AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782917689844
288 pages
Éditeur : Editions ActuSF (16/04/2015)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Ses textes ont forgé les codes de la fantasy. Ses personnages (Conan, Kull, Solomon Kane...) ont marqué des générations de lecteurs. Depuis une quinzaine d'années, Robert E. Howard connaît une véritable résurrection littéraire. Débarrassée des interférences de ceux qui se l'ont appropriée après sa mort, son oeuvre fondatrice est désormais accessible dans toute sa force grâce à des éditions respectueuses de son travail. Écrit par Patrice Louinet, un des plus grands s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  27 février 2016
Merci Babelio, merci Masse Critique, merci ActuSF (et merci Charlotte Volper) !
Entre l'essai et la biographie, Patrice Louinet et ActuSF nous offrent un "Le Guide Howard" qui s'il ressemble à un « Howard pour les nuls » par son contenu vaut largement un « Que sais-je ? »… Bref, un excellent goodie qui remplit parfaitement son office autant pour les néophytes que pour les vieux routards !
L'ouvrage est divisé en 11 parties :
- un dézingage des idées reçues sur l'auteur, dans lequel se vautre encore avec délectation de prétendus connaisseurs
- une présentation de 20 textes qui font références dans la longue bibliographie de l'auteur texan
- une biographie courte mais passionnante de l'auteur texan qui s'est suicidé à l'âge de 30 ans…
- une présentation de 20 textes qui s'ils ne font pas références restent de très bonne facture
- une présentation de 10 textes atypiques dans la carrière courte mais prolifique de l'auteur texan
- un dézingage des idées reçus sur le personnage de Conan, dans lesquelles se vautrent encore avec délectation de prétendus connaisseurs
- un question / réponse sur l'auteur, son oeuvre et son héritage
- un tour de revue sur les adaptations, avec un focus important sur le bien connu film de John Milius, le fasciste zen qui a déguisé sa biographie de Genghis Khan en adaptant Conan… (Ce qui n'a pas fait que du bien au personnage et à son créateur malgré la coolitude du truc)
- quelques pistes de réflexion sur la manière dont l'héritage de R.E. Howard est parvenu jusqu'à nous
- un florilège de la correspondance entre Howard le fondateur du genre fantasy et Lovecraft le refondateur du genre horreur
- une bibliographie pour aller plus loin dans la connaissance de l'auteur et de son oeuvre
Patrice Louinet est un véritable archéologue de la littérature qui source toutes ses informations et blinde toutes ses affirmations, mais c'est d'abord un avant tout un véritable bonheur de lire sa plume pleine de gouaille qui met à la portée de tous des travaux de qualité universitaire. Bien des exégètes littéraires devraient s'en s'inspirer au lieu d'expliquer dans leurs MOOC que la fantasy est née en 1937 avec "Le Hobbit" de Tolkien et que le genre puise ses sources dans la littérature victorienne en balayant d'un revers de la main la création d'un genre, sa phylogénie aussi riche que diverse et un-demi siècle de littérature américaine dans la foulée… (Je ne dis plus rien, mais je n'en pense pas moins !)
Avec leur série de guides, le très bon "Royaume de vent et de colères" en 2015 et le très plaisant "La Stratégie des as" en 2016, les éditions ActuSF menées par la formidable Charlotte Volper semblent retrouver un seconde souffle. Je m'en réjouis ô combien car elles n'ont pas ménagé leurs efforts pour promouvoir les genres de l'imaginaire, au contraire de certain prétendus défenseurs de ces genres qui scient la branche sur laquelle ils sont assis… (Suivez mon regard !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
meeva
  23 mai 2015
Il y a des balades superbes à faire dans la région…
Pour commencer la promenade, on rencontre Howard.
Tu l'avais déjà rencontré ?
Ah, mais attention, parce que si tu n'avais pas pris le bon chemin, tu le voyais peut-être pas sous le bon angle.
Patrice Louinet revient sur dix idées reçues concernant Howard ou son oeuvre.
C'est même par là qu'il commence son livre.
Ses démentis, ses remises en perspective sont documentées, expliquées.
Dans ce recadrage, il épingle beaucoup Sprague de Camp, qui fut traducteur et biographe d'Howard, sans animosité aucune cependant.

- Mais, au fait, euh… on est où au juste ? Sur une autre planète ?
- Non, non. Mais autres temps, autres moeurs.
- Ah ! On est quand alors ? Moyen-âge peut-être ?
- C'est un chemin un peu médiéval, un peu contemporain…
- On se croirait maintenant dans la jungle africaine. Et tu t'appelles comment au fait ?
- Salomon Kane.
Le paysage est difficile à définir. Changeant mais…
Il manque un mot pour le définir.
Fantasy peut-être ?
Patrice Louinet replace Howard, à sa juste place, comme l'un des fondateurs de la fantasy puisque l'on retrouve les codes de ce genre dans ses nouvelles, écrites aux environs des années 30 et donc antérieures à l'apparition du terme en 49.
Dans la partie « les vingt nouvelles qu'il faut avoir lues (et pourquoi) », d'autres personnages sont évoqués, rencontrés, racontés.

- Ah, toi, je te reconnais : Conan le barbare !
Non ! Je me suis encore écartée du droit chemin.
Conan le barbare n'existe pas dans l'oeuvre d'Howard. Il s'agit de Conan le Cimmérien.
Patrice Louinet nous l'affirme, lui réservant même une partie de son ouvrage, nous privant ainsi d'une contrepèterie dont je ne regretterai pas la qualité et d'un Schwarzenegger bodybuildé dont je ne regretterai pas l'esthétisme.
C'est la philosophie du personnage qui a été mise à mal par le célèbre film de Milius. Celui-ci semble bien s'être inspiré de la biographie de Gengis Khan quant à la nécessité d'entendre « les lamentations des femmes » après avoir tué leurs époux.
« En règle générale, les hommes civilisés sont plus malpolis que les sauvages car ils savent qu'ils peuvent se montrer grossiers sans se faire fendre le crâne pour autant. » (dans « La Tour de l'Eléphant »)

Une promenade dans la correspondance entre Howard et Lovecraft permet à Patrice Louinet d'insister sur le fait qu'Howard n'était pas fasciste et avait une vision tout à fait lucide de la barbarie, pas du tout enjolivée dans ses nouvelles, contrairement aux nombreuses reprises faites par les comics.
« Je crois simplement que les hommes sont fondamentalement égaux ; je sais bien que certains seront plus rusés, plus forts, plus courageux ou plus intelligents que d'autres. Mais si quelqu'un a des droits, alors tout le monde a ces droits. » (Lettre de septembre 1933.)

Un livre tout à fait intéressant, dans lequel on ressent la passion de Patrice Louinet pour Howard, sa connaissance de l'auteur et de son oeuvre, sa volonté de le réhabiliter.
Mais le ton reste un peu encyclopédique.
N'hésitez pas à suivre le guide malgré tout.
Comme quoi y'a d'belles balades dans le coin…

Merci aux éditions ActuSF d'avoir participé à Masse Critique, merci à Babelio de l'avoir organisée.


(L'inspiration musicale vaut surtout pour ma critique…)

« Just because of you
I'm beging on you
You know it's for you
I'm feeling for you
[…]”
Extrait du générique du film “les bronzes font du ski” :
https://www.youtube.com/watch?v=-MKlFMUYEq8
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Junie
  04 juin 2015
Fallait-il vraiment publier une encyclopédie sur Robert Howard?
Un auteur dont la vie fut bien moins palpitante que celle de ses créatures, des super-héros puissants, courageux et baraqués, affrontant tous les périls, défiant les Dieux eux-mêmes, dans un univers des plus viril.
Howard doit plaire davantage aux mecs, qui s'identifient au mâle dominant à chaque épisode, tandis que les filles servent de faire valoir en mode "princesse en danger" ou "déesse inaccessible". En fait, elles servent surtout à appâter le client sur la couverture du bouquin. Autant dire que cette littérature n'est pas trop ma tasse de thé.
Ce guide s'adresse donc aux amateurs de fantasy de qualité et a le mérite de démentir l'image caricaturale du héros que vous connaissez tous: Conan le Barbare.
Celui que les potaches ont surnommé Connard le Barbant a eu d'abord une existence littéraire que son papa Howard voulait irréprochable. Loin d'être une brute épaisse et body-buildée, c'est un garçon très civilisé qui connait les bonnes manières et adepte de la réflexion philosophique. N'a t-il pas déclaré qu' un grand poète est plus grand que n'importe quel roi?
L'autre héros est Solomon Kane, un justicier qui évolue dans un monde sans pitié et passe allègrement de l'univers médiéval à la jungle africaine, mélangeant les mythologies et les époques.
Mais dans cet univers onirique et fantastique, justement, tout est permis, on se lâche et on oublie le monde réel pour du 100% imaginaire, c'est l'idée reprise avec succès dans les jeux vidéos qui sont les derniers avatars de nos héros howardiens et lovecraftiens du début du XXè siècle.
Les récits publiés en 1926 ont donc toujours une influence sur la culture contemporaine, et l'héroïc fantasy est devenue une vraie culture populaire.
Autant se renseigner un peu sur les origines du phénomène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          168
Woland
  15 mai 2015
ISBN : 9782917689844
Merci aux Editions ActuSF et à Babélio qui nous ont expédié cet exemplaire à titre gracieux afin que nous puissions donner notre avis sur lui. ;o)

Ce guide est évidemment destiné à ceux qui connaissent l'oeuvre de Robert E. Howard. Autrement dit, si vous vous imaginez encore que Conan le Cimmérien est une création des scénaristes hollywoodiens et qu'il a toujours eu la tête de Schwartzenegger, mieux vaut pour vous renoncer à le lire : vous seriez très déçu . Passez aussi votre chemin si vous ne vous intéressez pas à ce que l'on nomme la fantasy, dont l'auteur américain peut être tenu à bon droit comme l'un des pères fondateurs.
Sinon, nul doute que vous trouviez dans ce "Guide" ce que vous y êtes venu chercher : à savoir quelques mises-au-point sur des semi-vérités qui ont la vie dure (certaines m'ont surprise, je l'avoue sans honte ), une biographie aussi documentée que possible (avec diverses photographies), un "Top 20" des nouvelles (en tous genres) de Howard qu'il faut avoir lues, une quatrième partie qui évoque dix autres textes mémorables et bien d'autres gâteries en plus ... Avec, notamment, la mise en valeur du personnage qui apporta sans nul doute la renommée à son auteur, Conan le Cimmérien.
Précisons néanmoins - et ce "Guide" l'indique bien - que Howard fut également l'auteur de nouvelles fantastiques de haut niveau dont "Le Tertre Maudit" qui, si mes souvenirs sont bons, parut dans les années soixante-dix dans le collectif "Histoires de Vampires" mais que l'on peut se procurer aussi chez Fleuve Noir où il semble avoir été réédité. J'avais à peu près quinze ans quand j'ai découvert cet texte qui renouvelle, de manière intéressante, le thème du vampire et je me rappelle encore combien son intensité m'avait troublée. Des textes de ce genre, on en rencontre très peu dans sa vie de lecteurs de romans et de nouvelles d'épouvante. Alors, si vous tombez dessus, ne le loupez pas et gardez en mémoire que Robert E. Howard, ce n'est pas seulement de la fantasy.
Autre personnage célèbre de Howard, à mon avis parfaitement sinistre, avec quelque chose d'ascétique et de terriblement rigide dans sa nature, Solomon Kane, un "héros" pourtant, au même titre que Conan - mais lui est né au XVIème siècle. En général, son nom chatouille la mémoire des gens, surtout chez ceux qui, dans leur jeunesse, ont connu les éditions NeO ou encore la collection Opta.
Autre point dont il faut parler : l'amitié qui unissait Robert Howard à H. P. Lovecraft. Les deux hommes ne firent que correspondre et ne se virent jamais. Howard, bien qu'admirant l'univers qu'avait créé Lovecraft, son éblouissante intelligence et son non moins éclatant génie, ne partageait pas certaines fascinations politiques que l'on peut reprocher au "Solitaire de Providence" tout en n'oubliant pas néanmoins que celui-ci est mort en 1939 et qu'il n'a donc jamais su sur quelles horreurs avaient débouché la réalisation des idéologies totalitaires fascistes.
De plus, en une époque - la nôtre - où le premier ministre d'un gouvernement socialiste prétend régenter sur le Net bien plus les opposants aux idées de "sa" gogauche que les véritables criminels et où l'on voit le lamentable état dans lequel se retrouve notre machine judiciaire, désormais à deux vitesses et qui transforme les victimes en coupables et les coupables en innocents agneaux qu'il faut à la limite "protéger" des honnêtes gens, mieux vaut ne pas s'égarer dans ce genre de considérations. Howard et Lovecraft étaient et restent deux grands créateurs de la littérature américaine et mondiale, et ceci bien qu'ils aient tous deux débuté dans ce que l'on appelait les "pulps". Point barre et l'on s'en tient là. Merci.
Petit livre nerveux qui ressemble à un poney indien - mais, avant son suicide, Howard n'envisageait-il pas de ne plus écrire que du western ? - "Le Guide Howard" de Patrice Louinet est à lire pour tous les inconditionnels de l'écrivain américain. Certains le trouveront incomplet, pas édité comme il le mérite, que sais-je encore ... Il faut toujours que les gens râlent sur les petites choses et se taisent devant ce qui est vraiment grave et important. Personnellement, j'ai beaucoup aimé et je puis même dire que je l'ai dévoré. J'ajouterai que, si j'ai un livre sur Robert E. Howard à offrir à un ou une amie, je penserai tout d'abord à celui de Patrice Louinet. Et pourtant, comme chacun sait, je suis quelqu'un d'assez difficile à satisfaire - question littérature en tous cas.
Nota Bene : un film a été tourné sur la vie de Robert E. Howard, avec cet acteur atypique et fascinant qu'est Vincent d'Onofrio dans le rôle principal. Mais si vous pensez qu'on a envisagé un seul instant de le distribuer en France, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil jusqu'au coude . Enfin, peut-être, en fouillant sur YouTube, découvrirez-vous un streaming ... Bonne chance ! ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ACdeHaenne
  27 février 2016
Pas facile de chroniquer un guide tel que celui-là, mais comme j'ai eu l'opportunité de le recevoir grâce à une opération Masse Critique de Babelio (merci à eux et aux éditions ActuSF), je vais quand même m'y employer au mieux.
En préambule, un petit mot sur l'auteur de ce guide, Patrice Louinet, que d'aucuns considèrent comme le grand spécialiste français, voire mondial, de l'auteur texan Robert E. Howard. Anthologiste et traducteur, il n'a eu de cesse de rendre accessible les écrits de Howard exactement tel que celui-ci les avait écrits (nouvelles expurgées des ajouts de Lin Carter et Lyon Sprague de Camp, qui s'était accaparé les textes mettant en scène Conan, le Cimmérien). L'intégralité (ou peu s'en faut) des oeuvres de Howard a été publiée aux éditions Bragelonne.
Au sommaire de ce Guide Howard, on trouve :
Remerciements
Introduction
I- Dix idées reçues sur Howard
Pour être franc, ce n'est pas ma partie préférée de ce guide. Certes il y a des renseignements intéressants, des remises en perspectives tout à fait salutaires, mais j'ai eu l'impression en lisant cette partie que certaines "idées reçues" avaient été inventées, juste pour remplir le quota. Bien sûr, je sais que c'est faux, mais c'est le ressenti que j'ai eu en la lisant.
II - Les vingt nouvelles qu'il faut avoir lues (et pourquoi)
Véritable guide de lecture d'une cinquantaine de pages, où Patrice Louinet chronique avec un enthousiasme non feint les vingt nouvelles qu'il considère comme les meilleures de l'auteur texan. le moins que l'on puisse dire, c'est que ça donne franchement envie de tout plaquer pour se plonger dans leur lecture. Un point cocasse à signaler quand même : à deux exceptions près (dont une à propos d'une nouvelle inédite), les nouvelles de Robert E. Howard proposées ici par Patrice Louinet sont toutes disponibles avec une traduction signée... Patrice Louinet ! On est le grand spécialiste de Howard, ou on ne l'est pas.
III - Biographie
Écrire une biographie n'est pas forcément un exercice aisé, surtout s'il on veut qu'elle soit réussie. Ici, l'auteur s'en sort haut la main en moins de trente pages très éclairantes sur la vie d'un immense écrivain, dont beaucoup (comme moi) ne connaissaient que les mensonges qu'avait propagés un certain Lyon Sprague de Camp (d'ailleurs, Louinet ne cache pas son abhorattion pour ce dernier, qu'il a rencontré il y a quelques années). Une réussite !
IV - Vingt autres textes qui méritent aussi votre attention
Comme son nom l'indique, cette nouvelle partie passe en revue vingt autres textes de Howard qui valent le coup d'être lus. Mais cette fois-ci, une trentaine de pages suffisent. Là encore, ça donne envie de lire du Howard. Étonnant, non ?
V - Quelques mots laconiques sur dix autres textes
En deux pages et demies (!), l'auteur nous dit pourquoi dix textes peuvent retenir l'attention du lecteur. Certes, c'est laconique, mais ça donne tout de même grandement envie.
VI - Conan, le vrai et les imitations
Conan est très certainement le "héros" le plus connu de Robert E. Howard, et de loin. Patrice Louinet tente de recadrer le vrai et le faux sur ce qui a été dit sur le Cimmérien. Pour ma part, j'ai trouvé très intéressant le tableau (dans une sous-partie intitulée "Conan et les femmes", tout un programme !) retraçant de façon synthétique les 21 aventures de Conan. Oui, REH n'a écrit que 21 nouvelles mettant en scène Conan.
VII - Sur Howard
En sept points et une quinzaine de pages, Patrice Louinet remet en perspective ce qu'a été Robert E. Howard et, surtout, ce qu'il n'a pas été. Encore une fois, une partie très éclairante sur l'auteur texan.
VIII - Les adaptations
Là encore en sept points (pour 20 pages cette fois), Patrice Louinet retrace les tentatives plus ou moins heureuses de REH sur grand et petit écran (et même en jeu). le premier point, laconique, où tout est dit : "Il n'existe à ce jour aucune adaptation d'un texte de Howard au cinéma."
IX - Autour de Howard
Howard et Tolkien : quelques dates des deux auteurs montrent un étrange parallélisme.
Howard et Frazetta : comment l'un des plus grands illustrateurs du monde a su populariser REH.
Lyon Sprague de Camp : le plus grand hold up littéraire du siècle !
Glenn Lord : le gardien du temple.
X - Cher M. Lovecraft
Quelques extraits des échanges épistolaires entre le Texan et "le reclus de Providence", du moins vu du côté de Howard. Ou comment ce dernier, l'expérience venant, a su se démarquer de son grand ancien.
XI - Lire sur Howard
Quelques lectures complémentaires autour de REH, malheureusement toutes en V.O., à l'exception d'un fanzine français datant de 25 ans, composé de deux numéros tirés à 150 et 120 exemplaires (sic !)
Conclusion
Cette conclusion d'une demi-page a été pour moi très déceptive, car je ne l'ai pas trouvée à la hauteur du reste de l'ouvrage.
Au niveau de la forme, ce guide est très bien fait. le seul petit bémol à ce niveau-là, c'est le fait que le livre (au format poche) ne s'ouvre pas bien, gênant la lecture. Rien de rédhibitoire là-dedans, bien sûr. Sous une couverture splendide reprenant la photo la plus fameuse de Robert E. Howard, Patrice Louinet nous propose un guide qui se déguste par petites bouchées. Il y déploit une érudition assez remarquable qu'on dévore avec passion. Bref, un guide que je conseille à tous ceux qui veulent découvrir Robert E. Howard, mais aussi à ceux qui le connaissent déjà, ou croyaient le connaître.
Lien : http://les-murmures.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (2)
SciFiUniverse   17 juin 2015
On referme ce livre avec un regard nouveau, épuré, sur cet auteur parti trop vite.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Elbakin.net   16 avril 2015
Peut-être qu’avec ce genre d’ouvrages, il sera enfin possible de dissocier l’auteur et sa création la plus connue…
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   15 mai 2015
[...] ... Howard écrivit un poème avant de se suicider.
All fled, all done ; so lift me on the pyreThe feast is over ; the lamps expire

(Tout s'est enfui, tout est finiAussi portez-moi sur le bûcher funèbre ;La fête est finie ; les lampes s'éteignent)

Ce couplet fut retrouvé dans la machine à écrire de Howard, quelques minutes après son suicide, au moment où Jack Cross, le journaliste du Cross Plains Review, le journal local, arrivait sur les lieux. Selon Scott, un policier lui avait demandé ce que signifiait ce poème, ce à quoi Scott répondit : "A mon avis, ça veut dire qu'il s'est suicidé."

L'anecdote était belle et presque d'un romantisme noir. Trop belle.

Sur la vingtaine d'articles de presse (et autant de courriers) relatant le suicide écrits dans les jours qui suivirent, pas un ne mentionne le fameux poème. Il faut attendre le 3 juillet pour en trouver la première mention dans la presse locale, sans doute par l'entremise d'Isaac Howard [= père de Robert E. Howard]. Celui-ci le mentionne quelques jours auparavant dans une lettre, expliquant que les quelques lignes ont été trouvées sur une feuille blanche pliée dans le portefeuille de son fils, portefeuille qui était glissé dans la poche arrière de son pantalon. Isaac Howard se déclara convaincu que les quelques lignes avaient été écrites juste avant le suicide. Il n'en avait pas la moindre preuve. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlfaricAlfaric   29 février 2016
Le héros howardien est un homme du peuple, qui n'a aucune patience pour les monarchies héréditaires et les privilèges. Le monde dans lequel il évolue ne lui permet pas d'espérer en des lendemains meilleurs. C'est un champ de bataille où la corruption de la société est patente, et dans lequel les protagonistes peuvent, au mieux, espérer survivre.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   28 février 2016
Deux des peintures de Frazetta qu’il a consacrées à Conan sont aujourd’hui dans des collections privées. Toutes deux ont été adjugées plus d’un million de dollars, la première en 2009 ("Conan the Conqueror", acheté par Kirk Hammett, guitariste de Metallica), la seconde l’année d’après (pour un montant supérieur et par un acheter dont le nom n’a pas été révélé), un record absolu dans le domaine.
Commenter  J’apprécie          70
meevameeva   23 mai 2015
« Je crois simplement que les hommes sont fondamentalement égaux ; je sais bien que certains seront plus rusés, plus forts, plus courageux ou plus intelligents que d’autres. Mais si quelqu’un a des droits, alors tout le monde a ces droits. (Lettre de septembre 1933.)
Commenter  J’apprécie          81
ACdeHaenneACdeHaenne   28 février 2016
Il me semble que de nombreux écrivains, en vertu de l'environnement culturel, artistique et intellectuel qui est le leur, en viennent tout naturellement à vivre de leur plume. Je suis devenu écrivain malgré mon environnement.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Patrice Louinet (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Louinet
Conan en BD - Patrice Louinet
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1100 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre