AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Bounan (Préfacier, etc.)
EAN : 9782911188251
Éditeur : Allia (28/08/1996)
3.75/5   68 notes
Résumé :
Si l'addition qu'on vous donne à faire produit le nombre 69, ne vous roulez pas de rire comme une petite imbécile."
Parodie des rigoureux ouvrages d'éducation de la Belle Epoque, ce manuel de civilité n'épargne rien ni personne... L'humour le plus noir y donne le ton. L'obscénité y est la règle.

D'un trait vif, en quelques mots outranciers, Pierre Louÿs y dynamite toutes les institutions et fait exploser le savant édifice de l'hypocrisie purita... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 68 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

UnKaPart
  16 janvier 2018
En attendant que son pote Johan revienne du village des Schtroumpfs, on va discuter le bout de gras avec Pierre Louÿs et se pencher sur son Manuel de civilité. Enfin, pas trop quand même, le risque est grand de se manger une surprise entre les grands glutéaux.

J'adore Pierre Louÿs. Parce que ce n'est pas tous les jours qu'on peut caser un y tréma. Parce que le bonhomme fournit une caution à la fois morale, amorale et immorale aux citations les plus licencieuses. Parce qu'enfin il a pensé aux bananes dans son traité de bienséance.
“Quand vous vous êtes servie d'une banane pour vous amuser toute seule ou pour faire jouir la femme de chambre, ne remettez pas la banane dans la jatte sans l'avoir soigneusement essuyée.”
Ou encore “ne prenez pas deux mandarines pour faire des couilles à une banane” (alors que ça fait toujours marrer un siècle et quelques plus tard).

Avant d'incarner l'homme de goût et de bon conseil que l'on connaît, l'ami Pierrot est d'abord helléniste et – l'info risque de te surprendre – poète. Oui, oui, oui. Il sort quelques recueils dans les années 1890, grenouille avec des gus comme Leconte de Lisle, publie dans sa revue La Conque (tout un programme…) Mallarmé, Valéry et tutti quanti.
Pour le reste, je ne vais détailler la bio intégrale du loustic. Prie la déesse Wikipedia, elle t'enverra un ange au braquemart flamboyant, de la sapience plein la musette. Les épées qui brillent font toujours leur petit effet (parce qu'un braquemart, à la base, c'est un glaive, et si tu as pensé à autre chose, tu as l'esprit mal tourné – les anges n'ont pas de sexe, c'est bien connu).

Or donc, revenons à nos moutons et nos bananes.
Poète mais pas que(ue), le bonhomme se distingue par son penchant pour la marrade. Ainsi, sa traduction des Chansons de Bilitis – textes érotiques d'une poétesse grecque du VIe siècle avant Djizeus – ben c'est du flanc. Mystification littéraire mais de haut vol, hein, attention, pas de la fake news pondue à l'arrache qui ne résiste pas à deux secondes d'examen. Jo le rigolo maîtrise si bien la poésie antique et l'art d'enfumer le monde que l'oeuvre passe dans un premier temps pour authentique.
Le faussaire se double d'un coquinou de première. Une bonne partie de son oeuvre dégouline d'amour, de sensualité, d'érotisme, de pornographie, un vrai touche-à-tout en matière de pétard.

Au confluent de ces deux tendances, le Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation. Un vrai faux livre de maintien destiné aux jeunes femmes. Une parodie où il sera question de “con, fente, moniche, motte, pine, queue, bitte, couille, foutre (verbe), foutre (subst.), bander, branler, sucer, lécher, pomper, baiser, piner, enfiler, enconner, enculer, décharger, godmiché, gougnotte, gousse, soixante-neuf, minette, mimi, putain, bordel”. C'est lui, Louÿs, qui l'annonce dès la première page. Ce sera comme ça tout du long (et dur).
Explicite (merci La Palice) et cru (thanks, Captain Obvious), donc. Mais avec classe. Ouaip, on ne dirait pas comme ça. Je suppose que tu te demandes où se situe l'élégance là-dedans. DTC ! Si, là, j'ai le droit, la vanne est de circonstance. Bref… Louÿs a le sens de la formule.
Chacun des conseils qu'il prodigue est charpenté selon les codes de cette littérature éducative de l'époque, entre généralités morales et exemples pratiques. le tout chapitré en fonction des lieux et des situations (à l'église, au théâtre, à la maison…), du rang des uns et des autres (parents, domestiques, amies…), avec en bonus de clôture les “ne dites pas.. dites…” (“Ne dites pas « J'aime mieux la langue que la queue. » Dites : « Je n'aime que les plaisirs délicats. »”).
L'humour naît, tu t'en doutes, du décalage : situations mondaines versus lubricité débridée. A ma droite, le sérieux apparent des conseils, le ton pince-sans-rire, l'air propre sur soi, et, à ma gauche, le registre pipi-caca-bite-couilles-nichons (qui n'empêche pas une certaine finesse d'esprit de se déployer). Pour te donner, au sens le plus littéral, une idée parlante de l'ambiance, jette un oeil sur les sketches “jamais au grand jamais” de Monsieur Manatane (Le prout au jus ou Comprendre la jeunesse et son fameux “j'ai envie de te bouffer la cramouille, Carole”). On se situe grosso modo dans le même écart entre bourgeoisie péteuse et humour pétomane.

Louÿs a encore moins de limites que Poelvoorde. Toutes les pratiques y passent, personne n'est oublié. A ce titre, on peut parler d'un Louÿs réglo (ça tombe bien, je suis fan des Charlots). Masturbation, tribadisme, fellation, sodomie, double pénétration, partouze, sex toys, ondinisme, bukkake, inceste… Il faut faire la queue, mais il y en aura pour tout le monde. Fête du slip à tous les étages !
En clair, tout ce que la morale bourgeoise de l'époque réprouvait (et réprouve encore).
Il serait anachronique de voir en Pierre Louÿs un partisan de la révolution sexuelle. N'empêche, son manuel bat en brèche le puritanisme de la Belle Epoque (belle, on se demande pour qui…). Les valeurs étriquées de la bourgeoisie guindée en prennent pour leur grade. “L'hypocrisie humaine que l'on nomme vertu”, cible première de ces civilités.
Parce que c'est bien beau d'éduquer les petiots et les petiotes à grand coups de rigueur morale, mais faudrait voir à rester raccord avec la réalité des faits. Sauf que Monsieur culbute la bonne de chambre, qu'elle soit d'accord ou pas, et Madame s'envoie la liqueur du majordome. Et vas-y que je te bourre le crâne des jeunes filles d'éducation religieuse, de vertus mariales, de commandements, de règles plus strictes que dans un couvent, pendant que papa bourre d'une autre façon, se perd dans l'adultère et le péché de luxure avec madame de Méchoses.
Le Manuel reste avant tout un opuscule potache, outrancier au dernier degré pour le plaisir de choquer le bourgeois. Sans être un manifeste de la libération des moeurs, il égratigne aussi bien les ultra-puritains, niant de toutes leurs forces sensualité et sexualité (celles des femmes surtout), que les hypocrites, ces donneurs de leçons bien-pensants incapables de garder leur pétoire dans leur froc.
Lien : https://unkapart.fr/manuel-d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
Luniver
  05 août 2012
Classique de la littérature érotique, Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation parodie les stricts manuels d'éducation de l'époque, et consiste en une longue série de conseils d'une phrase ou deux, qui apprend aux jeunes filles à dissimuler qu'elles en savent bien plus sur la sexualité que les personnes qui les éduquent.
Le livre est une attaque en règle contre l'hypocrisie des conventions sociales, l'auteur n'hésite pas à se jouer de tous les interdits. le ton est volontairement cru et outrancier. Une fois la surprise des premières pages passée, la lecture de ce manuel est irrésistiblement drôle.
Commenter  J’apprécie          230
colimasson
  24 juin 2015
Nous ne serions pas tous névrosés si nous avions lu ce livre avant nos huit ans. Peut-être même qu'on s'amuserait !
Commenter  J’apprécie          271
Unhomosapiens
  02 juillet 2020
J'avais lu il y a quelque temps ce texte. Ce n'est vraiment pas ce que je préfère de l'auteur et je ne partage pas toujours, loin de là, l'enthousiasme d'autres lecteurs babeliotes. Cette litanie pornographique finit très vite par me lasser. J'en apprécie évidemment la provocation et le non conformisme. Tout ce qui outrage la morale du brave bourgeois est toujours à prendre. Cependant, de l'auteur, je préfère nettement les récits plus poétiques et plus construits, comme "Aphrodite". La langue est ici assez pauvre (même si elle s'aventure souvent dans des lieux intimes et ouvre la voie a des plaisirs illicites) et les situations pour le moins répétitives. On a compris dès le début que Pierre Louÿs fustige la morale bien-pensante de la majorité de ses contemporains.
Commenter  J’apprécie          150
dechosal
  26 février 2019
Comme on dit: "à lire d'une main"... La perversion et l'humour mêlés (car c'est souvent très drôle). Une curiosité pour public averti et peu farouche, à faire figurer dans l'Enfer de vos bibliothèques !
Commenter  J’apprécie          182

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
UnhomosapiensUnhomosapiens   01 août 2020
A TABLE

Si l’on vous demande ce que vous buvez à vos repas, ne répondez pas : « Je ne bois que du foutre. »

Ne faites pas aller et venir une asperge dans votre bouche en regardant languissamment le jeune homme que vous voulez séduire.

Ne faites pas minette à un abricot fendu en clignant de l’œil vers la tribade la plus célèbre de la société.

Ne prenez pas deux mandarines pour faire des couilles à une banane.

Si vous branlez votre voisin dans sa serviette, faites-le si discrètement que nul ne s’en aperçoive.

Si votre gougnotte ordinaire est placée en face de vous, ne lui faites pas de scène de jalousie à travers la table.

Quand une grande personne raconte une histoire leste que les petites ne doivent pas comprendre, ne vous mettez pas à pousser des cris inarticulés comme une petite fille qui décharge, même si l’histoire vous excite au plus haut point.

Si vous trouvez un cheveu suspect dans votre potage, ne dites pas : « Chic, un poil du cul ! »

Ne cachez pas un godemiché dans la jatte de fruits pour faire rire les jeunes filles à l’heure du dessert.

Quand on vous servira des bananes, ne mettez pas la plus grosse dans votre poche. Cela ferait sourire les messieurs, et peut-être même les jeunes filles.

Si vous êtes encore impubère, ne vous écrasez pas une poignée de fraises entre les jambes pour aller ensuite montrer à tout le monde que vous avez vos règles.

Il est du dernier mauvais goût de glisser un godemiché sous la serviette d’une jeune fille à la place de son petit pain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
colimassoncolimasson   13 juillet 2015
C’est le mari de votre mère que vous devez appeler papa. Et même, si vous êtes certaine de ne pas lui être unie par les liens du sang, ne lui dites pas à l’oreille : « Je peux bien te sucer, tu n’es pas mon père ! » La fin de la phrase détruirait tout ce que les premiers mots auraient de vraiment aimable.
Commenter  J’apprécie          142
colimassoncolimasson   05 février 2016
Ne crayonnez pas des boucles noires sur le pubis des Vénus nues. Si l’artiste représente la déesse sans poils, c’est que Vénus se rasait la motte.
Commenter  J’apprécie          250
colimassoncolimasson   15 juillet 2015
Au catéchisme, si le jeune vicaire vous demande ce que c’est que la luxure, ne lui répondez pas en rigolant : « Nous le savons mieux que vous ! »
Commenter  J’apprécie          200
colimassoncolimasson   10 février 2016
Ne vous mettez pas à la fenêtre pour appeler les passants, même si vous avez grande envie de baiser, et personne pour vous satisfaire.
Commenter  J’apprécie          181

Videos de Pierre Louÿs (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Louÿs
Pierre LOUŸS – À la rencontre de Pierre Louÿs (France Culture, 2002) L’émission « Mauvais Genres », par François Angelier, diffusée le 21 septembre 2002 sur France Culture. Invités : Jean-Yves Bochet, Jean-Pierre Bouyxou et Emmanuel Pierrat, pour évoquer ‘Pierre Louÿs. Une vie secrète’, la biographie de Jean-Paul Goujon publiée chez Seghers, l’auteur n’ayant été présent qu’à travers la communiaction téléphonique.
autres livres classés : érotismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
309 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre