AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Élizabeth D. Inandiak (Collaborateur)
ISBN : 222110658X
Éditeur : Robert Laffont (09/10/2008)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Auschwitz en 1944, Saint-Germain-des-Prés en 1950, Pékin en 1968 : une vie de désordre, de provocations et d’aventures brûlantes.

Marceline Rozenberg, fille d’émigrés juifs polonais, a quinze ans quand elle arrive au camp de Birkenau – le camp d’extermination du complexe d’Auschwitz. Elle en sort dix-huit mois plus tard, à la fois affamée de vie et blessée à mort. Elle épouse un beau garçon au nom bien français, le quitte, hante les nuits bleues des c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Dixie39
  10 février 2019
"Comme Imre Kertész, j'ai envie de dire : "Vous voulez entendre l'horreur, ça vous plaît ? Eh bien, je vais vous raconter autre chose". Parce que les gens ne nous demandent pas comment nous avons vécu pendant tout ce temps-là. Ils nous demandent : "Raconte-moi les horreurs. Ils te battaient ? Et comment ? Et qu'est-ce qu'ils te faisaient ?" La seule question de ma mère, c'était : Est-ce que tu as été violée." La seule chose qui vous intéresse c'est l'horreur. Mais ça suffit. Vous ne comprendrez rien, vous ne voulez pas comprendre, vous ne faîtes pas l'effort. Et l'horreur que je vous décris, ce n'est pas l'horreur, pour vous, puisque ça vous régale. Autant vous parlez du bonheur des camps".
Voilà ! Ça c'est dit ! Maintenant vous pouvez ouvrir ce livre et mesurez la force incroyable de ce petit bout de femme ! Elle en a fait grincer des dents, Marceline, jamais la langue dans sa poche, toujours un mot plus haut que l'autre. Rebelle et indignée. C'est peut-être cela sa revanche, prendre toutes les libertés, même et surtout, celles qu'on lui refuse...
Elle évoque ses souvenirs, les hommes de sa vie, ses combats et bien sûr les camps. C'est une révoltée, une rebelle, Marceline. Insaisissable, toujours en mouvement : une valise toujours prête au cas où, ses marches folles jusqu'à l'épuisement et ce désir de foutre le camp ! "Oui, foutre le camp, comme dit Myriam dans la petite prairie aux bouleaux", ce film qu'elle a tourné avec Anouk Aimée que j'aimerai tant découvrir... Et cette femme après la projection qui lui demande si elle en a fait exprès d'utiliser cette expression "foutre le camp". "Vous vous rendez compte ?" Non elle ne s'était pas rendu compte...
On connait tous son amitié pour Simone Veil : les pages qu'elle lui consacre sont emplies de sobriété et de pudeur. On y découvre Simone comme elle aimait la raconter. Et d'autres anonymes également, auxquels elle tente de rendre justice, avec cette peur et cette tristesse que sa mémoire n'y suffise plus...
L'âge lui vole ses souvenirs, elle s'en plaint à la fin du livre, mais certainement pas sa détermination et son indignation ! Ma vie balagan n'est pas un mémorial où reprendrait vie ceux qui ne sont plus, ma vie balagan est une formidable ode à la vie, à la détermination et à cette ténacité qui fait que vivre, c'est ne rien lâcher, ne pas plier. Tenir bon ! Toujours !
"Je pense que la mort arrive à un moment du chemin où ça va comme ça. Ça suffit. Mais je n'en suis pas sûre non plus. Il y a des gens qui ont très peur de mourir. Moi, je ne peux pas dire que je n'ai pas peur. J'aimerai encore simplement être. C'est tout. Pas faire. Être."
Lien : https://page39web.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
claraetlesmots
  09 août 2010
Je suis donc assise sur mon petit banc à essayer de démêler mon collier. C'est balagan. Balagan, en hébreu, cela veut dire le bordel, la carta. le collier lui même est balagan, fait de bric et de broc, de faux brillants tout mélangés, bizarre. Il n se ferme pas, il faut le nouer, et après cela, il est tout embrouillé, je ne peux plus le dénouer. Mais finalement, il est bien comme ça. Balagan. Ma vie elle-même est balagan.
Marceline Loridan-Ivens née Rosenberg, soixante dix-huit ans revient sur sa vie. Pas de façon chronologique comme sur un CV mais en suivant le fil des souvenirs qui reviennent.
Le 29 février 1944, Marceline quinze ans est arrêtée par la Gestapo puis déportée à Birkeneau. 1945, fin de la guerre, Marceline a survécu et est revenue. Pas son père. Elle retouve une mère qui ne veut pas qu'elle parle de « là-bas », "l'antisémisme était très fort après la guerre" et on ne parlait pas de ce qui était arrivé aux Juifs. Chez Marceline, il y a chez cette formidable envie de vivre et de croquer la vie. Marceline s'amuse et danse à Saint Germain. Puis, un premier mariage et un divorce. Femme engagée, durant la guerre d'Algérie, elle aidera le FLN. Plus tard, elle rencontre avec le cinéaste Joris Ivens de trente ans son aîné. Un second mariage. Ils iront au Vietnam sous les bombardements puis en Chine réaliser des films malgré le contexte politique. Femme avide de liberté, elle parle également sans tabou du suicide son frère Marcel et de ses démons qui l'ont conduit à deux reprises à vouloir mettre fin fin à ses jours.
En toute simplicité, elle explique ses choix de femme.
Je n'ai pas d'amertume, ni de regret. Je nerenies pas ce que j'ai fait. J'assume mes erreurs, mes dérives, je les inscris à chaque fois dans mon chemin et dans l'histoire d'une époque à laquelle laquelle j'ai été très mêlée.
Pas d'apitoiement dans ce livre ! Au contraire, il s'en dégage un dynamisme sur fond d'humour. Même si quand elle parle de sa déportation et des conditions au camp, c'est dur, très dur.
Ce n'est pas une leçon de vie qu'elle nous fait. Non, elle raconte juste sa vie balagan ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jall
  03 mars 2015
Marceline Loridan-Ivens, c'est la petite tante qu'on aimerait avoir. Son livre "Ma vie balagan" est une conversation parfois interrompue, parfois décousue, sautant du coq à l'âne (les pétards aidant), s'égarant dans les méandres d'une vie aux multiples aventures. Les parents polonais, l'enfance voyageuse dans différentes régions de France, la déportation à l'adolescence, pierre angulaire sur laquelle la vie sera construite et qui détruira la famille, Paris et les années d'après-guerre, Saint-Germain des prés, deux mariages, dont l'un avec un homme tant aimé, cinéaste et sinophile. Et les considérations sur sa judéité, la culture juive qu'il ne faut pas perdre pour ne pas faire gagner les nazis, sa mère, le retour à Auschwitz, les amis ...
C'est un livre qu'on ne lâche pas, malgré son côté "balagan". Ce livre n'est pas (que) un témoignage, c'est le livre d'une dame attachante, qu'on a envie d'écouter pendant des heures, avec un franc-parler qu'ont seules les personnes âgées ou les personnes qui ont beaucoup souffert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JulienL0710
  15 avril 2018
Ma vie balagan, c'est la biographie de l'illustre Marcelline Loridan Ivens. Pourquoi Balagan ? Car en hébreu, « balagan » c'est chamboulé, désordonné. Un peu comme le fut la vie de Marceline. Cette biographie est construite autour de deux éléments fondamentaux pour elle. Les camps, qu'elle conserve en elle physiquement et surtout psychologiquement. Elle ne s'en est jamais remise. Dans le fond, sa vie est déterminée par cette douloureuse expérience. Puis la sortie du camp de Bergen-Belsen et sa réinsertion difficile dans la société d'après-guerre. C'est l'époque où elle rencontre le cinéaste Joris dont elle deviendra éperdument amoureuse. Et c'est cette rencontre qui concrétisera son rêve de cinéma mêlé de voyages et de rencontres. Avec lui, elle s'embarque en Asie, celle des révolutions communistes. Ils tentent alors, tous deux, d'en être les témoins même s'ils arrivent à entendre les silences, les non-dits d'une révolution qui cache d'autres atrocités.
L'écriture est simple malgré la brutalité de l'expérience. On y vit les questionnements d'une dame qui estime avoir bien vécue. Une dame brisée par l'horreur des camps et des tâches qu'elle était obligée d'exécuter comme creuser des fosses toujours plus grandes pour y enterrer les dizaines de milliers de Juifs hongrois lors de l'été 44. Brisée également par la disparition prématurée des membres de sa famille. Son père d'abord, puis son frère, sa soeur, et bien d'autres. C'est aussi l'histoire d'une dame pour qui la vie doit être vécue pleinement. Car, on le voit, cette femme a du caractère et un côté très anar (elle nous avoue, en fin d'ouvrage, fumer, à son âge avancé, de l'herbe). Et c'est son côté très libéré qui l'a lié d'amitié pour Simone Veil, autre rescapée de Bergen-Belsen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kathy
  25 février 2012
A l'âge de 78 ans, Marceline Loridan-Ivens s'aperçoit que 7 + 8 additionnés, donnent 15, l'âge auquel elle fut déportée à Auschwitz.
Elle le raconte dans son livre Ma vie balagan – paru en 2006 – qui fait écho au film, La Petite Prairie aux bouleaux.
