AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacques Papy (Traducteur)Simone Lamblin (Traducteur)
EAN : 9782070356430
144 pages
Gallimard (15/05/2008)
3.83/5   422 notes
Résumé :
Et si ce magnifique texte était un condensé de tout l'art de Lovecraft au plus haut ?
Les paysages austères et mystérieux du Vermont sauvage, où on s'enfonce. Les faits divers. Toute la gamme des inventions techniques. De compliqués voyages en train ou en voiture. Une maison assiégée par des entités inconnues. Un des textes les plus élaborés et obsédants du maître de l'horreur.
Que lire après Chuchotements dans la nuit (Celui qui chuchotait dans les ténèbres)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 422 notes
Il y a longtemps déjà j'avais lu la chose des ténèbres de Lovecraft. J'en gardais le souvenir d'une atmosphère angoissante et fantastique. Mais c'est plus récemment en lisant la chute de la maison Usher que l'envie de relire Lovecraft s'est manifestée pour revivre ces ambiances inquiétantes et surréalistes.
En la matière, "chuchotements dans la nuit" n'est pas décevant. Lovecraft nous plonge d'emblée dans le doute et l'inquiétude en mettant en scène un expert passionné de légendes, mais qui reste sceptique quant a leur véracité. Pas de surprise, le cadre est posé on se doute qu'il va bien devoir revoir ses positions rapidement.

Cet homme entretient des correspondances avec le témoin de phénomènes tout à fait étranges qui fait le lien avec les écrits de notre narrateur. Ces échanges s'accélèrent. Les coïncidences avec les légendes sont si troublantes qu'elles ne peuvent être mises de côté. On sent l'observateur des faits se rapprocher peu à peu de ces phénomènes comme un papillon attiré par la lumière. Il identifie des êtres vivants venants d'ailleurs et fait part dans ses courriers de ses angoisses d'être découvert et de sa mise en danger directe. Il n'a de cesse d'écrire à notre expert de bien se tenir à l'écart tout en lui envoyant des indices de plus en plus flagrants et inquiétants sur les phénomènes observés.
Comment se tenir éloigné dans ces conditions? comment ne pas vouloir faire le long voyage qui mènera sur les lieux et comment ne pas vouloir s'assurer par soit même de la réalité des faits?

Lovecraft tient le lecteur, il le promène et entretient une tension progressive en mêlant mystère, phénomènes étranges, personnages énigmatiques, paysages décousus sur une trame fantastique efficace. A la lecture de cette nouvelle on comprend que Lovecraft soit fréquemment désigné comme un des maitre du genre!
Commenter  J’apprécie          550
NOUVELLE SF / HORREUR.
https://www.youtube.com/watch?v=VZl9jVp_7EA&t=27s
HPL est décidément à lui tout seul un pont entre la SF et l'Horreur, qui ici prend la forme d'un récit épistolaire écrit en 1930… En effet les folkloriste Albert Wilmarth universitaire du Massachusetts n'est pas d'accord avec Henry Akeley l'érudit du Vermont à propos d'étranges cadavres emportés par de violentes inondations :
– pour l'universitaire urbain, il s'agit de résurgence de superstitions païenne d'origine amérindiennes ou européennes, les légendes rurales anciennes se transformant en légendes urbaines modernes…
– pour l'érudit campagnard, il s'agit d'une preuve de l'existence d'une colonie extraterrestre dans la chaîne montagneuse des Appalaches !

Albert Wilmarth se demande si son correspondant n'est pas fou à lier, mais celui-ci est calme et posé, courtois et cultivé, et c'est le plus sérieusement du monde qu'il étaye sa théorie avec une argumentation issu d'un travail de moine cistercien. Quand arrive par la poste photographies, enregistrements sonores et mystérieux artefact d'origine non humaine celui-ci se met carrément à douter… L'un et l'autre en savent déjà trop, et les aliens qui ne veulent pas que leur existence soient révélée passent à l'action : lettres et colis semblent mystérieusement interceptés, et Henry Akeley se met à relater comment sa résidence isolée se retrouve en état de siège… le jour il se repose, se ravitaille et se prépare, et la nuit il combat pied à pied avec les créatures d'outre-monde et leurs agents humains : entre lui et un funeste destin ne se dresse que son chenil de chiens de garde constamment renouvelé à la plus grande consternations des habitants qui se demandent pourquoi chaque soir on les entends hurler à la mort entre deux coups de fusils… Puis silence radio… Albert Wilmarth se demande si son correspondant n'est pas mort quand il reçoit une ultime lettre…


Les scientifiques découvrent Pluton, et le narrateur sait que la guerre avec les habitants de l'astre infernal a déjà commencé : il sait car il a vu ! le récit a très bien vieilli, et il aurait pu parfaitement constituer un bon pitch pour les séries télévisées "Au-delà du réel", "La Quatrième Dimension", "Les Envahisseurs ou X-Files" (d'ailleurs je crois que cela a été fait par chacune d'entre elle : il n'y a pas de mal à se faire du bien hein), et il est charnière dans le mesure où il pioche chez Arthur Marhen, Robert W. Chambers, et Lord Dunsany, et qu'il a inspiré Fritz Leiber, Brian Lumley et Caitlín R. Kiernan qui l'ont intégré dans leur propre mythologie. Albert Wilmarth aurait ainsi crée une fondation destiné à protéger humiliation des Grands Anciens et leurs séides humains et non-humains : nous basculons dans le monde des chasseurs d'horreurs, dignes héritiers du vénérable professeur van Helsing !
Commenter  J’apprécie          441
Sommes-nous réellement seuls dans l'univers ? Bon d'accord, pas besoin de lire du Lovecraft pour s'en persuader mais bon, cela fait toujours du bien car ce dernier a le don pour transformer les choses, qui peuvent paraître évidentes pour certains et en laisser méditatifs d'autres, en des événements effrayants, bien que ces derniers ne nous paraissent absolument pas réels. C'est le propre du fantastique d'ailleurs et tout lecteur averti sait à l'avance qu'en se plongeant dans une telle lecture, il ne pourra que découvrir des scènes d'épouvante et d'horreur...mais c'est bien pour cela qu'on l'aime.

Ici, le lecteur fait la connaissance de deux personnages phares dans ce roman : Albert N. Wilmarth et Henry Wentworth Akeley. le premier, brillant professeur de littérature et passionné par tout ce qui relève de l'étrange est un beau jour contacté par courrier par celui, que l'auteur appellera tout simplement Akeley, pour des raisons qui ne peuvent qu'attirer son attention. En effet, Akeley est persuadé d'avoir affaire à des créatures mystérieuses et inconnues en ce monde. S'ensuivra entre ces deux hommes une longue correspondance avant que notre héros se rende sur place et puisse constater ces étranges spécimens par ses propres yeux. Cependant, à savoir s'il s'agit d'êtres pacifistes ou non, et surtout si celui avec lequel il a correspondu uniquement par courrier, n'est tout simplement pas un vieux fou, tout cela, Wentworth l'ignore encore...tout comme le lecteur d'ailleurs !

Aussi, si vous avez envie de vous plonger pour quelques heures au coeur de l'angoisse, je ne peux que vous recommander cette lecture ! Un ouvrage court, bien écrit (même si il y a parfois quelques longueurs, d'où le fait que je n'ai pas mis la note maximum à ce livre) mais qui nous fait frissonner néanmoins ! A découvrir !
Commenter  J’apprécie          400
Ca faisait des années que mon conjoint me mettait la pression pour que je lise du Lovecraft, et bien sûr, dans ces cas-là, je résistais tout autant! Mais voilà, une nouvelle édition était proposée bien en vue dans ma bibliothèque, un court roman, celui-ci.
Les premières pages m'ont fait penser aux textes fantastiques De Maupassant, ce qui m'a bien plu. L'intrigue est bien amenée, le texte très bien construit et l'écriture soigneuse. le récit distille quelques instants de frissons ou d'horreur, mais ça reste soft. Cependant, la deuxième moitié et les réflexions naïves du personnage principal m'ont fait m'interroger sur ce degré de naïveté des premiers lecteurs de Lovecraft dans les années 30. Difficile aujourd'hui, avec tous les films vus et livres lus sur le genre, d'adhérer au personnage! Enfin, j'ai été gênée, parfois, par la traduction très emberlificotée par moments (c'est une nouvelle traduction!), les tournures de phrases, la syntaxe de certains passages... j'ai eu mal pour le traducteur...!
Une lecture plaisante au final et je compte maintenant bientôt m'attauer au plus classique L'Affaire Charles Dexter Ward!
Commenter  J’apprécie          270
Il s'agissait de mon premier Lovecraft et pour le coup, je ne pense pas que ça soit l'oeuvre idéale pour débuter. Je n'ai pas spécialement accroché et j'en suis la première déçue, car je pensais adorer cet auteur incontournable de l'imaginaire.

S'il y a bien une chose qui a retenu mon attention, c'est la plume de Lovecraft, je l'ai beaucoup aimée, c'était très agréable à lire. La narration sous forme de correspondance et l'absence de dialogue ne m'a pas dérangée, tout du moins au départ. Elle permet de créer une ambiance particulière tout en contextualisant le récit et les évènements, en somme, c'était plutôt prometteur comme avant-goût.

En revanche, j'ai vite déchanté, la narration m'est apparue trop théorique. J'avais la sensation que l'auteur voulait nous démontrer toute l'étendue de son univers et la cohésion entre ses idées, au détriment de la fluidité du récit, mais aussi de l'ambiance qui se veut horrifique et angoissante. Parfois il vaut mieux disséminer les informations aux lecteurs de manière progressive pour que ça soit plus digeste et intéressant. À titre d'exemple, j'ai le souvenir d'un interminable monologue d'Henry Akeley au moment où le dénouement commence à se profiler, ça n'avait rien de réaliste. Nul ne fait de tels discours durant des pages lorsqu'il raconte quelque chose à une autre personne. Ça me détachait de l'histoire, je trouvais ça long et rébarbatif, ce qui est plutôt curieux étant donné que la nouvelle est courte. J'ai également eu beaucoup de mal avec les personnages, il est impossible de s'attacher à eux puisque rien n'est fait pour que ça soit le cas. L'auteur se focalise sur son ambiance et sur les créatures, ce qui compte c'est le procédé qui mène à sa fin, en soit, les personnages sont là dans l'unique but de lui permettre de raconter son histoire. On sent bien qu'il n'y aucune volonté à ce que l'on s'y attache. Je conçois que cela puisse plaire, mais pour ma part, j'ai besoin de m'attacher ou à minima de ressentir quelque chose envers les personnages pour être investie dans l'histoire. Ici, je suis restée parfaitement hermétique à leurs péripéties, je ne craignais pas pour leur vie, en fait, ça ne me faisait ni chaud ni froid. L'ambiance horrifique est alors retombée comme un soufflé puisque je n'étais pas impliquée dans leurs aventures. Quant aux créatures, elles ne m'ont pas vraiment effrayée, mais pour le coup c'est plutôt la faute à notre époque. Ce genre a beaucoup évolué, il est donc difficile de surprendre les lecteurs et lectrices qui ont l'habitude de lire ou visionner des films horrifiques. Cela dit, je n'ai aucun doute quant à l'aspect innovant que ça a pu avoir à l'époque.

Pour finir, comme je le disais au début de cette chronique, je pense qu'il ne s'agissait pas de du livre idéal pour découvrir Lovecraft. En effet, de nombreuses références sont faites à des mythes et créatures issus de ses autres oeuvres et j'étais bien incapable de savourer les références qu'il y faisait. Ça ne contribuait qu'à amplifier cette sensation de « trop d'informations théoriques ». de toute évidence, même si je comprends ce qui a pu plaire, ça n'a pas été une lecture concluante pour moi. Cela n'empêche que je ne resterai pas sur un tel échec, je m'y réessaierai avec une autre de ses oeuvres, si vous avez des conseils à ce propos, je suis tout ouïe !
Commenter  J’apprécie          1210

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
“Jamais un homme sain d’esprit ne s’était approché si dangereusement des arcanes de l’entité originelle — jamais un cerveau organique n’avait frôlé d’aussi près l’annihilation totale dans le chaos qui transcende la forme, la force et la symétrie. J’appris d’où vient Cthulhu.”
Commenter  J’apprécie          264
"[...] - ma première impression n'étant qu'un aspect de l'éternelle tendance humaine à détester, craindre et repousser ce qui est radicalement différent."
Commenter  J’apprécie          230
Il semble que les funestes légendes concernant ce qu'ils ont offert aux hommes et ce qu'ils désirent par rapport à la Terre résultent uniquement de l'interprétation erronée du langage allégorique - langage évidemment modelé par un milieu culturel et des modes de pensée totalement différents de tout ce que nous pouvons imaginer. Mes conjectures personnelles, je l'avoue franchement, manquaient d'aussi loin le but que les suppositions des fermiers illettrés et des Indiens sauvages. Ce que j'ai cru morbide, honteux et scandaleux est en réalité imposant, exaltant pour l'esprit et même glorieux - ma première évaluation n'étant qu'un aspect de l'éternelle tendance humaine à détester, craindre et repousser ce qui est radicalement différent.
Commenter  J’apprécie          30
Savez-vous qu'Einstein s'est trompé, et que certains objets, certaines forces peuvent se déplacer plus vite que la lumière ? Avec l'aide qui convient je compte remonter et devancer le temps, voir et toucher réellement la Terre du passé lointain et des époques à venir. Vous ne sauriez imaginer à quels sommets ces êtres ont porté la science.
Commenter  J’apprécie          70
Ces collines sauvages [du Vermont] sont sûrement l'avant-poste d'une effroyable race cosmique - et j'en doute moins encore depuis que j'ai lu qu'une neuvième planète a été découverte au-delà de Neptune, exactement comme les visiteurs du Dehors avait prédit qu'elle le serait. Les astronomes, avec un terrible à-propos dont ils ne se doutent guère, ont appelé cette horreur Pluton. [p. 111]
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Howard Phillips Lovecraft (130) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Phillips Lovecraft
En 2024, collectionnez 6 médailles Ki-oon à l'effigie de vos héros !
Dès le 1er février, 1 médaille offerte pour 2 mangas achetés parmi la sélection annoncée (« My Hero Academia », « Jujutsu Kaisen », « Akane-banashi », « Les Carnets de l'Apothicaire », « Les Chefs-d'oeuvre de Lovecraft » et « Frieren » !
Chaque médaille sortira en même temps qu'une nouveauté de la série concernée. Cela marche pour n'importe quel tome des séries concernées.
NB : l'écrin vous sera remis lors de la sortie de la 2e médaille
autres livres classés : horreurVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (1235) Voir plus



Quiz Voir plus

L'Affaire Charles Dexter Ward

Dans quelle ville débute l'histoire ?

A Providence
A New York
A Los Angeles
On ne sait pas.

9 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : L'affaire Charles Dexter Ward de Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre

{* *}