AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les refuges (55)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Ladybirdy
  14 octobre 2019
Tordu, voilà comment je résumerai ce roman thriller.
Découpé en trois parties, les « balises », j'ai été happée par la première partie en me promettant d'aller dormir après la fin du chapitre en cours mais impossible de lâcher ce roman. J'ai donc lu d'une traite la moitié du roman avec addiction et entrain. C'est après que cela coince...

Le roman s'ouvre en 2019 sur François donnant un cours devant un amphithéâtre. L'intitulé de son cours, les refuges. Chapitre suivant, c'est Valérie qu'on découvre. Seule sur une île encerclée d'oiseaux, apeurée sur cette île. Ensuite, l'histoire se met en place. On y découvre Sandrine, une jeune femme journaliste dans un trou perdu normand. Suite au décès de sa grand mère maternelle Suzanne, qu'elle n'a jamais connue, elle doit se rendre sur l'île aux oiseaux où habitait Suzanne. Une île qui ne dénombre pas plus de quatre habitants, une réserve presque naturelle, hostile aux visiteurs et à toute entrée sur l'île. Une île inquiétante que Sandrine veut fuir au plus vite.

Cette partie m'a passionnée. Sandrine est brillamment décrite, ses peurs, ses mystères, son insociabilité, sa rancoeur pour une grand mère qui ne s'est jamais enquis d'elle. L'atmosphère sur l'île est tendue, grise, asphyxiante à souhait. Il s'y passe des choses étranges sur cette île. le mystère est à son apogée. La tension au maximum. Flash back entre Sandrine et l'année 49 du temps où Suzanne travaillait sur l'île. Les corrélations entre le présent et le passé commencent à affluer avec un côté fantastique, ésotérique, machiavélique. Prenant ! Je m'y serai crue sur cette île. J'avais même peur d'aller dormir. Bref cinq étoiles sans hésiter pour cette première balise.

Le ton change moitié du livre. Fini l'île, fini les années 49, je reprends le roman et me retrouve désarçonnée, perdue de ce changement de décor.
Le roman revêt alors des allures de roman psychologique. Moi qui aime ça, j'ai été servie ici. Pourtant, j'ai eu l'impression de perdre le fil, de ne plus rien comprendre. Jusqu'à la fin qui est une superbe thèse médicale.

Avec des neurones bien accrochés, un recul nécessaire et avec des bouées de secours pour s'y retrouver et corréler l'ensemble, c'est au final un roman surprenant, peut-être un peu trop dispersé pour moi mais sacrément efficace en terme de dépaysement. le roman s'articule aussi autour du poème de Goethe, le roi des Aulnes. Les plus érudits feront certainement le rapprochement que je n'ai réussi à faire.

Jérome Loubry a une imagination débordante, aucun doute là dessus. Les refuges, tout un programme ! Vous pensez tenir l'histoire et non, vous n'y êtes pas du tout. L'auteur vous manipule sans scrupule du début à la fin et je n'ai rien vu venir. Tordu certes mais réussi je pense !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          764
HelHerv
  06 octobre 2019
J'ai beaucoup aimé ce thriller dont les énigmes s'encastrent les unes dans les autres sans que le lecteur ne devine jamais la suivante.
Cette histoire s'apparente à une plongée en apnée dans le cerveau humain, orchestrée d'une main de maître par l'auteur.
Cette approche originale du genre m'a vraiment séduite. Je déplore juste que comme dans la plupart des thrillers, l'intrigue centrale soit en rapport avec des séquestrations et/ou viols d'enfants. C'est peut-être de ce côté là que les auteurs devraient chercher à se renouveler …
Commenter  J’apprécie          460
llamy89
  31 août 2019
EPOUSTOUFLANT !

Une tension latente soutenue. Des personnages captivants, un lieu hors du temps, une intrigue tirée au cordeau pour vous embrouiller l'esprit.

Sandrine est une victime touchante et inquiétante à la fois. Impossible de développer un quelconque argumentaire au risque de divulgâcher une intrigue de haute volée.