Dans ce livre de mémoire, elle raconte ses parents juifs polonais, les siens qui furent exterminés dans les camps, sa propre détention (le quotidien, les « ruses », les amitiés, les évasions..), sans oublier, l'APRES : années de rébellion et de multiples combats.
Aujourd'hui, Marceline Loridan-Ivens a 84 ans. Ecoutez son poignant témoignage sur France Inter (diffusé le 24 février 2012)
http://www.franceinter.fr/emission-le-grand-entretien-marceline-loridan-ivens
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ChePaChePa   30 août 2014
Quand on est âgée, et qu'il n'y a plus d'enjeux avec les hommes, c'est merveilleux. Ce n'est pas qu'il ne puisse pas y en avoir, mais ce n'est pas essentiel, c'est tellement secondaire. Le jour où descendue dans la rue, je me suis aperçue qu'on ne me regardait plus, j'ai été contente: me voilà enfin libre de moi-même, non plus soumise à des pulsions qui m'entraînaient dans des histoires abracadabrantes. (p10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SZRAMOWOSZRAMOWO   19 juin 2016
Je me souviens de leur violence, de la brutalité des interrogatoires. Je me souviens (...) de l'accablement de mon père qui souffre des coups reçus et des claques que je reçois, du milicien qui veut me violer. Je me souviens de mes cris. Je me souviens de cet officier allemand surgissant en hurlant : "C'est interdit de toucher à cette sale race." Je me souviens de cette horrible phrase qui me sauve.
(...)
ça m'aide à en parler. Car en parler, c'est comme y retourner. Même si j'y suis toujours. Mais à qui puis-je le dire ?
(...)
Nous avons toutes fait des trucs (...) Mais je ne suis coupable de rien. Ce sont eux les coupables.
(...)
J'ai essayé de me fondre dans l'universalité d'une gauche qui croyait qu'on pouvait changer le monde (...). Longtemps j'ai pensé qu'un révolutionnaire était nécessairement bon (...). J'étais naïve.
(...)
avoir assisté à l'extermination et ne pas vouloir rester juive, c'est admettre que Hitler a gagné (...) parce que je suis juive et que je les emmerde. Cette fois, c'est moi qui me définis, ce ne sont pas les autres qui le font.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
antigoneCHantigoneCH   13 avril 2009
"C'est un rêve.
Je suis dans une ville, je ne trouve plus mon hôtel. J'ai une valise à la main. Pourquoi ai-je une valise ? Je ne sais pas. Je ne connais pas la ville. J'arrête des gens, sur la place, je leur parle, ils ne comprennent pas ma langue, je ne comprends pas la leur, ils rient, ils s'en vont. Je me perds de plus en plus en cherchant mon chemin. Je grimpe la pente d'une énorme montagne en tirant cette valise, et plus je monte, plus la valise est lourde. Personne ne m'aide...[...]

Je vis sous le signe des valises. Les valises qu'on emporte rapidement. Celles que nous avons dû abandonner à l'arrivée du camp, celles qui se sont accumulées à Auschwitz, avec leurs étiquettes et leurs noms. Les valises que l'on fait pour partir avec un homme, longtemps, dix-sept valises. Je croule sous les valises. Je dois toujours me retenir d'en acheter."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ChePaChePa   30 août 2014
Savoir vieillir, c'est savoir faire son chemin jusqu'au bout. Le bout, on le connait, il n'y a pas de bout. Alors c'est le chemin qui compte. (p40)
Commenter  J’apprécie          210
merveillemerveille   07 mars 2018
Balagan en hébreux, cela veut dire le bordel, la cata. Le collier lui-même est balagan, fait de bric et de broc, de faux brillants, tout mélangés, bizarres. Il ne se ferme pas, il faut le nouer, et après cela, il est tout embrouillé, je ne peux plus le dénouer. Mais finalement il est bien comme ça. Balagan. Ma vie elle-même est balagan. A ce propos, je me fumerais bien un peu d’herbe balagan. Mais je n’en ai plus, j’ai fini mon pétard ce matin. Je pourrais en planter sur mon balcon, mais il me faut de bonnes graines. Des graines qu’on va chercher à Amsterdam. Il suffit de ne pas passer devant les douaniers avec des lunettes de soleil fantaisistes, au retour pour ne pas être prise pour une vedette- une vedette, ça voyage forcément avec de la cocaïne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Marceline Loridan-Ivens (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marceline Loridan-Ivens
L'amour après, de Marceline Loridan-Ivens
>Histoire de l'Europe depuis 1918>Seconde guerre mondiale: 1939-1945>Histoire sociale, politique, économique (169)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
694 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..