AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782371020153
410 pages
Lumen (11/09/2014)
4.22/5   595 notes
Résumé :
Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !

Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (291) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 595 notes
5
126 avis
4
97 avis
3
25 avis
2
3 avis
1
0 avis

Verdorie
  05 novembre 2014
Quelques jours après ma lecture, je cherche encore des raisons pour lesquelles ce livre ne m'a pas enthousiasmé plus que ça. L'histoire possédait pourtant des composants sensés me plaire : un style d'écriture aisé permettant une immersion immédiate, de la SF dystopique avec des créatures immondes qui s'en prennent aux humains, une tendre amitié fraternelle en contraste, de l'action...
Amy, jeune fille américaine "bien-comme-il-faut", rejeton d'un père écolo et d'une mère un brin parano, voit, du jour au lendemain, son petit univers bien-aisé sombrer dans un monde post-apocalyptique où la présence de "bodysnatchers" demande d'emblée une grande adaptation, où le chacun-pour-soi est une question essentielle de survie et où le silence vaut plus que de l'or...
Or... depuis "Hungergames" (que j'avais bien apprécié en 2009) et apparentés , la vague commerciale et ses séries à foliotage incertain a, dirait-on, déposé une épaisse strate monotone sur un paysage infiniment plat de dystopies et de jeunes filles au caractère trempé, qui se changent, en un claquement de doigts, en combattantes aguerries...
C'est tant mieux pour les filles (!)... mais... je commence à me lasser de cette littérature dysTOPique pour ados qui se ressemble d'une histoire à l'autre. Elle n'arrive guère encore à surprendre. Dans ce livre-ci aussi, je ne cessai de me dire : "Amy ne voit peut-être rien venir...mais je suis sûre que ces bestioles sont en réalité xxxxxxxxxx".
Manque de bol (et sans surprise), j'avais raison... et je crois donc bien que "In the After" est pour moi également "The End".
(3,3/5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          623
Livresque78
  04 octobre 2014
Je serai la treizième personne à faire la critique de ce livre sur Babelio, et une de plus à donner un avis plus que positif.
Ce roman nous plonge très rapidement dans l'intrigue, qui est pour le moins flippante...
Je me revois à l'âge d'Amy, je me dis " comment gérer une telle situation? Comment ne pas rester terrorisée, prostrée dans mon lit?" et là impossible d'arrêter la lecture, il faut avancer afin de connaître la suite.
Le personnage de Baby est également pour beaucoup dans le succès de cette histoire de monstres qui dévorent les êtres humains à une vitesse folle. Amy et Baby sont elles les seules survivantes de la race humaine?
De vrais moments d'angoisse nous étreignent au tournant des pages et des chapitres.
Un vrai et bon roman post-apocalyptique, un roman jeunesse comme j'en dévorerai bien tous les jours.
Commenter  J’apprécie          535
Crossroads
  09 novembre 2014
Avant, Amy avait une mère obsédée par son boulot, un père obsédé par le bio, des copines obsédées par des loleries de leur âge mais ça, c'était avant...
Désormais, Amy n'a plus qu'une seule et unique obsession, survivre.
Le monde est devenu chaos. L'humain n'est plus au sommet de la chaîne alimentaire. de chasseur, il est devenu proie. le p'tit dej' des champions que sont ces monstruosités aux crocs acérés venues d'on ne sait où et toujours partantes pour bouffer, déchiqueter, broyer, dépecer du deux-pattes matin, midi et soir.
Recluse derrière les grilles électrifiées de la maison familiale avec la toute jeune Baby qu'elle a recueillie et prise sous son aile, Amy se dit qu'elle a touché le fond, que rien de pire ne saurait survenir. Et là j'ai envie de te dire tut, tut, tut Amy, si tu avais jeté un oeil sur la première de couv', tu y aurais lu " La traque ne prendra fin qu'à votre dernier souffle...", ça t'apprendra à sécher tes devoirs et devrait te donner une vague idée de ce qui vous attend finalement...
