AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de belette2911


belette2911
  27 juin 2018
Qu'as-tu lu ? le Chtulhu ? le cul qu'à lu ? Non, le Cul-Tu-Lu ! Et Sherlock Holmes…

En fait, on aura plus de Holmes que de Cthulhu car ce dernier sera cité mais jamais présenté à nos yeux avides ou révulsés.

Prendre le canon, en faire des confettis et le réécrire est un exercice qui peut se révéler casse-gueule s'il n'est pas bien réalisé.

Si à cette opération périlleuse vous ajoutez une confrontation de Holmes avec le fantastique, vous risquez de vous retrouver sur une planche savonnée et inclinée au-dessus d'une mer infestée de requins à jeun !

L'auteur doit aimer vivre dangereusement ou avoir eu envie d'assouvir ses fantasmes littéraires les plus fous. Beaucoup ont essayés et tous n'y sont pas arrivés.

Verdict de l'autopsie ? Ça aurait pu casser, ça a passé, mais à un certain moment, j'ai eu l'impression tout de même qu'on avait sorti les forceps ou la vêleuse car le truc était quand même gros à passer.

On se serait bien passé de la cantinière de Watson, du manuscrit qu'il n'a jamais osé écrire et qu'il rédige une fois qu'il est âgé, sur la fin de sa vie, pour confier, tenez-vous bien, à Lovecraft, l'auteur américain à qui il va demander de les enfermer dans un coffre et de jeter la clé car Watson veut exorciser littéralement ce qu'il a vécu au début de sa collaboration avec Holmes. On lui dirait bien de l'écrire et de le brûler ensuite !

Anybref… Une fois passé cette intro qui m'a fait froncer les sourcils, j'ai entamé le récit réécrit de la rencontre Holmes/Watson et de ce côté là, je n'ai rien à redire, l'auteur a maitrisé ses personnages et la nouvelle version est tout à fait dans la ligne de ce qui va se dérouler ensuite.

Comme je le disais, l'exercice de la confrontation de Holmes et du fantastique est périlleuse, foire souvent, réussi rarement, surtout si le fantastique se révèle être du véritable surnaturel et pas de faux, comme dans le Chien des Baskerville, par exemple.

Une partie de l'enquête est bien contée, réaliste pour Holmes, avec un Watson aux avants-postes et pas en train de jouer les remplaçant sur le banc de touche ou le benêt de service.

On a du suspense, des morts mystérieuses, un méchant avec de l'envergure et on aurait pu continuer sur ce terrain là et puis, le surnaturel est entré en jeu et j'ai trouvé que l'auteur n'amenait pas la rencontre entre Holmes et le côté éthéré de la meilleure manière. Ça manquait de réalisme, c'est arrivé bien trop vite et de manière totalement inattendue.

Pourtant, pour le reste, le côté fantastique avec ses créatures sorties de je ne sais où passe assez bien et la créature qui m'a fait soupirer était une réelle, en la personne d'un certain professeur. Il allait bien dans le rôle et pour l'explication finale, mais j'aurais préféré un autre méchant que l'habituel canonique.

Au final, malgré ces bémols, j'ai tout de même trouvé le roman bien fichu et la sauce a pris entre Holmes et les créatures qui avaient tout des envahisseurs reptiliens de la série V ou de la créature version fog londonien tout noir.

Pas de coup de coeur mais le roman n'est pas à balancer dans le talus car il avait ses points forts et à souffert à cause de cette manie qu'on les auteurs de prendre la malle en fer blanc ou la cantinière de Watson ou de nous faire le coup du récit jamais raconté et qui tombe dans les mains d'une personne qui en hérite.

Minime, je sais mais l'auteur aurait pu trouver autre chose que Watson l'écrivant pour l'envoyer à un auteur qui devra l'enfermer… Ce n'est pas vraiment plausible si on désire réellement que ce récit ne soit jamais publié.

Mais là où le bât a blessé vraiment, c'est lorsque Holmes est mis devant ce qui règne dans l'obscurité et dans l'univers. Ça manquait un peu de réalisme dans la manière dont c'est amené.

Pour le reste, j'ai apprécié l'aventure, le mystère, le fantastique, les monstres des profondeurs, les incursions dans les bas-fonds londoniens, le suspense était bien dosé, les personnages réalistes par rapport au récit et assez fidèles canoniquement parlant, quant au final, il était enlevé et bourré d'adrénaline.

Si l'auteur publie les deux autres récits et qu'ils sont traduit, je serai au poste afin de voir les évolutions (ou pas) de nos deux héros qui devraient de nouveau se retrouver confrontés aux créatures divines et comment tout cela va être amené.

Un roman à déconseiller aux esprits cartésiens, aux allergiques au fantastique, aux adeptes du canon holmésiens pur et dur.

Pour ceux qui sont ouverts au fantastique et veulent voir Holmes dans une enquête inhabituelle, le roman pourrait leur procurer du plaisir. de mon côté, je ne regrette pas de l'avoir découvert.

Pour la cotation, un 2,5 aurait été vache, un 3 un peu trop large… Comptons un 2,75 pour la possibilité d'amélioration et en encouragement pour avoir osé réécrire le canon et confronter Holmes aux bestioles qui auraient eu plus leur place chez Lovecraft que chez Doyle (même dans ses mondes perdus).

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          160



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (14)voir plus