Cependant à un moment, je me suis dit OK, c'est inspiré d'un fait divers glauque, l'issue est cousue de fil blanc. Je ne vais pas me faire avoir... En refermant le livre, j'y avais perdu mon latin, ma voie, n'avais pas trouvé de refuge pour éviter la claque inattendue prise aux dernières lignes. Bravo !

Jérôme Loubry est un maître conteur précis, qui cisèle son histoire, l'émaille de petits cailloux pour vous montrer la piste de la vérité. Quel brio pour nous faire perdre sa trace

Y a-t-il plusieurs vérités ? Comment démêle-t-on le vrai du faux ? Vous l'apprendrez à vos dépens grâce à l'auteur. C'est un roman dans lequel le lecteur est embarqué, balloté, laissé pantelant sans boussole, qui fait froid dans le dos.

En fermant le livre, j'ai poussé un NON ?! Vraiment, cet épilogue ne m'était pas venu à l'esprit, détourné qu'il était par la noirceur du moment ? Quelle maestria ! C'est bluffant ! Chapeau bas monsieur Loubry, si ce roman ne marque pas le genre cette année c'est à ne rien y comprendre !!

C'est cinématographique, flippant à souhait, bref promis je ne vous quitte plus, vous m'avez fait trembler pour Sandrine, Damien.

Vous m'aviez capté avec le "Douzième chapître" avec LES REFUGES, je suis Fan définitivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456
Frederic524
  22 septembre 2019
Avec son dernier thriller « Les refuges« , Jérôme Loubry fait exploser les codes en nous faisant vivre une expérience de lecture saisissante et qui détonne. On ne peut qu'être emporté par ce récit aux multiples portes qui va vous faire réfléchir, cogiter sur son issue. Jérôme Loubry n'a jamais aussi bien écrit. Son style s'épanouit dans cette histoire maitrisée d'une main de maître par un auteur au sommet de son art. Un thriller éminemment psychologique, épatant, renversant. Il repousse les frontières latentes entre rêve et réalité et nous immerge dans un climat angoissant sans forcer le trait. Il va être très difficile de faire mieux en terme de suspens, de style d'écriture. Thriller de tous les superlatifs qui nous démontre, s'il en était besoin, combien les auteurs français de la nouvelle génération ont su se hisser au niveau des meilleurs polars américains. Car oui, les auteurs français n'ont plus rien à envier aux maîtres du suspens américains. Je n'insiste pas sur l'histoire que je vous laisse le soin de découvrir car je ne souhaite pas vous priver de ce plaisir de la surprise. Croyez moi, si vous aimez être baladé, mené en bateau, nul doute que ce thriller fera parti de vos chouchous. On est ému, bouleversé, par un Jérôme Loubry qui signe ici son meilleur livre. La fin est un bijou d'inventivité. Une lecture indispensable. Ne passez pas à côté du dernier Jérôme Loubry.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
sonfiljuliesuit
  13 septembre 2019
Les chiens de Détroit m'avait particulièrement séduite… Les refuges m'a conquise… J'ai rarement lu un thriller psychologique aussi bon que celui-ci ! L'intrigue a dépassé mes espérances et la quatrième de couverture ne laisse rien transpirer de la construction narrative de l'auteur…
L'auteur débute son récit de manière classique, mais va nous entraîner dans une histoire inimaginable ! D'ailleurs si à un moment, j'ai pensé avoir compris où Jérôme Loubry voulait m'emmener, j'ai vite compris que je me trompais. Mais j'ai surtout compris, que la trame était beaucoup plus complexe et travaillée. Rien n'est cousu de manière linéaire, pourtant tout s'imbrique parfaitement et tout prend sens. Jusqu'à la toute dernière ligne, l'auteur retourne la situation et la révélation finale m'a carrément scotchée…
Je peux dire que c'est le livre de la rentrée littéraire, mais certainement le meilleur livre que j'ai pu lire cette année et certainement qu'il fera parti de mon top personnel pendant quelque temps.
Je ne suis pas du genre à parler de coup de coeur, car c'est un terme que je trouve très galvaudé… Je parle de coup de coeur, quand je garde un souvenir vivace du bouquin pendant des années et celui-ci en fera sans conteste parti.
Beaucoup plus qu'un simple thriller, l'auteur aborde plusieurs thèmes qui ne peuvent que nous toucher. L'être humain est complexe et Jérôme Loubry en fournit la preuve en manipulant aussi bien les mots que le cerveau de son lecteur avec une intrigue brillante, qui ne cesse de se renouveler jusqu'à la toute fin. Avec les refuges, j'ai lu plusieurs livres en un seul et je dois dire que l'auteur m'a emporté dans son récit, sans jamais me perdre.
Une plume intelligente, fine, travaillée, qui ne se perd pas dans les méandres des descriptions inutiles. Tout est concis, précis avec une densité sans pareil.
L'auteur distille au fil de sa trame des éléments qui prendront tout leur sens à la fin, avec une ambiance sombre qui se reflète dans certaines descriptions. Un récit, qui malgré sa noirceur, prend le temps de se poser, pour s'accélérer et bousculer le lecteur. Car l'auteur nous bouscule, je dirais même nous retourne complètement le cerveau. La trame se tricote peu à peu, on la voit se construire et prendre forme, mais tout s'écroule comme un château carte, pour un virage que l'on ne peut à aucun moment envisager.
Si vous ne deviez lire qu'un livre, ce serait celui-ci… Une fois commencé, vous ne pourrez plus vous arrêter…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
saigneurdeguerre
  21 septembre 2019
2019.
A la faculté de Tours, François Villemin s'adresse à ses étudiants. Il évoque une affaire qu'il a nommée « le refuge de Sandrine ». Cette affaire n'est évoquée nulle part ! Inutile d'user ses yeux et son temps à effectuer des recherches sur Internet !

1949.
Tous les matins, Valérie se balade le long de l'océan avec Gus, son chien. Un rassemblement de dizaines et de dizaines de mouettes attire son attention… Elle pensait avoir déjà tout vu durant la guerre et après la libération…

1986.
Sandrine, Parisienne, journaliste, travaille pour un petit journal régional en Normandie depuis peu. Qui s'est amusé à taguer les vaches de l'agriculteur, monsieur Wernst ? Taguées avec des « Hakenkreuz » … Comment ? … Vous ignorez ce que sont des « Hakenkreuz » ? Et si je vous dis « croix gammées », cela vous parle ? Mais Sandrine n'a guère le temps d'enquêter… Un notaire, qu'elle ne connaît pas, lui a adressé une missive pour lui indiquer que sa grand-mère, Suzanne Vaudrier, qui vient de décéder, en fait son héritière… Une grand-mère qu'elle n'a jamais rencontrée…

Critique :

Je sens que je vais me faire huer par toutes celles et tous ceux qui crient au génie pour ce thriller. Je reconnais que l'intrigue est intéressante, encore que je me sois passablement ennuyé durant les cent premières pages ne voyant absolument pas où l'auteur veut en venir avec ses changements d'époques et de personnages. Je me disais qu'il finirait bien par lier la sauce, et motivé par les critiques unanimes j'ai poursuivi ma lecture jusqu'au bout pour découvrir non un thriller mais un roman psychiatrique… Mouais… Tant mieux si cela a galvanisé des tas de lecteurs, mais j'aurais mieux fait de lire un Pierre Lemaitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          318
MAMRO
  05 octobre 2019
Ce sont les bonnes critiques qui fleurissent depuis quelques semaines sur Babelio qui m'ont incitée à lire ce roman. Et je ne regrette pas : il est à la hauteur des billets que j'ai pu lire.

C'est un très bon thriller psychologique, qui, de par sa construction très originale, sort des sentiers battus. A tel point, que je n'ai pas vu la chute arriver.

Il est très difficile de résumer ce livre sans en dévoiler l'intrigue habilement construite. Un seul conseil : plongez-vous dans l'histoire de Sandrine sans plus tarder.
Commenter  J’apprécie          302
vince2704
  02 octobre 2019
L'entourage de Jerome Loubry devrait vraiment se méfier de lui.. il pourrait prouver par A+B à sa compagne qu'il se trouvait physiquement en face d'elle à une telle heure, alors qu'en fait, il se trouvait à des km de son domicile, en boite de nuit par exemple...

Non plus sérieusement, blague à part, ce maître de la manipulation nous érige ici une sacrée experience littéraire!!
Avec un titre , à première vue assez peu évocateur, l'auteur va littéralement le sublimer, le rendre fascinant et vertigineux,par un dénouement très profond, et surtout très recherché.

Parcontre il est malheureusement difficile de chroniquer ce livre, car conçu comme une matriochka, il ne faut absolument, mais absolument rien révéler de la trame .
Essayer de demêler les fils de cet écheveau narratif pour vous donner l'envie de le lire édulcolerait de beaucoup les nombreuses surprises du lecteur, et de fait, son plaisir.
Sachez juste que ce thriller mijoté sur base de secret familial, va prendre des dimensions mystiques de conte cauchemardesque, de récit sordide, où le macabre et le lugubre vont venir serrer le lecteur de leurs doigts maigres et osseux.
de nombreux thèmes y seront abordés comme le deuil, la culpabilité ou encore la notion de bien et de mal, et ce, dans une construction temporelle parfaitement maitrisée, avc une narration non linéaire s'étalant sur 2 époques .

Pas assez mis en avant lors de cette rentrée littéraire, je ne peux que vous inciter à lire celui qui, selon moi, s'imposera assez rapidement comme un des premiers noms du polar francais nouvelle génération d'ici quelques temps(si ce n'est déjà bien sur pas fait avec l'écriture de ce 3 ème livre).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          277
LeoLabs
  04 octobre 2019
Pas la claque tant attendue après avoir lu et entendu autant de critiques rarement aussi élogieuse mais tout de même une très bonne lecture. Je dois reconnaître le talent de l'auteur menant d'une façon magistrale son intrigue jusqu'au toutes dernières pages. le fait est que j'avais deviné la chute bien trop tôt dans le récit et que je n'ai pas eu l'effet surprise escompté.
Commenter  J’apprécie          260
Valmyvoyou_lit
  04 septembre 2019
Au décès de sa grand-mère, qu'elle ne connaît pas, Sandrine doit se rendre sur l'île sur laquelle elle vivait. Les voisins qui l'accueillent décrivent son aïeule comme une femme adorable, à l'opposé du portrait que la jeune femme imaginait. Très vite, elle comprend que l'île cache de lourds secrets qui terrorisent ceux qui y habitent. Cette peur semble avoir un lien avec le camp de vacances pour enfants dans lequel ils ont tous travaillé en 1949.


Une femme dite folle, des enfants traumatisés par la guerre, une victime mystérieuse, un inspecteur qui porte son fardeau, une jeune psychiatre, que se cache derrière ces personnages ?


Que se cache derrière un sourire ?


Je ne compte plus les claques que j'ai prises en lisant Les refuges. le nombre de fois où je me suis exclamée : « Non, ce n'est pas possible ! Je ne comprends plus, là. ». Un besoin frénétique me prenait de lire, lire et ne plus arrêter de lire, pour avoir des explications. Et à chaque certitude, une révélation effondrait tout le scénario que j'avais envisagé. J'ai été baladée de bout en bout.


Ce livre va beaucoup plus loin que le thriller qui retourne le cerveau. Il regroupe des thèmes qui évoquent l'horreur dont l'humain est capable. Ce n'est pas un déballage, mais une interpellation sur la place des victimes et sur les moyens utilisés pour se sauver, dans tous les sens du terme. Au milieu de toutes les atrocités perpétrées dans cette histoire et des enquêtes qui en découlent, Jérôme Loubry remet les victimes au centre. C'est l'humain qui est le coeur de ces refuges. L'auteur montre la force ...


La suite sur mon blog

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les refuges - Jérôme Loubry

Quel est le métier de Sandrine ?

détective
journaliste
photographe
gouvernante

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les refuges de Jérôme LoubryCréer un quiz sur ce livre
.. ..