Un survival de bonne facture qui devrait ravir les plus jeunes et permettre à leurs aînés de passer un bon moment.
Rien de neuf sous le soleil, Demetria Lunetta reprend tous les codes de genre pour en faire quelque chose qui tient la route sans forcément taper dans l'inventivité à tout crin.
Le rythme, à défaut d'être échevelé, multiplie astucieusement les twists ( again à Moscou ) visant à booster un récit qui aurait légèrement tendance à retomber pour parachever l'oeuvre sur un cliffhanger très encourageant.
Une lecture finalement agréable qui, sans révolutionner le genre, accroche facilement le lecteur en lui laissant l'impression durable de ne pas avoir perdu son temps. Pari réussi haut la main, peau de lapin!
3.5/5
Merci à Babelio et aux éditions Lumen pour cet After prometteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
ComptoirDesConnaissances
  29 septembre 2021
J'ai connu ce livre par recommandation. En l'achetant, j'avais déjà une idée générale du roman avant de le lire et c'est le fait qu'il soit post-apocalyptique qui m'a convaincue. J'ai très peu lu de romans de ce type-là alors que j'apprécie beaucoup les films post-apocalyptique et je me suis dit que c'était justement une bonne occasion d'en lire. In the After est un roman écrit par Demitria Lunetta et dont la duologie est publiée aux éditions Lumen. Apparemment, cette autrice américaine n'est traduite en français que pour cette saga. Sinon, elle publie un certain nombre de romans et de romans graphiques, surtout destinés à un lectorat jeunesse ou adolescent. Ce qui est intéressant dans son parcours dans l'édition c'est qu'elle écrit de nombreux genres différents. D'un côté, cela lui procure beaucoup d'expériences dans plusieurs domaines, d'un autre côté, nous pourrions nous demander si elle connaît réellement les codes de la science-fiction et si elle ne mélange pas tous les genres dans ses livres. Mais j'ai été rassurée en lisant In the After en constatant qu'il s'agissait bel et bien d'un roman post-apocalyptique.
La première page de couverture évoque quelque chose de sauvage mais aussi de fragile. Les couleurs très sombres rappellent le registre de l'horreur, que nous retrouvons dans les romans post-apocalyptiques mettant en scène des zombies ou des créatures semblables comme ici. En plus de la phrase d'accroche qui évoque une chasse l'homme, nous pouvons également sentir une impression d'être trop à l'étroit et de devoir s'échapper. Quant à la quatrième de couverture avec toutes ses autres phrases d'accroche en emphase, nous voyons très facilement que c'est un roman américain qui a beaucoup été apprécié et qui aurait pu devenir un best-seller (il me semble que la saga n'est pas considérée comme en étant un). le résumé présente les deux protagonistes, Amy et Baby, ainsi que l'origine de la catastrophe qui a décimé la population humaine. L'idée de fuite et de traque est encore plus présente dans ce synopsis, et c'est vraiment cette dimension horrifique qui m'a attirée dans ce roman.
Sans même avoir besoin d'ouvrir le roman, nous pouvons déjà constater que l'intrigue va se découper en trois parties distinctes mais très équilibrées. Chaque partie porte un nom plutôt explicite de ce qu'il va se dérouler à l'intérieur. Pour faire simple, la première partie expose le nouveau monde, nommé l'Après, ainsi que les règles pour survivre, et introduit quelques personnages-clés pour la suite du récit. La deuxième partie prend place dans une ville appelée New Hope qui est littéralement le nouvel espoir de l'espèce humaine, et montre comment les humains peuvent se reconstruire après une catastrophe qui a coûté la vie à presque l'entièreté de la population mondiale. La troisième partie, moins indépendante que les deux autres, est davantage une conclusion de tous les éléments amenés depuis le début du roman.
L'intrigue s'ouvre sur Amy, la narratrice qui explique sa situation au lecteur. Ce début m'a très vite happée car sans être à proprement dit in medias res, il permet de rentrer directement dans la situation de l'Après avec des phrases chocs et des références à notre monde à nous, avant que les aliens ne soient arrivés. le premier chapitre, une sorte de prologue de deux pages, pose les bases des dangers du nouveau monde et met en garde le lecteur contre tout ce qui peut arriver de mal à la protagoniste. Nous ne sommes pas dans un incipit purement descriptif pour permettre au lecteur de suivre la suite des péripéties, nous sommes juste dans un moment suspendu dans le temps, entre les pensées de la narratrice et ses actions. Baby est un personnage introduit durant ce prologue mais nous ne savons rien d'elle si ce n'est qu'elle et Amy survivent ensemble. Cet incipit, auquel nous pouvons ajouter les quelques pages du deuxième chapitre, est donc très efficace pour que le lecteur rentre dans le récit.
Nous retrouvons cette efficacité de l'intrigue durant tout le roman. Il n'y a pas réellement de moments moins intéressants ou moins bien structurés, Demitria Lunetta sait indéniablement comment écrire un roman et comment fidéliser son lecteur. Même si nous pouvons trouver quelques facilités scénaristiques (mais quel roman n'ont contient pas ?), le tout reste très homogène et avec une réelle identité. le type d'intrigue que l'autrice nous propose, à savoir un récit post-apocalyptique où des aliens (à la place des classiques zombies) pourchassent les humains pour les dévorer, a déjà beaucoup fait couler d'encre et n'est pas donc pas original. Je me dis que c'est une des raisons pour lesquelles ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable alors qu'il possède clairement de gros points forts au niveau de sa structure. Un certain nombre de péripéties sont prévisibles, quelle que soit la partie du récit dans laquelle ils se trouvent, mais ce n'est pas pour autant que je n'ai pas pris plaisir à lire In the After.
Cependant, l'intrigue prend de la hauteur à partir de la deuxième partie du roman, notamment lorsqu'Amy et Baby arrivent à New Hope, une ville reconstruite par les quelques humains survivants. le récit se découpe alors en deux temporalité : la première où Amy s'acclimate à cette nouvelle ville (l'intrigue que le lecteur s'attendrait à lire) et la seconde qui se déroule bien plus tard, probablement plusieurs mois après son arrivée à New Hope. Cette superposition des intrigues est assez surprenante, mais également intéressante. Il y a beaucoup moins de suspens que dans les romans post-apocalyptiques classiques puisque nous savons déjà ce qu'il va advenir d'Amy, mais de nombreux parallèles entre le moment du passé et celui du futur sont créés, rendant la lecture un véritable exercice de style. Globalement, c'est un roman qui peut se lire très rapidement. Je n'ai personnellement pas vu passer les 400 pages et je pense que c'est parce que je me suis sentie attirée par ce double récit dont je tentais de découvrir les chaînons intentionnellement manquants pour reconstruire l'histoire d'Amy dans le bon sens.
Même si nous avons peu d'indices précis sur la temporalité du roman, celui-ci se déroule forcément après les années 2000 voire 2010. La technologie est un point clé de l'univers à plusieurs points de vue : le portail électrifié chez Amy est ce qui lui permet de rester en vie en gardant à distance les aliens qui ne peuvent s'approcher de la maison, et dans New Hope, la recherche en biologie est essentiel pour la reconstruction de l'espèce humaine. La technologie est utilisée avec parcimonie mais aussi pertinemment, ce qui change des romans de science-fiction où elle est la résolution à tous les problèmes (ou le maux de tous) et où elle absorbe la vie des personnages.
Mais outre cela, l'univers d'In the After est très semblable à la réalité américaine. Amy vit dans un quartier résidentiel de familles très aisées et grâce à ça elle a un grand jardin, une grande maison et surtout un sous-sol aménagé dans lequel elle pourra vivre pendant trois ans. C'est assez triste de constater que parce que ses parents sont riches et qu'ils ont dépensé leur argent intelligemment, Amy a pu survivre aussi longtemps mais d'un autre côté, c'est la dure réalité des choses. L'autrice a fait le bon choix de rester dans un univers vraisemblable sans utiliser la chance mais plutôt la rationalité pour faire survivre ses personnages. Au début du roman, Amy nous raconte comment elle a fait la rencontre d'un autre survivant. Celui-ci se cachait dans son appartement dans un immeuble qui était insonorisé à cause de ses loisirs musicaux, et donc empêchait les créatures d'entendre du bruit provenant d'une activité humaine. Encore une fois, la raison de sa survie est parfaitement justifiée, et cela donne une certaine force au roman.
Il est difficile de rendre un récit post-apocalyptique réaliste parce qu'il met généralement en jeu une entité plus puissante que l'être humain. Parfois ça peut être la nature avec les éruptions solaires dans le Labyrinthe : La Terre brûlée de James Dashner ou avec une maladie comme dans le Fléau de Stephen King. Dans In the After, la raison est inconnue même si Amy a quelques pistes. Les aliens qui déciment les humains ont des propriétés plutôt étranges pour des aliens qui viendraient de l'espace (ils sont rapides mais presque aveugles, avec une ouïe extrêmement développée mais complètement soumis à leur faim) et aucune justification de leur invasion semble plausible. Un certain mystère entoure donc l'objectif de l'autrice d'avoir voulu écrire un tel roman post-apocalyptique et nous pousse à continuer la lecture pour le découvrir.
Ce que j'ai particulièrement apprécié dans le traitement des personnages est que ces derniers ne correspondent pas aux critères stéréotypés des personnages de roman, et plus particulièrement de post-apocalypse. Dans la première partie du roman, les seuls personnages sont trois filles, Amy, Baby et Amber. Les trois ont une personnalité très différente et marquée et chacune parvient à se faire sa place, même si la narratrice est Amy, et donc à la première personne. Chacune des trois a autant de qualités que les deux autres et je pense que tous les lecteurs peuvent s'identifier à au moins l'une d'elles. Amy est plus entreprenante et tient le rôle de la cheffe qui souhaite faire régner ses règles, Baby est très curieuse et maligne, elle comprend et apprend très vite, et Amber vit au jour le jour, sans se faire trop de soucis par rapport aux conséquences de ses gestes. Amy et Baby ont appris à communiquer par la langue des signes pour demeurer silencieuses, tout en y ajoutant des modifications pour que ce soit plus amusant pour elles. Amber quant à elle ne sait que parler, et c'est ce qui rend le trio et leurs relations encore plus complexes et intéressantes. Ces trois personnages forment donc un groupe hétéroclite mais intéressant car leurs personnalités ne s'accordent pas entre elles. J'ai bien aimé l'évolution du petit groupe, que ce soit dans la première partie ou plus tard dans l'intrigue.
Dans les récits post-apocalyptiques, les antagonistes sont généralement tous les personnages qui ne font pas partie du groupe de base des protagonistes. C'est le cas ici où Amy et Baby doivent se méfier de tout le monde. C'est un traitement assez particulier car dans les romans qui ne sont pas de la science-fiction, les camps de protagonistes et d'antagonistes sont généralement bien distincts et répondent à une dualité. Ici, ce n'est pas le cas, car Amy et Baby cherchent juste à survivre, et les créatures ne semblent pas avoir conscience qu'ils déciment une population. Plus tard dans le roman, d'autres survivants sont introduits, mais Amy garde sa méfiance et range ces nouveaux venus également dans la catégorie des antagonistes. Cela fait que même lecteur, nous devons nous méfier de chaque personnage car nous connaissons seulement les pensées d'Amy.
