AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurence Kiefé (Traducteur)Marcelino Truong (Illustrateur)
ISBN : 2203031557
Éditeur : Casterman (29/05/2010)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Molly a commencé par tracer une ligne en plein milieu du tapis. Et puis, sous mes yeux ébahis, elle a continué en remontant sur le papier peint à fleurs bleues. Ensuite, elle a reposé la craie et m'a dit : " Voilà. Maintenant, libre à toi d'être aussi crade que tu veux, mais ton bazar, tu le gardes chez toi. Ce côté-là, c'est le mien ! Deux sœurs, deux façons de voir la vie, deux destins. Meg aime les livres, la photo, Molly préfère les robes, les fêtes et les garço... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
MrsNobody
  12 avril 2015
J'ai lu Un été pour mourir, car il est écrit par Lois Lowry ( qui a également écrit le Passeur ( que je n'ai toujours pas lu mais dont j'ai beaucoup aimé le film ) ), et que j'avais envie de découvrir sa plus, et parce que le titre m'interpellait.
Dans ce livre, on suit la vie de Meg, 13 ans, dont la famille est partie s'installer à la campagne pour que son père, qui est professeur à l'université, puisse finir d'écrire son livre. Meg n'est pas ravie d'être là, elle qui aimait son ancienne maison, mais elle prend sur elle. Elle partage sa chambre avec Molly, sa soeur aînée, qui a 15 ans. Celles-ci sont très différentes l'une de l'autre : Molly est la jolie fille, avec ses boucles blondes, elle est pom-pom girl et populaire, elle a un petit ami et fait attention à son apparence ( pour autant elle n'est pas superficielle ), alors que Meg est l'intellectuelle, passionnée de photographie, bonne élève et bonne dessinatrice, qui porte des lunettes, a les cheveux lisses, et ne se sent pas belle. Les deux soeurs s'entendent relativement bien, même si elles se disputent de temps en temps. Alors que la famille est installée depuis quelques semaines à la campagne, l'une des deux soeurs tombe malade. La famille pense d'abord qu'il s'agit d'une grippe, et ne s'en inquiète pas plus que ça. Mais, lorsque les symptômes empirent, tous réalisent qu'elle pourrait bien avoir quelque chose de plus grave qu'une simple grippe...
J'ai énormément aimé ce livre, je pourrais presque dire que c'est un coup de coeur !
C'est le premier roman que Lois Lowry a écrit, et il faut savoir qu'il est inspiré " de la mort prématurée de sa soeur et de son retentissement sur tous les membres de la famille ", pour reprendre les mots de la présentation de l'auteur à la fin du roman.
Et le fait qu'il soit inspiré de sa vie se ressent je trouve. Les personnages sont très réalistes, et l'expression de leur sentiments, le déroulement des événements, également.
Au niveau des personnages, je les aient tous aimés. Tous sont attachants, que ce soit Meg, Molly, leur mère ou leur père, Will, le vieil homme qui leur loue la maison de campagne et qui devient rapidement ami avec Meg, ou encore Ben et Maria, les voisins bohèmes qui attendent leur premier enfant. de plus, tous sont travaillés, on a vraiment le sentiment de les connaître, d'en savoir beaucoup sur eux, alors que le livre ne fait qu'à peine 200 pages !
Concernant les relations entre les personnages, j'ai beaucoup aimé l'amitié qui unit Meg et Will, et leur passion commune pour la photographie. J'ai également aimé l'amitié qui unit Meg, Molly, Will, Ben et Maria. Quant à la relation entre Meg et Molly, elle est touchante, elles s'aiment même si elles se chamaillent souvent, et elles s'admirent l'une l'autre.
A propos de l'histoire, on sait rien qu'en lisant le titre qu'elle va être triste. Mais elle n'est pas que triste, elle est aussi très plaisante et intéressante. J'ai passé un très bon moment avec ce livre, et je sais que c'est une histoire que je n'oublierai pas. Je n'en dis volontairement pas plus, pour que vous puissiez la découvrir par vous même. :)
Et, pour finir, je dois dire que je suis impressionnée par le fait que ce soit le premier roman de Lois Lowry. Pour un premier roman, je trouve qu'il est remarquablement bien écrit et travaillé ! Il est à partir de 10 ans, mais je trouve que ça ne ressent pas, l'écriture de Lois Lowry est tellement belle qu'on a pas l'impression de lire un livre destiné aux enfants. D'ailleurs, ça m'a donné encore plus envie de lire The Giver, qui attend depuis des mois dans ma bibliothèque !
En conclusion, Un été pour mourir est un livre que je vous conseille vivement si vous aimez les histoires émouvantes et bien écrites, qui restent avec vous longtemps après que vous les ayez terminées.
Lien : http://anaislovestoreadbooks..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
A_fleur_de_mots
  22 septembre 2018
Comme Compte les étoiles, Lois Lowry prend le parti d'aborder un sujet dur (la leucémie d'une enfant) au travers les yeux de sa soeur cadette.
J'ai lu ce livre adolescente (donc il y a plus de deux décennies) et l'émotion est encore vive comme la mémoire de l'histoire.
Ce qui rend ce livre brilliant est qu'il est raconté par la soeur de la malade qui ne comprend pas tout ce qui se passe ce qui rend le texte innocent et rafraîchissant. Car comme tous les enfants, même en ces périodes sombres, l'envie de vivre et de découvrir est plus forte que l'angoisse de la mort imminente.
On suit donc Meg qui bien qu'entretenant des relations un peu conflictuelles avec sa soeur aînée, Molly, sur fond de jalousies fraternelles, doit faire face à la maladie de cette dernière et assister impuissante à sa maladie.
On suit pourtant Meg dans son chemin vers la maturité et sa formation intellectuelle avec pour toile de fonds les visites à l'hôpital pour supporter sa soeur. Ce qui rend ce récit si puissant est que l'on en sait très peu sur Molly et sa maladie, elle est relèguée au second plan pour ne pas rendre sa maladie oppressante, le suffisamment dosé pour que l'on se rappelle qu'elle souffre de son cancer mais sans que ce soit la principale histoire.
C'est donc un livre qui bien qu'abordant un sujet douloureux est capable par son écriture puissante de rendre le livre pas joyeux mais paradoxalement plein de vie et d'amour. Un livre poignant dont la lecture reste très intéressante et charmante car ne tombant pas dans le pathos à l'excès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CelineCDI
  25 février 2013
Meg et Molly vont s'installer à la campagne avec leurs parents, afin que leur père puisse terminer le livre qu'il est en train d'écrire. Les deux soeurs ne se ressemblent pas : Molly, l'aînée, est extravertie et courtisée par tous les garçons de environs alors que sa cadette, Meg est plus timide et réservée. Cette dernière se réfugie dans la photographie. Molly tombe malade et ce qu'on pensait être une simple grippe se révèle être une leucémie. La famille vit désormais à l'heure de la maladie de Molly et Meg doit se faire à l'idée que sa soeur va mourir...
Lu il y a déjà 15 ans, je gardais un très bon souvenir de ce roman pour la jeunesse et je l'ai relu avec le même plaisir et la même émotion aussi. Bien sûr, ce n'est pas gai mais en même temps, ce n'est pas un roman pessimiste. L'auteure s'est inspirée de son expérience personnelle (la mort de sa propre soeur) et son récit sonne très juste, sans tomber dans le mélodrame. Un excellent roman pour les ados, qui n'a pas pris une ride.
Commenter  J’apprécie          70
Endea54
  05 mars 2010
Je n'ai pas l'intention de faire des critiques de tous les livres jeunesse que j'entre dans cette bibliothèque virtuelle, néanmoins, je fais une exception pour ce livre et ce pour plusieurs raisons :
- En premier lieu c'est un livre destiné aux adolescents mais que j'ai lu dans le cadre de mes études, donc je ne pouvais pas avoir le même regard que si je l'avais lu à 13 ou 15 ans.
- En deuxième lieu, toute personne confrontée à la mort d'une personne jeune de maladie ne peut que se sentir émue et touchée par ce roman.
- Et enfin c'est un livre de qualité, sensible, humain, qui traite du thème de la maladie et de la mort avec pudeur à travers les yeux d'une adolescente.
Commenter  J’apprécie          40
cornelis
  11 juin 2013
J'ai lu le livre ‘Un été pour mourir', écrit par Lois Lowry. Je trouve ce roman très bon écrit parce que la question – qui va mourir et quand ? – reste tout le temps dans la tête. C'est la raison pourquoi j'ai lu le livre presque dans un souffle.
Un été pour mourir' est un roman émotionnelle avec un thème difficile, mais ce n'est pas écrit d'une façon pessimiste. le langage que Lowry utilise n'est pas difficile à comprendre. Il donne des descriptions simples, mais variés, donc l'histoire est agréable à suivre.
La couverture donne un très bon exemple de l'atmosphère de la vie et la mort. Les couleurs sont sombres.
le début est amusant et tranquille, mais le titre donne un point négatif autour tout l' histoire. En lisant il devient clair que c'est Molly qui va mourir pendant l'été. Ce n'est qu' à la fin (p150) que Molly est morte.
La conclusion de cette histoire se trouve dans la dernière phrase de ce roman : « Et nous reprenons notre chemin ». Mon opinion personnel est que Lowry nous donne le conseil que la vie se reprenne après un malheur grave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Endea54Endea54   05 mars 2010
Le temps ne s'arrête pas, votre vie est toujours là qui continue et il faut la vivre. Après quelques temps, vous vous rappelez les bons moments plus souvent que les mauvais. Peu à peu, ce grand vide silencieux en vous se remplit à nouveau du bruit des conversations et des rires, les larmes ébréchées du chagrin s'émoussent sous les souvenirs.
Commenter  J’apprécie          110
CielvariableCielvariable   08 avril 2018
C’est curieux, des sœurs. Nous deux, en tout cas. Papa dit qu’il ne faut pas généraliser, que ce n’est pas rationnel. Molly est plus jolie que moi, mais je suis plus intelligente qu’elle, et plus ambitieuse. Je veux de toutes mes forces devenir quelqu’un quand je serai grande, j’aime croire qu’un jour le monde entier saura qui je suis parce que j’aurai accompli quelque chose d’important – quoi, je n’en sais encore rien, sinon que ce sera quelque chose qui fera prononcer mon nom, Meg Chalmers, avec respect. Le jour où j’ai raconté cela à Molly, elle a répliqué que ce qu’elle désirait était de porter un nom différent quand elle serait adulte, d’être Molly Autre-chose. Madame Quelqu’un, et que ses enfants – elle en aurait des tas – l’appellent maman avec respect. Elle ne désirait rien de plus. Molly attend cela paisiblement et avec confiance. Moi, je suis impatiente et inquiète. Molly est sûre, absolument certaine, que ce qu’elle attend se produira, exactement comme elle le désire. Moi, je suis pleine de doute et de crainte que mes rêves sombrent un jour, oubliés quelque part comme des bouts de ficelle et de vieilles épingles à cheveux au fond d’une coupe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Endea54Endea54   05 mars 2010
Je veux parler de cette partie de vous même qui est privée, intime, et qu'on aimerait ne pas montrer : les larmes qu'on verse parfois sans la moindre raison, les pensées auxquelles on voudrait réfléchir dans la solitude, les mots qu'on a envie de prononcer tout haut pour entendre comment ils sonnent, mais pour soi seule.
Commenter  J’apprécie          70
CielvariableCielvariable   08 avril 2018
Le plus pénible quand on vit à deux dans la même chambre est qu’on ne parvient à rien cacher. Je ne parle pas de chaussettes sales ou dépareillées, ni de quatorze feuilles de papier chiffonnées sur lesquelles on a gribouillé sans succès un essai de poème, quoique ce soit cela précisément qui dérange Molly et lui a fait tracer cette ligne. Non, je veux parler de cette partie de vous-même qui est privée, intime, et qu’on aimerait ne pas montrer : les larmes qu’on verse parfois sans la moindre raison, les pensées auxquelles on voudrait réfléchir dans la solitude, les mots qu’on a envie de prononcer tout haut pour entendre comment ils sonnent, mais pour soi seule. Il est important d’avoir un endroit où on peut fermer la porte sur tout cela, comme je pouvais le faire quand nous vivions en ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   08 avril 2018
La tour de l’université, avec sa grande horloge, était de l’autre côté de l’avenue, juste en face de chez nous. La nuit, quand je n’arrivais pas à dormir, je l’entendais sonner les heures, les tintements de son carillon se détachant clairement, aussi précis que des silhouettes, du grand cercle blanc de son cadran garni de chiffres romains et entouré par le lierre de la façade. Cette horloge est une des choses qui me manquent le plus depuis que nous vivons à la campagne au milieu de nulle part. J’aime le calme, et Dieu sait s’il fait calme ici, mais la nuit quand je ne dors pas, je n’entends rien de plus que le souffle de Molly dans le lit voisin. Il passe peu de voitures près de chez nous, aucune horloge ne sonne aux environs, rien ne mesure le temps qui passe. Il n’y a que le calme, le silence, et on s’y sent bien seul parfois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Lois Lowry (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lois Lowry
Vidéo de Lois Lowry
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le passeur

Comment est appelé l'endroit ou vit Jonas

la ville
le conseil
la communoté

5 questions
452 lecteurs ont répondu
Thème : Le passeur de Lois LowryCréer un quiz sur ce livre