AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations sur Le garçon qui courait (12)

A quoi correspond la distance d’un marathon ? A 105 tours de stade ! 105 ! Rien qu’une question d’obstination. Comme la vie. Voilà surtout ce que j’ai enseigné à mes élèves. Ils étaient trop jeunes pour savoir que l’existence se résume à notre capacité à lutter contre le temps, contre la répétition. Le marathon vous l’apprend. Mais la limite est fragile entre l’obstination et la folie, voilà ce que je retiens de toutes ces années.
Commenter  J’apprécie          210
Quand on courait, il n’y avait plus de Japonais. La terre qu’on foulait n’appartenait à personne, même si la conviction profonde de Kee-chung était que cette terre, sous ses foulées, redevenait coréenne. Il se trouvait de plain-pied avec son pays, traçait de nouvelles frontières tout en s’imaginant lutter avec l’ennemi. 
Commenter  J’apprécie          210
Que la fraicheur de la rosée apaise votre âme, messieurs ! 
Commenter  J’apprécie          206
Cela faisait bientôt vingt ans qu'il était professeur : il s'estimait bien placé pour savoir que le don était une chose rare. Kee-chung avait un don, il en était sûr. Mais il le savait aussi, l'étincelle pouvait s'éteindre bien vite chez les jeunes gens, surtout dans leur Corée humiliée. Des élèves qui avaient des facilités, il en avait déjà croisé. Combien s'étaient découragés au bout de quelques temps, rattrapés par la misère, l'angoisse, la peur et les humiliations qu'ils partageaient avec leurs parents ? La Japon s'employait à faire d'eux un peuple d'esclave...
Commenter  J’apprécie          200
la limite est fragile entre l'obstination et la folie
Commenter  J’apprécie          170
"Tu crois tutoyer facilement les sommets, atteindre sans peine le succès et c'est seulement en avançant que tu réalises la difficulté de la tâche à accomplir. "
Commenter  J’apprécie          20
En secret, Kee-Chung se répétait des mots qui le blessaient : je suis un vainqueur qui a perdu. Il avait vaincu, mais pour l'ennemi. Il portait le deuil de son triomphe.
Commenter  J’apprécie          20
"Il faut persévérer, déclara enfin Kee-Chung. Sans persévérance, on ne réalise pas ses rêves."
Commenter  J’apprécie          20
" Une chose est d'espérer un combat, une autre de le vivre."
Commenter  J’apprécie          10
"Un jour tu oublieras ce sable, et cette pierre fera partie de toi. Ce jour-là, tu seras un ours et tu pourras espérer devenir un champion. Et tous les Japonais auront des raisons de te craindre. "
Commenter  J’apprécie          10






    Lecteurs (130) Voir plus



    Quiz Voir plus

    Quelle guerre ?

    Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

    la guerre hispano américaine
    la guerre d'indépendance américaine
    la guerre de sécession
    la guerre des pâtissiers

    12 questions
    2846 lecteurs ont répondu
    Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

    {* *}