AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2312063530
Éditeur : Les Editions du Net (18/10/2018)

Note moyenne : 4.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Ange-André de Ladace existe-t-il vraiment ?
Est-ce bien lui et sa bande de jeunes tueurs qui s’acharnent à occire d’honnêtes citoyens dès que ceux-ci commettent des fautes de syntaxe ou d’orthographe ?
Ces meurtres ont-ils quelque chose à voir avec l’héritage du comte Romuald de Verzy ? Quel rapport peut-on faire entre les chevaux de course, les vignobles du brave défunt et une attaque de banque ?
Sommes-nous dans un roman noir ou un conte oni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
araucaria
  05 janvier 2019
Je viens de découvrir avec intérêt et grand plaisir le premier chapitre de votre roman. le texte est très original et très drôle. Une telle lecture fait un bien fou! La suite du livres doit offrir bien des surprises. Merci pour ce bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          250
Lecturaptor
  11 décembre 2018
Voilà un livre impossible à classer. Il est juste surprenant. L'intrigue, l'idée, les personnages. Jouer avec les mots et leur syntaxe n'est pas un exercice facile. L'auteur s'en sort très bien et je suis étonné qu'il ne soit pas édité dans une maison d'édition plus prestigieuse... à suivre.
Commenter  J’apprécie          40
MarieRouviere
  17 janvier 2019
Ce qui en est dévoilé me donne envie de lire ce roman! L'idée de vouloir assassiner les personnes faisant des fautes de français est amusante . Bien évidemment dans le cadre d'une fiction romanesque! D'autant qu'une langue VIVANTE évolue et que ce qui est "fautif" aujourd'hui sera la norme demain. Vivent les apports d'ici et là, même ceux qui me choquent souvent!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   01 février 2019
Romuald de Verzy blanchissait; se recroquevillait aussi, un peu plus, comme une fougère qui s'en retournerait vers le Printemps. Bien que ses temps de repos devinssent de vraies périodes de retraites, il conservait un âge toujours alerte quand il s'agissait de courses et plus encore de grands prix. Le fossile entretenait sa superbe pour la société fermée des propriétaires. A chacun, il présentait son protégé en oubliant ostensiblement les précautions de langage les plus élémentaires... au "Voici mon poulain!" affectueux, il préférait désormais un "Voici mon dauphin!" plus péremptoire. La nuance du comparatif ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd et Alcofrybas Nasier choisit le moment opportun - une plage de lucidité matinale où l'égrotant s'était décidé à mettre un peu d'ordre dans son courrier - pour lui glisser deux mots d'une réalité somme toute incontournable : le vieux débris n'était pas immortel et sa bienveillante protection risquait de se trouver délicate à assumer depuis un au-delà si peu fourni en subsides palpables...
"Quel empressement, Monsieur! A vous entendre, d'aucuns eussent pu penser que vous cherchassiez à m'occire! Fichtre! Je vous sais gentilhomme, mais à découvrir que vous osiez soudain excaver mon avenir à coup de conditionnel, jamais je n'eusse pu le penser! Je reste sous le choc!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
araucariaaraucaria   21 janvier 2019
"Qu'est-ce?" maugréa-t-il.
L'unanimité des employés du Comte s'accorde à dire qu'un matin, rentrant d'une mise en jambes équestre en son domaine des Cagneux, Romuald trouva une chose légèrement brunâtre de sang caillé, posé au sommet du tas de crottin ornant le recoin gauche de l'écurie. La magnifique bâtisse en pierre de taille étant réservée à l'usage exclusif d'As de Coeur et d'As de Trèfle (son couple de pur-sangs aux pedigrees dûment facturés), le Comte de Verzy n'identifia pas du premier coup d'oeil la nature réelle de l'incongruité. Or, toujours soucieux des aléas digestifs de son capital quadrupède, la noble âme mit pied à terre avant de chausser monocle et de lâcher un "qu'est-ce?" sifflant devant sa trouvaille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
araucariaaraucaria   24 janvier 2019
- Je vous prends dorénavant sous mon aile, sous ma garde! Emportons à l'étage cette Médium de vin fou qui prend stupidement le chaud et allons rattraper le temps perdu. J'ai, là-haut, une excellente bibliothèque bourrée de règles grammaticales et syntaxiques tombées en désuétude à force d'intelligibilité démocratique obligatoire. Nous les raviverons afin de chanter plus haut et plus fort encore le miracle de notre résurrection. Je me sens rajeunir. Nous explorerons en tandem les généalogies encore vivaces de notre siècle jusqu'à ce que votre rang vous soit rendu envers et contre les beuglements d'un peuple régicide! Je peste souvent seul, nous pesterons maintenant de concert. Amen!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
araucariaaraucaria   31 janvier 2019
"A quoi l'enfant pouvait-il bien rêver?" était la grande énigme sur laquelle Alcofrybas Nasier échafaudait bien des hypothèses. Rêvait-il de ces chiffres dont il maniait la symbolique avec une dextérité, une élégance, un brio digne de ces cavalcades matinales? Ou alors se métamorphosait-il, à la faveur de la nuit, en un centaure magnifique, un Pégase céleste qui n'aurait attendu que l'innocence d'un orphelin pour se matérialiser enfin?
Oh! Comme l'élève inspirait le professeur.
Ce dernier en devenait poète!
Aux yeux du misanthrope, Ange-André, à n'en pas douter, se révélait d'une beauté profonde; une sublime esthétique de l'âme, ou du caractère, ou de la psychologie, ou de l'individualité... quelque chose qui le rendait sinon singulièrement beau, mais, pour le moins, magnifiquement singulier.
Bref : intéressant!
A plus d'un titre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
araucariaaraucaria   26 janvier 2019
(...) l'adolescent se mit à caracoler, à hennir en sautant dans la petite pièce puis à s'affaler sur le tapis persan en tapant le sol de joie. Alcofrybas reconnut là cette façon si particulière qu'avait l'enfant de rire; il riait de tout son corps, les bras partaient en l'air, le torse se cabrait et le son qui sortait de la gorge ne pouvait qu'évoquer à l'érudit le cri fossile des Centaures avant que les Lapithes ne les exterminassent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Video de François-Xavier Luciani (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-Xavier Luciani
François Xavier Luciani est interviewé par Philippe Martinetti le 22 nov 2013 à propos de son roman "Bastia pour Dames".
autres livres classés : truculentVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1562 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre