AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Archie


Archie
  16 décembre 2018
Tout le monde connaît mon mauvais esprit. Je n'ai pas pu m'empêcher d'ironiser en évoquant le garçon qui courait, roman qui m'avait été vivement conseillé, et dont la plupart des critiques sont élogieuses.

« Il était une fois, loin d'ici, très loin du côté du soleil levant, un gentil peuple dont le pays avait été envahi puis annexé par un méchant peuple voisin. Les Gentils (aucune connotation religieuse dans le nom de « Gentil », que j'utilise juste par opposition à « Méchant ».), les Gentils, donc, vivaient dans la misère et dans la crainte, car les Méchants, non contents de les asservir économiquement, faisaient régner un climat de terreur, réprimant impitoyablement toute velléité de rébellion : emprisonnement, déportation, torture, exécution sommaire…

Dans ce contexte terrifiant, des circonstances amenèrent un jeune Gentil nommé Kee-chung à prendre conscience de ses qualités exceptionnelles de coureur à pied. Coaché dans un premier temps par un Gentil professeur de sport, il fut ensuite remarqué par les autorités sportives occupantes, qui encouragèrent son perfectionnement d'athlète de haut niveau, dans l'idée d'en faire un champion à la gloire de leur nation de Méchants. Ils lui imposèrent d'abandonner son nom de Kee-chong, au profit d'un patronyme à consonance Méchante... »

Vous trouvez ma raillerie déplacée ? Je précise qu'elle ne porte que sur la tonalité du récit – et j'y reviendrai ! –, car le fond de l'histoire est authentique et ne prête pas à sourire.

En 1910, la Corée avait été envahie par l'Empire du Japon, qui s'était efforcé de l'effacer complètement en tant que nation. En ces temps-là, les Japonais avaient pris l'habitude de considérer leurs voisins comme des peuples de sous-hommes, juste bons à leur servir d'esclaves. Ils se comportèrent de façon infecte avec les Coréens, puis avec les Chinois, auxquels ils déclarèrent la guerre dans les années trente. C'est en toute logique qu'ils se trouvèrent des affinités avec les Nazis, lorsque la seconde guerre mondiale se profila.

Kee-chong, le garçon qui courait, a réellement existé. Affublé d'un patronyme japonisant, il fut, en 1936, vainqueur du marathon des Jeux Olympiques de Berlin, sous les couleurs du Japon. Autant les quatre médailles d'or de Jesse Owens constituèrent un camouflet pour Hitler, l'amenant même à quitter son siège dans la tribune, autant celle de Kee-chong en fit malgré lui un héros national japonais. Aujourd'hui, son vrai nom a été rétabli sur les tablettes du palmarès olympique, mais le Japon reste officiellement détenteur du titre, en dépit des efforts répétés de l'actuelle Corée du Sud pour obtenir le rétablissement de la vérité.

Après sa victoire, bien qu'étroitement surveillé par la police secrète japonaise, Kee-chong avait réussi à entrer en contact avec la résistance clandestine coréenne. Après la guerre et l'anéantissement de l'Empire du Japon, il est devenu le symbole de la résistance, du courage et de la persévérance des Coréens.

Revenons à la forme du récit. Peut-être l'auteur s'est-il heurté à la difficulté d'écrire un ouvrage de deux cents pages sur cette histoire. Sinon, pourquoi lui avoir donner la tonalité d'un conte pour enfants ? En lisant le garçon qui courait, j'ai eu l'impression de voir défiler les images d'un manga, ou plutôt d'un manhwa, car c'est ainsi qu'en Corée, l'on nomme les dessins animés de la tradition extrême-orientale.

Quelques passages émouvants dans ce livre sympathique, où la syntaxe est parfaite et le vocabulaire accessible à tous. La poésie ?... Ce n'est pas parce que le style est enfantin qu'il est poétique. N'est-pas Saint-Exupéry qui veut. Et lui-même n'a d'ailleurs pas écrit que le petit Prince.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
Commenter  J’apprécie          363



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (35)voir plus