AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849532614
Éditeur : La Boîte à Bulles (06/04/2016)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Déroutée par la soudaine capacité de sa mère, pourtant sujette à des trous de mémoire, à parler espagnol, Nathalie s’interroge : pourquoi veut-elle se faire appeler Dolorès ? Et d’où proviennent ses cauchemars persistants dans lesquels se côtoient les fascistes, Franco et un mystérieux bateau ?
Pour répondre à ces questions, Nathalie décide d’enquêter sur le passé de sa mère, en Espagne. L’occasion pour elle de découvrir, et de nous faire découvrir, l’histoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Winter-
  23 octobre 2017
"Du 28 janvier au 15 février 1939, arrivent à peu près 500 000 réfugiés républicains, dont près de 70 000 enfants...". Parmi eux, il y avait Dolorès, une petite fille qui a traversé la mer pour rejoindre la France avec ses parents dans l'espoir d'une vie nouvelle. Lorsqu'on commence la bande-dessinée, Dolorès a changé de prénom et vit en maison de retraite à cause de sa maladie. Sa fille, Nathalie, a cinquante ans et découvre un beau jour que sa mere parle espagnol couramment alors qu'elle n'avait jamais dit un mot de cette langue auparavant. Nathalie décidé de prendre la route pour decouvrir ses racines et la vérité sur sa mère. Les témoignages de personnes ayant vécu la guerre d'Espagne vont s'avérer très enrichissants pour elle. J'ai trouvé cette bande dessinée très intéressante par son contenu, les dessins sont beaux et explicites. Cela faisait un bon moment que je voulais en apprendre plus sur la guerre civile espagnole et désormais c'est chose faite ! Je vous conseille vivement Dolorès, vous ne serez pas déçus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
gouelan
  20 juin 2016
Marie est une femme âgée, fragile et tourmentée. Soudainement, elle se met à parler espagnol, comme si des bribes de son passé voulaient remonter à la surface. Nathalie, sa fille, tente de recoller les morceaux de cette mémoire fragmentée. Des morceaux de douleurs, vécus par une petite fille pendant la guerre d'Espagne en 1939. Beaucoup d'enfants, comme Dolorès, ont fui à cette époque, Franco et la guerre civile, laissant parfois derrière eux, leurs parents et leur enfance.
Une BD qui parle de reconstruction après un traumatisme, de mémoire, de souvenirs qui ressurgissent au milieu de cauchemars, de familles dispersées, d'hommes, d'enfants et de femmes, qui tentent de rester en vie malgré les tempêtes de l'Histoire.
Une approche de la Guerre d'Espagne, tout en parcourant l'Espagne contemporaine agitée par les mouvements sociaux et politiques, qui me donne envie d'en savoir davantage sur cette page de l'Histoire.
Les dessins de Dolorès, seule au milieu de l'Océan, dénoncent toute l'atrocité des guerres qui plonge les enfants dans la douleur et l'incompréhension.
Marie, la dame âgée, a le même air de détresse que la petite Dolorès.
Je remercie les Éditions La boîte à bulles et Babelio pour cette BD émouvante de Bruno Loth.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Myriam3
  19 juin 2016
Bien qu'elle parle de la guerre civile espagnole, cette bande dessinée est en plein coeur de l'actualité. Des villes françaises du Sud garde vivante la trace de ces milliers de réfugiés républicains ayant risqué leur vie pour passer la frontière et parfois continuer le combat contre le franquisme de ce côté-ci des Pyrénées. Mais ces réfugiés espagnols, aujourd'hui, ont l'âge de Marie, ou plutôt Dolorès, personnage central de ce livre.
Cette femme âgée perd peu à peu la tête, fait des cauchemars dans lesquels elle se risque de se noyer en mer, et se met à parler espagnol, elle qui, aux dires de ses filles n'a jamais mis les pieds en Espagne et n'a jamais appris la langue.
Pourtant, en enquêtant, Nathalie commence à comprendre ce qu'a pu être la vie de sa mère avant qu'elle ne se retrouve dans un orphelinat, non loin de Montpellier. Quant à nous, lecteurs, nous découvrons l'exil tragique de Dolorès enfant et de ses parents, tout en suivant sa fille Nathalie dans sa découverte d'un siècle espagnol tourmenté. Elle cotoie, à Madrid puis Alicante, le mouvement Podemos et ceux qui partagent leur mémoire de l'époque du Franquisme, les frontières européennes fermées, la mer comme seule issue.
Passant par les souvenirs d'une vieille dame sénile, cette bande dessinée est très émouvante mais aussi un rappel de ce qui se passe actuellement à nos frontières. le livre aurait mérité d'être plus dense tant il est dans la volonté de dire ce qui s'est passé il y a moins de cent ans, près d'ici. La fin me semble un peu bâclée, un peu trop rapide, mais j'ai bien envie d'aller jeter un coup d'oeil sur Ermo, une première publication de Bruno Loth sur la guerre d'Espagne.
Merci infiniment à Babelio et surtout à la Boîte à Bulles qui m'a envoyé ce livre en y joignant un petit mot et des information supplémentaires sur cette bande dessinée.

Lien : http://pourunmot.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
alouett
  14 septembre 2016
France, de nos jours.
Marie vit en maison de retraite. Son quotidien s'égrène tranquillement, baigné de rituels, de soins infirmiers, des visites de sa fille cadette. Marie perd la tête ; elle se réfugie de plus en plus dans ses souvenirs d'enfance, au point de ne plus parler en français. Elle communique désormais naturellement en espagnol, sa langue maternelle, et précise à qui veut l'entendre qu'elle se prénomme Dolorès.
Ses proches s'étonnent. Personne ne lui connaissait des origines hispaniques d'ailleurs, personne ne connait réellement son passé. Sa fille décide donc de profiter de ses vacances pour partir sur les traces de sa mère. Direction l'Espagne.

Seul aux commandes de cet album, Bruno Loth (« Apprenti« , « Ouvrier« …) revient ici sur un thème et une période chers à son coeur : la guerre civile espagnole. Après Ermo, jeune orphelin qui était au coeur des événements, place à Dolorès. D'ailleurs, Dolorès est née grâce à Ermo… un travail de commande expliqué par Bruno Loth en postface : « il y a deux ans, Santiago Mendieta, de la revue Gibraltar, connaissant mon travail sur la guerre d'Espagne avec la série Ermo, me demandait de réaliser une BD en dix pages maximum sur le thème de la mémoire à vif ». L'impulsion de donner vie à Dolorès était prise, l'auteur a eu ensuite l'envie d'étoffer ce personnage ainsi que le thème. Cette dernière incarne la peur du peuple espagnol face au régime franquiste et le choix, résigné, que beaucoup ont fait de fuir l'Espagne et cette guerre fratricide. le scénario se resserrera finalement sur la plage d'Alicante (1939).
Dans les deux oeuvres, on perçoit bien cette volonté de témoigner des événements qui ont animés l'Espagne au milieu du siècle dernier, comme un devoir de mémoire. Contrairement à « Ermo« , je n'ai pas ressenti le même degré d'affection et d'attentions de l'auteur à l'égard de ses personnages. Dans « Dolorès« , les personnages principaux (Dolorès et sa fille cadette) semblent n'être qu'un prétexte, une « porte d'entrée », qui permet d'aborder le fond du sujet.
La particularité de cet album est de pouvoir aborder dans un même temps deux périodes différentes : celle de l'Espagne franquiste et celle a fait notre actualité beaucoup plus récemment puisque Bruno Loth suit les élections qui ont eu lieu en 2015 (l'auteur ne manque pas de faire des liens entre les deux périodes).
Concrètement, nous voilà face à un album didactique qui relève plus du documentaire ; peut-être d'ailleurs aurait-il été plus pertinent d'assumer pleinement cette part de recherches documentaires et de rester dans la pure veine du documentaire. On ressent un peu trop le fait que les personnages sont instrumentalisés aux besoins de la narration, même s'il y a ici une part d'autofiction : « Au printemps 2015, je partais vivre quelques mois à Madrid pour écrire la suite du récit de Dolorès. Je me suis glissé dans la peau de mon personnage, la fille de Dolorès, et ce sont mes propres rencontres qui ont structuré et enrichi le scénario initial » (Bruno Loth).
Pour le reste, la présence de ces deux femmes a l'avantage de permettre d'imbriquer une destinée individuelle à la grande Histoire de l'humanité.
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
laurent35
  29 mars 2019
J'aime beaucoup bruno loth mais j'ai préféré "mémoire d'un ouvrier"
ceci- dit on peut quand même apprécier son travail de recherche et son goût pour l'histoire et l'être humain
merci
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (3)
BoDoi   21 avril 2016
La période de la Retirada aurait mérité un traitement plus épique, plus poignant. C’est donc plus une BD sur le présent et la mémoire que sur la narration de la guerre civile.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   14 avril 2016
On retrouve les qualités de conteur de Bruno Loth, tout en sincérité et empathie.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   16 mars 2016
Si Dolorès interroge humainement, l’album papillonne et demeure somme toute superficiel : à vouloir aborder plusieurs thèmes pour le moins complexes, il ne peut le faire vraiment en profondeur.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
gouelangouelan   20 juin 2016
Je passe la parole à Annette Becker, professeure à l'université de Paris-Nanterre, qui a étudié les monuments de la Première Guerre Mondiale...
- Je tiens à dire que je suis en total désaccord avec Monsieur Lafuente. Comme le dit le monsieur, il n'y a pas de traces matérielles sans hommes et idéologies derrière... Sauvegarder des pierres sans explication ne sert à rien ...
Commenter  J’apprécie          110
Winter-Winter-   23 octobre 2017
Ma mère, c'est vrai, a toujours été secrète. Les quelques mots d'espagnol gravés au fond de sa mémoire et lâches malgré elle, je les ai reçus comme un message. Il m'a conduit quatre-vingt ans en arrière, sur les traces douloureuses de l'Histoire. Ce voyage, au lieu de m'éloigner d'elle, m'en a rapproché.
Commenter  J’apprécie          30
laurent35laurent35   29 mars 2019
Nos histoires de familles ressemblent à celles de tout un peuple, elles influencent constamment notre avenir et la manière dont nous nous approprions le passé
Commenter  J’apprécie          50
Winter-Winter-   23 octobre 2017
¡ No ! ¡ Llegan los fascistas, debemos escaparnos de Madrid !
Commenter  J’apprécie          80
gouelangouelan   20 juin 2016
♫ J'aime les avis les moins partagés
J'aime les orties, les ronces, les fées ♫
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Bruno Loth (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Loth
Interview de Bruno Loth pour Planete BD
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3514 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..