AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290332909
Éditeur : J'ai Lu (02/04/2003)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 324 notes)
Résumé :
Indicible et innommable, l'horreur est partout. Une menace universelle, aux dimensions démesurées du cosmos : dans la brume entourant les falaises de Kingsport, dans une vieille maison solitaire qui entre en résonance avec l'au-delà, dans le cadre rassurant de l'université Miskatonic d'Arkham, où le docteur Herbert West réanime les morts... Mais aussi en d'autres temps, d'autres lieux : au plus profond des abysses marines, antre du terrible dieu Dagon ; à Ulthar, où... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  04 juin 2015
J'avais un très très mauvais souvenir de Lovecraft,sans doute parce que je l'avais lu trop tôt et que je n'avais absolument rien compris à son univers.
J'ai pris mon courage a deux mains et je me suis lancée dans ce recueil de petites histoires..Et j'ai beaucoup aimé.
Le monde de Lovecraft est étrange, parfois angoissant et mystérieux mais il est aussi plein de poésie dans ses descriptions.
J'ai passé un agréable moment
Commenter  J’apprécie          396
Tatooa
  22 août 2016
Lu en recueil de 30 nouvelles. Enfin, lu à moitié.
J'ai gravement peiné sur les 12 premières, à part les deux du tout début.
Cela partait bien, j'ai beaucoup aimé "Dagon", en fait. Mais alors toutes les nouvelles lyrico-poétiques, ensuite, quel pensum. Je ne m'attendais pas du tout à ça, je me suis accrochée, mais en fait, si j'avais su ce que Joualvert m'a dit après avoir confié mes difficultés, je les aurais sauté. (Je cite Joualvert : "Tu devrais continuer un peu, et voici pourquoi : Ce recueil est probablement le plus hétéroclite jamais assemblé. Il y a de tout : du Lovecraft ''mythe de Cthulhu'', du Lovecraft ''onirique'' inspiré de Dunsany, quelques ''révisions'' (genre de collaborations) dont un roman commandé par Houdini (!!) et Dans les murs d'Éryx qui est une nouvelle SF (!), même des nouvelles d'enfance...
Maintenant, les nouvelles 3 à 12 sont celles qui sont ''oniriques''. (Elles forment un groupe à part dans l'édition Bouquins en 3 tomes. Parmi celles-ci, j'aime bien Les autres Dieux.) Alors le panorama devrait changer.
Parmi celles qui sont plus ''mythe de Cthulhu'', il y a : Horreur à Red Hook, Le Descendant, Le Festival, L'Étrange maison haute dans la brume.")
Effectivement, à partir de la quinzième, j'ai retrouvé le Lovecraft sombre et "terrifiant" que j'apprécie. Mais trop tard. En plus je trouve ce recueil lassant et répétitif, j'ai l'impression de lire tout le temps la même chose. Je n'y arrive plus et je lâche l'affaire en cours de "la maison haut dans la brume", ce n'était décidément pas le bon moment pour le lire. J'ai voulu forcer la chose parce que c'est le tout dernier bouquin de mon défi ABC (bon j'ai déjà un avec Ira Levin mais j'avais mis celui-là dans ma liste avant), mais c'était pas une bonne idée...
A reprendre peut-être plus tard, et au compte-gouttes, parce que là j'overdose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Neneve
  01 avril 2018
Recueil d'une vingtaine de nouvelles, dont Dagon, qui donne son titre à cette oeuvre. J'aurai mis quelques temps à le lire... pas que ce n'était pas intéressant, mais je l'ai trouvé, au final, un peu inégal. Je dois bien avouer que quelques nouvelles vont ennuyées, alors que d'autres m'ont vraiment captivées... Je retiendrais de ce recueil, tout de même, toute l'atmosphère étrange et si particulière que Lovecraft sait très bien créée et les impressions troublantes qu'il créé chez son lecteur. On marche sur un fil raide, tantôt basculant dans la folie, tantôt dans les ténèbres, tantôt encore dans l'imaginaire peuplé de créatures étranges.... Cette lecture n'est pas un coup de coeur, mais j'apprécie tout de même de plus en plus ce cher Lovecraft....
Commenter  J’apprécie          201
Musardise
  18 septembre 2015
Si cette nouvelle de Lovecraft porte bien en elle les futurs développements des mythes de Cthulhu, c'est véritablement à l'état de germe. Certes, elle est extrêmement courte : quelques pages seulement. Mais Nyarlathotep l'est presque tout autant, et pourtant soumet le lecteur à un niveau d'angoisse que Dagon a bien de la peine à faire émerger. L'image de la mer à la texture changeante et à l'odeur infecte constitue bien le seul élément vraiment original, mais finalement pas développé.
En revanche, une question me taraude franchement depuis ma lecture : l'histoire du cinéma n'aurait-t-elle pas été complètement bouleversée si Lovecraft n'avait pas eu l'idée de décrire un curieux et gigantesque monolithe blanc dans sa nouvelle ???
Commenter  J’apprécie          160
RosenDero
  31 août 2016
Un évènement fait ressurgir une lande de terre visqueuse et grouillante des profondeurs aquatiques inexplorées. le narrateur, naufragé à la dérive, va s'y échouer, et cette terre, qui représentera un véritable salut pour son corps sonnera dans le même temps le glas de son esprit…
———
Dagon, voilà un titre de H. P. Lovecraft qui revient régulièrement dans le discours des fans ou spécialistes du genre. Et pour cause, cette nouvelle de quelques pages est un véritable concentré du style et des thématiques du maître de Providence.
On y retrouve les thèmes des divinités oubliées, des cités englouties refaisant surface et se montrant au regard des hommes (telle R'lyeh dans L'appel de Cthulhu), d'un narrateur dont on ne peut juger de la santé, de vues suicidaires qui assaillent les témoins d'horreurs cosmiques, de la mort comme délivrance.
Toujours suggestif, Lovecraft nous offre, avec Dagon, une perle du genre.
———
L'édition de Dagon chez "J'ai lu" propose plus de 400 pages de nouvelles Lovecraftiennes (datant de 1917 à 1937) qui happent le lecteur (Yog-Sothotheries), le font voyager (cycle du rêve) ou le bouleversent (poésie Lovecraftienne).
S'il ne fallait n'en citer qu'une poignée, j'évoquerais plus particulièrement :
Herbert West, réanimateur
Les chats d'Ulthar
La rue
Horreur à Red Hook
et
Dans les murs d'Eryx (écrite en collaboration avec K. Sterling)
Finalement, même si ce recueil peut dérouter (on est parfois loin des poncifs sur Lovecraft et l'horreur qu'il est censé décrire et transmettre), les nouvelles que l'on y trouve sont dignes d'intérêt pour qui apprécie la plume du maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
balrogbalrog   13 février 2014
Que savons-nous, avait-il déclaré d'une voix pédante et fébrile, du monde, de l'univers qui nous entoure ? Les moyens que nous possédons pour recevoir des impressions sont ridiculement peu nombreux, et notre connaissance des objets qui nous environnent est infiniment restreinte. Nous ne voyons les choses que de notre point de vue, et nous n'avons aucune idée de leur vraie nature. Avec cinq faibles sens, nous prétendons appréhender le cosmos complexe et sans limite, alors que d'autres êtres, qui possèdent un éventail de sens plus large, plus fort, ou différent, peuvent percevoir des univers entiers de matière, d'énergie et de vie, qui sont à portée de notre main, et qui ne peuvent pourtant jamais être détectés par nos organes sensitifs. J'ai toujours pensé que de tels mondes inaccessibles existent, près de nous.

De l'au-dela
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
TatooaTatooa   16 août 2016
L'horrible changement qui se produisit en mon meilleur ami, C. Tillinghast, dépasse l'imagination. Nous étions restés deux mois et demi sans nous voir, depuis le jour où il m'avait expliqué vers quel but tendaient ses recherches physiques et métaphysiques. Quand il avait répliqué à mes remontrances craintives en me jetant hors de son laboratoire dans un accès de rage, j'avais compris qu'il resterait à présent cloîtré dans son laboratoire en compagnie de cette maudite machine électrique, mangeant peu, éloignant de lui ses domestiques. Toutefois je n'avais pas pensé qu'une brève période de dix semaines pourrait modifier, défigurer à ce point une créature humaine.
(Dans "De l'au-delà")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MyrtleMyrtle   16 juillet 2011
Ib, construite tout en pierres grises, était peuplée de laides et étranges créatures. Sur les cylindres de briques de Kadatheron, on pouvait lire qu’elles étaient de la même couleur verte que le lac brumeux. Elles avaient des yeux proéminents, des lèvres pendantes et charnues, de curieuses oreilles, mais n’avaient pas de voix. Elles étaient descendues de la lune, par une nuit de brouillard, en même temps que le lac et la cité de pierres grises, Ib. Ces êtres bizarres avaient pour divinité une idole de pierre verte comme la mer, taillée en forme de bokrug, grand lézard aquatique, qu’ils vénéraient par des danses horribles lorsque la lune, en son plein, était gibbeuse. Sur les papyris d’Ilarnek, on pouvait lire également qu’ils découvrirent, un jour, les secrets du feu. Les flammes furent soigneusement entretenues pour relever de leur éclat fantastique d’étranges cérémonies. Mais on sait très peu de choses sur les habitants d’Ib. Ils vivaient il y a si longtemps, et notre monde est si proche…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa   19 août 2016
Tandis que je me hâtais au travers des ruelles tortueuses et embrumées qui longent le quai, j'eus l'impression inquiétante d'être suivi furtivement par un bruit de pas étouffés. De part et d'autre de la rue, les maisons branlantes et séculaires semblaient revenir à la vie. Elles m'apparaissaient méchantes et maléfiques, comme si un courant d'intentions malignes avait brusquement surgi du sol.
(Dans "Le livre")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KikujiroKikujiro   11 octobre 2017
C’est dans un état bien particulier que j’écris ces mots, puisque cette nuit je ne serai plus.
Je me trouve sans le sou, au terme de mon supplice de drogué qui ne supporte plus la vie sans sa dose, et je ne puis endurer plus longtemps ma torture.
Je vais sauter par la fenêtre, me jeter dans cette rue sordide. Il ne faudrait pourtant pas croire que la morphine, dont je suis l’esclave, ait fait de moi un être faible ou dégénéré.
Lorsque vous aurez lu ces quelques pages hâtivement griffonnées, vous ne vous étonnerez pas – encore que vous ne puissiez jamais le comprendre parfaitement – que je me trouve devant cette unique alternative : l’oubli ou la mort.

Extrait de la nouvelle " Dagon "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Howard Phillips Lovecraft (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Howard Phillips Lovecraft
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec S.T. Joshi autour de son ouvrage "Je suis Providence : vie et oeuvre de H.P. Lovecraft." aux éditions ActuSF
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2298792/s-t-joshi-je-suis-providence-vie-et-oeuvre-de-h-p-lovecraft-volume-1
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Howard Phillips Lovecraft

Quelle est sa nationalité ?

Anglaise
Galloise
Américaine

5 questions
147 lecteurs ont répondu
Thème : Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre
.. ..