n'est pas une intrigue qu'il déploie ou qu'il développe, mais une situation d'affrontement, un état de tension, qu'il mène, degré par degré, jusqu'au point de rupture. […] Dans un silence jamais rompu par aucune parole directement prononcée se déroule, rythmée par le passage des heures, la tragédie de la lente détérioration du corps, en même temps que s'amenuise l'espoir de survie. […] Marc Chénetier. Note publiée dans La Pléiade, extraits. Musiciens : John Greaves, Piano, chant Laurent Valero, Alto, violon, flûte, bandonéon Scott Taylor, Accordéon, kalimba, percus, cuivres Assistant à la réalisation : Pablo Valero Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : marine à voilesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'appel de la foret

comment s'appelle le chien ?

holly
Buck
Billy
Rachid

3 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : L'appel de la forêt de Jack LondonCréer un quiz sur ce livre