AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782747051255
372 pages
Éditeur : Bayard Jeunesse (28/08/2014)
4.28/5   9 notes
Résumé :
Luisa passe l'été sur l'ile de Burano dans la lagune de Venise. Avec sa cousine Carla, elle travaille comme serveuse dans le restaurant de leur oncle Toni. Elle espère ainsi oublier Thomas son premier amour qui lui a brisé le coeur. Carla souhaite visiter l'île de Poveglia, pourtant interdite d'accès. Selon les rumeurs, Poveglia serait hantée par les âmes de milliers de pestiférés qui y ont été exilés il y a plusieurs siècles. Malgré sa fascination, Carla refuse de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
cdichut
  20 avril 2015
Loulou est une danoise aux origines italiennes. A la suite d'une rupture amoureuse (fait qui s'est passé dans le précédent tome que je n'ai pas lu), elle part pour les vacances d'été sur l'île de Burano afin de travailler dans le restaurant de son oncle. Là-bas, elle découvre avec sa cousine Carla les légendes qui entourent Poveglia et se retrouve entraîner dans une histoire de fantôme. J'ai lu ce livre sans savoir que l'auteur en avait écrit un autre avant, cependant, j'ai réussi à tout comprendre. L'intrigue est prenante et repose sur des légendes réelles, le rythme est soutenu et le paranormal trouve toute sa place. Une lecture haletante qui ne nous laisse pas sur notre faim.
Commenter  J’apprécie          60
cats26
  21 janvier 2015
Ce n'est qu'une fois le livre bien entamé que je me suis aperçue que c'était le tome 2 d'une série! J'ai néanmoins continué et cela n'a pas été gênant.
J'ai bien aimé ce roman qui nous transporte dans une des îles de la lagune vénitienne et qui est imprégné de l'histoire de la Sérénissime, surtout de la légende noire de la Peste et des îles hantées.
Atmosphère de surnaturel, explorations nocturnes, présence obscure, chasseurs de fantômes, tout y est pour frissonner et on découvre en prime la famille de l'héroïne, mélange de culture danoise et italienne, cocktail original!
Bon, on suit aussi les démêlés amoureux de l'héroïne, suite de son histoire au tome un avec un certain Thomas mais pour moi, ça a été une découverte avec ces allusions au tome 1.
La première de couverture évoque bien l'esprit et l'ambiance du livre.
En bref, j'ai passé un très bon moment et du coup, je vais essayer de mettre la main sur le tome 1.
A partir de 14-15 ans
Commenter  J’apprécie          42
Eowyne
  07 juillet 2018
Luisa décide de partir sur l'ile de Burano, dans la lagune de Venise, pour l'été suite à une rupture amoureuse. Elle va travailler au restaurant de son oncle en compagnie de sa cousine et de sa grand-mère. Ainsi, elle va retrouver ses origines italiennes, elle, qui vit au Danemark. Une fois arrivée sur place, elle découvre les légendes d'une ile abritant un ancien hôpital psychiatrique et qui serait hantée. Au fil des pages, je me suis rendue compte qu'un tome 1 existe mais cela ne m'a pas gênée dans ma lecture car l'auteure explique ce qu'il s'est passé (l'histoire d'amour de Loulou avec Thomas sur fond de chasse aux fantômes). Ce roman est bien écrit, fluide, les descriptions retranscrivent bien l'atmosphère. Il est parfois un peu fleur bleue (l'histoire d'amour entre Loulou et Thomas) et j'ai trouvé quelques longueurs dans la mise en place de l'intrigue. Un bon moment de lecture qui fait frissonner.
Commenter  J’apprécie          10
AmelSimplement
  24 avril 2015
Je conseil ce livre à tous les ado !!
Il est rempli de mystère de chose étranges et tout....
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2018
Les puces étaient porteuses de la bactérie de la peste, mais elles-mêmes étaient immunisées. Elles vivaient sur des rats, du sang desquels elles se nourrissaient. Très présents sur les bateaux, ces rats se sont répandus dans le monde entier. Venise était déjà à l’époque une grande ville portuaire internationale, c’est pourquoi elle a été si durement touchée. Les rats malades recherchaient la chaleur, et se glissaient facilement dans les lits de paille où dormaient les hommes. Une seule morsure de puce porteuse de la peste suffisait pour tomber malade et être de ce fait condamné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2018
Je sens mes jambes se dérober — comme si j’avais reçu un coup de poing dans le ventre. J’ai du mal à respirer. J’essaie de réfléchir. Comment réagir ? Rebrousser chemin est trop humiliant, mais faire comme si de rien n’était l’est tout autant. Dois-je pleurer, sangloter, piquer une crise, dire quelque chose ou les ignorer ? Thomas me regarde, l’air embarrassé. Ou est-il arrogant, voire méprisant ? Non, ce n’est pas ça. Ses yeux semblent vouloir me demander pardon... ou...
J’ai la tête vide. Les secondes s’écoulent, la distance se raccourcit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2018
Évidemment, impossible de me rendormir. J’ai les yeux grands ouverts et je scrute l’obscurité. Je me mets sur le dos. Sur le ventre. En position fœtale. Sur le côté gauche. Sur le droit. Je ne vais quand même pas compter les moutons... De toute façon, ce serait inutile.
Je n’arrive pas à dormir.
Et c’est comme ça toutes les nuits. Je suis en manque permanent de sommeil.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2018
La contagion allait à la vitesse de l’éclair. Les déportés ont dû vivre des drames terribles. Ceux qui n’avaient pas la peste en arrivant pouvaient être sûrs à cent pour cent d’être contaminés une fois sur place. Personne ne revenait vivant de cette île ! À l’époque, on entendait réellement les cris d’épouvante des mourants résonner dans toute la lagune !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2018
On pensait que la maladie se propageait par les airs. C’est pourquoi on a demandé à tous ceux qui avaient affaire à des pestiférés de porter ces masques. On remplissait le nez des masques d’herbes médicinales qui, pensait-on, protégeaient de la contagion. Et l’odeur des herbes couvrait aussi la puanteur des pestiférés.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : paranormalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Birgitte Lorentzen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

a la folie

Quel est le surnom de la narratrice ?

Loula
Lalou
Loulou
Lala

5 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : A la folie de Birgitte LorentzenCréer un quiz sur ce livre