AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2501113519
Éditeur : Marabout (08/03/2017)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Chadia Chaibi Loueslati signe ici son premier roman graphique.
Elle raconte l’histoire de sa famille et de ses parents, le Daron et Omi, qui ayant quitté la Tunisie, sont venus s’installer en France dans les années 1960.
C’est une saga familiale, la découverte d’un pays et de toutes ses bizarreries culturelles et administratives au travers de l’épopée d’une famille immigrée.
La ténacité et le courage, l’humour et la chaleur de cette famille nomb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
chriskorchi
  07 mai 2017
MON RESSENTI
Un roman graphique de qualité que j'ai beaucoup aimé tant dans le graphisme et ses détails que dans l'histoire en elle-même qui est autobiographique. L'auteur est issue d'une famille tunisienne dont le père a quitté son pays pour venir travailler en France dans les années 60, plus tard il fait venir sa femme et ses enfants. C'est une histoire qui fait écho à celles de milliers d'émigrés magrebins et qui rappelera des situations, des événements à certains. C'est une famille nombreuse puisqu'il y a 11 enfants c'est la vie de cette famille que le lecteur est invité à découvrir. C'est tendre, c'est drôle, original, l'occasion de découvrir une autre culture.
Ce que j'ai aimé aussi c'est l'aspect positif du tout, c'est pas très commun actuellement, j'ai aimé les mots en arabe traduits, on suit l'histoire de cette famille sur une vingtaine d'année et chacun a sa place et sont bien décrits avec beaucoup d'humour et d'amour aussi. La place de la maman est très touchante et celle du père très drôle et tendre. On sent que Chadia est fière du parcours de ses parents, fière de la façon dont ils ont été tenaces et comment ils ont gérés leurs intégrations en ne renonçant pas à leurs traditions.
J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et j'espère qu'il y aura une suite. Un régal, une bouffée d'air frais dans la monotonie ambiante.
VERDICT
A lire d'urgence pour une grande dose de bonheur, de rire et de bienveillance.
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Bdziles97
  04 mai 2017
(AK976) « Une famille nombreuse » est une bande dessinée très drôle et graphique (dessins épurés, choix des couleurs noir, blanc et jaune). C’est un recueil d’anecdotes sur l’immigration, les différences, la volonté, la modestie et la tolérance. Je recommande cet album pour la sélection BDz îles collège et lycée, car le lecteur peut facilement s’identifier à l’un des protagonistes et passe assurément un bon moment de lecture !
(MAD971) L'auteur relate avec beaucoup d'humour l'histoire de sa famille, venue de Tunisie pour s'installer en France dans les années 60. Elle évoque la découverte d'un nouveau pays, la force des liens familiaux. le récit est à la fois drôle et tendre. A recommander pour le prix, niveau lycée.
(IK971) Un album bidonnant. J'ai adoré l'humour de cette auteure, les commentaires de ses nombreux frères et soeurs et finalement le récit d'une immigration tunisienne avec ses hauts et ses bas à valeur universelle. La succession de Marjane Satrapi est assurée. Recommandation en lycée.
(SC971) Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut. OK pour le niveau lycée
(LX971) Entièrement d'accord : une vraie réussite ! Un ton léger et subtil et un humour jouissif à la fois tendre et juste. J'espère que nos élèves seront aussi sensibles à cette BD que nous, adultes. Un incontournable cette année pour le Prix BD en lycée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
LesJolisChouxMoustachus
  18 février 2019
Voilà une sacré tribu que celle de Chadia !
Dans Famille nombreuse, paru aux éditions Marabout, Chadia Chaibi Loueslati raconte son enfance au sein de sa famille, avec ses parents et ses 10 frères et soeurs. A travers les yeux de l'enfant qu'elle était à l'époque, elle raconte l'arrivée, depuis la Tunisie, de son père (le Daron) puis de sa mère (Omi) et ses aînés, dans les années 60 en région Parisienne.
La petite Chadia raconte la vie quotidienne, la queue interminable pour accéder à la salle de bain le matin, le shampoing aux oeufs, la chleka, les rentrées, ses aspirations de petite fille qui grandit au sein d'une famille nombreuse et à qui son père, balayeur dans les couloirs du métro et illettré, a demandé d'apprendre à bien tenir un crayon pour ne pas avoir à tenir un balais.
Elle décrit avec humour les décalages culturels cocasses entre elle et ses camarades de classe, les traits de caractère de chacun des membres de sa famille, les grossesses « surprises » de sa mère presque chaque printemps, l'eau de javel utilisée à toute les sauces…
Une lecture sympa qui fait sourire et des personnages à qui on s'attache volontiers. Bref, un bon moment !
Lien : https://lesjolischouxmoustac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mathie36
  05 août 2017
Entre Persepolis et l'Arabe du Futur, ce roman graphique de Chadia Chaibi-Loueslati est un récit autobiographique de son enfance et l'arrivée de ses parents en France en banlieue parisienne .
Chadia est illustratrice et nous croque la vie quotidienne de sa famille franco-tunisienne avec l'arrivée régulière de ses nombreux frères et soeurs ... 10 frères et soeurs plus exactement, le tout dans un petit appartement de Sainte-Saint-Denis.
Chaque membre est présenté, les petits moments de la vie détaillés, c'est un retour tendre en enfance et dans les souvenirs de l'auteur, le tout avec une bonne dose d'humour !
On s'attache très vite aux membres de cette grande famille, en espérant tout au fond de nous qu'ils ne nous inviteront jamais à goûter le mloukhia.
C'est très réussi et j'ai hâte de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          40
zazimuth
  18 janvier 2019
J'ai adoré cet album tendre qui raconte la vie d'une famille franco-tunisienne, nombreuse mais aimante.
Le personnage du Daron est touchant et la transcription de son parler est drôle sans être ridicule, on sent l'amour et le respect que sa fille lui porte.
Le personnage d'Omi est incroyable et c'est sans doute elle l'héroïne du livre en fait !!!!
J'ai aimé le graphisme noir et blanc avec des touches de jaune. Une très belle découverte à la médiathèque.
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (3)
BoDoi   17 mai 2017
Un premier roman graphique très abouti, une œuvre drôle et tendre.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Culturebox   05 avril 2017
Une autobiographie familiale pleine d’humour et de tendresse.
Lire la critique sur le site : Culturebox
BDGest   31 mars 2017
La joie de vivre, le bonheur et l'amour de ces personnes unies ne font aucun doute. La note laissée par ce livre, à la fois drôle et tendre, est résolument positive : ça fait du bien ces temps-ci !
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   18 janvier 2019
Moi jou tiendre li balai si bourkoi tu aller à licoule pour tiendre une stylo mon fille !!!
(…)
Ce n'est que bien des années plus tard que j'ai compris ce que le Daron a voulu me dire ce jour-là.
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   18 janvier 2019
Radès 1966. Un jour où il était absorbé par une intense réflexion, le Daron fut interpellé par un individu d'origine française. Ce monsieur sillonnait le nord de la Tunisie à la recherche de main-d'œuvre bon marché pour la France. (p.12)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   18 janvier 2019
Grâce à ses dons en couture, les vêtements étaient transmis de frère à sœur. Ils avaient une durée de vie illimitée. C'était le début du flux migratoire vestimentaire !
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   18 janvier 2019
La petite souris… elle passe aussi chez les arabes ? (p.65)
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : tunisieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Chadia Loueslati (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre