AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

François Bon (Traducteur)
EAN : 9782757886496
96 pages
Éditeur : Points (01/10/2020)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.93/5 (sur 223 notes)
Résumé :
Les documents retrouvés dans les biens hérités de son grand-oncle, mort dans de mystérieuses circonstances, vont mettre l'anthropologue Francis W. Thurston sur la voie d'une terrible vérité : tapis au fond de l'océan, dans la cité de R'lyeh, l'infâme Cthulhu sommeille en attendant d'imposer son règne sur la terre, tandis que ses disciples, réunis autour d'un culte secret, préparent son retour.

L'oeuvre fondatrice du mythe de Cthulhu, un univers de fi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  22 septembre 2020
Gou Tanabe est un mangaka fin connaisseur des récits d'horreur, et il a rapidement trouvé sa voie en adaptant de grands classiques de la littérature fantastique. Et avec les créations de celui a changé à jamais le visage du genre horrifique, il a trouvé un incroyable terrain de jeu où exprimer sa passion et ses ambitions…
H.P. Lovecraft a toujours été réputé inadaptable or Gou Tanabe livre ici un formidable voire un incroyable travail d'adaptation. Car il réussit le tour de force de transformer un récit indirect presque parfait en excellent récit direct ! Cela a certes un coût. le récit d'origine équilibrait ses trois parties, alors qu'ici "L'Horreur d'argile" et "Le Récit de l'inspecteur Legrasse" ne servent que de rampe de lancement à "La Folie surgit des flots". En effet le massacre du bayou n'est ainsi qu'un coup de semonce par rapport à une rencontre du 3e type déjà élaborée dans Dagon et qui sera perfectionnée dans Les Montagnes hallucinées et Dans l'Abîme du temps… Dans la dernière partie qu'on pourrait renommer « Tintin à R'lyeh », l'auteur réussit un nouveau tour de force en rendant visible l'indicible dans un survival de très haute qualité (notamment en jouant avec les lois de la physique, avec par exemple une splendide mais flippante architecture non euclidienne). OMG j'ai eu des flashbacks des récits lovecrafiens de Dan Abnett pour la franchise Warhammer 40000 (de grandes heures de supracoolitude dans l'Espâce) !!! Pour ne rien gâcher l'auteur s'améliore nettement sur l'un de ses rares points faibles, à savoir le charadesign : ici les personnages transpirent tellement la peur et l'angoisse qu'on a les jetons rien qu'en les regardant…
C'est presque dommage qu'on ait raté le coche de fin ouverte en ouroboros, car sinon c'était « nec plus ultra ». En conclusion, je n'ai qu'une chose à dire : putain à quand les adaptations à l'écran bordel de merde !!!
Lien : https://www.portesdumultiver..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Alfaric
  03 janvier 2020
Avec "L'Art de LovecraftL'Appel de Cthulhu", les éditions Soleil nous offrent un artbook consacré aux plus sombres recoins du pinacle de la culture horrifique…
Le Maître de Providence qui a allègrement mélangé fantastique et science-fiction pour atteindre les sommets de la culture horrifique n'a jamais été un écrivain très visuel dans la mesure où il usait et abusait de vagues adjectifs… Ce qui laisse toute liberté à ses successeurs pour mettre en scène son héritage !
Après une très intéressante introduction anonyme, l'ouvrage est divisé en 8 parties :
- « Savoir Interdit » est dédiée à tous ces livres maudits dont la lecture nécessite des jets de SAN...
- « Visiteurs » est dédiée aux destructeurs de l'humanité, autrement dits aux créatures et aux cultistes du Mythe
- « La Loi et le Désordre » est dédié aux défenseurs de l'humanité, les autorités, la pègre, l'Agence Blackwood (les érudits de l'Université de Miskatonic étant étrangement absents)
- « Étranges passe-temps » est dédiée aux actions des Forces du Mal...
- « Les Profondeurs » est dédiée à Cthulhu et à sa nombreuse progéniture...
- « Expéditions » est dédiée aux actions des Forces du Bien...
- « Le Roi en Jaune » est dédiée aux artistes qui sont passés du Côté Obscur…
- « La Chaos Rampant » est dédiée à Nyarlathotep figure majeure du Mythe…
Bon les illustrations sont toutes tirées du Jeu de Cartes à Collectionner de Flight Fantasy Game (mises à part quelques « vieilleries » de Chaosium), que je connais suffisamment pour écrire noir sur blanc que ce n'est pas forcément les meilleures illustrations qui ici sont mises en avant… Émergent quand même les illustrateurs Patrick McEcoy, Daarken, Michael Komarck, Jean Tay, Katherine Dinger, Miguel Coimbra, Matt Dixon, John Gravato ou Torstein Nordstrand. Et sans aucune surprise c'est encore le frenchy Marc Simonetti qui survole les débats : c'est ça, la « french touch » ! (mais attention, tout ce qui est français n'est pas génial car on a aussi on longue et vieille tradition de grosses bouses par chez nous) Et c'est quand même du gâchis toutes ces pages découpées en deux avec d'un côté 3 illustrations en petit format et d'un autre côté leurs crédits quasiment sur fond blanc : on ne pouvait pas privilégier les visuels avec 2 illustrations voire 1 illustration par page ???
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
RosenDero
  22 janvier 2018
Le professeur Angell est décédé et son neveu a hérité de ses possessions. Parmi elles, il trouvera, dans une étrange caisse fermée à clé, un ensemble de documents, de coupures de presses, et une tablette d'argile regroupés sous le titre "LE CULTE DE CTHULHU". Commencera alors une terrible enquête dont l'homme aurait préféré ignorer les résultats...
---
Culte, emblématique, magistral ? Que dire de plus ?
Faisons comme si. Comme si tout n'avait pas déjà été dit sur ce récit, sur cet auteur.
Tout d'abord, il convient de noter que le narrateur de ce récit (le neveu d'un célèbre scientifique, professeur émérite en langues sémitiques) ne sera pas l'acteur principal des évènements mais simplement le témoin, l'enquêteur qui recoupera les récits et recueillera les témoignages d'autres que lui.
En ce sens, la trouvaille est géniale car on peut se questionner sur la santé mentale de cet homme. C'est une chose récurrente dans l’œuvre de Lovecraft que la folie du narrateur, ou les doutes sur l'état de son esprit. Mais, pour le coup, dans L'Appel de Cthulhu, une telle suggestion n'est pas proposée par le narrateur lui-même.
Nous avons donc notre narrateur qui va enquêter sur un faisceau d'informations qui vont, au fur et à mesure des récits rapportés, former un tout indéniable dont il ne pourra que prendre acte.
Parmi ces récits dans le récit, trois principaux forment les temps forts de cette nouvelles : les délires oniriques d'un artiste sensiblement dérangé, l'opération de forces de police dans les bayous de Nouvelle-Orléans, et la sortie en mer fatale de marins vers l'endroit au monde le plus éloigné de toute terre...
Durant ces trois récits, Lovecraft va faire monter l'angoisse crescendo, commençant par l'analyse rationnelle, basculant vers l'incompréhensible car trop forte coïncidence, et terminant par le face à face avec l'horreur cosmique la plus indicible...
La plume de Lovecraft est pour beaucoup dans l'ambiance qui se dégage du récit et lui donne sa couleur malsaine et sa répugnance. L'auteur part du principe que les forces qu'il décrit et auxquelles ses personnages ont affaire ne sont pas de ce monde et, de ce fait, ne répondent pas à ses logiques. Du coup, au lieu de tenter de décrire l'indescriptible, il multiplie les suggestions, les descriptions, précisant qu'on ne peut justement pas les décrire, les oxymores et les tournures syntaxiques frappantes.
Ce n'est pas pour rien que les "fans" de Cthulhu (si l'on peut dire) ne sont jamais d'accord sur l'image du Grand Prêtre (et oui, c'est aussi un prêtre, pas seulement un Dieu), car Lovecraft le désigne tour à tour comme un dragon à tête de "squid" , "octopus" ou "cuttlefish" (calamar, poule/pieuvre, seiche)... Forcément, puisque ce n'est pas descriptible et surtout pas terrestre.
Bref, un récit captivant dans lequel on s'abandonne avec plaisir, pour peu que la traduction soit de bonne qualité.
(Lu en VO - Armez-vous d'un bon dictionnaire ^^)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
Kalgan
  06 août 2020
L'appel de Cthulhu est la nouvelle fondatrice de tout un mythe, une oeuvre d'une grande portée marquant les débuts de la science-fiction - du moins affirmant ce genre nouveau, une histoire écrite en 1926 après de nombreuses autres (Lovecraft a écrit 21 nouvelles et roman courts avant celle-ci, entre 1905 et 1926), par un auteur dont aucun texte ou presque ne fut imprimé et publié de son vivant, qui eu à peine le temps de voir le succès de son oeuvre.
Mais la correspondance de Lovecraft et certains passages de son oeuvre laisseraient apercevoir chez lui un personnage raciste. Séparer l'homme de l'artiste? C'est pourtant ce même individu qui est le génial écrivain de L'appel de Cthulhu, au style fin et précis, disruptif, novateur, qui par son audace s'oppose à la décadence d'une littérature conformiste. Par une narration originale et prenante, il décrit l'horreur à l'état brut; l'incipit de la nouvelle est d'une grande violence, saisit le lecteur. Il fond dans cette figure monstrueuse de Cthulhu toutes les peurs de l'humanité et cette catharsis permet de se réjouir de ne pas être à la place des personnages qui ont vu l'horreur.
Ce qui rassure c'est presque la forme du récit: son style et ses belles tournures. Lovecraft livre un chef d'oeuvre narratif, c'est-à-dire une histoire captivante et riche, une fiction divertissante.
Ainsi, ici, impossible de glorifier l'oeuvre sans l'auteur, qui a tant souffert du manque de reconnaissance pour son oeuvre. Il est des mystères qui tenaillent le lecteur face à une telle contradiction, entre le peu de morale de l'auteur et le talent de l'écrivain. Soyons tolérants et accordons lui le génie de cette nouvelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
MassLunar
  13 octobre 2020
L'appel de Cthulhu, l'immense nouvelle qui propulsa la mythologie de Cthulhu, parut en 1928 dans la revue Weird Tales. Moins d'un siècle plus tard, les éditions ki-oon éditent ce mois de septembre 2020 cette fameuse nouvelle à travers le nouveau manga adapté du génial Gou Tanabe. Il n'en fallait pas plus pour que la flamme de Cthulhu soit toujours aussi vivace. Gou Tanabe a déjà fait ses preuves avec les adaptations lovecraftiennes avec l'hallucinant dyptique Les Montagnes Hallucinées. Depuis, il a dessiné La couleur tombée du ciel ainsi que Dans l'abîme du temps. L'appel de Cthulhu est l'une des plus fameuses nouvelles de Lovecraft, peut-être la plus emblématique. Sans surprise, Gou Tanabe remporte le défi et signe un nouveau manga de qualité, à ranger sans hésiter dans votre bibliothèque.
Comme un signal d'alerte, les éditions Ki-oon ont choisi une couleur rouge-sang pour illustrer la couverture de cette nouvelle adaptation tout en gardant ce grand format en simili-cuir qui constitue le charme visuel de cette collection. le livre donne envie visuellement , il n'y a plus qu'à tourner les pages et à trembler au passage.
L'appel de Chtulhu est sans doute moins immersif et moins épique que Les Montagnes Hallucinées à titre de comparaison. Nous n'avons pas affaire au même cadre. Là ou la première adaptation se concentrait sur une expédition scientifique qui découvrait carrément une nouvelle civilisation, L'appel de Chtulhu est plutôt une sorte d'enquête sur plusieurs temps qui est d'abord orientée sur la noirceur et la folie du coeur humain à travers une mise en valeur des fameux cultistes vénérant la monstruosité cosmique. Cette adaptation adapte l'une des nouvelles davantage "policière" que scientifique de la mythologie. Epistolaire comme la nouvelle de base avec une alternance de points de vue par le biais de la lecture, Gou Tanabe garde intact cette structure narrative en plusieurs temps focalisée sur les différentes personnes qui se sont approchées de, voire confrontées à l'abominable vérité. Un personnage central Francis Thurston mène l'enquête sur la mort de son grand-oncle, un éminent scientifique , et par le biais de la lecture de lettres et de journaux intimes finit par s'approcher de la révélation. Une construction remarquablement épistolaire dont Ganabe a gardé les qualités dans sa version manga qui parvient à garder une bonne fluidité narrative sans rupture , même si forcément en tant que lecteur , nous avons hâte de découvrir le visage du monstre et, de ce fait, de se plonger dans le fameux chapitre consacré au naufrage sur l'île qui englobe une bonne partie du manga.
Mais les autres chapitres ne sont pas en reste bien évidemment et avant de découvrir Chtulhu, nous aurons un aperçu des fameux cultistes entre deux visions cauchemardesques issues de l'esprit malade d'un artiste. Un point sur les cultistes, le manga s'accapare à merveille leur image s'amusant justement avec ce degré qui avait fait un brin polémique dans les adaptations de l'oeuvre de Lovecraft. Gou Tanabe se montre respectueux tout en étant toujours loyal à Lovecraft. de ce fait, il garde intact l'image des cultistes totalement fous, sauvages tout en les affinant , les rendant particulièrement effrayant. Gou Tanabe ne les fait pas tomber dans la métamorphose monstrueuse mais il les déshumanise suffisamment pour nous faire peur. L'enquête de l'inspecteur Legrasse propose ainsi des planches orgiaques assez impressionnantes mais qui ne flirtent pas avec la grossièreté outrancière. J'aime particulièrement le visage dénué d'expression d'un cultiste en page 96 qui témoigne vraiment du talent de Gou Tanabe à jouer avec les expressions et les regards humains. Encore une fois, cet artiste fait preuve d'un réel travail d'orfèvre qui ne se limite pas à dessiner les monstres mais qui se matérialise aussi chez les monstres humains, beaucoup plus présent dans cette oeuvre.
On peut parler d'une enquête presque personnelle de la part du personnage principal mais étant donné la multiplication des points de vue au fil des lettres, L'appel de Chtulhu version manga est aussi une oeuvre plurielle , qui nous fait voyager. Encore une fois, même si cette adaptation est un peu moins épique que Les Montagnes Hallucinées qui peut être vu comme un récit à la Jules Verne, cet Appel de Chtulhu n'en reste pas moins spectaculaire . Entre les visions oniriques qui nous plonge dans des cités vertigineuses, les dédales inquiétants d'une enquête urbaine, les marais impitoyables en guise de repaire pour les "Chtulhistes" et bien évidemment, le vaste océan qui dissimule les pires secrets de l'angoisse , cette nouvelle adaptation est généreuse en terme d'environnement. Gou Tanabe a un dessin parfaitement aiguisé et soigné. Un véritable photographe et peintre du spleen ... Chtulhu est lui-même un paysage en soi.
Parlons de notre fameux Grand Ancien. Gou Tanabe illustre parfaitement Chtulhu, Il rend un hommage loyal ( peut-être un peu trop) à Cthulhu avec un dessin parfaitement représentatif de cette véritable entité. Tentaculaire, titanesque, le dragon-pieuvre fascine et impressionne. Ses apparitions dans les visions ne sont rien comparées à son terrible réveil sur l'île. Sans vous gâcher quoi que ce soit, Gou Tanabe a parfaitement su rendre l'apparition de Chtuhlhu de manière mémorable, tout en suspense et angoisse. Pour ce passage, il joue encore une fois sur la noirceur et l'encrage qui aspire la lumière, vaste abyme duquel surgit le plus monstrueux des monstrueux. C'est génial ! Mais, tout de même, je refroidis un peu ma lecture à chaud avec quelques petites points. Déjà, la figure de Chtulhu est très connue , on connaît l'image de Chtulhu par coeur suivant les différents supports visuels qui ont été fait de lui. Gou Tanabe reste dans une représentation connue de Chtulhu. C'est loin d'être un mal. Ce Chtulhu est génial mais Gou Tanabe reste dans l'imagerie iconique et assez familière. Chtulhu est impressionnant mais il n'est pas surprenant dans sa représentation. Toutefois, le mangaka parvient à lui insuffler de la force juste à travers le jeu d'un regard monstrueux et chaotique qu'il sublime à merveille. le second point qui m'a légèrement gêné, c'est que le dessinateur choisit de faire apparaître Chtulhu assez tôt. Même dès le début, rien qu'au niveau de la couverture de la part de Ki-oon. C'est un petit peu dommage car nous perdons le sel de la progression vers l'horreur et l'apparition marquante du Grand Ancien. Même si son apparition "finale" est marquante, elle l'aurait été davantage si justement Gou Tanabe avait joué sur la non-représentation, l'ambiguïté et le mystère. Après tout, l'horreur la plus flippante reste celle que nous ne voyons pas dans un premier temps.
Ces quelques points ne sont que quelques peccadilles dans cet Appel de Cthulhu qui vous entrainera dans de véritables abîmes et ce pour votre plus grand plaisir.
Je soupçonnerais presque Gou Tanabe d'être un fervent adepte du culte de Cthulhu tellement le manga adapte avec maestria et adoration l'une des plus emblématiques nouvelles de H.P Lovecraft. Adroit dans sa narration, parfaitement représentatif du monstre, cet Appel est un furieux cri d'hommage qui relance avec brio la flamme toujours vivace d'une nouvelle écrite en 1928.
CTHULHU FHTAGN !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (3)
LesInrocks   30 septembre 2020
L’adaptation du mythe créé par Lovecraft en un manga fascinant.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
BoDoi   29 septembre 2020
Tous les ingrédients du maître sont disséminés dans des planches aux représentations dantesques et allures de gravures modernes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
MangaNews   24 septembre 2020
Un volume grandiose pour un grand moment de lecture!
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
KikujiroKikujiro   12 octobre 2017
Ce qu’il y a de plus pitoyable au monde, c’est, je crois, l’incapacité de l’esprit humain à relier tout ce qu’il renferme. Nous vivons sur une île placide d’ignorance,environnée de noirs océans d’infinitude que nous n’avons pas été destinés à parcourir bien loin. Les sciences, chacune s’évertuant dans sa propre direction, nous ont jusqu’à présent peu nui. Un jour, cependant, la coordination des connaissances éparses nous ouvrira des perspectives si terrifiantes sur le réel et sur l’effroyable position que nous y occupons qu’il ne nous restera plus qu’à sombrer dans la folie devant cette révélation ou à fuir cette lumière mortelle pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d’un nouvel obscurantisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   06 janvier 2020
Dans ce livre, vous allez voir des choses que vous n’avez jamais vues… ou peur-être les avez-vous déjà vues, si vous êtes vraiment doué ou vraiment malchanceux. La vision lovecraftienne est faite de choses dérangeantes qui attendent tapies juste au-delà de la vision normale. L’horreur lovecraftienne est une photographie de la vie.
Commenter  J’apprécie          130
JunoRJunoR   24 février 2018
La chose la plus miséricordieuse en ce monde, je crois, c’est l’inaptitude de l’esprit humain à corréler tout ce dont il est témoin. Nous vivons sur une
placide île d’ignorance au milieu de noires mers d’infini, et cela ne veut pas dire que nous puissions voyager loin. Les sciences, chacune attelée à sa propre direction, nous ont jusqu’ici peu fait de tort ; mais rassembler nos connaissances dissociées nous ouvrira de si terrifiants horizons de réalité, et la considération de notre effrayante position ici-bas, que soit nous deviendrons fous de la révélation, soit nous en fuirons la lumière mortelle dans la paix et la sécurité d’une nouvelle ère d’obscurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SaiwhisperSaiwhisper   08 juin 2020
Un sentiment proche de la terreur s’était emparé des explorateurs alors qu’ils n’avaient vu que des pierres, de la boue et des algues. Chacun aurait fui s’il n’avait eu peur d’être la risée des autres et c’est sans enthousiasme -vainement comme la suite le montrera -qu’ils cherchèrent quelque souvenir à emporter.
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   04 avril 2021
Partout ce n'était que blocs de pierre titanesques et monolithes s'élançant vers le ciel... Les murs étaient couverts d'étranges hiéroglyphes. Tout semblait imprégné d'une fange verdâtre... et depuis les profondeurs sourdait une voix... qui n'était pas une voix... "Cthulhu Fhtagn !"
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Howard Phillips Lovecraft (120) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Phillips Lovecraft
Tous les dimanches durant la Covid. Manga-News vous propose un condensé d'actualité sur l'univers du manga. Part 2 - Invité Ahmed Agne de Ki-oon
Pour ne louper aucune vidéo et nous soutenir, pense à t'abonner à la chaîne Youtube de Manga-News
https://www.youtube.com/channel/¤££¤21Lovecraft11Invité Ahmed Agne de Ki-oon20¤££¤6rmAqHIg/?sub_confirmation=1
#Beastars #Bride Stories #Lovecraft #Erased #Goggles te #Jujutsu Kaisen #L'Appel de Cthulhu #My Hero Academia #Pandora Hearts #Übel Blatt #Wolfsmund
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

L'Affaire Charles Dexter Ward

Dans quelle ville débute l'histoire ?

A Providence
A New York
A Los Angeles
On ne sait pas.

9 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : L'affaire Charles Dexter Ward de Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre

.. ..