Globalement, les personnages évoluent peu. Nous passons d'une Amy passive pendant la première partie à une Amy très active de son destin pendant le reste du roman, et d'une Baby complètement dépendante d'Amy à une Baby plus ouverte dans la suite, mais cela reste quand même assez discret. En revanche, les relations entre les personnages sont complexes. Les émotions qu'ils ressentent pour les autres changent de ce que j'ai l'habitude de lire et j'ai vraiment été séduite par l'amour qu'Amy porte à Baby, même lorsque Baby s'intéresse davantage aux étrangers comme Amber qu'à elle, qui l'a recueillie. D'ailleurs, en parlant de Baby, alors que d'habitude je déteste quand les personnages portent un prénom qui signifie réellement quelque chose (comme Liberté dans un roman dystopique où il n'y aucune raison pour qu'un parent désespéré appelle son enfant comme ça), Baby est un prénom qu'Amy a choisi pour cet enfant, justement parce que c'est une très jeune enfant et qu'un prénom trop personnel n'aurait aucun sens dans un contexte où seuls deux humains se parlent pendant plusieurs années.
L'écriture du roman est parfaitement accessible à tout type de lecteur. Demitria Lunetta écrit de façon assez conventionnelle et fait probablement très attention à la longueur des chapitres (toujours à la bonne taille selon moi pour pouvoir arrêter sa lecture quand je le souhaitais mais aussi pour ne pas couper une action), des paragraphes et à l'équilibre entre dialogue et narration. Étant donné que la première partie de l'histoire se déroule dans l'Après, là où les aliens vivent et dans lequel il ne faut pas faire un bruit, les dialogues parlés sont presque inexistants. Cela devrait donc aller à l'encontre de ce que je viens de dire, mais au contraire, en utilisant la langue des signes entre Amy et Baby, l'autrice parvient à mettre en place des dialogues tout en restant logique avec les règles de cet univers. Cependant, avant que Baby ne rentre en scène et que les dialogues silencieux puissent être écrits, il y a plusieurs chapitres avec uniquement de la narration. Dans ces parties sans dialogue, la narratrice symbolisant Amy s'adresse directement au lecteur comme pour amorcer un dialogue à sens unique. Je n'ai pas eu l'impression d'avoir affaire à des descriptions pendant des chapitres entiers ni à des monologues intérieurs sans queue ni tête grâce à ça.
Le narrateur à la première personne permet à l'autrice d'entrer plus facilement et moins artificiellement dans les pensées d'Amy, mais cela enlève également une possibilité stylistique de prendre de la hauteur sur les péripéties. En effet, Amy vit au jour le jour et le lecteur lit chaque péripétie dans la même temporalité qu'elle. le narrateur à la première personne empêche d'utiliser les analepses, les prolepses et les commentaires comme le ferait un narrateur à la première personne. C'est en quelque sorte une facilité, mais cela permet d'accrocher les lecteurs qui se distraient plus facilement. Un autre choix stylistique est celui d'écrire les pronoms des aliens avec une majuscule, comme « Ils ». C'est un procédé que j'ai pu remarquer régulièrement chez les auteurs peu expérimentés ou qui visent un jeune public. Marquer de cette façon permet d'expliciter à qui se rapportent les pronoms à chaque fois et rend donc la lecture encore plus aisée, parfois même enfantine.
Cependant, alors que le style peut se rapprocher de celui d'un roman pour jeune lecteur, les choix narratologiques à partir de la deuxième partie m'ont particulièrement surprise en raison de leur complexité. À partir du premier tiers du roman, la narration devient double, avec deux temporalités différentes. Aucune explication ne nous est donnée et alors qu'avant l'autrice nous mâchait le travail en mettant en majuscule les pronoms des aliens, elle joue à présent avec les chapitres et les péripéties, en marquant malgré tout par l'italique que certains passages se déroulent dans le futur. Mais outre cela, c'est au lecteur de faire l'effort de remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre. J'ai particulièrement apprécié cette idée car elle montre tout le potentiel de l'autrice.
Points positifs :
– relations complexes entre les personnages
– choix narratologiques intéressants à partir de la deuxième partie
– style très agréable
Points négatifs :
– intrigue prévisible
– quelques facilités scénaristiques

Lien : https://comptoir-des-connais..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MelM
  01 octobre 2014
20/20
Coup de coeur
Imaginez que vous regardez tranquillement la télé quand l'électricité est coupée. La fin du monde n'est plus qu'un hypothétique moment. Les hommes sont tués par des créatures venues d'ailleurs qui semblent posséder des capacités bien différentes des nôtres. Leur ouïe est surdéveloppée et leur vitesse n'a d'égale que celle des plus féroces félins. Et bien pour Amy, cela n'est pas seulement de l'imaginaire, c'est ce qu'est devenue sa vie et ce qu'elle doit apprendre à comprendre tous les jours pour sa survie et celle de sa petite protégée. Mais un évènement imprévu va les contraindre à tenter de survivre hors de cette maison sécurisée, exposées à n'importe quel danger...
Ce premier tome de la duologie de Demitria Lunetta fut un total régal à lire, surtout en vo. Un moment de frisson, de peur, d'espoir, de rebondissements, de... de tout ce que j'aime dans un roman, surtout dans un roman postapocalyptique. Un cocktail parfait, explosif et juste grandiose qui fut même meilleur que ce que j'avais espéré et qui m'a totalement immergée dans cet univers si particulier mais terriblement efficace et intéressant que je me languis déjà de pouvoir lire la suite. Parce que ce roman, c'est un mélange de tout ce que j'aime dans un récit de ce genre, un univers à tomber par terre, une plume maîtrisée, des personnages approfondis, des rebondissements et de l'action à toutes les pages ou presque,... Un pur délice qui ne pourra que vous ravir autant que moi.
L'univers mis en place par l'auteur est juste excellent. Des créatures, venues d'une autre planète, ont fait de la Terre un lieu désolé et où il ne fait pas bon se promener. Ces aliens possèdent une ouïe et une vue surdéveloppés et peuvent courir à une vitesse incroyable, autant dire que face à l'un d'entre Eux, vous n'avez aucune chance de vous en sortir. Pourtant, Amy va devoir apprendre à vivre dans ce nouveau monde. Sortir la nuit, quand ils voient peu, sans chaussures et éviter tout bruit qui les ferait accourir. Amy a eut la chance d'avoir un père pro-bio et une mère travaillant pour le gouvernement, autant dire que sa maison est ultra-sécurisée et qu'elle peut espérer survivre. Et un jour, au détour d'un supermarché, elle fait la découverte d'un bébé dont elle va s'occuper.
La mise en place est très rapide, nous sommes presque instantanément plongés dans cet univers, dans le rythme de vie d'Amy et Baby et j'ai adoré suivre cette première partie du roman, dans laquelle nous faisons la connaissance de nos deux protagonistes et des ces créatures. L'univers est très intéressant et soulève beaucoup de questions, il est très approfondis et c'est quelque chose auquel j'attache énormément d'importance, je n'ai donc pas été déçue, bien au contraire.
Cette première partie introductive laisse ensuite la place à une deuxième tout aussi intéressante dans laquelle nous découvrons, en même temps qu'Amy et Baby, un nouvel univers ahurissant, presque trop beau pour être vrai et dans lequel nos deux personnages doivent donc apprendre à évoluer. C'est une partie que j'ai tout autant aimé que la première (de toute façon j'ai tout aimé alors ce n'est pas une révélation...), une partie qui est elle aussi très bien développée et approfondie, et qui nous prouve que l'auteur est capable de se renouveler et d'approfondir encore plus son univers. Dans cette partie-ci, nous découvrons par la même occasion de tous nouveaux personnages, que l'on apprend à aimer ou à détester, des personnages qui semblent tous avoir quelque chose à cacher, quelque chose qu'il nous faudra, ainsi qu'à Amy, découvrir.
La troisième partie n'est pas non plus en reste, c'est celle dans laquelle il y a le plus de révélations, sans laisser pour autant de côté l'action qui possède un rythme très correct et vraiment parfait, ni trop lent ni trop rapide, un rythme de croisière qui m'a tout à fait convenue et qui fait que ce roman se lit rapidement (ce qui doit encore plus être le cas en vf).
Les deux dernières parties mettent en avant un nouveau mystère à résoudre concernant Amy, un mystère vraiment très intéressant et qui prend place sous la forme de scènes entrecoupant le récit, dans lesquelles Amy se retrouve en bien mauvaise posture. L'auteur manie avec habileté les mystères et laisse planer le doute concernant énormément d'éléments, de personnages et de faits, j'ai adoré, je voulais toujours en savoir plus, savoir qui avait commandité tel ou tel plan machiavélique, qui avait d'autres noirs secrets à cacher, comment Amy allait-t-elle se sortir d'une si mauvaise passe? Les rebondissements et les révélations n'occupent que la place nécessaire dans le récit et n'empiètent pas sur l'action, au rythme vraiment très satisfaisant durant tout le récit. En bref, un roman qui combine tous les avantages pour être un coup de coeur pour énormément de monde (alors qu'est-ce que vous faites encore devant vos écran? Ah vous voulez savoir la suite)
Comme je l'ai déjà dit, l'auteur possède une plume totalement exquise, elle manie à merveille les scènes d'action à glacer le sang, joue habilement avec énormément de mystères pour mettre nos nerfs à rude épreuve, elle est parvenue à nous livrer et à approfondir un univers très complexe dans lequel il ne faut pas se fier aux apparences, le tout en nous le faisant vivre à travers de personnages ultra sympathiques et intéressants (je dois vraiment reparler des mystères qui les entourent?). Une écriture qui m'a donc conquise du début à la fin. J'ajoute aussi que cette emplume fut un délice à lire en vo et le niveau ne fut pas trop haut pour moi alors lancez-vous.
Venons-en à un point non négligeable, depuis tout à l'heure je vous parle d'Amy, de Baby et des autres personnages que nous rencontrons à partir de la deuxième partie du roman mais vous ne savez pas encore vraiment qui ils sont et ce que je pense d'eux, alors nous allons remédier à ça: Amy est un personnage qui m'a touchée dès les premières pages, elle perd tous ceux qu'elle aime et se retrouve seule dans un monde devenu plus qu'hostile à devoir réapprendre à vivre avec, de surcroît, un bébé sur les bras. C'est un personnage fort et courageux, Amy est ultra attachante et il n'est donc pas difficile de s'attacher et s'identifier à elle. Je l'ai adorée du début à la fin et c'est aussi le cas de Baby, un personnage très intéressant, teinté de sa part de mystère elle-aussi, je me suis beaucoup attachée à ce petit être sans défense qui se révèle très doué et très sympathique, elle m'a parfois fait rire et j'ai adoré ces petits moments ainsi que ceux de tendresse avec Amy durant lesquels la pression se relâche un peu. Au niveau des personnages secondaires, j'aurai beaucoup à dire alors je vais simplement dire qu'ils sont tous très bien approfondis par l'auteur et que tous possèdent un caractère qui lui est propre, ils y a ceux que l'on aime dès leur première apparition et il y a... les autres, desquels on se méfie et que l'on déteste dès le début. Rice fait partie de la première catégorie ainsi que Kay, deux personnages attachants et très importants dans l'intrigue ainsi que dans la vie d'Amy. A contrario, le Dr Reynolds fait partie de ceux dont je me suis méfiée dès le début et qui ne m'a vraiment pas plu. Ils sont encore nombreux mais ceux-ci sont ceux dont je voulais vous parler.
La fin n'est pas à proprement parler un cliffhanger mais m'a vraiment donné envie de me jeter tout de suite sur le second et ultime tome de cette duologie. Une fin pleine d'action, de suspense et de tension pour nos personnages comme pour nous. Une fin qui laisse un pincement au coeur aussi et qui m'a vraiment touchée et émue. Autant dire que j'ai hâte de pouvoir lire la suite et de retrouver ces personnages et cet univers qui me manquent déjà.
Les +: l'univers, l'écriture de l'auteur, les personnages, les mystères, les rebondissements, l'action,... Bref tout
Les -:///
Un premier tome coup de coeur, vrai cocktail de tout ce que j'aime dans un roman postapocalyptique. Un univers complexe, très développé, des personnages attachants auxquels on s'identifie, une action présente tout au long du récit et au rythme parfait pour laisser de la place à de multiples mystères et à des rebondissements et révélations très intéressantes. Bref un roman qu'il ne faut surtout pas laisser passer et que je vous conseille fortement de lire. Pour ma part, je voudrai pouvoir lire la suite immédiatement tellement j'ai adoré ce premier tome.
(Maintenant c'est bon, vous pouvez courir l'acheter ;) )

Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
VerdorieVerdorie   01 novembre 2014
Dans des endroits moins peuplés, les enfants étaient les plus à même de survivre. Les adultes les ont probablement cachés et ont fait tout leur possible pour les protéger. Et bien sûr, les enfants sont doués pour se cacher. Quand leur instinct de survie se réveille, ils savent comment ne faire aucun bruit.
- Ils croyaient aux monstres bien avant que les monstres n'arrivent, chuchotai-je.
Commenter  J’apprécie          260
elliedenormandieelliedenormandie   02 octobre 2014
Les films d'horreur ont tout faux. Les monstres ne peuplent pas nos nuits, ils n'attendent pas patiemment, tapis dans l'ombre, le bon moment pour surgir. Ils chassent le jour, en pleine lumière, quand la visibilité est à son maximum.
La nuit, si par miracle vous parveniez à ne faire aucun bruit, ils pourraient presque vous frôler sans même remarquer votre présence.
Commenter  J’apprécie          270
SioSio   29 septembre 2014
Ces premiers jours furent emplis de cris, qui résonnaient du matin au soir. C'était abominable, mais la véritable terreur s'installa dans mon cœur quand toutes les voix se turent, et que le monde finit par retomber dans le silence. A croire qu'il ne restait plus que moi sur cette terre. Moi... et Eux.
Commenter  J’apprécie          190
orbeorbe   06 septembre 2014
Dès que je m'approchai d'elle, ses grands yeux noisette se tournèrent vers moi. Elle ne cria pas, elle ne sursauta pas même pas. Malgré ma discrétion, elle m'avait entendue arriver. Elle m'observa quelques secondes puis se dirigea vers moi, bras tendus. Comment cette petite chose avait-elle pu survivre tout ce temps ?
Commenter  J’apprécie          170
gwenleengwenleen   19 septembre 2014
De quoi il parle celui-là? Demande Baby en me tendant un livre: Orgueil et préjugés. C'est l'histoire de deux personnes qui s'aiment mais qui sont trop bêtes pour le comprendre avant la fin de l'histoire
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Demitria Lunetta (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Demitria Lunetta
In the After de Demitria LunettaLa traque ne prendra fin qu'à votre dernier souffle… Distingué par l’Association des libraires américains comme l’un des meilleurs livres jeunesse 2013, IN THE AFTER saura vous faire passer des nuits blanches !
autres livres classés : dystopieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

IN THE AFTER

Comment s'appelle la grande communauté qu'a découvert Amy dans la deuxième partie ?

Oz park
New Chicago
After city
New Hope

15 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : In the After de Demitria LunettaCréer un quiz sur ce livre