AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782869420045
Julia H. (27/04/2008)
4/5   1 notes
Résumé :
Ce dont j’enrage, c’est qu’à ce jeu, elle se brûlera elle-même et que, d’ici huit jours, dans Etretat et d’Etretat dans Paris, elle passera pour la dernière conquête de mille et trois de Beaufrilan. Oh ! je connais mon homme : non, certes, il n'ira pas crier sur les toits que Madame Livitinof a été sa maîtresse, mais il le laissera entendre, il s'en défendra trop, se fâchera habilement, se taira, sourira, tout le manège ordinaire des écrivains à femmes... puis il a ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marti94
  06 juillet 2016
J'étais très curieuse de lire ce roman qui a fait scandale. Paru en 1886, c'est le premier livre de Jean Lorrain que je lis. Quand on y met les formes, on peut dire qu'il était considéré comme un talent original à l'esprit caustique. C'était plutôt un écrivain scandaleux de la Belle Époque qui s'était créé un personnage fréquentant les cabarets et bals costumés, de Montmartre au quartier Latin, vêtu de costumes outranciers.
Avec « Très russe », il saisit l'occasion d'exercer une vengeance littéraire contre Maupassant qui était épris de la même femme que lui. Il dresse donc un portrait de son concurrent qui m'a plutôt fait rire même si j'adore Maupassant. Il lui taille un costard comme on dit. Ceci-dit il faut le savoir car il n'y a pas beaucoup d'indications pour le reconnaître. Mais il semblerait que Maupassant n'ait pas du tout apprécié.
L'histoire raconte l'amour d'un poète, Allain Mauriat pour une jeune beauté mariée à un russe (d'où le titre) qui le fait languir et le mène par le bout du nez. le narrateur est une tierce personne, l'ami du poète qui est peintre.
Ce roman a quelque chose de théâtrale et, sans être un duel, il raconte une sorte de combat de coq. Car Jean Lorrain fait état tout au long de son livre de la rivalité humaine et amoureuse que j'ai évoquée, celle de deux hommes, Beaufrilan, alias Maupassant, et Mauriat, alias Lorrain, comprenez aussi leur rivalité littéraire, avivée cet été-là par la présence à Yport de la belle Madame Livitinof.
Nous sommes en Normandie à la belle époque et j'ai aimé ce portrait de société au temps de l'insouciance et des bains de mer mais ce que j'ai préféré ce sont les lieux et notamment la maison mauresque qui sort tout droit de l'exposition universelle.
Et puis, qui dit poète dit poèmes et il en a de très beaux tout au long de l'histoire.
Lu en juin 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Marti94Marti94   05 juillet 2016
- Vous l’avez aimé cette femme… eh bien ! après ?… le beau malheur !... Est-ce que je suis jalouse du passé ? je vous ai dit que je n’étais jalouse que de l’avenir.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   05 juillet 2016
Ah ! Mon ami, puisqu’elle aime ma souffrance, il faut bien que je consente à souffrir devant elle ; c’est encore le seul moyen de la garder, de la retenir.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   01 juillet 2016
Être toujours désirée c’est ne jamais vieillir.
Commenter  J’apprécie          40
Marti94Marti94   05 juillet 2016
En politique, comme en amour, le succès est aux beaux sanguins, qui hussardent.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : Normandie (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2858 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre