AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714478484
Éditeur : Belfond (05/04/2018)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Un roman-thérapie qui s'inscrit dans la mouvance d'un véritable phénomène de société : celui du développement personnel !

Dans les pires moments, lequel d'entre nous n'a jamais songé à en finir?
C'est le cas d'Émilie, trente ans, prof de piano et pas un sou en poche, qui s'offre le luxe d'un dernier repas fastueux dans un restaurant chic. La vie de la jeune femme était plutôt tranquille mais, après sa rencontre avec un chanteur à succès qui lui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fandebook
  23 juillet 2018
Bien plus prenant que le livre de Giordano, " Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" et surtout beaucoup mieux écrit. Les personnages sont attachants, la partie "thérapie" digeste et vraiment informative. Pour tous ceux que la thérapie fiction attire et même pour ceux qui, tout simplement, ont envie d'un bon roman pas prise de tête.
Commenter  J’apprécie          00
Addikt
  06 mai 2018
Un excellent roman-conte de fée en même temps qu'un petit guide thérapeutique pour aller mieux et apprendre quelques "trucs" de remise en forme du moral. Ce livre n'est que du bonheur, et je le recommande.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AddiktAddikt   06 mai 2018
L’enseigne du restaurant accrochée au dessus du portail ne payait vraiment pas de mine. Les années et la rouille avaient eu raison du Don Quichotte en métal censé porter le nom de l’établissement. Pourtant, « Le Moulin d’Aix » était classé cinq fourchettes dans le guide Michelin, et les marques de la plupart des voitures garées dans le parking privé attestaient, sinon de la qualité de la table, du moins du prix du menu. C’était parfait !
Emilie fit avancer sa Clio dix ans d’âge dans l’allée encadrée de cèdres et d’arbousiers pour la ranger entre une Jaguar et une Mercédès cabriolet.
Avant de claquer sa portière elle se demanda tout de même, pendant un instant, si son idée était vraiment la bonne ? Un endroit plus discret peut-être ? Mais non. Le manoir abritant l’établissement avait ce coté suranné en harmonie avec son humeur du moment. Et puis Emilie, en bonne musicienne classique, avait un petit penchant pour les crescendos suivis d’apothéoses. Après son coup d’éclat, on se souviendrait d’elle non pas comme d’une petite nana insipide pour ne pas dire minable, mais, au contraire, comme d’une protestataire capable d’un certain panache.
Le Champagne l’aiderait sans doute. Et il paraissait que faire le grand saut se passait mieux l’estomac plein. Surtout quand on n’a aucune idée de la façon de procéder.
Elle se présenta donc devant l’hôtesse d’accueil, une assez jolie jeune femme à l’accent provençal, aussi chantant que chaleureux, dès qu’elle lui annonça avoir réservé une table, de préférence près du piano.
- Oh, la table ce n’est pas un problème, mademoiselle Duchalant. Par contre, j’ai peur de vous décevoir si vous êtes venue chez nous pour l’ambiance musicale. Nous n’avons plus de pianiste depuis plusieurs mois. Trop cher, que voulez-vous. Le piano, c’est juste pour la décoration…
Encore mieux, se dit Emilie, avant de demander :
- Mais votre instrument est bien un Erard à queue de 1876, restauré par Balleron, comme indiqué dans le Michelin ?
L’hôtesse, qui venait de réaliser que cette étrange convive solitaire et inconnue n’était pas vraiment vêtue comme les habitués du lieu, portés sur l’élégance toute provinciale de la maison, ne put que hausser les épaules en secouant la tête d’un air profane.
- Alors là, mademoiselle, vous en savez plus que moi.
Elle ajouta tout de même, presque en chuchotant, avant de l’inviter à la suivre.
- Pardonnez-moi, mais vous n’auriez vraiment pas d’autre tenue qu’un jean troué et des baskets ?
- Il y a une tenue obligatoire pour dîner chez vous ?
- Obligatoire, non… Mais…
- Je peux mettre des escarpins, si vous y tenez, rebondit Emilie compatissante devant la mine gênée de l’hôtesse, avant d’ouvrir le grand sac qu’elle portait en bandoulière pour en tirer une paire de chaussures aux contours si élimés qu’aucune oeuvre charitable n’en aurait voulu.
- Euh, eh bien…
- Et pour le jean, ne vous en faites pas ! Poursuivit Emilie en extirpant également une tunique froissée qui lui arrivait aux genoux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
170 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre