AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Bon (Traducteur)
EAN : 9782757886496
96 pages
Points (01/10/2020)
  Existe en édition audio
3.76/5   336 notes
Résumé :
Les documents retrouvés dans les biens hérités de son grand-oncle, mort dans de mystérieuses circonstances, vont mettre l'anthropologue Francis W. Thurston sur la voie d'une terrible vérité : tapis au fond de l'océan, dans la cité de R'lyeh, l'infâme Cthulhu sommeille en attendant d'imposer son règne sur la terre, tandis que ses disciples, réunis autour d'un culte secret, préparent son retour.

L'oeuvre fondatrice du mythe de Cthulhu, un univers de fi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 336 notes

Je n'arrive toujours pas à me figurer comment la plume de Lovecraft a pu passer inaperçue de son vivant, tant je suis conquise à chaque fois que je le lis. L'appel de Cthulhu est un récit captivant écrit dans un style littéraire exquis, très imagé, poétique aussi. C'est une nouvelle gothique maîtrisée qui, de page en page nous plonge dans l'obscurité et l'angoisse. Vibrant de subtilité, c'est par le biais d'un personnage profondément pragmatique que tout se révèle à nous, donnant ainsi une crédibilité glaçante à cette histoire. Lovecraft pose ainsi la question de la connaissance, contrebalançant un obscurantisme rassurant face à un savoir terrifiant qui amène les hommes à la folie. J'ai réellement redécouvert ce récit envoûtant pour lequel je n'avais sans doute pas encore acquis la maturité suffisante à la première lecture. Cette fois, c'est un formidable coup de coeur.

Commenter  J’apprécie          290

L'appel de Cthulhu est la nouvelle fondatrice de tout un mythe, une oeuvre d'une grande portée marquant les débuts de la science-fiction - du moins affirmant ce genre nouveau, une histoire écrite en 1926 après de nombreuses autres (Lovecraft a écrit 21 nouvelles et roman courts avant celle-ci, entre 1905 et 1926), par un auteur dont aucun texte ou presque ne fut imprimé et publié de son vivant, qui eu à peine le temps de voir le succès de son oeuvre.

Mais la correspondance de Lovecraft et certains passages de son oeuvre laisseraient apercevoir chez lui un personnage raciste. Séparer l'homme de l'artiste? C'est pourtant ce même individu qui est le génial écrivain de L'appel de Cthulhu, au style fin et précis, disruptif, novateur, qui par son audace s'oppose à la décadence d'une littérature conformiste. Par une narration originale et prenante, il décrit l'horreur à l'état brut; l'incipit de la nouvelle est d'une grande violence, saisit le lecteur. Il fond dans cette figure monstrueuse de Cthulhu toutes les peurs de l'humanité et cette catharsis permet de se réjouir de ne pas être à la place des personnages qui ont vu l'horreur.

Ce qui rassure c'est presque la forme du récit: son style et ses belles tournures. Lovecraft livre un chef d'oeuvre narratif, c'est-à-dire une histoire captivante et riche, une fiction divertissante.

Ainsi, ici, impossible de glorifier l'oeuvre sans l'auteur, qui a tant souffert du manque de reconnaissance pour son oeuvre. Il est des mystères qui tenaillent le lecteur face à une telle contradiction, entre le peu de morale de l'auteur et le talent de l'écrivain. Soyons tolérants et accordons lui le génie de cette nouvelle.

Commenter  J’apprécie          230

Cthulhu est une créature que je connaissais avant d'avoir lu le roman de Lovecraft. Il faut dire qu'il existe de très beaux fanarts ainsi que de nombreuses oeuvres découlant de ce livre culte ! Et pourtant, malgré le succès de cette icône maléfique, je n'avais encore jamais plongé dans « L'appel de Cthulhu », par crainte de ne pas aimer. Par le passé, je me suis frottée trois fois aux écrits d'Howard Philipps Lovecraft et je n'ai jamais réussi à apprécier mes lectures. Je lui reconnais pourtant une très belle plume ainsi que des idées novatrices pour l'époque ! (Quoi qu'assez racistes…) Or, quand les éditions Bragelonne ont proposé de découvrir cette réédition, je me suis laissé tenter, espérant ainsi renouer avec l'auteur. Hélas, j'ai de nouveau fait un blocage et ne suis pas arrivée à rentrer dans le récit. Quel dommage de ne pas faire partie des nombreux lecteurs conquis ! Au moins, j'aurais réessayé…

Cette nouvelle a pour originalité sa narration : Francis Thurston, le neveu d'un grand professeur, va narrer les recherches de son aïeul. Il n'est donc pas personnage central, mais témoin. de ce fait, il n'y aura pas de dialogues ou d'échanges directs entre les protagonistes. Francis va plutôt décrire des notes détruites, des coupures de presse, les archives cachées de son grand-oncle et les témoignages de personnes s'étant frottées à la secte vénérant Cthulhu. L'ouvrage est divisé en trois parties. La première donne la parole à un artiste dément et va analyser les premiers écrits sur cette bête cosmique. La seconde partie conduira le lecteur aux côtés de l'inspecteur John Raymond Legrasse, qui est allé démanteler un culte vaudou adepte d'orgies et de sacrifices barbares dans les bayous de la Nouvelle-Orléans. C'est à partir de ce point que le récit a particulièrement gagné en noirceur… Cependant, je n'ai pas réussi à « vivre le récit », car on était trop dans le descriptif pour moi. J'ai été étonnée d'être restée de marbre face aux portraits sanglants de ces adorateurs fous et répugnants. Enfin, la troisième partie se déroulera sur les flots.

Cette oeuvre incontournable m'a malheureusement laissée insensible. J'aurais pourtant adoré percer le mystère de ce culte incroyable et faire partie des adeptes de Cthulhu ! Toutefois, j'ai trouvé des passages confus (sans doute volontairement) et je n'ai pas réussi à me laisser imprégner par l'atmosphère du livre. Quel dommage ! Il me manquait du suspense ainsi qu'une narration plus « vivante », avec davantage de dialogues. On est trop dans la description pour moi. Il m'aurait fallu un juste milieu. J'ai eu l'impression de lire un journal intime ou un rapport occulte qui était, certes, intéressant, mais pas à mon goût. Je remercie néanmoins Bragelonne pour ce SP à la couverture aussi jolie qu'épurée.


Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          222

Pour donner brièvement le contexte du livre, à la mort de son grand-oncle dans des circonstances étranges, Francis Thurston hérite de documents qui le mettent sur la piste d'une cité sous-marine R'lyeh où sommeillerait une créature terrible, Cthulhu, dont les disciples réunis dans un culte secret préparent son retour.

On passe d'abord d'une analyse relativement rationnelle avant de basculer vers l'incompréhensible avec les délires oniriques d'un sculpteur un peu dérangé et l'horrible créature qui semble habiter nos fonds marins ... L'ambiance est, toujours angoissante, parfois déroutante sans qu'aucune limite claire n'apparaissent entre les mythes, appuyés de faits troublants, et la réalité.

Je reste à la fin de ma lecture avec cette envie d'en savoir plus. L'écriture est si sombre et pourtant elle captive, laissant ici et là la possibilité de laisser libre court à son imagination, et il reste davantage des questions après qu'avant la lecture ...  

Commenter  J’apprécie          181

« Dans sa demeure de R'lyeh, la ville morte, Cthulhu attend en rêvant. »

« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn. »

L'Appel de Cthulhu réveille ceux qui s'endorment, éveille la curiosité des hommes de science qui semblent être attirés de manière irrésistible vers Cthulhu, ce qui les conduit sur la piste du culte de Cthulhu.

Les scientifiques compilent des notes, des dossiers sur Cthulhu et sur ses adorateurs mais l'enquête va loin, très loin, dans les profondeurs insondables de l'âme humaine, jusqu'au sacrifice ultime. En effet, les hommes de science sacrifient leurs ressources vitales à leur quête du savoir et sombrent dans la folie. Le savoir n'est pas une bonne chose car le savoir entraîne la mort. Autrement dit, ne lisez pas ce livre sinon vous mourrez. Ou lisez-le si vous voulez car nous mourrons tous un jour.

"N'est pas mort ce qui à jamais dort

Et au long des ères peut mourir même la mort."

La mort est-elle immortelle ? La mort est-elle mortelle ?

Certaines de ces questions, de ces choses informes, me dépassent et trépassent.

Commenter  J’apprécie          175


critiques presse (2)
SciFiUniverse
25 mai 2021
Divertissant, ce livre ne nécessite pas de connaître la mythologie lovecraftienne, il s'agit plus d'un roman d'aventures mettant en scène une jolie cambrioleuse et des malfrats pas commodes dans une ville mystérieuse.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
MangaNews
24 septembre 2020
Un volume grandiose pour un grand moment de lecture!
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation

Ce qu’il y a de plus pitoyable au monde, c’est, je crois, l’incapacité de l’esprit humain à relier tout ce qu’il renferme. Nous vivons sur une île placide d’ignorance,environnée de noirs océans d’infinitude que nous n’avons pas été destinés à parcourir bien loin. Les sciences, chacune s’évertuant dans sa propre direction, nous ont jusqu’à présent peu nui. Un jour, cependant, la coordination des connaissances éparses nous ouvrira des perspectives si terrifiantes sur le réel et sur l’effroyable position que nous y occupons qu’il ne nous restera plus qu’à sombrer dans la folie devant cette révélation ou à fuir cette lumière mortelle pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d’un nouvel obscurantisme.

Commenter  J’apprécie          170

La chose la plus miséricordieuse en ce monde, je crois, c’est l’inaptitude de l’esprit humain à corréler tout ce dont il est témoin. Nous vivons sur une

placide île d’ignorance au milieu de noires mers d’infini, et cela ne veut pas dire que nous puissions voyager loin. Les sciences, chacune attelée à sa propre direction, nous ont jusqu’ici peu fait de tort ; mais rassembler nos connaissances dissociées nous ouvrira de si terrifiants horizons de réalité, et la considération de notre effrayante position ici-bas, que soit nous deviendrons fous de la révélation, soit nous en fuirons la lumière mortelle dans la paix et la sécurité d’une nouvelle ère d’obscurité.

Commenter  J’apprécie          80

Les sciences, chacune creusant laborieusement son propre sillon, nous ont jusqu'à présent épargnés; mais un jour viendra où la conjonction de tout ce savoir disparate nous ouvrira des perspectives si terrifiantes sur la réalité et sur l'épouvantable place que nous y occupons que nous ne pourrons que sombrer dans la folie devant cette révélation, ou bien fuir la lumière pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d'un nouvel âge des ténèbres.

Commenter  J’apprécie          90

La chose la plus miséricordieuse qui fut jamais accordée à l’homme est son incapacité à faire le rapprochement entre toutes ses connaissances. Nous vivons sur une île d’ignorance placide, au beau milieu de mers noires et infinies sur lesquelles il n’a jamais été prévu que nous naviguions très loin. Les sciences, dont chaque branche avance péniblement et exclusivement dans son domaine propre, ne nous ont pas vraiment fait de tort. Mais, un jour, le puzzle reconstitué de toutes nos connaissances encore dissociées, nous ouvrira de telles perspectives effroyables de la réalité et de notre terrifiante situation que cette révélation nous rendra fous ou nous fera fuir ces lumières mortelles pour replonger dans un âge des ténèbres paisible et sûr.

Commenter  J’apprécie          30

Un sentiment proche de la terreur s’était emparé des explorateurs alors qu’ils n’avaient vu que des pierres, de la boue et des algues. Chacun aurait fui s’il n’avait eu peur d’être la risée des autres et c’est sans enthousiasme -vainement comme la suite le montrera -qu’ils cherchèrent quelque souvenir à emporter.

Commenter  J’apprécie          60

Videos de Howard Phillips Lovecraft (125) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Phillips Lovecraft
La Grande Table critique : commentaire expert et subjectif de l'actualité culturelle. Chaque semaine, des critiques invités par Lucile Commeaux se rencontrent autour de deux disciplines dans l'amour de l'art et de la dispute.
Au sommaire, deux albums de bande dessinée : "Lapinot - Tome 6 - Par Toutatis !" ou Astérix parodié par Lewis Trondheim (L'Association) & le nouvel album de Daria Schmitt, "Le Bestiaire du Crépuscule", hommage graphique à Lovecraft et à ses créatures antédiluviennes (Dupuis).
#BD #bandedessinée #astérix _____________________ Découvrez d'autres critiques https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrrnICYZQfP92U3K2¤££¤20Découvrez D21¤££¤ ou sur le site : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-critique
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture Découvrez d'autres critiques https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrrnICYZQfP92U3K2¤££¤20Découvrez D21¤££¤ ou sur le site : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-critique
+ Lire la suite
autres livres classés : horreurVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

L'Affaire Charles Dexter Ward

Dans quelle ville débute l'histoire ?

A Providence
A New York
A Los Angeles
On ne sait pas.

9 questions
69 lecteurs ont répondu
Thème : L'affaire Charles Dexter Ward de Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre

.._..