AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Fine (Traducteur)
ISBN : 221107278X
Éditeur : L'Ecole des loisirs (01/10/2005)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Il ne parle pas, mais il très fort pour imiter les bruit de la campagne, de la meule qui broie le grain à la traite des vaches.
Il aime la compagnie des agneaux, des chevaux et des chiens.
C'est lui qu'on charge d'éliminer les chatons en surnombre, à la naissance. comme il ne dit rien, on croit qu'il n'en souffre pas.
Beaucoup de gens l'appellent le "débile" ou le "détraqué".
Le docteur Tatcher, lui dit que Jacob sait aller vers les chose... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
kathy
  12 avril 2012
Etats-Unis, 1987.
Katy Thatcher raconte un épisode de son enfance situé entre 1908 et 1911.
Elle nous raconte sa rencontre avec Jacob.
Jacob, un garçon de quatorze ans, costaud, avec de grandes mains toujours posées sur ses genoux.
Jacob, un garçon mutique et solitaire.
Jacob, un garçon « différent ».
Malgré cela, Jacob a un petit monde à lui dans sa tête qu'il protège avec sa casquette. Il sait être attentif aux autres, aller vers les choses qu'il aime et s'en approcher avec prudence avec sa façon bien à lui de communiquer en émettant des petits sons.
Alors, avec Jacob, Katy va nouer une relation complice et tendre basée sur la patience et un profond respect de sa différence.
Au-delà de l'histoire de Katy et Jacob - tendre et cruelle à la fois-, ce qui est intéressant dans ce roman, c'est la condition de traitement de la Personne handicapée mentale, qualifiée, au début du XX° siècle -, de « débile », « attardée », « détraquée » ou « folle ».
Le « fou », la « folle » est alors, tellement terrorisant, que la seule « norme » possible envisageable pour préserver la paix sociale, réside dans le grand enfermement, dans des « asiles », à titre de réparation, de rééducation ou de réadaptation… , plaçant ainsi la Personne en marge de tout système éducatif, professionnel, familial et social.
Que de chemin parcouru depuis …, dans la prise en charge psychique, clinique et sociétale de la Personne handicapée. Même si des obstacles restent encore à franchir…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
cats26
  23 mai 2018
A partir de photos anciennes, certaines appartenant à sa famille, Lois Lowry invente une histoire ayant pour cadre l'Amérique rurale du début du XXème siècle.
Le roman est en fait un flash-back de la part de Katy, très vieille femme qui revient sur les événements qui ont marqué son enfance et ce, à partir de ses photos de famille. le procédé narratif est ingénieux et permet d'introduire en douceur ce roman historique.
La narratrice est donc Katy, une petite fille dont le père est médecin dans une petite ville de l'Est des Etats-Unis. Katy est fascinée par la profession de son père et raconte ses interventions médicales mais aussi la vie tranquille de sa famille, sa curiosité envers Jacob, un adolescent autiste qui vit dans la ferme voisine et dont les soeurs sont placées comme servantes, l'une chez Katy elle-même, l'autre dans la maison d'à côté.
L'écriture précise et poétique de Lowry rend intéressantes les péripéties de cette vie de petite fille en recréant avec acuité le contexte historique et social de ce temps. A travers le regard de Katy, le lecteur découvre les drames à venir, les non-dits, les secrets . Jacob de personnage secondaire mineur prend de plus en plus d'importance dans les derniers chapitres jusqu'au drame final.
Jacob considéré comme un simple d'esprit ne s'exprime que par des cris et des bruits. Il est toléré par la communauté tant qu'il est inoffensif puis tout finit par s'effondrer.
En résumé, un roman qui montre encore une fois le l'immense talent de conteur de Lowry qui réussit à toucher le lecteur en deux pages.
A partir de 13 ans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mymimiam95
  02 juin 2015
Fille de docteur, Katy rêve d'avoir un petit chat et est fascinée par Jacob Stoltz, ce garçon si proche des animaux. Il porte toujours sa casquette en tweed et semble vivre dans son monde à lui. Il vagabonde dans cette campagne ou seul le docteur Thatcher, le père de Katy, se montre bienveillant avec lui. Pour tous les autres il est le "détraqué" ou le "débile", mais il ne répond pas puisqu'il ne parle jamais. Il s'occupe des agneaux, des chevaux, des chiens et des chatons, mais quand ceux-ci Sont trop nombreux à la naissance, il doit les tuer...Le garçon qui se taisait est avant tout une belle histoire sur la différence et sur la beauté que l'on peut y trouver lorsqu'on accepte de la regarder avec bienveillance. C'est aussi un exercice de style puisque Lois Lowry s'est inspirée de vieilles photos de famille qui inaugurent chaque chapitre, pour inventer cette histoire. On retrouve donc malheureusement trop souvent les limites de cet exercice qui fait que certaine scènes, dans lesquelles l'auteure revient sur cette photo, sa description, le moment ou elle aurait été prise, paraissent parfois superficielles ou tout simplement trop longues (comme dans Miss Pérégrine et les enfants particuliers). Malgré cela la trame de l'histoire est très bien construite : en évoquant la fin dés les premières pages et en parsemant Son récit d'indices sur celle-ci, l'auteure fait naître un vrai suspens. Et si l'on souhaite autant savoir ce qu'il va advenir des perSonnages, pourquoi et comment cette histoire les a autant marqués c'est aussi parce que Lois Lowry a su, comme à chaque fois, les rendre très attachant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WALHYDIA
  25 mars 2016
C'est une histoire très prenante, touchante et quelque peu triste. J'ai énormément apprécié cette histoire. Comme à son habitude, l'auteur utilise les sens, et c'est ce qui me donne l'envie de découvrir ses autres oeuvres.
On découvre une vie dans les années 1910, et on se rend compte des conditions d'acceptation des personnes qui nous sont différentes. À ce pauvre Jacob, qui aura été écarté toute sa vie et à cette merveilleuse Katy, qui aura fait preuve d'humanité et d'intelligence en ne s'arrêtant pas à la différence. J'aurais tout de même voulu en savoir plus sur ce qui était advenu de ce fameux Jacob, qui je trouve, était un personne très intéressant.
Très bonne leçon, bien que finalement très triste. Bravo !
Commenter  J’apprécie          00
Delire2014
  24 avril 2019
Au début du XXème siècle, un jeune garçon autiste (même si le nom de la maladie n'est pas encore connu) vit dans une famille pauvre et doit "éliminer" les chatons en surnombre. La fille du médecin du village, Kathy, nous raconte son enfance et sa rencontre avec lui.
J'ai adoré l'idée de l'auteur: s'inspirer de vieilles photos pour imaginer une histoire. Certains chapitres n'apportent pas grand-chose à l'histoire mais c'est toujours bien écrit, ce livre dégage beaucoup d'humanité (des rêves de certain.e.s, le rejet d'autres, la découverte d'inventions aujourd'hui dépassées et la candeur des enfants.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 mars 2006
Lecture jeune, n°117 - Voici le récit à la première personne des souvenirs de Katy Thatcher, fille de médecin. Pour l’écrire, Lois Lowry s’est inspirée de photographies anciennes, trouvées dans son album de famille ou chinées chez des antiquaires, qu’elle a reproduites en tête de chaque chapitre. L’histoire commence dans une ville du nord-est des Etats-Unis en 1911 : Katy, huit ans, est sur le point d’avoir une petite soeur. Ses parents embauchent alors comme gouvernante une jeune paysanne maladroite, Peggy. Celleci a un frère cadet autiste, Jacob, avec qui Katy noue une étrange relation. Sa rencontre avec Peggy et Jacob à un âge crucial va lui permettre de découvrir une autre image de la vie que celle, très puritaine, présentée par sa mère. Le regard d’une petite fille qui interroge le monde qui l’entoure et aborde la «différence» sans a priori se révèle particulièrement riche. Peuplé de personnages vivants et attachants, ce beau roman, souvent tendre et parfois cruel, dénonce la condition des handicapés mentaux au début du XXe siècle. Réseau de lecture : A lire également sur le thème de l’autisme : Tuer n’est pas jouer de Celia Rees (Hachette jeunesse, 2005). Juliette Buzelin
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Mymimiam95Mymimiam95   02 juin 2015
Et je me demandais alors, comme je me demande encore aujourd'hui, ce qu'était devenu celui qui m'avait fait cadeau d'un petit chat et avait à jamais changé ma vie. Il s'appelait Jacob Stoltz. C'est son histoire que je vais raconter.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Lois Lowry (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lois Lowry
Vidéo de Lois Lowry
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le passeur

Comment est appelé l'endroit ou vit Jonas

la ville
le conseil
la communoté

5 questions
452 lecteurs ont répondu
Thème : Le passeur de Lois LowryCréer un quiz sur ce livre