AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les refuges (30)

rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Parlez-moi d’amour,
Redites-moi des choses tendres,
Votre beau discours,
Mon cœur n’est pas las de l’entendre.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Certaines civilisations affirmaient que lorsqu’un ancêtre mourait, ses descendants perdaient une partie d’eux-mêmes. Pas seulement d’un point de vue généalogique ou mémoriel, mais également physique. Que les atomes provenant de nos parents et présents dans notre constitution cessaient de vivre à leur tour et que cela entraînait une tristesse organique. Elles prétendaient que c’était là la raison de la fatigue ressentie lors d’un deuil.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
 Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.  » Ce roman d’Albert Camus était son préféré. Longtemps, quand ses amis critiquaient sa solitude et son manque d’engouement pour la vie nocturne, elle s’était sentie proche de Meursault. C’était d’ailleurs très souvent en sa présence, seule dans son lit, à tourner les pages de L’Étranger, qu’elle réfutait tous ces reproches.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Trop souvent, ses connaissances lui avaient reproché de ne pas sortir avec eux le soir et de préférer rester seule. Certains avaient pris cela pour du dédain. D’autres pour une inadaptation sociale voire de la misanthropie. Elle avait beau leur expliquer qu’elle se sentait mieux ainsi, blottie dans sa solitude, à lire un livre au lieu de courir les bars et les boîtes de nuit, peu d’entre eux comprenaient.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Elle aurait souhaité ajouter d’autres mots, plus personnels, sur le devoir de mémoire, sur l’horreur de la guerre, sur cet amour interdit entre un militaire et une civile, mais elle n’en eut pas le courage. D’une part, parce qu’elle ne se sentait pas légitime d’aborder ces sujets qu’elle ne connaissait que par les leçons d’histoire.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
— C’est très simple, je suis arrivé en France pour la pire des raisons : la guerre. Et j’y suis resté pour la meilleure des raisons : l’amour.
— Vraiment ?
— Oui. Un an avant la Libération, je suis tombé sous le charme d’une Parisienne. Mais nous avons dû nous cacher. Ce n’était pas bien vu, un soldat allemand avec une Française… Nous avons vadrouillé, puis une fois que l’histoire s’est effacée des mémoires, nous sommes venus nous installer ici. C’était il y a une dizaine d’années.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Il n’y a pas plus fidèle compagne que la guerre. Quand vous la rencontrez, c’est pour la vie…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
— Ce n’est pas possible.
Cette phrase avait perdu toute consistance. La notion d’impossibilité avait été violée, mutilée par la nature humaine. Ces bombes sur la population. Ces corps de femmes abandonnés par les soldats dans les décombres de leurs pulsions sexuelles. Ces enfants tendant leurs bras faméliques à travers les barreaux d’un wagon de train…
Plus rien n’était devenu impossible. La guerre avait aussi ravagé les mots.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Les regards que l’on devinait en arpentant les rues – regards hostiles ou effrayés, à l’époque, il était bien difficile de les différencier – ne pesaient plus sur ses épaules au point de recroqueviller son corps pour le faire plus discret.
À présent, la liberté lui permettait de se tenir droite et de marcher sur la plage sans crainte. Mais elle ne la débarrassait pas encore de ses anciens réflexes de persécutée.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   07 septembre 2019
Un rituel immuable. Qu’il vente ou qu’il pleuve. Cette promenade quotidienne n’était pas seulement la promesse d’un instant complice. Elle permettait surtout à la jeune femme d’inspirer à pleins poumons la liberté dont elle avait dû se passer durant de trop nombreuses années.
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Les refuges - Jérôme Loubry

    Quel est le métier de Sandrine ?

    détective
    journaliste
    photographe
    gouvernante

    10 questions
    1 lecteurs ont répondu
    Thème : Les refuges de Jérôme LoubryCréer un quiz sur ce livre