AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Denis Labbé (Traducteur)
ISBN : 2265078603
Éditeur : Fleuve Editions (16/01/2004)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Harry Keogh a toujours eu ce pouvoir particulier qui lui
permet de parler avec les morts. Reconnaissants qu'il le
sorte de leur ennui éternel, ceux-ci lui confient leurs secrets. Sans qu'il le sache, il est un " nécroscope ". Mais nous sommes en 1971, c'est l'époque de la guerre froide, et sa spécialité va faire de Harry le personnage central de la lutte entre les services britanniques et le KGB. Car de l'autre côté du rideau de fer on s'intéresse auss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
RosenDero
  30 mars 2018
Les vampires ? Trop young adulte…
Les médiums ? Trop tout et n'importe quoi…
Les espions et la guerre froide ? Trop démodé…
Écoute-moi, toi, lecteur de peu de foi, ne t'arrête pas à ces préjugés car tu as devant toi un bouquin drôlement immersif, sacrément prenant et vachement plaisant à lire ! Non, à dévorer ! Muhahaha.
Quelle ambiance, mes petits ! Ce froid, ces sombres forêts, ces tombes abandonnées, ces non-morts qui susurrent à nos oreilles, ce folklore qui prend corps et ces mythes qui n'en sont finalement pas… merci vieux Démon, merci Vlad l'empaleur, merci Wamphyr ! Cette partie du récit sera à jamais gravée dans ma mémoire, et je relirai volontiers ce bouquin juste pour retourner auprès de ta tombe secrète, au centre de ces collines en forme de croix.
Les médiums, me direz-vous. Et bien ils vont de paire avec les espions. Car dans cette guerre froide-ci, l'URSS a misé gros sur les techniques extra sensorielles, sur les gens dotés de pouvoirs hors du commun, ceux-là même qui peuvent voir l'avenir, communiquer à distance, provoquer des crises cardiaques d'un simple coup d'oeil, ou, plus noir encore, extorquer aux défunts tous leurs souvenirs et toutes leurs connaissances. Dragosani est de ce dernier type, lui, le nécromancien qui plie les morts à sa volonté. de l'autre côté, dans l'autre bloc, les Anglais ont aussi leurs médiums, mais ils ont surtout Keogh, le nécroscope, l'ami des morts, celui qui leur tient compagnie, leur parle et partage leurs connaissances.
Tout ce petit monde va se rencontrer, se croiser, se mélanger, dans une histoire haletante où l'on appréciera l'évolution des deux protagonistes, où l'on suivra leurs cheminements, d'abord en ayant plus d'intérêt pour l'un (plus mystérieux) puis se prenant à le détester pour espérer sa chute.
Et malgré une fin qui m'a un peu moins convaincu, voire un peu déçu (un poil métaphysique, un poil rapide et bourrin), j'ai adoré ce bouquin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3014
Tatooa
  15 juin 2014
Passionnant, c'est le mot ! L'aspect terreur est, de mon point de vue, fortement exagéré, même s'il y a une ou deux scènes gore et une ou deux scènes de sexe mais là non plus rien de bien méchant ni choquant, du moins j'ai déjà lu pire !... (Comme je l'ai dit ailleurs, je précise ici que j'ai lu ce livre en parallèle avec "le livre des choses perdues" de Connolly, que j'ai trouvé infiniment plus dérangeant, du coup celui-ci m'a paru bien gentillet à côté. Mon avis aurait peut-être été différent si je l'avais lu "seul" !)
Le scénario, qui se passe pendant la guerre froide, est bien pensé, assez tordu et j'ai adoré la fin ! Je signale d'ailleurs que ce seul tome peut se suffire à lui-même, même si, pour ma part, je sais très bien que je vais lire le second que je me suis procuré d'occasion !
Harry Keogh est, certes, le personnage principal, il est très intéressant, mais il n'y a rien à faire, je lui préfère Dragosani, le "méchant" valache !
Ce personnage-là est fouillé, et on se demande tout le long du livre ce qu'il va faire ou ce qui va lui arriver.
Niveau écriture (et traduction), ça se laisse lire sans peine même si, je pense, cela aurait pu être mieux, il y a quelques répétitions et des tournures de phrases un peu lourdes parfois, mais rien de rédhibitoire.
Il ne faut rien spoiler de cette histoire car ce serait déflorer un excellent bouquin.
Ma note : 4,5 étoiles (5 sur Babelio)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
Masa
  22 mai 2015
La chose est enfermée… plus pour longtemps. Dans son pays – la Valachie – devenue la Roumanie, le démon ne rêve que de redevenir le maître. le monde est partagé en deux parties. À l'ouest, celui des occidentaux et à l'Est, celui des soviets. Car oui, nous sommes durant une période fascinante de notre histoire – celle de la guerre froide. Chacun essaye de devenir plus puissant que l'autre, ce fut d'abord la puissance nucléaire, puis la conquête spatiale, mais bientôt, ce sera celui des morts.
J'ai entendu dire que Hitler se passionnait pour les sciences occultes, il est tout à fait plausible que ce fut le cas de Staline. Dans ce roman ou le Fantastique ne peut que s'écrire qu'avec une lettre majuscule, les russes ont développé un réseau sur le paranormal. Développant au point de le perfectionner, les européens et les américains se sont également lancer dans ces expériences.
J'ai eu le coup de grâce dès le prélude. Mes poils se sont hérissés sur mes bras. J'ai reçu une claque, dès le début. Mon illusion est vite tombé lorsque le premier chapitre à prit le dessus. Mais cette sensation de manque s'est vite évaporé. Brian Lumley décrit une première strophe avec tant de force et d'horreur qu'il en ait même écoeurant.
Pour bien comprendre le roman, il est important de signaler que l'on suit trois histoires. La première est celle du prélude, que l'on suit en fil rouge par le biais de trois intervalle. Et puis, vînt les soviétiques avec Dragosani un agent d'origine roumaine. Ce personnage est un nécromancien. Il lit les pensées dans les entrailles des morts. Les informations, il les obtient en violent leur dépouille. En parallèle, nous avons un jeune garçon, rejeté par ses autres camarades. À contrario de Dragosani , il peut parler avec les morts à travers ses rêves ou ses pensées, il est un nécroscope.
Ah ! Nécroscope ! Je respire ce mot et j'adule Brian Lumley de l'avoir inventer, je me battrai pour qu'il rejoigne la langue française.
Grâce aux conversations avec les défunts, Harry peut faire revivre ces légendes et développer de nouveaux dons. Il manie l'art de la science des maths.
Nécroscope est un roman qui se savoure sur la longueur. Il devient envoûtant, à tel point qu'il en est difficile le lâcher. L'excellence donc qu'est ce titre.
Je regrette pour le coup de ne pas avoir acheter sa suite. Faudra que je patiente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
kade_read
  03 juin 2018
En retirant ce roman de ma pile à lire, j'étais ravie. Ça faisait déjà un moment que j'avais envie de le lire. Sa couverture très attrayante ainsi que le personnage mystique de Harry m'attiraient beaucoup, aux premiers abords. Pourtant, en le refermant, mon idée de départ n'est plus du tout la même. Cet aspect prometteur m'a finalement déçu. Sans que cela ne soit suffisant pour lui déléguer qu'une étoile, mais malgré tout, il m'a déçu. Peut-être en attendais-je trop, ou quelque chose de différent compte-tenu du résumé.
Dans un premier temps, j'ai été assez désarçonnée par le côté guerre froide. Je ne suis pas férue de ce type de lecture, et pourtant, lorsque c'est bien écrit j'arrive à me laisser transporter. Ici, ça n'a pas été le cas. L'écriture, bien que je pense que cela vienne davantage de la traduction, ne m'a pas convaincue. Les phrases des premiers paragraphes sont souvent alambiquées pour pas grand chose, ce qui alourdit le tout et bloque le lecteur. D'autant plus, lorsqu'il a déjà du mal à s'ancrer à l'histoire.
Dans un second temps, j'ai eu un problème avec le personnage d'Harry-enfant. À cause de son nom, peut-être. À cause de sa situation familiale, peut-être. À cause de son petit côté martyr, peut-être. À cause de ses facultés, peut-être … Peut-être que c'est simplement comme un certain Harry Potter, il vit chez un oncle et une tante, il est martyrisé par ses camarades … Alors oui, pendant toute son enfance, j'ai imaginé ce pauvre Harry Keogh comme un Harry Potter. Toutes ces ressemblances ont complètement bloqué mon imaginaire.
Dans un troisième temps, Dragosani m'a déçu. À mes yeux, il n'avait rien d'un vampire. Ces êtres doivent être hypnotiques, charismatiques, attirants, diablement beaux, intelligents et cruels. Sauf que Dragosani, malgré le fait qu'il dévore les entrailles des morts pour lire leurs histoires, n'a rien déclenché chez moi. Ni peur, ni inquiétude, ni attirance, ni intérêt. Je l'ai trouvé horriblement fade. Ces actes de cruauté ne me semblaient pas assez développées. Ce genre de passage restait dans le flou, comme si l'auteur lui-même décrivait un flou qu'il n'arrivait pas à matérialiser concrètement. Et du coup, il ne s'est pas matérialisé non plus pendant ma lecture. Après tout, il s'agit d'un roman du genre dark fantasy, donc je m'attendais à du très dark. Là, j'ai malheureusement l'impression de survoler le genre. Je rêvais d'un prince des ténèbres avec le charisme et l'intelligence d'un Dracula, et je me suis retrouvé avec un vampire digne des personnages de « L'école des vampires ». Et quand, enfin, on rencontre un vampire avec une trempe de vampire, et bien l'auteur le tue. Super ! le but de l'auteur était sûrement de rafraîchir le genre vampire, malheureusement, je trouve qu'il l'a tellement allégé qu'on a même plus envie de connaître le but de leur existence. C'est vraiment dommage ! 
Pourtant certains passages sont bien écrits et bien retranscrits, surtout lorsqu'il s'agit de Harry. Son histoire est souvent intéressante, presque addictive. C'est son histoire, en réalité, que j'aurais préféré lire du début à la fin. Ainsi, ma lecture n'aurait pas été en dent de scie. Et d'ailleurs, c'est son histoire qui m'a poussé à continuer ma lecture. Sans lui, j'aurais refermé ce roman au bout des premiers paragraphes. Pour moi, ce roman est, certes, l'installation de l'intrigue, mais le seul enjeu qui anime ce roman est la vengeance de Harry. Il veut venger sa mère et venger son patron … Oui, ok ! Mais sinon, il se passe quoi ? Rien de plus ! Ça manque vraiment d'enjeux, de conséquences, de gravité, de dangerosité, de peur, d'angoisse … Ça manque cruellement de dark fantasy, en bref ! Et évidemment, ça manque de suspens … On se doutait bien, en sachant qu'Harry était capable de communiquer avec les morts, que l'esprit qui discutait avec Alec Kyle ne pouvait être que lui. Pas de surprise, donc ! Par contre, belle surprise pour le ruban de Möbius, qui vient lier les éléments entre eux. C'est juste dommage que la fin du roman s'achève sur un boucle sans fin. J'ai trouvé ça un peu facile. Cela-dit, pour me rassurer, je me dit que le second tome sera sûrement plus achevé. Sauf qu'après celui-ci, je n'ai plus vraiment hâte de le lire.
Les critiques sur ce roman sont pourtant dithyrambiques et sa note moyenne, plutôt élevée. Pour ma part, je ne me suis pas amusée à lire ce roman. Si bien que ma lecture a été allongée. Alors qu'habituellement, je lis une oeuvre de cette taille en maximum trois jours, j'ai achevé celle-ci au bout de six longs jours. C'est vraiment dommage que le contenu ne soit pas à la hauteur du contenant … Vraiment dommage que le thème vampire n'ait pas été davantage rafraîchit … Il ne manquait plus que l'ail et nous avions tous les stéréotypes de base … Je ne dirais pas qu'il s'agit d'un navet, mais pour moi, il n'a rien d'un grand roman du type. On a eu accès à une surface, mais jamais nous n'avons atteint les profondeurs … En gros, je me suis un peu ennuyée dans ce roman prometteur qui n'était pas assez dynamique, à mon goût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
greg320i
  19 octobre 2012
Passionnant ,affriolant, affolant , et en avant cheveux au vent ! Car oui,en effet, quand vous vous élancerez dans Nécroscope c'est toutes ces sensations que vous découvrirez . le début très classe sur thème de guerre froide , des agents secrets, des prémices de rivalité entre parties et le sombre et fantastique Boris Dragosani : On aime déjà ! Mais ce n'est qu'un tiers de toutes les surprises que nous réserve ce roman-fiction ,construit à la manière d'un haletant épisode de film d'action. Pour continuer à s'élever dans les hautes sphères de la terreur Sir Brian Lumley ose un conflit entre deux héros tout aussi génial l'un que l'autre. Alors que le premier nommé -nécromancien de son métier- à déjà séduit notre passion littéraire ici ,on va entrer dans la découverte du jeune et attachant Harry Keogh ,élève surdoué, maître Nécroscope .
Ce qui nous livre à présent sauvagement à entrer dans le vrai domaine de l'ouvrage et nous délivrez à nouveau suavement les sensations les plus passionnantes tel que les affres et désastres de la vengeance, l'outrance et l'outrecuidance d'une rivalité sans nom : Qui dans son propre combat va l'emporter ? Mais surtout quand le duel va-t-il survenir... ?
Pour notre plus grand plaisir ce n'est qu'à quelque 20 pages de la fin que ce produit le couronnement de notre attente.
( je n'ose rien renseigner ici de plus, le suspense vaut pour sa peine chers lecteurs)
le style, le phrasé , le chapitrage et toutes les grandes lignes sont évidemment réalisé avec fougue, envie et une soif de plaire qui va droit au coeur :bref Brian Lumley entre dans le cercle très restreint des écrivains majestueux et capable de soulever n'importe quel critique : un Must !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   20 décembre 2015
Kyle s'assit derrière le bureau. Drôle de monde, pensa-t-il. Et drôle d'équipe. Robots et romantiques. Superscience et surnaturel. Télémétrie et télépathie. Calculs de probabilités informatisés et prescience. Gadgets et fantômes.
Il cherchait dans sa poche ses cigarettes et son briquet, puis les sortit ainsi que les clés du classeur sécurisé de Gormley. Machinalement, il jeta celles-ci vers un coin vide de la table de travail. Puis il s'immobilisa et les regarda, posées là et formant un motif - le motif de cette vision de l'avenir qu'il avait eue le matin même.
Très bien, commençons par là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RosenDeroRosenDero   28 mars 2018
J'ai vu une de mes sœurs, la tête tranchée, un pieu planté dans la poitrine et les yeux pendant sur ses joues, et je n'ai pas pleuré. Non, au contraire, j'ai poursuivi les meurtriers, je les ai écorchés et je leur ai fait manger leur peau. Puis, je les ai violés avec des fers chauds et avant qu'ils ne meurent, je les ai badigeonnés d'huile, je les ai allumés comme des torches et je les ai jetés du haut des falaises de Brasov ! Seulement, après, j'ai pleuré... des larmes de joie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MasaMasa   22 mai 2015
Dans mon sommeil, je l'ai attendu, ce puissant mage, et des rumeurs disaient qu'il allait me réveiller. Les morts l'appellent leur ami et certains, parmi les vivants, le craignent beaucoup. Oui-da, et je désirai lui parler, parler avec celui qui est déjà une légende parmi les légions des tombes. Et voyez ! Je l'ai appelé et il est venu vers moi. Et son nom est Harry Keogh.
Commenter  J’apprécie          90
belette2911belette2911   15 juillet 2012
Boris s’assit, scruta l’obscurité autour de lui, apeuré, ses yeux regardant d’un coté et de l’autre, la tête lui tournant. Il se trouvait à un peu plus de la moitié de la pente, sur une sorte d’affleurement rocheux plat, sous les arbres. Il n’était jamais venu ici auparavant, ne s’était jamais douté que cet endroit existait. Puis, tandis que ses yeux s’habituaient à la pénombre et qu’il retrouvait ses sens, il se rendit compte qu’en réalité il était assis sur des dalles de pierre couvertes de lichen devant ce qui ne pouvait être qu’un… mausolée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   11 juin 2014
Dragosani avait toujours été arrogant, insubordonné même, et Borowitz avait accepté cela et l'avait même encouragé - mais quelque chose d'autre l'inquiétait. Borowitz le suspectait d'être ambitieux ; ce qui était bien, aussi longtemps que le nécromant ne devenait pas trop ambitieux.
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1751 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre
.. ..