AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2501071697
Éditeur : Marabout (01/04/2011)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Un lieu propre embellit le c ur et l'esprit. Pourquoi faire le ménage ? La plupart d'entre nous répondront probablement qu'il faut le faire, c'est tout. Tout comme manger, dormir ou se laver. Mais c'est bien plus. Outre les effets bénéfiques qu'un lieu propre et rangé peut apporter sur plan le physique et moral, c'est aussi nettoyer son c ur et son esprit. Il peut devenir un plaisir, un art, un exercice spirituel : il suffit pour cela de retrouver l'envie de vivre p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  27 août 2017
Ne riez pas...surtout !!! En ce dimanche matin, fortement décidée à faire de grands rangements dans mon "home"... je retombe sur un bloc, rempli de notes, dont une note de lecture qui date de la fin août 2015 ?!!!! Deux ans déjà !
Et le plus drôle...c'est le titre du livre chroniqué....je vais affronter le
ridicule... de la chose et "mettre au propre" [C'est le cas de le dire !]... les quelques impressions de ma lecture...
" (...) La vision d'un intérieur envahi par les objets et mal entretenu nous donne la sensation qu'on ne contrôle ni sa maison ni sa vie. "(p. 31) . Combien cette observation est explicite et incitative , à ne pas laisser les choses s'accumuler, s'entasser, encombrer son espace intérieur
Dominique Loreau, a vécu 30 ans au Japon; elle a été fortement imprégnée de la pratique du ménage par les adeptes du zen ...Chaque chapitre très court est introduit par une citation souvent d'auteurs japonais.
En 2012, après le décès de mon compagnon, partir, déménager, même dans un lieu plus petit, devenait une nécessité pour reconstituer un espace... et débuter une reconstruction de vie...

Il m'a fallu, et il me faut encore me délester de beaucoup de souvenirs. A travers les objets, les meubles, les correspondances... nous sommes contraints de "faire le point sur ce que nous sommes et sur les choses qui nous sont essentielles" (p. 21)
Cet ouvrage avait donc tous les attraits pour me "booster", et achever nettoyage, tris, classements, et rangements drastiques , pour me sentir à " ma place" et heureuse dans ce nouveau décor de vie...
" Un lieu ne nous "appartient" et ne nous accueille que lorsque nous l'avons entretenu de nos mains. " ( p.20)
"La première valeur du ménage n'est donc pas tant de supprimer la poussière ou le désordre que de revitaliser son être. (...) la vie est toujours différente avec des draps frais, des vitres étincelantes, un sol lavé qui sent le propre. Plus le sensoriel est revigoré, plus ce qui fatigue disparaît. "(p. 25)
Un petit livre qu'il va me falloir laisser à portée des yeux et de la main, en relire des passages... pour ne pas me laisser déborder ; ranger, trier en permanence; un exercice quotidien pas si anodin, et routinier que cela peut paraître ! qui aide à se sentir bien !
Aérer mon espace, le garder accueillant, ouvert, coloré pour avoir envie de "rentrer chez moi" !
Comme Dominique Loreau le dit à plusieurs reprises, c'est une auto-discipline constructive, nécessaire, pour trouver équilibre, sérénité... Clarté de sa maison signifie aussi clarté dans sa vie, et sa tête !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4114
babel95
  01 septembre 2015
A la suite d'une journée de reprise particulièrement chargée, je m'accorde une petite sortie bien méritée... le rayon "développement personnel" d'une librairie attire toute mon attention, et plus particulièrement le sous-titre d'un ouvrage : Et si faire le ménage était une thérapie... Quelle idée....
Le ménage était bien loin de mes préoccupations, ce soir-là.
Finalement, je me suis dit que je n'avais rien de particulier à faire...pourquoi ne pas consacrer cette soirée à réfléchir à quelque chose, qui, jusque là, ne m'avait pas vraiment intéressé ? Ce qui m'apparaissait comme une routine, une corvée à réaliser, un point c'est tout.
Dominique Loreau m'a expliqué à quel point j'avais tort.
Cette soirée libre, je l'ai passée au Japon, à apprendre l'art du ménage, de la tenue d'un intérieur...
J'ai redécouvert le plaisir de prendre son temps, de dire adieu au désordre, de redécouvrir un espace personnel à sa mesure.
Une expérience simple... mais qui marque.
J'ai fait miennes ces deux petites phrases : La propreté, l'ordre, le contrôle de son environnement sont aussi importants, sinon plus, que la réussite sociale, le nombre d'amis que nous avons sur Facebook, ou les plaisirs achetés. La vraie richesse, c'est être capable d'assumer sa vie, d'engager sa personne dans toutes les menues choses du quotidien en y apportant un souffle constant de vie....
Je suis sûre que vous allez désormais regarder d'une tout autre manière votre cher balai ou votre chiffon à poussière préféré... Allez, courage.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
Kittiwake
  16 octobre 2013
Et si l'entretien de sa maison était une pratique spirituelle. Sans gourou. Sans cotisation, sans même sortir de chez soi et pour cause? Dominique Loreau prêche ici une convaincue : un coup d'oeil sur le foutoir dans la chambre de mes ados m'en a persuadée, c'était le reflet de leur difficultés d'être.
Faire le ménage est une activité majeure au sein des temples zen, faire le vide en soi, c'est aussi lutter contre l'entropie ambiante. Purifier le lieu où l'on vit pour se purifier.
Et lorsque nous parvenons à valoriser l'action même de faire le ménage, non pour atteindre le but, c'est à dire la propreté mais par la noblesse même du rituel, alors ce n'est plus une corvée.
Le mot rituel a son importance car c'est la mise en place de routine qui allège la tâche. Sans rigidité. Sans différer. Perfectionnisme et procrastination sont les deux ennemis de la progression.
Après l'aspect métaphysique, suit la pratique. Produits de bases, pas chers, écolos, et efficaces : vinaigre, bicarbonate, savon noir et ...eau suffisent pour que tout brille.
Enfin dernier avantage : cela remplace la séance sportive : pas de matériel couteux, pas de tenue réglementaire, pas d'horaires stricts ni de trajets en voiture pour s'y consacrer. Stretching, assouplissement, fessiers, abdos, tout est sollicité.
Livre à ranger soigneusement à sa place et à épousseter périodiquement
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3710
ErnestineRadioconducteur
  30 janvier 2017
Je me serais volontiers passée d'écrire une critique, mais devant son succès quasi unanime je me dois d'apporter une autre son de cloche.
On est d'accord le ménage c'est indispensable, le résultat est agréable, dans un monde de plus en plus virtuel et où on ne voit plus le résultat direct de son travail, cela apporte la satisfaction de l'accomplissement par ses propres mains et d'en observer le résultat. Cela fait remonter des réminiscences du linge qui sent bon de grand-mère...d'accord. C'est également très important de rappeler que c'est une tâche injustement dévalorisée en Occident. Je pense aux femmes au foyer à qui il faut rendre l'hommage qu'elles méritent pour ce vrai métier qu'elles exercent.
Pour la suite, n'étant pas une dingue de ménage, je ne le ressens pas, je ne le comprends pas. C'est un livre redondant à l'extrême, on dirait du lavage... de cerveau, le problème étant que je ne comprends pas le raisonnement qui consiste à dire que le ménage conduit à la paix, au bonheur, à la liberté etc... Pour moi, il n'est qu'une contrainte que j'effectue dans un temps très limité, de façon globale et pas à la perfection. Je comprends vaguement le plaisir que l'on a à effectuer la tâche lorsque cela fait longtemps que l'on ne l'a pas fait mais c'est tellement répétitif et sans fin que ça m'en dégoûte et que je ne ressens plus cette illusion de contrôle.
Elle place la barre très haut, en faisant le ménage à la perfection tous les jours. Ce type de perfectionnisme, je m'en suis justement débarrassée afin d'éviter la procrastination dans ce domaine. C'est un ouvrage très directif, où l'auteur va jusqu'à préconiser les morceaux de musique correspondant à chaque tâche( moi, je ne suis pas fan des 4 saisons de Vivaldi, notamment) Il faut faire le ménage le matin...c'est compliqué lorsque l'on a une activité professionnelle tôt et pas à domicile. J'ai bien essayé d'utiliser le sacrosaint vinaigre dont on dit qu'il ne sent pas mais il sent beaucoup et je ne supporte pas... etc etc
J'ai carrément pouffé de rire lorsqu'elle explique que le ménage doit être fait avec grâce, comme une danseuse, comme pour la cérémonie du thé japonaise, qu'il est l'occasion de faire du sport... Bref, pour certains il doit s'agir de vivre pour nettoyer mais pour moi, il s'agit de nettoyer pour vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Plouf_le_loup
  19 janvier 2019
Le sujet : le ménage. Mais pas n'importe lequel ni, surtout, n'importe comment : le ménage avec plaisir, avec grâce, avec concentration, le ménage comme une fin en soi. Parce que Dominique Loreau a vécu longtemps au Japon, elle est très imprégnée de cette culture, et là en particulier elle nous parle beaucoup (surtout dans la deuxième partie) du ménage selon le zen, dans les temples. Ce qui est extrêmement intéressant, culturellement parlant. J'ai été très heureuse de comprendre certains aspects, qu'elle explique très bien, du rapport des moines zen au ménage. Et l'aspect "médication active" me "parle" plutôt, donc je pense avoir compris ce qu'elle évoquait, même si je ne l'expérimente pas et qu'en la matière, l'expérimentation est évidemment souveraine.
De la même manière, j'ai été sensible à certains arguments qui disent qu'on peut y prendre du plaisir (oui ça arrive), même si je ne rejoins pas son avis qui semble plaider pour une forme d'extase ménagère, où le ménage semble tenir lieu d'objectif de vie. J'ai été plus sensible encore aux arguments qui disent combien il est agréable de vivre dans un lieu libéré à la fois du bazar et de la poussière (c'est même pour ça que je lis ce style de livre, pas par passion ménagère), et à quel point c'est nécessaire à notre énergie vitale, tant mentale que physique. Je l'ai été beaucoup moins, sensible, à ses choix de produits (la javel c'est niet catégorique, par exemple), même si son presque minimalisme en la matière me plaît bien (mais je le suis plus qu'elle là-dessus depuis 20 ans, donc bon...), et à ses façons de faire, qu'elle indique comme exemplaires (mettre de la musique classique, faire des mouvements de danseuse, utiliser tel outil, etc). Bon, ces chapitres dirigistes ne sont pas la majorité, et libre à chacun de les suivre ou pas.
J'ai été un poil énervée par un chapitre remarquablement archaïque sur les raisons pour lesquelles les femmes font plus le ménage que les hommes (raisons biologiques !!!! si si, je sais c'est mal parce que je spoile, mais pour elle c'est biologique !!!!!!! Elle est à fond dans les théories du XIXème siècle sur les humains préhistoriques, l'homme nomade chasseur et la femme au feu à la caverne, théories qui ont été largement démontées depuis qu'on a trouvé des traces de femmes chasseuses, entre autre.... bref aaaaaaaargh). Il y a après un petit passage qui pourrait sembler dire le contraire, mais j'étais trop estourbie pour en profiter.
J'ai bien aimé la structure du livre, en très très courts chapitres, tous introduits par un titre et une citation (d'auteurs japonais ou occidentaux, d'internautes) souvent pertinente. Ca permet de s'y retrouver facilement si on cherche quelque chose, puisqu'il y a aussi un index des chapitres.

Et donc, pour résumer, j'ai trouvé ce livre globalement intéressant, c'est un point de vue sur le ménage qu'on a peu l'occasion de croiser dans notre société où le ménage est dévalorisé à l'extrême (car majoritairement féminin, ce qui est absurde puisque socialement comme individuellement, il est indispensable). Je reconnais que ses arguments font réfléchir à nos propres pratiques, à notre propre relation au ménage, et amènent à se poser des questions et à se remettre en cause, ce qui est toujours bénéfique. Pour autant, personnellement, et même si je suis mère au foyer, j'ai envie de garder de mon temps pour autre chose que le ménage dans ma vie (et même pas seulement dispenser l'instruction que l'éduc nat est incompétente à fournir à mes enfants "hors cases"), ce qui ne me paraît pas un instant envisageable si j'applique ses recommandations (et vu notre maison et mode de vie). Et puis, en bonne Occidentale, j'aime préférentiellement d'autres loisirs. En plus, au chapitre animaux domestiques, elle dit clairement qu'on ne peut pas avoir une maison propre avec des animaux, même si on peut limiter les dégâts en les parquant pas mal, alors ça me soulage du coup : avec nos 3 chiens et 3 chats, inutile que je me mette la pression... lol
Lien : http://ploufsurterre.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   03 septembre 2015
La poussière : éternel recommencement
La poussière semble avoir disparu après une séance de ménage. Mais elle revient toujours. Comme nos pensées, et toutes nos sensations qui nous accompagnent tout au long de notre vie. On dit que le temps est une fine poudre d'or que nous laisserions couler distraitement entre nos doigts, sans même nous en apercevoir. C'est ce temps fait de poussière et d'or qui permet de jouir pleinement du moment présent. Dans la journée d'un ermite, chaque instant est un trésor. Le temps a alors une densité telle que le sage continue sa transformation intérieure sans effort, comme un fleuve qui coule vers l'océan de l'Eveil.
Qu'il s'agisse d'étoiles ou des êtres vivants, tout redevient un jour poussière. C'est ce que le Japon appelle l'éternel retour de toute chose à l'univers. Vivre en appréciant la complexité de tout ce que nous ne comprenons et ne comprendrons sans doute jamais, le vivre simplement et se nourrir de ce qui est authentique exige de nous l'acceptation de trois vérités :
Rien ne dure.
Rien n'est jamais fini.
Rien n'est parfait.
Accepter ces réalités, c'est accepter ce que l'on a comme la définition du bonheur, reconnaître qu'on peut trouver de la clarté et de la grâce dans une existence vraie et sans vernis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   03 septembre 2015
Une personne fatiguée est une personne qui a perdu son -ki-.(énergie vitale) Mais l'origine de cette fatigue est rarement physique. Car ce sont souvent la saleté et le désordre qui fatiguent, perturbent le mental. La première valeur du ménage n'est donc pas tant de supprimer la poussière ou le désordre que de revitaliser son être. (...) la vie est toujours différente avec des draps frais, des vitres étincelantes, un sol lavé qui sent le propre. Plus le sensoriel est revigoré, plus ce qui fatigue disparaît. (p. 25)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
babel95babel95   01 septembre 2015
Ne pas chercher à "gagner" du temps
"Ne quittons pas l'instant L'instant n'a pas de limite. Nous devrions considérer l'instant comme notre seule sécurité. Apprenez à en découvrir les richesses, les potentialités. Il contient tout. Le stress, la fatigue viennent de notre propre esprit qui vagabonde et s'épuise dans des jeux d'imagination. La pensée s'oriente toujours vers les regrets du passé ou vers les images d'un futur idéal imaginaire. Ce sont les fantasmagories qui n'amènent que souffrance et solitude car elles se déroulent dans des dimensions qui n'existent pas. Seul le présent est réel. Il est la force de la vie, à partir de laquelle nous pouvons entreprendre, construire et réalisere notre vie".
Dupa Rempoché, sage tibétain cité par Anne Garigue dans l'Asie en soi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KittiwakeKittiwake   16 octobre 2013
Faire son ménage, c'est être autonome, produire de l'énergie et la générer. C'est ne pas attendre que les autres nous viennent en aide. C'est être responsable de sa vie et non pas agir comme un assisté. C'est réaliser que les difficultés que nous rencontrons ne viennent bien souvent que de nous.
Commenter  J’apprécie          234
babel95babel95   01 septembre 2015
Véritable thérapie d'une vie au rythme de plus en plus accéléré, aux valeurs intérieures de plus en plus délaissées au profit d'une identité sociale, le ménage est à réapprendre. Les maisons ont changé, les matériaux naturels ont fait place aux produits synthétiques et les appareils électroniques se font de plus en plus présents. Fini le temps où l'on ouvrait une belle grande armoire en merisier pour ranger ses piles de draps amidonnés. Les mœurs, les habitudes se sont modifiées en une ou deux générations et l'on a perdu tout repère, laissant le désordre s'installer, au mépris du ménage et de la paix domestique. C'est tout un savoir-faire qui a tendance à disparaître. Tout un art de vivre le quotidien avec lenteur, profondeur et simplicité qui s'oublie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Dominique Loreau (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Loreau
5 livres sur le minimalisme à lire absolument.
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre