AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782375543481
256 pages
Slalom (02/06/2022)
3.89/5   78 notes
Résumé :
Une ode à la tolérance et à l’amour sous toutes ses formes.

Depuis toujours, la vie sourit à Paul : grand, beau, intelligent, il réussit tout ce qu’il entreprend, y compris sa relation avec Estelle. Petit dernier d’une famille de quatre enfants bourgeoise et conservatrice, son avenir est tout tracé… Alors son monde s’effondre le jour où il réalise qu’il aime un garçon. Dévasté, il est dirigé vers une thérapie de conversion, « soutenu » par ses proches... >Voir plus
Que lire après Vers le vrai Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 78 notes
5
10 avis
4
11 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis
Je ne sais plus vraiment comment mais j'avais suivi la sortie de ce livre sur Instagram. J'étais tombée sur plusieurs posts qui en parlaient et qui m'avaient donné envie de le lire. Je l'avais donc ajouté à ma wishlist et quelques temps plus tard, j'ai craqué et ai fini par l'acheter.

Ce roman m'intéressait parce qu'il aborde le sujet de l'homosexualité en lecture ado, mais pas seulement. On découvre le parcours de deux adolescents dont la famille les rejette pour ce qu'ils sont. Ces thèmes tels que le rejet familial ou encore les thérapies de conversion y sont donc également abordés. Ces dernières qui, je le rappelle n'ont été officiellement interdites en France que fin 2021. Et je me sais encore pas mal ignorante sur le sujet, donc c'est pour cela que ce livre me paraissait assez intéressant et accessible à découvrir.

Je vous avoue que cela va m'être compliqué de m'exprimer et de trouver les mots appropriés. La vérité, c'est que durant le début de ma lecture, j'ai eu cette sensation étrange que l'histoire ne se passait pas à la période actuelle, que Paul était un ado de la seconde moitié du XXème siècle… Alors que non, pas du tout. le roman se passe en 2020/2021, il reflète la société d'aujourd'hui, ce qui existe et qui est toujours d'actualité. Certains détails rappellent d'ailleurs à quel point ce livre se déroule de nos jours. (la référence au covid, celle à Sex Education, la mention de Parcoursup...) Pourtant, je suis parfaitement consciente de ce qui existe encore maintenant. Ce que je veux dire, c'est que je ne veux pas que vous pensiez que j'ai une version utopique ou idéalisée de l'homosexualité dans notre société. Ce n'est pas le cas. Je le vois dans mon entourage (même si me concernant j'ai énormément de chance là-dessus, mais j'y reviens juste après), sur les réseaux sociaux, dans ce que je vois partout autour de moi. Encore plus parce que je suis concernée et que je fais partie de la communauté LGBTQ+. Mais en fait, j'ai eu du mal à m'y faire dans le sens où je n'arrivais pas à m'identifier aux personnages. Je sais qu'en vivant en plein centre de Bordeaux dans une famille tolérante, j'ai une chance inouïe. Encore plus que cela, je suis dans un lycée public extrêmement ouvert, où la moitié des personnes doivent être ouvertement LGBTQ+. (le genre d'évènement qui s'est passé dans le lycée de Thalia ne se serait jamais produit dans le mien, par exemple)
Je sais que c'est loin d'être le cas dans tous les établissements scolaires, que la plupart n'ont pas cette chance d'avoir un entourage aussi ouvert. Mais c'est pour cette raison que je ne pouvais pas comprendre complètement. J'ai beau être parfaitement au courant, être sur les réseaux sociaux, avoir lu des dizaines de témoignages, avoir des proches dont les familles sont moins tolérantes que la mienne, voir ce qu'il se passe dans le monde et voir ce qu'il s'est passé à la pride de ma ville… malgré tout, je ne pouvais pas tout comprendre. Pas à 100%.
J'avais certes une empathie inimaginable pour ces personnages, mais je n'arrivais pas à imaginer réellement ce qu'ils ressentaient ; notamment pour Paul au début du livre, car je ne l'ai jamais vécu et que je n'ai jamais connu quelqu'un dans un cadre similaire.

Bref, j'ai beaucoup trop écrit et je ne sais pas si j'ai été claire dans ce que je voulais exprimer, mais bon...
Je dois bien avouer que non, je n'ai pas dévoré ce livre. Pas à cause du style d'écriture (qui était fluide à lire, même si je ne l'ai pas adoré), mais parce que… j'ai eu du mal à certains moments. Je ne pensais vraiment pas que ce serait le cas mais si. Tout simplement parce que cela m'a profondément bouleversée et attristée de lire les pensées de Paul à son égard, de me dire que des personnes pensent comme tel encore aujourd'hui. le pdv de Thalia était plus « facile » à lire, si je puis dire. (m'enfin il était tout aussi difficile sur d'autres points)
Mais j'ai eu du mal parce que tout simplement, cette vision de l'homosexualité qu'a la société et un certain nombre de personnes dans le monde, me donne une furieuse envie de pleurer. Pleurer de haine, de frustration. Pourquoi cela doit-il être si difficile ?...

J'ai eu du mal à m'attacher aux deux personnages principaux, j'avoue. Je ressentais une distance avec Thalia à certains moments, j'avais vraiment du mal avec elle. À d'autres passages, je l'ai adoré, j'avais envie de la prendre dans mes bras. (qu'est-ce que j'aie été contente et soulagée qu'elle finisse par aller chercher de l'aide !!) Vers la fin, la distance que je ressentais avec Thalia disparut. Je me suis sentie fière d'elle. Je l'admirais, même.
Quant à Paul, comme je le disais, ce fut difficile pour moi de me sentir proche de lui, même si petit à petit j'ai malgré tout fini par développer un certain attachement. (ahh qu'est-ce que j'ai été contente vers la moitié du livre que Paul ne gobe pas les conneries qu'on lui sort à sa thérapie de conversion !! -pardon pour le vocabulaire, je n'ai pas pu m'en empêcher-)
Cela a donc mis du temps, beaucoup de temps. Mais j'ai fini par m'attacher à eux. À Paul et Thalia.

Petite mention à d'autres personnages que j'ai vraiment appréciés : Ludovic, Matéo, Clothilde, ou encore le père Martin... !

À travers ce livre, je vois. Je vois l'influence qu'a la famille, l'entourage. La religion. Je ne peux pas le comprendre vraiment. Mais ce roman m'a aidée à "imaginer" un peu plus, même si encore une fois je ne l'ai jamais vécu. Tout cela m'a souvent remplie de colère et de tristesse, avec un sentiment d'injustice que j'ai ressenti en permanence.
La réaction des parents de Thalia, par exemple, m'a profondément fait mal. Cela m'a fait penser au livre "Les Maux bleus", lecture LGBT+ que j'ai lu il y a un moment maintenant mais qui m'avait beaucoup marquée. Je ne comprendrai jamais comment on peut mettre à la porte son enfant avec pour seul motif son orientation sexuelle. Je ne pourrai jamais le comprendre.
Et le "stage" (de gros guillemets sur ce terme parce qu'on sait tous.tes ce qui l'en est réellement) qu'a été obligé de faire Paul… Cela me met tellement en colère bordel. C'est tellement absurde. Horrible.

Cette lecture ne fut pas facile me concernant (même si elle reste extrêmement accessible, bien sûr ! c'est une lecture jeunesse/YG) mais je sais que ce genre de romans est important. Bouleversant, à certains moments. Mais nécessaire. Il est nécessaire car il dénonce cette société, cette homophobie. Il décrit. Il en parle. Il montre. Il montre la manière dont est abordée l'homosexualité dans certaines familles. Dans une famille catholique. Les conséquences, les réactions chez l'entourage, les thérapies de conversion. Ces thérapies sont d'ailleurs évoquées pour sensibiliser sans que certains passages soient détaillés au point d'en être "trash" ou "choquants". Je pense qu'il y aurait eu bien matière d'en parler et de décrire beaucoup plus (et je comprends vraiment que certain.e.s lecteur.ices aient été déçu.e.s que ce ne soit pas abordé davantage en profondeur), mais ce livre reste ainsi très abordable et c'est peut-être pour le mieux, je ne sais pas.
Et puis vers la fin, l'autrice nous fait voir une représentation de la religion tolérante. Qui accepte. Qui montre que l'homosexualité n'a rien d'une maladie mentale à soigner.

J'ai profondément aimé la note de fin de ce roman. Une note d'amour, de bienveillance, de tolérance. Je suis contente de l'avoir lu, sincèrement.
Je ne connaissais pas cette autrice mais j'ai vu qu'elle avait écrit d'autres oeuvres, une parlant d'handicap et une se passant en Chine (les quelques lignes de résumé ont pas mal fait écho en moi étant donné que je suis adoptée de ce pays). Anne Loyer semble avoir écrit d'autres livres aux thématiques très intéressantes. Je suis contente de l'avoir découverte et je n'hésiterai pas si je tombe sur certains de ses autres romans à la bibliothèque ! :)

(wow ce pavé que je viens de faire... T-T)
Commenter  J’apprécie          242
Pour débuter cette chronique, je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Slalom pour l'envoi de ce roman lors de l'opération Masse Critique ! En ce Pride Month, je suis très heureuse d'avoir reçu ce roman au sujet extrêmement poignant : le rejet de l'homosexualité, rejet dans le cadre de la famille, ou par des amis ; ou encore rejet basé sur une foi soumise à l'obscurantisme. Ce rejet, Paul et Thalia en font les frais, bien qu'à divers degrés. A 18 ans, Paul a tout pour être heureux : une petite amie, de bons résultats au lycée, une place d'honneur dans sa famille catholique et conservatrice…jusqu'au jour où il fait face à une vérité qui va bouleverser sa vie et ses convictions : il est amoureux d'un garçon. Sa famille le pousse alors vers une thérapie de conversion aux conséquences extrêmes. de son côté, Thalia, 18 ans également, vibre de désir pour Loïs, une camarade de lycée, jusqu'à le prouver aux yeux de tous à la récréation…l'entraînant dans une situation inimaginable.

Au travers de ces deux parcours, Anne Loyer nous propose une vibrante ode à la tolérance, une dénonciation de l'obscurantisme étouffant le coeur de nombreuses personnes aujourd'hui encore, tout en affirmant haut et fort que chacun est libre d'être qui il veut, d'aimer qui lui plait, de vivre sa vie comme il le souhaite ! Paul et Thalia sont deux personnages touchants, à l'aube d'une nouvelle étape de leur vie, en quête d'une liberté qui leur sera accordée après bien des épreuves…

Un roman intéressant qui nous apprend que la liberté d'aimer n'est malheureusement pas forcément acquise…

A lire !
Commenter  J’apprécie          170

Anne LOYER. Vers le Vrai.

Un sujet d'actualité, qui pose de nombreuses questions, tant à de nombreux parents qu'aux enseignants, un fait de société récurrent. de jeunes adolescents sont en quête de leur sexualité.

Dans ce récit, nous rencontrons Paul, 18 ans, un brillant élève de terminale auquel un bel avenir est promis. Il est issue d'une famille bourgeoise ; c'est un très bon élève. Son père est militaire de carrière, sa mère enseigne le français dans un lycée privé. Il est le dernier enfant de la fratrie et a 3 soeurs aînées. Il a toujours été très entouré par l'amour de ces quatre femmes qui lui ont témoigné tout leur amour maternel et filial. Cette famille est très conservatrice et fréquente de façon très régulière l'église du quartier, assistant tous les dimanches matin à l'office religieux. Il rompt avec sa petite amie Estelle. Il a découvert qu'il été très attiré par les garçons. A l'annonce de cette révélation, ses père et mère décident de lui faire suivre une thérapie. Deux soirs par semaine il rejoint un groupe de parole, encadré par Mathieu. Une sinécure. Quels seront les résultats de ce groupe de parole.

Thalia est une jeune femme, également âgée de 18 ans et qui fréquente le même établissement scolaire. Elle aussi, elle prépare son baccalauréat et espère réussir afin de quitter le foyer familial. Son père Medhi travaille sur des chantiers et il est souvent absent. Sa mère a perdu son travail, suite à une faute professionnelle. Elle a tenté de faire un procès à son patron mais elle a été déboutée. Elle déprime. Thalia a un petit frère, Arthur, huit ans, un véritable petit ange. Les deux enfants s'adorent. L'ambiance au sein de la famille n'est pas au beau fixe. Elle pratique, en dilettante la pêche en étang et c'est là qu'elle va rencontrer Loïs. Elle découvre alors qu'elle est plus attirée par la gente féminine que par les garçons.

Anne Loyer alterne la vision, le ressenti de ses deux héros. Elle nous décrit la persécution à laquelle ses deux jeunes adultes vont être soumis. Insultes, harcèlement, isolement, moqueries, mise à l'index et même des bagarres seront le quotidien de ces jeunes, essentiellement tenus par des «  camarades » du lycée. Je vous laisse devenir le rôle des réseaux sociaux dont usent et abusent notre jeunesse. Thalia sera même mise à la porte de son domicile par son père. Elle va s'installer dans un fourrée et vivre quelques jours sous sa toile de tente, en plein hiver, à la veille de Noël. La réaction des parents, celle du proviseur du lycée me semblent incompréhensibles ! Pourquoi toute cette haine ? Notre civilisation établit des dicktats et nous devons nous couler dans le moule ! Anne Loyer dresse un plaidoyer pour la tolérance, le droit de vivre à chacun sa propre sexualité. Je pense que ce livre sera utile afin de changer notre quotidien. de la tolérance, de la bienveillance, de l'empathie ; entourons nos enfants de tout l'amour et laissons les vivre leur vie. Acceptons-les tels qu'ils sont, conseillons-les, aidons-les à passer ce cap de l'adolescence à l'âge adulte. Et surtout ne les rejetons pas. Fuyons l'homophobie. N'ayons pas peur d'aborder en famille les différentes formes de sexualité et laissons chaque être faire son choix, en toute connaissance de cause. Nous devons veiller à ce que chacun respecte l'autre. Il ne faut pas exercer de contrainte, des drames peuvent se produire comme cela a déjà été le cas. Nous pourrions peut-être éviter de nouveaux suicides de jeunes adolescents, victimes d'homophobie. Merci beaucoup Anne pour ce roman que je recommande vivement.
( 09/08/2023)

Lien : https://lucette.dutour@orang..
Commenter  J’apprécie          100
Tu n'es pas normal. Il faut te ramener sur le bon chemin. Dieu ne voudrait pas cela. Tant que tu seras comme ça, tu ne vivras plus dans cette maison. Tu es un monstre. Nous ne voulons pas de toi.
Tu les entends, ces mots qu'on te renvoie à la figure à longueur de journée ? Tu les vois, ces têtes qui se tournent à ton passage ?
Tu le ressens, ce malêtre qui sommeille en toi et te tord les tripes ?
Tu la comprends, cette voix qui te chuchote à l'oreille que tu as le droit d'être qui tu es, d'aimer qui tu veux ?
Parce que c'est vrai, tu sais. Tu es humain.e. Et c'est tout ce qui compte.
Tu mérites d'être aimer.
Ne laisse personne te faire penser le contraire.
Paul, Thalia. Vous êtes sur le point de découvrir qui vous êtes. Vous êtes sur le point de subir la rancoeur de tout ceux qui ne comprennent pas. Que vous êtes beau et belle. Que vous êtes fort.es. Que vous êtes different.es et que ce n'est pas grave. Parce que vous êtes vous, et c'est cela le plus important : ne jamais devenir quelqu'un d'autre parce que les autres vous le demandent. Vous devez êtres fier et fière de qui vous êtes.

Ce livre aborde des sujets lourds, qui ne sont vraiment pas facile à lire pour nous, lecteurs, parce que les mots que nous lisons sont atroces et font mal. Pourtant c'est le but, nous mettre en colère contre toute l'homophobie que nous rencontrons à travers cette histoire et remettre en question cette chose impensable et immonde qu'est la thérapie de conversion.
C'est en lisant le résumé et en comprenant que ce livre parlait de tout cela, que j'ai eu envie de le lire. Malheureusement, j'en ressors déçue.
La première moitié du roman m'était insupportable, à tel point que j'ai bien penser que j'étais partie pour détester tout le livre. Les personnages me paraissaient plats, sans aucune émotion ou réaction face à ce qui leur arrivait et je me suis vite perdue entre leurs aventures passées ou présentes. On alterne entre le point de vue de Paul et Thalia mais aussi entre leur passé qui les a amené à leur présent, sauf que le tout mélangé ça me semblait n'être qu'un gros fouillis et dès lors que j'arrivais un peu à comprendre où on en était, qu'on passait à l'autre personnage et que je me perdais à nouveau... Enfin bon, heureusement j'ai réussi à m'y habituer passé les cent premières pages, même si je dois avouer que même maintenant je ne sais pas si j'ai lu le présent ou le passé des personnages. Par ailleurs, j'ai trouvé que la question des thérapies de conversions était abordé de manière bancale. Au lieu de ressentir de la colère, de la rage ou même de la tristesse, et bien... je n'ai rien ressenti du tout, je ne faisais que lever les yeux au ciel et souffler tout en me forçant à lire. Je pense qu'il m'a manqué de la profondeur, plus de descriptions, et surtout plus de sentiments vis à vis des personnages, surtout de Paul. J'avais envie qu'on rentre dans sa tête et qu'on y aille vraiment, qu'on mette en avant ses interrogations, son trouble et ses doutes, mais finalement j'ai eu l'impression qu'on est resté à la surface de tout cela. Thalia sur ce point là était un peu mieux abordée je trouve, sans doute parce que son histoire est toute autre. Et voilà ce que j'aimerais ajouter : nos deux personnages ont des histoires totalement opposées mais qui sont très intéressantes, sauf qu'encore une fois j'ai l'impression qu'on a pas assez creusé, qu'on a juste décrit rapidement ce qu'on a vu et puis c'est bon. Je pense que pour me convaincre, il aurait fallu une bonne centaine de pages en plus au moins pour pouvoir tout développer.
Cependant, même si je n'ai pas du tout aimer ce début, j'ai bien aimé la deuxième moitié du roman car ENFIN les personnages se sont mis à réagir et avoir des réactions normales face à ce qu'ils vivaient et ça m'a fait du bien de lire cela. En plus, la fin est plutôt bien amené et nous donne espoir face à toutes ces situations horribles face à lesquelles Paul et Thalia ont pu être confrontés. Une lumière se rallume au coeur de cette noirceur, et on arrive à nouveau à respirer même si l'on sait que la suite du chemin ne sera pas de tout repos.
Finalement, je dois dire que ma lecture a été plutôt chaotique mais j'en ressors quand même avec de l'espoir en moi, qui me souffle que le monde est en train de changer petit à petit et juste pour ça, ce livre vaut le coup.

Je remercie Babelio et les éditions Slalom pour l'envoi de ce livre !
Commenter  J’apprécie          20
Paul vient d'une famille très croyante qui prône des valeurs chrétiennes. Son destin est tout tracé pour ses parents : il fait des études brillantes, a une petite amie, Estelle, fait du sport et du théâtre. Lorsqu'il se sent attiré par un garçon, tout son monde s'écroule et c'est empli de questions qu'il suit un atelier de thérapie de conversion, Vers le Vrai... Thalia, elle, c'est tout le contraire ! Jeune fille libre et amoureuse de la vie, elle profite de chaque instant pour s'épanouir et s'ouvrir aux autres. Amoureuse de Loïs, elle n'a qu'une envie : afficher au grand jour sa relation. Mais le moment venu, les choses ne se déroulent pas comme prévues...
Ce roman m'a touchée : deux vies différentes, presque à l'opposé et pourtant, ces deux destins se ressemblent et leurs histoires vont s'entrechoquer !
J'aime beaucoup les romans d'Anne Loyer : elle parle avec beaucoup de réalisme des sujets d'actualité qui aborde la question de liberté (Celle que je suis, Filles uniques mais aussi Car Boy).
Ici, ce sont en plus les questions de préjugés, d'identité sexuelle mais aussi de construction de soi qui sont interrogées. A travers le parcours de Paul et des Thalia, on se rend compte que l'homophobie touche tous les milieux mais qu'il reste de l'espoir pour un avenir plus tolérant !
Merci aux éditions Slalom et à NetGalley pour ce roman à lire et à faire lire !!!
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Elle se tait mais elle choisit.
Elle fera face.
Elle assumera.
Parce qu’elle n’a rien à déguiser, rien à mentir, rien à regretter. Et tant pis pour les chiens galeux qui veulent l’accabler, lui faire honte ou l’injurier. Ce n’est pas à elle de courber l’échine. Elle n’a rien à se reprocher et surtout pas d’aimer.
Commenter  J’apprécie          60
— Tu es une...
Sa mère maintenant. Elle ne finit pas sa phrase, la termine dans une grimace qui lui déforme les traits. Cela ne va donc jamais finir ? Au lycée, sur Internet, ici. Tous pareils. Tous si étriqués d’esprit qu’ils ne peuvent admettre qu’on puisse aimer, simplement aimer et peu importe si c’est une fille ou un garçon. Mais jusqu’à quand ?
Commenter  J’apprécie          30
C'est horrible. Et pour la première fois me vient à l'esprit que je déteste cet homme, ce lieu, ce groupe. Alors qu'il cherche à me ligoter à lui et à ses certitudes, c'est tout le contraire qu'il obtient. J'ai besoin de respirer. Loin. Très loin d'ici.
Commenter  J’apprécie          20
Elle se tait mais elle choisit.
Elle fera face.
Elle assumera.
Parce qu’elle n’a rien à déguiser, rien à mentir, rien à regretter. Et tant pis pour les chiens galeux qui veulent l’accabler, lui faire honte ou l’injurier. Ce n’est pas à elle de courber l’échine. Elle n’a rien à se reprocher et surtout pas d’aimer.
Commenter  J’apprécie          10
Chaque bout de moi retrouve sa place. Sa juste place. C'est encore infime, très fragile, mais c'est là. Tangible. Infiniment précieux.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Anne Loyer (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Loyer
Cette semaine, il y en a pour tous les goûts du côté des coups de cœur de la librairie Point Virgule : parmi les trois romans mis en avant, vous retrouverez un policier dont l'action se déroule à l'époque de l'affaire Dreyfus, une fable onirique où il est question de chat et de littérature, et un drame intimiste qui ne vous laissera pas indifférent.
- La valse des damnés, Philippe Chlous, éditions de la Manufacture de livres, 19,90€ - Le chat qui voulait sauver les livres, Sosuke Natsukawa, éditions Nil, 19€ - La petite coriace, Anne Loyer, éditions Anne Carrière, 18,90€
autres livres classés : thérapie de conversionVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (169) Voir plus



Quiz Voir plus

Quand Kader rencontre Marje...

Que mange Kader et Marge chez Marceline?

couscous
pot-au-feu
cassoulet
blanquette

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La belle rouge de Anne LoyerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..