AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290018554
Éditeur : J'ai Lu (23/09/2009)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 159 notes)
Résumé :
Après le succès de L'art de la simplicité, L'art de la délicatesse, L'art de mettre les choses à leur place et Vivre heureux dans un petit espace, l'auteur nous propose de profiter de tous les petits luxes que nous offre la vie.
Installée au Japon depuis de longues années, Dominique Loreau s'est imprégnée du mode de vie de son pays d'adoption. Un mode de vie qui repose sur le principe du "moins pour plus" appliqué à tous les domaines, du matériel au spiritue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Yggdrasila
  03 novembre 2019
M'intéressant beaucoup au concept du minimalisme, je ne pouvais pas passer à côté de cette auteure.
Dominique Loreau n'est certes pas autant médiatisée que Marie Kondō, mais elle reste néanmoins une référence en la matière.
Dans cet ouvrage elle parle de l'encombrement et du désencombrement.
Différents sujets sont abordés autour de nos possessions, de leur valeur, de leur utilité, et surtout pourquoi nous accumulons autant.
Elle livre quelques conseils pour désencombrer notre maison et donner une seconde vie à nos objets superflus pour faire de l'espace en soi.
Nos goûts changent au cours de notre vie. Tout garder c'est accumuler inutilement. L'auteure propose alors de nous débarrasser de tout ce qui n'est pas essentiel pour nous aujourd'hui.
« Notre vie est le temps dont nous disposons. »
Dominique Loreau fait bien la distinction entre la simplicité volontaire et la pauvreté subie.
Moins posséder et ne garder que des objets de qualité que l'on aime profondément permet selon elle, de vivre dans un luxe zen. En exemple, elle se réfère au « mujo », le concept zen japonais.
Elle part du principe que chaque chose que l'on possède occupe une place dans notre subconscient. On comprend alors très vite son idée qui consiste à dire que les objets qui nous entourent n'occupent pas uniquement une place matérielle.
Ce livre fait aussi réfléchir sur notre manière de consommer (parfois à outrance). Quelques bonnes réflexions sont présentes, notamment sur l'aspect écologique et le cercle vicieux du recyclage (pour les plastiques et emballages).
Le concept du kufu (l'art de faire avec les moyens du bord) est aussi mentionné.
« Imaginez que vous êtes en voyage et vivez de la même façon. »
J'ai tout de même relevé de nombreux points où je ne suis pas d'accord avec l'auteure, mais tous les énumérés serait trop long. Je pense que certains de ses conseils ne sont pas forcément adaptés à tout le monde. Comme par exemple, de faire que quelques réserves alimentaires pour le dimanche soir, ou de se débarrasser de choses pour les emprunter à d'autres.
J'ai aussi trouvé que l'auteure s'exprimait parfois de manière un peu trop radicale : « Ne gardez que ceci ou cela. Débarrassez-vous de ci et ça. Donnez ceci... » Je pense que chaque personne doit plutôt aller à son rythme, puis garder ou donner les choses selon son ressenti.
L'auteure pense que le meilleur moment pour se débarrasser des choses est lorsqu'on est en colère. Pour ma part, je n'en suis pas convaincue. En étant en colère on risque plutôt de faire des mauvais choix que l'on peut regretter par la suite.
Plus loin dans son livre concernant les objets à valeur sentimentale, il faudrait selon elle, agir avec prudence. C'est assez contradictoire.
Les exemples sont nombreux, comme d'emporter en voyage des choses à trier car on a le temps. Mais au contraire, on essaye toujours d'alléger au maximum nos bagages lorsqu'on part, ce n'est pas pour s'encombrer de choses à trier !
Dominique Loreau va parfois trop loin dans sa démarche, comme le fait de faire savoir à nos proches que l'on ne souhaite désormais en cadeau que des articles consommables. Pourquoi pas. Mais selon l'auteure, on doit faire le même type de cadeaux. Pourquoi devrions-nous imposer notre façon de vivre à notre entourage et ne plus respecter leurs propres choix de cadeaux ?
Elle cite aussi : « Préparez votre mort à tout instant. » Pourtant, elle dit plus haut qu'il faut vivre dans l'instant présent et ne pas vivre par anticipation...
Bref, malgré ces quelques petites incohérences, ce livre se lit plutôt bien.
C'est un bon moyen d'inspiration pour commencer une démarche minimaliste.
Les conseils ne sont cependant pas à prendre au pied de la lettre, mais ce n'est que mon avis.
Et je termine par une citation inspirante :
« Le bonheur dépend de ce que l'on vit et pas de ce que l'on possède. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          589
Sirenna
  28 août 2017
Désencombrer sa vie de tout ce qui est superflu pour laisser la place à la nouveauté.
Un livre qui me rammene à l'essentiel.
Le bonheur,est-ce posséder des biens?
Mais qu'ai je en trop ?
Des vêtements, des chaussures, des sacs…
Rien de surprenant…
La question c'est de quoi serai je capable de me séparer?
Un choix cornélien!
-Jeter ou ne pas jeter là est la question !
m'ecriai-je en étreignant ma magnifique robe bleu Klein ^^
Je ne peux décemment pas jeter cette robe et d'ailleurs aucune autre parmi les 50 qui s'étalent sur mon lit ^^
Chacune me crie: “garde moi,garde moi“.
Mais ayant lu le livre de Dominique Loreau j'ai decidé de faire le vide!
Il va falloir procéder par étape!
Quelle est celle que j'ai pas porté depuis 1 an?
C'est la robe couleur bleu crépuscule que j'aime tellement que je n'ai pas envie de la porter juste pour aller au boulot.
Elle trône comme une reine dans mon armoire et ne supportera pas que je m'en sépare comme ça sur un coup de tête.
L'auteur à raison! Chaque objet raconte une histoire et c'est la raison pour laquelle on a du mal a s'en séparer.
Il ,l'objet,contient,nos souvenirs!
Car jeter es un acte existentiel d'apres l'auteur!
Bon,finalement,je garde tout…pour l'instant…jusqu'à ce que je relise à nouveau des passages de ce livre…mais à propos…une idée me vient…et si je jetais ce livre…pour eviter de jeter tous les autres objets inutiles^^
En plus j'avais prévu de l'emmener sur une île déserte…c'est absurde je sais …puisque sur une île déserte je n'aurai rien^^
Ma seule action du jour sera donc de rétrograder ce livre et l'enlever de ma liste des livres a emporter sur une île déserte^^
Madame Dominique Loreau a force de vouloir que je me débarrasse de tous et de me faire vivre dans un espace épuré vous m'avez convaincu de tout garder... ou presque ^^
Mais rien ne dis que dans 2 minutes je ne pas change d'avis et que je jette mes 50 robes sur un coup de tête et par la fenêtre…un petit cote théâtral qui m'amuserai bien…en sachant que je serai tout aussi capable de les récupérer 2 minutes après les avoir jeté…
A priori j'ai pas encore assimilé :“L'art de l'essentiel“ même si cela fait 10 ans que j'ai ce livre ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4322
Mims02
  04 novembre 2011
Avant de lire ce livre, j'entassais et gardais tout ce qui pourrait servir un jour, des vêtements trop grands ou trop petits au cas où, j'étais incapable de jeter la moindre revue achetée, je gardais les pots de yaourts en verre... Et puis, je me suis rendue compte que ma maison était si encombrée que ça m'oppressait. En me levant le matin, j'étais déjà presque déprimée et un jour, j'ai entendu parlé de la philosophie de Dominique Loreau et j'ai donc entreprit de lire un de ses livres. J'ai commencé par celui-là et ça m'a ouvert les yeux : j'ai commencé à trier, à donner, à jeter et je dois avouer que ça fait un bien fou. J'ai bien sûr encore beaucoup de travail mais je respire enfin !! Alors, si vous vous sentez oppressé sans savoir pourquoi, lisez ce livre et il vous aidera peut-être à trouver votre espace.
Commenter  J’apprécie          210
LUKE59
  11 juillet 2011
C'est suite à cette lecture que j'ai commencé à faire du nettoyage par le vide:vêtements non portés depuis longtemps,paperasse inutile,....et un certain nombre de livres essentiellement des polars dont je sais que je ne les relirai pas.Au terme de" jeter "l' inutile ,utilisé par l'auteur ,je préfère cependant celui de "donner" ou échanger.J'ai cessé d'acheter des polars sinon d'occasion en format poche et j'ai la chance de pouvoir compter sur une bibliothèque municipale proche et très bien fournie .Ca ne me dérange pas d'être en décalage par rapport aux sorties récentes.
Commenter  J’apprécie          190
anlixelle
  23 décembre 2016
On prend les mêmes idées que dans L'art de la simplicité et on continue. On redit à peu près les mêmes choses ; c'est toujours zen (ça c'est sympa), mais on avait compris.
Commenter  J’apprécie          202
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
LUKE59LUKE59   09 juillet 2011
Voilà d' où vient notre malaise:une surcharge en tout,un excès qui,si nous n'agissons pas sur lui,agira,lui, sur nous....../.....Ce sont surtout nos possessions qui nous attirent des ennuis.Se délester de ses possessions superflues,c'est aussi se délester des problèmes...../.....L'encombrement est à la fois la source et la conséquence de notre léthargie..../...Le désencombrement permet de décupler l'énergie qui est déjà en nous.Le fait de ne pas s' attacher s' accrocher,donne plus d' énergie c'est-à-dire de la vie... /...Plus vous possédez de choses,plus vous devenez vulnérable.Mais plus vous évoluerez spirituellement,moins vous aurez besoin des biens et des personnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
yuuyuu   22 janvier 2016
ne vous attachez pas aux choses et vous vous attacherez moins aux personnes.
Plus vous possedez de choses, plus vous devenez vulnerable. mMais plus vous evoluerez spisrituellement, moins vous aurez besoins des biens et des personnes. Se detacher mareriellement aide à se detache dans tous les domaines, y compris celui des relations. Si vous vous dites: " Je suis avec cette personne aujourd'hui, c'est merveilleux, mais je ne la possede pas, je ne suis pas son gardien de prison, elle est libre de rester avec moi ou de partir", non seulement vous vous detachez en ce sens que vous redouterez moins de la perdre, mais vous lui donnerez de l'espace: elle restera probablement avec vous. Plus on s'agrippe aux choses, aux gens, aux evenements, moins on les possede. Sachez aussi laisser s'achever une relation quand vous sentez que le moment est venu. Remerciez-la de ce qu'elle vous a apporte, et passez à l'etape suivante. restez dans le present et veillez à ce que chaque moment soit frais et nouve
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
SirennaSirenna   14 août 2015
Faire suivre immédiatement une pensée par une action permet de vivre avec cette sorte de dynamisme qui rend véritablement "vivant". En retour,la vie s'ouvre à soi.Plus que des rêves et de bonnes intentions,c'est agir,concrètement et immédiatement,qui mène à la connaissance et à la sagesse.
Commenter  J’apprécie          230
mickkellymickkelly   28 décembre 2014
Ce qui prend du temps et de l'énergie, c'est de ne pas faire les choses, de les reporter. Faire suivre immédiatement une pensée par une action permet de vivre avec cette sorte de dynamisme qui rend véritablement "vivant". /.../ Agir, c'est comprendre que la sagesse ne peut s'acquérir que par la pratique et la mise en oeuvre des pensées.
Commenter  J’apprécie          150
YggdrasilaYggdrasila   30 octobre 2019
La simplicité, ce n’est pas d’éliminer tous les désirs, c’est apprendre à ne pas se laisser contrôler par eux. C’est s’abstenir de les multiplier. 
Commenter  J’apprécie          261
Videos de Dominique Loreau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Loreau
Dominique Loreau, auteur de "l'art de l'essentiel", aide un collaborateur de Psychologies.com à organiser son bureau.
Cred. Musique: Mixdeluxe
autres livres classés : minimalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
308 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
.. ..