AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782844852397
219 pages
Allia (05/02/2007)
3.26/5   83 notes
Résumé :

Malgré la réserve et la modestie de mes exercices amoureux comme de mon langage, mes scrupules de moraliste ne vont pas jusqu'à m'interdire de baiser une mère sur sa fille et de déflorer ensuite la fille sur la mère. Pierre Louÿs.

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,26

sur 83 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
4 avis

fnitter
  09 mai 2022
Une mère 36 ans et ses trois filles de 20, 14 et 10 ans toutes activement impliquées dans la prostitution hétérosexuelle, saphique et toutes les perversions se terminant en philie (pour les puristes, le terme générique est paraphilie (je viens de l'apprendre)), font la connaissance de leur nouveau voisin de 20 ans.
Après s'être toutes offertes à lui, elles se racontent nous passent toute leur enfance, leurs blessures, leurs failles et leur fragilité.
Écrit en 1910, publié clandestinement dans un premier temps et réédité jusqu'en 1983. Pourrait-on encore éditer ce genre de texte de nos jours ? L'on tomberait certainement sous le coup de l'apologie de crime (Seuil de non consentement à 15 ans, 18 ans pour l'inceste).
Une mère qui éduque, dresse conditionne ses filles à aimer leur métier pour en jouir plutôt que de se foutre par la fenêtre.
La prostitution enfantine existe encore de nos jours avec toute l'horreur que cela implique, mais cette mise en lumière a quelque chose de malsain, d'autant que scatophilie, zoophilie et tutti quanti, tout y passe.
Dans la droite ligne du plus connu  « les onze mille verges » d'Apollinaire (1907), chef d'oeuvre du mauvais goût et catalogue de toutes les perversions sexuelles existantes.
Écrit dans quel but ? Choquer ? C'est réussi. Une lecture pas excitante en soi, plus édifiante qu'autre chose. D'ailleurs, à mon sens, l'excitation apportée par une telle lecture relèverait plus des troubles paraphiliques (et donc psychiatriques) qu'autre chose.
Une vision déformée, amplifiée (j'espère) du rapport au sexe et à la prostitution ( y compris enfantine) de l'époque. D'un autre côté on parle de Matzneff, on parle de Cohn-Bendit, on parle de tourisme sexuel en Thaïlande, pour les seuls scandales qui parviennent à nos oreilles.
Certains ont aimé, voire encensé le livre (des critiques sur Babelio, Jean d'Ormesson…), y voient une valeur littéraire. Est-ce bien écrit ? On s'en moque. Suis-je moraliste ? On s'en moque aussi (j'en lis pourtant du roman érotique, pornographique). Mais autant on est dans la démesure burlesque avec Apollinaire qui peut confiner à l'horreur jubilatoire, autant ici, où l'auteur insiste tout au long du roman sur la véracité du récit, (et des renseignements pris sur internet, Louÿs ferait le récit de sa relation avec les trois filles de Jose-Maria de Heredia (un poète de l'époque) et leur mère), la lecture est malsaine. D'autant qu'il a épousé la plus jeune des filles dans la réalité.
Bon allez, pour ne pas être totalement négatif, on peut reconnaître une certaine verve truculente dans la dernière interaction du livre. Mais c'est bien tout.
Le livre existe. En tant que curiosité historique ? Savoir qu'il existe, oui. le lire, non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          697
Bouvy
  16 août 2015
Un jeune homme de vingt ans (ici le narrateur) rencontre sur son palier une jeune fille de quatorze ans qui, sans hésitation, le séduit, s'introduit chez lui. Elle se déshabille et lui offre son derrière, voulant ainsi préserver sa virginité. Elle se présente comme la deuxième fille de sa nouvelle voisine. Elle lui avoue que sa mère est une putain et qu'elle a deux soeurs. Peu à près, la mère arrive. Rebecca, jolie femme méditerranéenne de 36 ans. Sa fille lui a avoué qu'elle avait eu une relation sodomite avec son nouveau voisin. La mère ne le reproche pas au jeune homme et lui offre à son tour son derrière. Spontanément, elle lui propose ensuite de lui envoyer Lili, sa plus jeune fille (dix ans !!!) et ensuite son aînée, Charlotte (vingt ans) qui fut élevée ou plutôt dressée à la prostitution depuis ses huit ans. ...
J'ignore un peu comment aborder cet ouvrage. Il fut publié clandestinement, de façon postule, en 1926, un an après le décès de son auteur. Ce livre est qualifié de chef-d'oeuvre, voir de roman majeur de Pierre Louÿs. Je peux le considérer comme patrimoine littéraire mais je me pose la question quant à son contenu. L'histoire est profondément scandaleuse, voir dégoûtante. Je suis persuadé que ce livre serait publié de nos jours, son auteur serait traduit sans délai devant les juges. Ici, aucune morale. La mère donne ses filles, entretient avec elles des relations incestueuses. Peu importe leur âge, 10 ans, 14 ans, prostituée des l'âge de 8 ans. le narrateur, qu'on pourrait penser victime de ses voisines nymphomanes, abuse en toute sérénité de la petite Lili et de Mauricette, 10 et 14 ans. Se réfugiant sous l'excuse que la mère indigne propose et que les fillettes sont consentantes. Il affirme même qu'il n'est en aucun cas violeur.
Plusieurs fois j'ai voulu lâcher l'ouvrage, les poils hérissés, scandalisé. Je me suis senti coupable d'une telle lecture mais le style irréprochable m'a conduit à achever ce roman profondément dérangeant. J'avais lu régulièrement des éloges sur l'auteur. Je n'imaginais pas tomber sur un livre qui me rendrait si mal à l'aise de le lire. Je n'ai peut-être pas choisi le bon roman de Pierre Louÿs mais cette première découverte m'a refroidi. Chat échaudé craint l'eau froide.
Par contre, le style, l'écriture, rien à redire, proche de la perfection mais je ne pense pas que ça puisse excuser le contenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Unhomosapiens
  24 avril 2020
C'est après avoir découvert Wikisource et y avoir ouvert un compte que j'ai enfin pu avoir accès à ce récit pornographique de Pierre Louys. En ces temps de confinement obligatoire, on ne trouve plus une librairie ouverte. Il est vrai que, pour les autorités qui nous gouvernent, l'on n'y vend pas de marchandise essentielle à notre santé. « Allez, je t'échange un Pierre Louys contre un camembert ! » Vous imaginez un peu le dilemme ! « Bon je te rajoute 1 kg de pâtes si tu rajoutes le dernier Houellebecq ! ». Non ce ne serait pas possible. Heureusement, des outils comme Wikisource sont là pour pallier au manque livresque essentiel à ma santé, et certainement à beaucoup de babeliotes.
Ceci dit, je ne suis pas sûr que « Trois filles de leur mère » soit très nourrissant pour l'esprit. Je préfère quelque chose comme « Bilitis », où l'auteur, entremêle érotisme, saphisme, antiquité, poésie… pour nous offrir un récit agréable emprunt de légèreté. Ici, c'est au contraire assez frontal. On a droit à à peu près toutes les déviances sexuelles possibles, jusqu'à l'écoeurement. Au début, la curiosité l'emporte, on s'amuse un peu de toutes ces incongruités, puis, au fil des chapitres, on finit par se lasser assez rapidement, devant la redondance (inévitable) des situations qui deviennent assez rocambolesques pour terminer le livre en diagonale. Sur une tablette, c'est encore plus facile qu'avec un support papier. On laisse défiler… Juste le temps parfois de relever une citation, d'un hasardeux copier/coller. Certains auteurs « fin de siècle » semblent s'être complus dans des descriptions alternant érotisme et pornographie. Aucun nom ne me vient à l'instant, mais en croisant la littérature de cette époque avec d'autres arts comme la peinture, il me semble que le thème était apprécié. Je pense entre autre, à « L'origine du monde » de Courbet. Je veux donc voir dans le livre de Pierre Louys une certaine complaisance à la mode de l'époque, plus qu'à une véritable volonté littéraire que je n'ai pas vraiment trouvée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Claire066
  27 février 2014
J'adore ce petit bijou d'un de mes auteurs fétiches, à savoir Pierre Louÿs, sans doute à cause de son côté interdit, puisqu'il a été publié clandestinement en 1926.
Ensuite, il y a autre chose qui m'interpelle: c'est la mise en garde de l'éditeur qui avertit, je cite "Ce petit livre n'est pas un roman. C'est une histoire vraie jusqu'aux moindres détails. Je n'ai rien changé, ni le portrait de la mère et des trois jeunes filles, ni leurs âges, ni les circonstances."
Et c'est vrai que j'ai un faible pour les histoires vraies. Attention c'est très chaud! Mon passage préféré est celui au cours duquel il baise la mère sur sa fille adolescente et ensuite il déflore la jeune fille sur la mère. Sans parler des sodomies particulièrement bien décrites.
A ne pas mettre entre toutes les mains.
Commenter  J’apprécie          143
Bequelune
  27 juillet 2015
Un jeune homme fait la rencontre, dans l'immeuble où il vient d'aménager, d'une prostituée et de ses trois filles... Il couchera avec chacune d'elle, ce qui donnera lieu à des situations de plus en plus transgressives.
Ce Trois filles de leur mère n'est pas à proprement parler un roman érotique. Ce n'est pas un livre exitant, qu'on va lire pour être émoustillé. C'est plutôt un roman qui brave les interdits, qui cherche à aller de plus en plus loin dans la transgression.
En cela on pourrait peut-être rapprocher Louÿs de Sade. A la différence, à mes yeux fondamentales, que Sade met en scène de la domination et de la violence, alors que chez Louÿs il y a toujours consentement, et même un certain humour ironique.
Louÿs est beaucoup plus sain. Il s'amuse en écrivant, et nous aussi, en dépassant les limites autorisées. Et comme il a une très jolie plume, la lecture de ce roman des éditions Allia est bien agréable !
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BouvyBouvy   14 août 2015
Une jeune fille était venue m’offrir son pucelage comme si c’était de l’or, la myrrhe et l’encens. —Éternel malentendu ; les jeunes filles s’abusent un peu sur le plaisir que nous prenons à recevoir un tel cadeau ; et les jeunes hommes comprennent rarement que si les pucelles, par une erreur qui est une innocence, rêvent que leur présent vaut tout notre amour, c’est qu’elles nous offrent avec lui tout leur amour qui vaut bien le nôtre pour ne pas dire plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
fnitterfnitter   09 mai 2022
Eh bien, vous êtes vif! dit-elle. Nous emménageons hier, maman, mes soeurs et moi. Vous me rencontrez aujourd'hui dans l'escalier. vous m'embrassez, vous me poussez chez vous, la porte se referme... Et voilà. (incipit).
Commenter  J’apprécie          210
sarracinosarracino   24 janvier 2017
Elle reprit son air de gosse en bonne humeur, et, sans élever la voix, mais nez à nez :
« Si je n'en avais pas envie, tu mériterais que je me rhabille.
— Envie de quoi ?
— Que tu m'encules ! fit-elle en riant. Je te l'ai dit. Et avec moi, tu n'as pas fini d'en entendre. Je ne sais pas tout faire, mais je sais parler.
— C'est que... je ne suis pas sûr d'avoir bien entendu.
— J'ai envie de me faire enculer et de me faire mordre ! J'aime mieux un homme méchant qu'un homme taquin.
— Chut ! chut ! mais que tu es nerveuse, Mauricette !
— Et puis on m'appelle Ricette quand on m'encule.
— Pour ne pas dire le « Mau »... Allons ! calme-toi.
— Il n'y a qu'un moyen. Vite ! Tu veux ? »
Pas fâchée, peut-être même plus ardente, elle me rendit à pleine bouche le baiser que je lui donnais et, pour m'encourager sans doute, elle me dit :
« Tu bandes comme du fer, mais je ne suis pas douillette et j'ai le trou du cul solide.
— Pas de vaseline ? Tant mieux.
— Oh ! là ! là ! pourquoi pas une pince à gants ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
UnhomosapiensUnhomosapiens   24 avril 2020
Que l’amour et l’érection sont deux phénomènes distincts, voilà ce qu’il faudrait apprendre aux jeunes filles à la veille de leur premier flirt. Rater une femme, c’est quelquefois prouver qu’on l’aime jusqu’à l’évanouissement des sens. Par contre, à l’improviste, entrer en érection devant une femme qu’on n’aime pas, c’est la traiter de putain d’une façon galante mais catégorique.
Commenter  J’apprécie          70
UnhomosapiensUnhomosapiens   23 avril 2020
Monter une pareille femme est un exercice plus dangereux que de chasser à courre sur une jument qui devient folle. À tomber de cheval, on ne risque guère de se casser un bras ou une jambe. Teresa donnait de telles ruades ou, pour parler plus juste, elle avait la croupe si fougueuse qu’elle manqua vingt fois de me rompre un membre plus précieux que n’est la jambe.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Pierre Louÿs (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Louÿs
Pierre LOUŸS – Le prince irrésolu : Relecture de l'œuvre poétique (France Culture, 1978) L'émission "Relecture", par Hubert Juin, diffusée le 3 février 1978 sur France Culture. Présence : Robert Fleury, Paul Dumont, Alain Kahn Sriber et Jean Louis Meunier.
autres livres classés : incesteVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre