AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 102090366X
Éditeur : Les liens qui libèrent (25/11/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
L'eurozone a jeté le masque. S'il en était encore besoin., 2015 aura été la date de la pleine révélation, et la Grèce son lieu. Nous savons désormais quel cas l'Union monétaire européenne fait des peuples européens et de la démocratie. La brutalité sans frein, le chantage ouvert, l'humiliation sans pitié : rien n'a été épargné au gouvernement Syriza - mais c'est qu'il s'agissait de faire un exemple. Un exemple pour montrer à tous ce qu'il adviendra à tout gouverneme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
tolemlj
  09 janvier 2016
Il s'agit de sept chroniques publiées en 2015 sur le blog "La Pompe à Phynance" du Monde Diplomatique. Au fil des péripéties de la "crise grecque", Frédéric Lordon analyse les événements et la façon dont ils sont présentés par nos hommes politiques et nos médias. Au-delà des conséquences dramatiques pour le peuple grec, le spectacle donné par l'Eurozone doit nous faire réfléchir à cette construction anti-démocratique qu'est l'Europe et son aboutissement l'euro. Comment avons-nous accepté cette camisole des traités supra-nationaux qui nous imposent des ratios comptables (60 %, 3 % , ...) qui n'ont jamais été débattus dans des enceintes démocratiques. Ils seraient sacrés, immuables, non modifiables ?
L'alternative au fatalisme (there is no alternative) passe par la destruction plus ou moins volontaire de l' aberration de l'euro actuel et la recherche de rapprochements volontaires avec des pays européens dans des domaines variés autres que la comptabilité et la finance : un plan C.
Commenter  J’apprécie          30
lesptitchats
  11 juin 2016
Cet ouvrage rassemble différents articles que Frédéric Lordon a publié autour de la crise grecque.
Au niveau de la forme, quelque chose me dérange dans le style d'écriture assez libre employé par l'auteur. Pourtant, je dois avouer que ce ton assez léger est agressif rend le livre assez facile à lire.
Au niveau contenu, c'est un peu pareil : certaines idées sont développées dans plusieurs articles et rend leur compréhension relativement facile. Il insiste sur l'impossibilité pour la Grèce de trouver une solution à sa crise sans faire le choix de sortir de l'Euro.
Il y a 10 ou 15 ans, je m'étais essayé à la lecture d'un autre ouvrage de l'auteur : Fonds de pension, piège à cons et je m'étais arrêtée en cours de lecture.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lesptitchatslesptitchats   12 juin 2016
Il n'est pas suffisant que la Grèce s'impose une restriction supplémentaire de 1,7 point de PIB,il faut qu'elle la compose comme il faut. Par exemple l'augmentation du taux d'imposition sur les sociétés de 26% à 29%, ainsi que la taxe exceptionnelle de 12% sur les profits supérieurs à 500000 euros ont été refusées par la Troïka au motif qu'elles étaient... de nature à tuer la croissance !- ou quand l'étrangleur déconseille à ses victimes le port du foulard. En revanche la Troïka tient beaucoup à ce qu'on en finisse avec la petite allocation de solidarité servie sur les retraites les plus pauvres - le décile inférieur à perdu jusqu'à 86% de revenu disponible de 2008 à 2012... c'est donc qu'il lui en reste 14 bons pourcents : du gras!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lesptitchatslesptitchats   12 juin 2016
Il n'est pas suffisant que la Grèce s'impose une restriction supplémentaire de 1,7 point de PIB,il faut qu'elle la compose comme il faut. Par exemple l'augmentation du taux d'imposition sur les sociétés de 26% à 29%, ainsi que la taxe exceptionnelle de 12% sur les profits supérieurs à 500000 euros ont été refusées par la Troïka au motif qu'elles étaient... de nature à tuer la croissance !- ou quand l'étrangleur déconseille à ses victimes le port du foulard. En revanche la Troïka tient beaucoup à ce qu'on en finisse avec la petite allocation de solidarité servie sur les retraites les plus pauvres - le décile inférieur à perdu jusqu'à 86% de revenu disponible de 2008 à 2012... c'est donc qu'il lui en reste 14 bons pourcents : du gras!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lesptitchatslesptitchats   12 juin 2016
"Que direz-vous aux retraités Bavarois si la Grèce ne rembourse pas ?" demande Le parmentier à Picketty qui répond à base de grande conférence sur la dette en Europe. On pourrait répondre aussi que si Slovaques et Allemands avaient une retraite entièrement par répartition, cette question n'aurait même pas lieu d'être.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Frédéric Lordon (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lordon
Rencontre avec Frédéric Lordon, autour de son livre "VIVRE SANS ? Institution, police, travail, argent...", à la librairie du Merle Moqueur
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1834 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre