AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782491639006
352 pages
Éditeur : ZWY éditions (20/12/2019)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
– Cool ! Stan, tous les cadavres ont disparu, t’as plus de mouron à te faire. Une fille superbe se douche chez toi, et il reste deux croissants. Hé ! y a pire, non ?
– S’il y a pire ? Non mais, Ron, est-ce que tu réalises ? Cette fille ne sait même pas où elle habite ! Elle ne se souvient de rien ! Et elle débarque, chez moi, comme ça, juste le jour où… On s’est fait piquer un Chinois mort, Ron ! On a été arrêté pour délit de fuite ! Tout le quartier pense qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cicou45
  06 février 2020
Ouawh, comment commencer cette critique sur un livre qui est complètement déjanté, tiré par les cheveux et pourtant dont on peut qu'avoir envie de tourner la page suivante tant l'auteur nous tient en haleine jusqu'au bout, avec la seule envie de savoir ce qu'il pet encore nous réserver comme sorte de farce tellement énorme que l'on ne sait pas si l'on a envie de rire de soulagement pour les personnages ou de rire tout court tant cela semble absurde...et pourtant, on y croit et on adore (enfin j'adore le style humoristique de l'auteur). Avouez, pour ne vous citez qu'un exemple que lorsqu'une vieille dame se fait renverser, donnée pour morte et qui plus est, enfermée dans le coffre d'une belle Italienne, disparaît, cela peut paraître énorme, non ? Mais cela n'est rien ! Et dire que le coffre ne pouvait même pas s'ouvrir de l'intérieur...
Et encore, je ne parle pas des Chinois...
Bon, tentons de mettre un peu d'ordre dans tout cela pour commencer : Stan est un écrivain et son meilleur ami, Ron, un grand rouquin souvent très lourdingue a un peu trop tendance à squatter chez lui. Aussi, lorsqu'il appelle ce dernier en lui disant qu'il a fait une grosse bêtise, Stan s'attend à tout mais en ouvrant ce fameux coffre de voiture dans lequel se trouverait une vielle dame que Ron aurait renversé et qu'il découvre que celui-ci est vide...eh bien, Stan aurait de quoi sincèrement s'inquiéter pour la santé mentale de son ami si il n'y avait pas eu tout le reste mais là, je laisse planer volontairement une grosse grosse phase de mystère tant il faut absolument que vous lisiez ce livre par vous-mêmes pour vous rendre réellement compte de l'énormité de la situation et du pourquoi le lecteur ne peut s'empêcher de s'attacher aux personnages.
D'un autre côté, nous avons une jeune femme qui débarque un soir chez Stan avec dans la main le nom et l'adresse de ce dernier. Il est donc sensé la connaître me direz-vous sauf qu'il n'en est rien et réciproquement car cette dernière ne se souvient de rien, ayant oublié même jusqu'à son prénom. S'engage alors non seulement une enquête sur la mystérieuse identité de cette belle jeune femme qui va les mener tous trois, sur des chemins sinueux, rocambolesques et...remplis de Chinois ! Vous trouvez que je fais de l'humour noir en raison des dramatiques circonstances médiatiques actuelles ? Désolée mais il n'en est rien et je vous assure que cela n'a absolument aucun rapport !
Un livre drôle, original, avec une fin on ne peut plus extraordinaire et surprenante et des personnages extrêmement attachants et une écriture fluide et limpide avec des chapitres courts mais qui nous font parfois perdre un peu le Nord, euh la tête pardon. Bref, une lecture que je ne peux que vous recommander car cela fait vraiment du bien et ce, dans tous les sens du terme ! Beaucoup de jeux de mots et de références littéraire, musicales ou cinématographiques viennent également pimenter cet ouvrage et c'est un vrai régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
cicou45cicou45   05 février 2020
"Des mots pour les maux, de la syntaxe et du vocabulaire en lieu et place de tous ces produits chimiques dont les labos nous gavent ; je trouvais ça plutôt sympa. Et puis, se dire que la force de guérir résidait en chacun de nous, plutôt que dans un tas de pilules, n'est-ce pas merveilleux ? Inquiétant, certes, mais merveilleux."
Commenter  J’apprécie          120
cicou45cicou45   05 février 2020
"_Buénas nochesse, fit Ron tout fier.
_Gracié cuchto, lui répondit le chauffeur pour se moquer.
Dans l'escalier qui montait chez Louis, Liza rigolait encore.
_Tu lui as dit bonne nuit.
_Et alors ? fit le rouquin sans se démonter.
_Il est deux heures de l'après-midi.
_Et alors ? C'est un Mexicain.
_N'importe quoi ! ne puis-je m'empêcher de dire, en levant les yeux au ciel.
_Il y a toujours un Mexicain qui dort, Liza, n'oublie jamais ça !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LudovicfulLudovicful   07 février 2020
Et si tout cela n’était pas arrivé ? cet accident, et tout le reste ? Alors là, rien de plus simple. Ron devait me rejoindre chez Fred, nous aurions bu un coup ensemble, et il m’aurait ramené en voiture, tout simplement. Et puis terminé. Trois pizzas, un morceau de cheddar, Die hard… et au dodo. C’est ça ! C’est comme ça que cela aurait dû se passer : Die hard et au dodo.
Depuis que j’ai un appartement, Ron passe une semaine chez moi, l’autre chez ses parents. Une garde alternée, en quelque sorte. Ça les soulage un peu, et puis ça me fait plaisir. Enfin, ça me fait surtout plaisir qu’il ne soit pas là tout le temps, l’affreux. Il squatte mon salon, pille mon frigo et il pisse à côté sans relever la lunette, ce salaud, mais bon… c’est Ron. Et puis ce n’est qu’une semaine sur deux.
Une fois rentré, j’aurais bossé un peu, tapé deux trois pages ou affiné un dialogue, inventé un personnage ou travaillé une posture, cependant qu’il aurait traîné, glandé, comaté devant la télé ou fait l’un de ses jeux débiles sur la console, vautré dans le canapé, ses grands panards posés sur la table basse du salon. Enfin, il aurait fait son Ron. Et bien évidemment, il n’aurait cessé de me déranger dans mon travail.
– T’as déjà vu les infos en suédois ?
Voilà le genre de question qu’il m’aurait posé, à moi ! Moi qui me demande si cette fille qui marche regarde le sol ou le ciel ; moi qui hésite entre carmin, rouge, pourpre ou cramoisi ; moi qui dois choisir entre dépité, surpris, ahuri, atterré…
– Hein ? Stan ! T’as vu que tu peux avoir les infos en suédois ?
– Ouais, super !
– C’est vachement compliqué comme langue, dis donc. On comprend rien. Ah ! non mais, carrément rien, je te jure !
– Ron, j’essaie de me concentrer.
– T’as essayé de voir si tu pouvais pas capter les radios suédoises ? Avec internet, je suis sûr que c’est possible. Alors, là !… Pour suivre les infos en suédois… sans les images ! Eh ben, chapeau ! Fortiches, les gars ! Je peux te dire qu’en Suède les gars… y doivent pas la regarder souvent, la radio.
– Ron, je bosse.
– Ben, moi je dis ça, je dis rien.
– Eh ben, très bien ! Fais donc ça, ne dis rien.
– Ah non ! mais c’est pour toi. C’est ta télé. Si tu veux pas…
– Tu t’ennuies, gros ? Prépare à manger, si tu ne sais pas quoi faire.
– Ah, ouais ! Tiens, t’as raison.
Ouf ! Merci ! Cinq minutes de répit.
Je tergiverse. Alors, alors… point-virgule ou pas ? Je cherche, cependant que Ron… Des bruits de vaisselle, de la musique et des jurons me parviennent de la cuisine… Serait-il en train de cuisiner, le rouquin ? Bon… Restons concentré. Est-ce que je coupe cette phrase en deux ? Te, te, te… Non, ça complique inutilement. Pourtant, la logique voudrait que… Ouais… carmin, ça sonne pas mal, ça sonne même bien. D’autant plus que j’ai une sonorité en ain juste avant et que… Carmin… carmin… c’est de quelle couleur, ça, exactement ? Petit tour sur internet pour vérifier : car, cari, carmi, Carmina Burana… Non, c’est pas ça. Tiens ! je me demande si…
– Si je commandais des pizzas ?
– …
– Stan ! ça te dirait des pizzas ?
Là, je ne réponds pas, j’en ai marre, vraiment ! Ce n’est pas possible de bosser dans ces conditions. Je suis… dépité, totalement dépité !
– Stan ! t’as de la monnaie pour les pizzas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cicou45cicou45   05 février 2020
"Tout va si vie dans la vie. Les mots s'envolent et s'échappent, ils vivent leur vie. On voudrait les retenir parfois, mais à peine la pensée surgie que déjà les voilà partis. Là, je crois que j'aurai mieux fait de me taire."
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : amnésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Ludo (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16179 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre