AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702161707
Éditeur : Calmann-Lévy (11/10/2017)

Note moyenne : 4.37/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Une plongée suffocante dans les entrailles pourrissantes de Détroit, devenue cimetière de buildings.

Novembre 1998. Le corps du petit Peter est découvert dans un buisson de Palmer Park. Il a été enlevé, étranglé puis déposé là par un homme dont la taille, d’après les rares indices récoltés, dépasse de loin celle du commun des mortels. L’enquête est confiée à l’inspecteur Stan Mitchell, alias « le Molosse », un flic violent banni de Washington et exilé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Ydamelc
  09 octobre 2017
Pour faire un bon roman policier, il nous faut :
- Un inspecteur divorcé, torturé, en pleine déchéance, voir violent, borderline, noyant son désarroi dans l'alcool,
- Une jeune partenaire, tout fraîchement arrivée dans le service, au passé douloureux, faisant face à un manque viscéral et à de vilaines blessures,
- Un lieu quasi mort, dépravé où l'avenir n'est que déprime, une ville, après le déclin, agonisante, où règne la peur et le crime,
- La réapparition d'un "monstre", le Géant de brume, s'en prenant à ce qu'il y a de plus cher et de plus innocent, les enfants... échappant à la police depuis 15 ans,
- Une enquête haletante , une intrigue bien ficelée, qui nous pousse à enchaîner les chapitres, les uns après les autres, sans pouvoir s'arrêter,
- Une atmosphère troublante, angoissante, lourde, où la tension est permanente,
- Des flashback, des secrets, des révélations, des retournements de situation, des situations curieuses et saisissantes...
- Une conclusion, un dénouement déroutant... cuit aux petits oignons, pour relever toutes les saveurs rencontrées tout au long de l'histoire et accentuer toute la maîtrise de l'intrigue, du sujet.
Dans Les chiens de Détroit, on y trouve tout ça !
Mais en mieux, encore.
Avec les ingrédients classiques d'un roman policier, qui ont déjà fait leurs preuves, Jérôme Loubry a su me titiller les papilles, en y saupoudrant tout ce qu'il fallait pour épicer, sucrer, aromatiser son livre, pour en faire un met succulent.
Convaincue !
Un auteur à suivre...
Merci aux Editions Calmann-Lévy et Netgalley de votre confiance, m'ayant permis de découvrir ce titre en avant-première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
gruz
  13 octobre 2017
Pour son premier thriller, Jérôme Loubry a utilisé tous les ingrédients pour se casser la figure. Un français qui met en scène une histoire avec des enfants (sujet hyper sensible), se déroulant aux États-Unis (tant d'auteurs francophones construisent des récits américains qui font carton pâte)… La dernière page tournée, le moins que je puisse dire c'est que l'auteur est toujours bien campé sur ses deux pattes et que le résultat force le respect.
La ville de Détroit, ancien fleuron de l'industrie automobile. L'action se déroule entre 1998 et 2013. Loin de l'époque prospère des années 50. Loin encore du « Detroit rock city », hymne scandé par le groupe Kiss en 1976 (année de naissance de l'auteur d'ailleurs. Hasard). La fin des années 90, là où la mutation forme le monstre qui dévorera de nombreuses familles avec la crise des subprimes.
Les chiens de Détroit est un thriller noir, rythmé et bien mené. Dans ce Détroit fantôme en pleine déréliction, Jérôme Loubry a construit une intrigue, certes avec des composants connus, mais qu'il a réussi à épicer pour rendre le récit véritablement prenant.
Premier constat, et non des moindres, l'auteur a traité ce sujet sensible sans voyeurisme, sans misérabilisme et sans violence gratuite. Premier satisfecit.
Ses deux personnages de flics, ensuite, sont terriblement attachants. Des flics cabossés par la vie, du déjà vu aussi, mais que l'auteur a su si bien façonner qu'ils en deviennent rapidement fascinants par leurs failles et leurs obsessions. Ce sont bien eux qui sont mis en avant à travers cette histoire (mais pas seulement). Les chiens ne font pas des chats.
Eux et la ville de Détroit, traitée comme un personnage à part entière. Pas de descriptions maladroites à la Google maps, l'ex Motown est présente partout et tout le temps, en tâche de fond, pour accentuer l'atmosphère lourde et la rendre encore plus crédible. de bons personnages ne font pas tout et l'auteur a réussi à décrire un environnement qui donne d'autant plus de force à ce thriller.
Jérôme Loubry a réussi à imprimer sa patte dès ce premier roman. Les chiens de Détroit est un thriller qui mérite toute l'attention d'un lectorat avide de ce genre de romans et qui apprécie qu'un auteur arrive à puiser sa singularité dans des thèmes pourtant souvent traités. Il faut dire qu'il sait sacrément y faire pour raconter une histoire avec une écriture déjà bien assise et un vrai talent pour la construction narrative.
Jérôme Loubry vient de loin et ira loin, il en a clairement le potentiel.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
coquinnette1974
  03 octobre 2017
Merci beaucoup à Net Galley et aux éditions Calmann-Lévy de m'avoir permis de lire Les chiens de Détroit.
Ce thriller est bien ficelé, avec une histoire d'enlèvement et meurtre d'enfants qui se tient.
Cela se déroule à Détroit, commence en 1998 puis reprend 15 ans plus tard, en 2013.
Le principal suspect est le géant de brume, personnage décrit ainsi car il donne l'impression de sortir de la brume, et est immense ! Tous les enfants de Détroit connaissent la légende du Géant de brume, qui enlève les enfants, et il est donc logique que la presse nomme le tueur ainsi.
Au début l'enquête est confiée à l'inspecteur Stan Mitchell, dit « le Molosse », un flic violent banni de Washington et exilé à Détroit. Mais il n'arrivera pas à mettre à jour cette affaire. Quand il y a de nouveaux enlèvements en 2003, cette fois ci c'est Sarah Berkhamp qui s'en chargera, en collaboration avec Stan.
Ensemble, ils vont essayer de trouver qui est le fameux tueur, mais cela ne va pas être de tout repos pour eux, notamment pour Sarah...
J'ai aimé que les deux inspecteurs est un lourd passé, ça colle bien à l'histoire. Et il y a pas mal de surprises dans ce livre, j'ai imaginé des choses qui en fait sont totalement différentes de ce qui arrive !
Par contre j'ai été un peu déçue par la fin, un peu trop ouverte. J'espère qu'il y aura une suite, cela serait logique.
Les chiens de Détroit est un bon thriller, à qui je mets quatre étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Yaguelle
  12 octobre 2017
Mon avis,
En recevant ce roman noir, deux questions m'ont taraudée;
La première; le titre du roman, pourquoi "Les Chiens de Détroit"?
La seconde; La photo de couverture, cette maison, que représente-t-elle?
Il n'en fallait pas plus pour que mon encéphale s'affole et se dirige vers la quatrième de couverture qui, soit dite en passant, dévoile juste ce qu'il faut pour vous titiller les neurones. 😜 En fait, Jérôme Loubry est démoniaque et machiavélique!😈
Synopsie
L'intrigue se visualise sur deux époques distinctes.
1998,
La découverte du corps du petit Peter.
Stan, dit " le molosse ", flic à la dérive, est chargé de l'enquête.
Les enlèvements engendrés par " le Géant de brume ", décrit par un témoin anonyme, s'intensifient.
Détroit, autrefois métropole de la splendeur de l'industrie automobile, devenue ville fantôme ou crime et décadence sont devenues une réalité tristement évidente.
L'enquête et Stan s'enlisent et se précipitent vers des chemins abyssaux ou les paradis artificiels ne sont qu'illusions.
L'enquête lui est retirée et tombe dans l'oubli.
2013,
Les disparitions recommencent.
Stan qui est redevenu humainement et professionnellement parlant un flic digne de ce nom, reprend l'enquête en duo avec Sarah Brekhamp.
Mais, à l'inverse de 1998, le tueur présumé "un Géant" est arrêté par ce duo atypique que forment Stan et Sarah.
Fait troublant, le tueur présumé ne veut parler qu'à l'inspectrice, Sarah Berkhamp.
Fait très important et différent également d'il y a 15 ans, les corps des deux enfants sont introuvables.
Questions...
Les deux enfants, sont-ils encore en vis?
Pourquoi le tueur présumé ne veut-il parler qu'à Sarah?
Pourquoi Sarah appréhende-t-elle cet interrogatoire?
Qui est ce Géant de brume?
Est-il l'assassin, cruel et immonde, de 1998?
Est-ce une récidive de Simon Duggan ?
Les indices et les faits, corroborent-ils avec ceux de 1998?
Quels sont les dénominateurs communs qui relient ses deux affaires?
Notre duo va devoir comprendre et décoder ce tueur d'enfants potentiel, qui fera resurgir un passé douloureux et âpre pour nos deux enquêteurs.

