AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Inès Jorgensen (Traducteur)
ISBN : 2847201394
Éditeur : Gaïa (02/03/2009)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 57 notes)
Résumé :
En l’an 1902, un trois-mâts fait naufrage au large de Skagen, à l’extrême nord du Danemark. Le seul survivant, un marin américain, aux cheveux et aux yeux noirs, est hébergé chez un jeune couple.

Le marin disparaît à l’aube, sans laisser de trace. Neuf mois plus tard naît un enfant qui ne ressemble pas aux autres. Tout au long de sa vie, Anthon sera surnommé Tonny, ou l’Américain, et devra supporter les rumeurs persistantes sur ses origine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  07 avril 2014
Den amerikanske sømand
Traduction : Inès Jorgensen
ISBN : 9782742795031

Roman aux lenteurs parfois lassantes, "Le Marin Américain" décrit le parcours atypique d'une famille de pêcheurs de Skagen, à compter du début du XXème siècle. Peu à peu, de génération en génération, la famille Peter s'élève socialement jusqu'à ce que le dernier descendant du clan, l'un de nos contemporains, ne revienne sur les lieux du passé pour tenter de résoudre l'énigme qui a présidé à cette élévation.
En effet, l'arrière-grand-père théorique, Jens Peter, était stérile. Malgré tous leurs efforts, malgré aussi tout leur amour, sa femme et lui ne parvenaient pas à avoir d'enfants. Certes, tous deux étaient jeunes - Ane, la jeune femme, n'a que vingt-deux ans quand s'ouvre le roman - mais il n'empêche que le Temps, fidèle à son principe souverain, file vite, très vite ... Par une nuit sauvage, le naufrage d'un trois-mâts norvégien, en 1902, rejette sur la plage un seul survivant. Parce que sa maison est la plus proche, on le transporte chez Ane dont le mari est absent parce que parti voir sa soeur mourante. Ane le soigne, le fait boire et, comme il reprend vite des forces - il est jeune et, ce qui ne gâte rien, il est plutôt séduisant - elle se laisse aller. Et puis ...
Car il y a un "Et puis ...", vous vous en doutiez. Un "Et puis ..." un peu poussif puisque le lecteur avisé devine très vite comment s'est terminée l'affaire. En effet, le matin suivant, on verra le marin étranger quitter le village à grands pas et on n'aura plus jamais de ses nouvelles. Quant à Ane, elle se retrouvera enceinte, d'un enfant que Jens Peter, malgré les chuchotements et les rires de ses concitoyens, élèvera comme son propre fils mais qui, toute sa vie, sera surnommé "l'Américain."
Un enfant précoce et intelligent, ce petit Anthon, l'initiateur de la richesse de la famille. Bosseur avec ça et un don quasi inné pour sentir où se situent à coup sûr les bancs de poissons. Il finira avec trois ou quatre bateaux de pêche et deviendra le grand-père de notre narrateur qui, à son tour, un beau jour, se décide donc à revenir au pays pour savoir ce qui est vraiment arrivé à celui qui fut son arrière-grand-père biologique, le Marin Américain.
Nous le répétons, on devine assez vite le pourquoi du comment et tout le reste du livre sert surtout, sous couvert de poser quelques questions existentielles, à évoquer la vie des pêcheurs danois tout au long du XXème siècle. L'auteur prend son temps, détaille, ennuie parfois ou, au contraire, parvient à intéresser son lecteur. Les personnages secondaires - notamment le chef des sauveteurs et la soeur d'Ane, laquelle tentera de faire chanter Ane en menaçant de révéler son secret - sont bien campés, en traits simples et pourtant assez fouillés pour que se dessine une complexité dont, à vrai dire, ces gens simples n'ont pas tous conscience. Il y a aussi la tonitruante figure du Docteur Warming, médecin local au courant de tout ce qu'il se passe au village, doté d'un franc-parler déconcertant (surtout pour l'époque) et d'un optimisme profond en les lois de la Nature.
Un petit roman paresseux mais sympathique, à lire sur une plage, en été, par exemple, entre deux petites siestes. Sauf, bien sûr, si vous êtes amateur d'action permanente. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
raton-liseur
  22 octobre 2018
Repéré parce qu'il a reçu le Prix Gens de la Mer en 2009, lu près d'une décennie plus tard, parce que je voulais une lecture simple après quelques lectures éprouvantes… J'ai eu ce que je voulais, un roman qui coule tout seul. Quelques maladresses de style de temps à autre, peut-être le fruit de la traduction ou bien d'un petit relâchement de l'auteur, je ne saurais dire. Mais un livre qui se lit sans effort et qui fleure bon les embruns et le poisson mariné.
Un livre qui a su me surprendre aussi, parce que la quatrième de couverture, qui laisse penser à une amourette de roman (justement…) fleur bleue et peu crédible, ne reflète pas tout à fait la réalité du livre, mais je n'en dirai pas plus à ce sujet, ce serait dommage pour le futur lecteur éventuel…
J'ai préféré d'autres livres sur le sujet de la pêche dans l'Europe de la Baltique. Nous les noyés, par exemple, est un moment de lecture bien plus mémorable. Une aparté : je ne sais pas si ce sont mes choix de librairie, ou bien ceux de l'édition française ou bien une réalité de la littérature contemporaine danoise, mais j'ai l'impression que ce sont surtout des romans historiques qui tournent autour du secteur de la pêche, de l'incroyable ascension économique et sociale qu'elle a permis au début du XXème siècle qui font la littérature danoise actuelle, comme une fascination pour une époque révolue, celle de tous les possibles et de la grandeur d'une petite nation. Fin de l'aparté.
Ce fut donc une lecture agréable comme je le désirais, et une lecture qui m'a surprise par le ton et le tour des événements. Je me serais bien passée des digressions sur les mécanismes biologiques de la prise de décision ou sur les enzymes, mais cela n'a pas ralenti ma lecture et je sors de là légère, avec du vent plein la tête et des embruns dans les cheveux, prête à replonger dans une autre lecture, après un bon bol d'air vivifiant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
litolff
  30 septembre 2012
J'ai bien aimé cette histoire de marins et de pêcheurs au nord du Danemark, le Jutland.
C'est l'histoire d'une famille, l'histoire d'une région avec ses coutumes, ses pêcheurs taciturnes, son dialecte, c'est aussi l'histoire de la pêche et de son évolution en Europe, entre le début du siècle et les années 80, du petit chalutier au bateau-usine ruinant les fonds marins.
Le mystère du marin américain vient pimenter l'histoire, mystère dont on n'aura le fin mot qu'à la dernière page !
Commenter  J’apprécie          140
LePamplemousse
  20 août 2013
En 1902, un bateau fait naufrage au large des côtes danoises,
le seul survivant, un américain, passera la nuit chez un jeune couple avant de disparaître au matin.
Neuf mois plus tard, la jeune femme mettra au monde un enfant.
Une saga familiale Danoise qui nous transporte dans des paysages sublimes et sauvages pendant quatre générations, afin d'en déterrer les secrets les plus inavouables.
J'ai particulièrement aimé l'ambiance rude, dûe au climat et au mode de vie des habitants de ce village de pêcheurs.
Nous suivons les personnages pendant des années , jusqu'à la révélation d'un vieux secret de famille.
Roman très agréable à lire même si l'intrigue est un peu prévisible...
Commenter  J’apprécie          100
christinebeausson
  05 mai 2017
Direction le Danemark.
Nous partons tout là haut, là où les deux mers se rejoignent, dans ce lieu où des morts marchent dans les dunes.
Cela n'effraie personne car tout le monde le sait.
Pour moi, un rêve, aller à Skagen à l'endroit où tout se rencontre, "cinquante quatre millions de mètres cubes d'eau de mer, eau douce de la Baltique et grand sel de l'Atlantique".
Visiter l'historial des temps anciens, maintenant appelé platement musée de la ville et de la région,
Voir l'arrière arrière quelque chose de l'auteur figuré sur un tableau, les bottes de l'arrière grand père, le fameux berceau rouge qui a attendu si longtemps son hôte !
Pratiquer la sieste côtière, "une demi heure d'un côté, une demi heure de l'autre, et puis tout son soûl sur le dos", une bonne idée !
Découvrir les nègr's, dans l'argot des pêcheurs c'est le merlan noir.
Je ne crois pas que le poissonnier me comprendra quand je viendrai moi aussi chercher des nègr's pour déjeuner dans ma petite ville bretonne, il me prendra certainement pour une partisane de la blonde immonde.
Se rappeler que le pêcheur sort toujours les poissons de la mer et qu'il en vit,
Se rappeler que tous les poissons vivent en avalant de plus petits qu'eux,
Ne jamais oublier le plus important, le poisson peut s'absenter quand il le veut !
Découvrir les mystères de l'existence vus sous l'angle de la biochimie "nous croyons agir rationnellement , en réalité nous avisons émotionnellement".
Belle excursion.
Alors même si "le reste n'est que menterie", merci, Karsten de nous raconter cette très belle histoire, qui porte sur quatre générations qui vivaient tout là haut dans le nord du Danemark.
L'histoire se répète, les arrière arrière grand parents fronçaient le nez quand leurs parents ramassaient des mouettes mortes pour les faire frire et l'arrière petit fils fronce le nez devant la dégustation des yeux des carrelets frits.
Un vrai coup de coeur, j'ai maintenant besoin de voir ces lieux "pour de vrai", peut être pour m'aider à m'inventer ma propre histoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   07 avril 2014
[...] ... Ma famille est issue d'un naufrage dramatique, survenu par une nuit d'hiver il y a cent ans.

L'histoire me tient en éveil dans l'Audi A8 qui me porte vers le nord. La grosse voiture roule au régulateur de vitesse, museau levé, et éclaire la route sur cinq cents mètres. Nous abordons un virage, et les phares halogènes balaient la lande déserte comme un coup de peigne rapide. L'éclairage cru transforme ce qui n'était qu'étendue monotone en touffes de bruyère et de laîche, semblables à de l'étoffe laineuse et des varices, avec des camarines accrochées comme des bijoux au cou d'une jeune fille.

Des personnes que j'ai connues surgissent un bref instant dans le faisceau des phares, puis disparaissent, le visage blême.

Cette région et cette mer racontent l'histoire de la famille sur trois générations, mon histoire.

Un petit lac accroche la lumière de la lune au milieu du paysage de dunes et tout à coup je me souviens de la sensation des pieds glacés et mouillés, barbotant dans les bottes en caoutchouc.

Grâce à une politique rigoureuse de protection de la nature, tout est resté tel qu'il y a cent ans, quand mon arrière-grand-mère Ane Christensen se retrouva enceinte dans des circonstances tout à fait étranges.

L'énigme a donné lieu à de nombreuses enquêtes, tant officielles que privées. Sans oublier la rumeur populaire, un murmure latent, des théories non formulées et la persistance des regards tout au long des années.

A présent, elle va être résolue. Alors même que je m'approche de la pointe nord du Jutland. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dolphyonedolphyone   10 avril 2012
Les quelques questions qu'elle balança étaient de nature si intimes que le docteur en eut le souffle coupé. [...] Il se dit que la démarche était certes inhabituelle, mais qu'a cela ne tienne [...] Fais le au milieu du mois, tu sais, entre les saignements, et ensuite reste étendue, tout à fait immobile. [...] reste allongée sur le dos et bascule le bassin vers le haut, comme ça, ça tombe où il faut...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   26 septembre 2013
[…] Son fils lui demanda :
- Pourquoi ils m’appellent l’Américain ?
Ane s’arrêta au milieu d’un geste et se tint immobile comme une statue de sel avec l’assiette vide dans la main. […]
- Comment ça se fait que je ressemble pas à papa ?
Commenter  J’apprécie          30
happyclehappycle   30 juin 2014
Le cœur d'Ane cessa de battre quand elle le vit. Jamais elle n'avait vu un homme aussi beau. Il était différent de tous ceux qui vivaient par ici. Il avait une moustache noire, des cheveux noirs et de longs cils. Un visage étroit, un long nez droit et une petite bouche.
Commenter  J’apprécie          20
maevedefrancemaevedefrance   02 décembre 2012
Les poissons doivent avoir les branchies roses, l'oeil clair et ne sentir que l'eau salée ou les algues fraîches. Je vois Ane devant moi lorsqu'elle aboie que le poisson ne doit ni cuire à la vapeur, ni mijoter, mais être plongé dans l'eau bouillante, pour être parfait. Ma tolérance envers les autres peuples s'arrête là où il faut préparer le poisson. Il n'y a que nous qui savons le faire.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : danemarkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
370 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..