L'auteur suit un schéma narratif parfaitement cadré. Vous y ressentez d'emblée cette atmosphère pesante et écrasante qu'apporte l'intrigue.
La genèse des personnages est à elle seule, prodigieuse.
Sarah, par sa dualité psychologique et son côté "schizo", Stan, par son passé coléreux et agressif qui se relève de sa stagnation et Simon Duggan, personnalité implexe et sibylline, vous engluent dans cette enquête aux multiples rebondissements.
Votre lecture en devient obsessionnelle, vous voulez comprendre; le pourquoi, qui et le comment d'un passé très présent au futur et dénouement sublimissime.
Le style de Jérôme Loubry est diaboliquement addictif et vous ne pouvez que succomber à cette aura naturellement efficace.
L'idée de conception de ce récit est magistralement orchestrée et scénarisée par des décors et des séquences dignes des meilleurs du genre.
Oui, j'ai kiffé grave...et je peux vous dire que jusqu'à la dernière page votre encéphale sera en mode " Assuétude ".
Bref, un thriller noir dans la lignée des "Cold Case" absolument maîtrisé et accompli qui vous laissera un sentiment de frustration tant l'appréhension de lire le dernier mot, de la dernière phrase, de la dernière page vous stupéfiera!

Merci aux éditions Calmann-Lévy et Netgalley pour l'envoi.
Lien : https://leschroniquesdeyague..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pupucing
  10 octobre 2017
Détroit, ville symbole de la réussite, ville communément appelée Motown, fleuron de l'industrie automobile, et pourtant, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même, la faillite est à ses portes, les habitants sont expulsés de chez eux, ne pouvant plus en payer les traites, les banques sont au bord de ma banqueroute, même les services publics voient leurs moyens diminuer ...
Malgré tout, la violence est toujours bel et bien présente, elle ne souffre en rien de ce qui arrive, elle s'en gargarise même !
En novembre 1998, le corps d'un enfant est retrouvé, étranglé. Les rares indices collectés mettent en évidence un tueur de très grande taille, limite un géant?
Stan Mitchell est en charge de l'enquête, dit "Le Molosse" car il ne lâche rien, et ses méthodes sont quelque peu expéditive, récemment muté, terme politiquement correct pour viré, de Washington, il se donne à fond et pourtant, les meurtres continuent; il n'en veut pas plus à la presse pour se déchaîner sur l'incompétence de la police et surnommé le tueur "Le Géant de brume", comme celui de la légende :
"Il était une fois, dans un village reculé,
une créature qu'on appelait Géant de brume.
Chaque nuit lorsque la lune voilée
par les nuages n'éclairait qu'à moitié
et que la brume léchait les maisons,
il venait enlever les enfants qu'on ne revoyait jamais."
L'enquête piétine, Stan en prend pour son grade, la ville se vide de plus en plus, les meurtres cessent et le Géant sombre dans l'oubli ...
2013, un enfant disparait, puis un autre, l'enquête est confiée à une jeune recrue, Sarah Berkhamp, très vite les indices laissent penser que le ravisseur est d'un gabarit hors norme, le Géant serait-il de retour ? Stan devient le coéquipier de Sarah et à eux deux, ils font mouche, le Géant est arrêté !!! Mais les enfants ne sont toujours pas retrouvés ...
Le tueur, est plutôt du genre apathique, il accepte de coopérer, mais uniquement si c'est Sarah qui conduit l'interrogatoire, une Sarah mortifiée à l'idée de ce qui risque d'en ressortir ...

"Les chiens de Détroit" est le premier roman de Jérôme Loubry, mais un premier roman tellement abouti, tellement puissant et profond que c'est à se demander s'il n'en a pas écrit au moins cinquante avant d'être publié !
Un roman noir, très noir, avec ses personnages tous plus charismatiques les uns que les autres, tous aussi très meurtris dans leur être, leur chair, que ce soit les protagonistes comme les personnages dits secondaires, des personnages qui ont tous leur importance, qui tisse la toile de fond de cette sombre et sordide histoire, Détroit qui est bien plus qu'une ville, elle est un personnage à part entière, ce qui me fait penser à un autre auteur que j'affectionne plus que tout, et qui, le hasard fait bien les choses, a bercé l'adolescence de Jérôme Loubry !!! (Je tairai le nom de cet auteur, mais ceux qui me connaissent bien devraient deviner de qui il s'agit :p)
Un premier roman des plus prometteurs, qui ravira les accros de romans noirs, un auteur à suivre de très très près, en tout cas, moi c'est prévu !

Lien : https://blog-du-seriel-lecte..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   06 octobre 2017
Et maintenant, penchée au-dessus de son lave-vaisselle pour y déposer les verres bus avec Stan, elle comprit que le plus difficile n’était pas de faire entrer quelqu’un dans son appartement.
Non.
Le plus douloureux était le silence que laissait cette personne en partant.
Commenter  J’apprécie          270
MalavitaMalavita   05 octobre 2017
Elle fixa à travers le voile pluvieux les contours instables d'Eastpointe, la banlieue dans laquelle elle avait grandi. A cette époque, ces maisons n'étaient pas encore abandonnées, leurs ouvertures condamnées par des tôles métalliques. On pouvait deviner derrière les façades des vies heureuses et accomplies. Détroit était radieuse. Le voisinage rayonnait de promesses et de futurs sans ombre. Puis tous devinrent ces feux follets instables et précaires. Ses amis. Ses voisins. Ses connaissances. Ces visages que l'on croise et que l'on ne remarque pas, jusqu'au jour où il disparaissent et où leur absence nous explose à la mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MalavitaMalavita   05 octobre 2017
Il était une fois, dans un village reculé, une créature qu'on appelait Géant de brume. Chaque nuit, lorsque la lune voilée par les nuages n'éclairait qu'à moitié, et que la brume humide léchait les maisons, il venait enlever les enfants qu'on ne revoyait jamais...
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .