AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330117833
Éditeur : Actes Sud (02/01/2019)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Un beau dimanche d’avril, c’est dans l’euphorie et la fierté qu’est accueillie l’annonce de Paul : il sera candidat aux primaires de son parti en vue de l’élection présidentielle. Épouse dévouée, mère exemplaire, Marie inaugure pour l’occasion un journal, avide de tenir la chronique des deux années à venir qui s’annoncent pleines de suspense, de promesses et d’ac com plissements. Leurs quatre enfants, jeunes adultes, se réjouissent du sens que ce projet pat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  12 janvier 2019
Le journal intime de celle qui aspire à devenir «Première dame» va nous faire vivre une campagne implacable.
Il y a les récits qui racontent l'ascension d'un homme vers le pouvoir, ces «romans» confiés à Yasmina Reza par Nicolas Sarkozy (L'aube le soir ou la nuit), à Laurent Binet par François Hollande (Rien ne se passe comme prévu) et à Philippe Besson par Emmanuel Macron (Un personnage de roman). Plus que des romans, ce sont davantage des hagiographies. Il y a ensuite la variante satirique, chasse gardée de Patrick Rambaud qui vient de publier Emmanuel le magnifique, premier tome consacré à la première année d'Emmanuel Macron à l'Elysée.
Mais, aussi réussis qu'ils puissent l'être, ces livres ne donnent qu'un point de vue extérieur – d'observateur – sur la vie de l'homme politique qui décide de s'attaquer à la fonction suprême. Grâce à Caroline Lunoir, on a enfin vision «de l'intérieur» de ce parcours, de cette épreuve. Car, n'en doutons pas, une campagne présidentielle est une épreuve terrible.
Quand Paul annonce à son épouse Marie et à ses enfants Violaine, Clothilde, Solenn et Victor qu'il va se présenter aux primaires de son parti, c'est tout naturellement la fierté et l'excitation qui l'emportent. Mais au fil des pages, les émotions vont bien vite se transformer, à la faveur des coups reçus et que Marie va nous détailler dans un cahier de campagne: «Je tiens mon journal avec des pudeurs de midinette. Je ne crois pas que Paul connaisse l'existence de ce cahier. Je ne sais pas ce qu'il en penserait. Y verrait‑il une coquetterie ou une menace?»
La romancière a subtilement brouillé les cartes. En mêlant habilement des épisodes qui ont parsemé les dernières campagnes présidentielles, elle donne de la crédibilité à son propos, mais en donnant des noms de fantaisie aux acteurs, elle évite le petit jeu de masques. Car il ne s'agit pas de trouver derrière Stéphanie L. (candidate d'extrême-droite) ou derrière Nathalie M. (à gauche) des personnalités connues, mais plutôt des archétypes.
Les jours passent et les médias s'en donnent à coeur joie, commençant à chercher des poux dans la biographie du candidat. Un article évoquant des comptes bancaires à l'étranger va mettre le feu aux poudres et conduite jusqu'à une perquisition traumatisante, notamment pour les enfants également inquiétés.
Marie souffre et écrit dans son journal: «le pays entier me considère comme une tricheuse, qui a dissimulé sa fortune dans un paradis fiscal et qui a volé le trésor public». le coup est rude, mais ne la secouera pas autant que la révélation d'une liaison entre son mari et Marion, son éditrice. Si leur union vacille, elle va tenir. Car Marie se prend au jeu et voit la dynamique enclenchée.
«Paul a triomphé au second tour de la primaire, emportant avec lui les militants et des millions de voix. C'est écrit. Il sera le candidat à la présidentielle de notre parti. Ma main tremble un peu. Il paraît que cette élection présidentielle, après cinq ans de gouvernement par l'opposition, la déroute de Régis B. et les luttes fratricides qui déchirent désormais son parti laissé sans candidat officiel, est imperdable. Ce soir, ma joie, notre joie, connaît aussi le poids de la responsabilité qui nous échoit. Cher pays, mon Paul, je répondrai présente, autant que je le pourrai.»
Après les primaires, un autre match s'annonce, encore plus galvanisant, mais encore plus violent. Et le mot d'ordre est alors «Tenir».
Je vous laisse découvrir le dénouement de ce roman qui vous fera pénétrer dans l'intimité d'un couple, vous initiera aux jeux de pouvoir et ne vous laissera rien caché des tourments de l'âme de la Première dame.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
motspourmots
  04 janvier 2019
La première dame, objet de tous les regards, fantasmes et "unes" de magazines est-elle un bon personnage romanesque ? Que se cache-t-il derrière les sourires de façade, les tenues impeccables et la photo de famille idéale ? On imagine sans peine la fascination du romancier - ou ici de la romancière - pour toutes les zones d'ombre, les non-dits, la réalité derrière la fiction de l'image publique tricotée pour les médias. Il faut dire que ces dernières années, les premières dames ont pas mal squatté l'actualité entre affaires, infidélités et autres rebondissements. Une matière vraiment très inspirante...
Et une matière dont s'empare Caroline Lunoir avec une certaine férocité qui fait le piquant de ce récit tout en crescendo, et qui se lit d'une traite. La forme choisie, celle du Journal tenu par Marie, donne le sentiment d'un compte à rebours et renforce l'intensité dramatique. Pourtant, au début, tout va pour le mieux. Paul a derrière lui une belle carrière politique, Marie s'est éloignée de sa vie professionnelle pour se consacrer à Paul et à leurs quatre enfants désormais adultes, alors quand Paul annonce sa candidature à la primaire de son parti en vue de l'élection présidentielle, tout le monde fait corps derrière lui avec un bel enthousiasme. Marie inaugure ce cahier afin d'y consigner les étapes qui conduiront la famille à l'Elysée, dans moins de deux ans. Néanmoins, le chemin va se révéler non seulement semé d'embûches mais surtout riche en révélations sur les membres de cette belle famille modèle. La résistance de Marie va être mise à rude épreuve car, même si elle n'ignore pas que la politique est un terrain miné, elle est bien loin d'en imaginer la violence dès lors que les enjeux concernent le plus haut sommet de l'état. Et que les placards regorgent de petits secrets qui ne demandent qu'à nourrir les media affamés...
Caroline Lunoir bâtit une fiction en s'inspirant du vrai (aperçu dans les media), en mélangeant les époques et les actions de personnages réels pour en bâtir d'autres, totalement fictifs mais pour le coup assez chargés. Ce qui se révèle amusant et contribue à ancrer son récit dans la réalité. Mais ce qui l'intéresse, c'est Marie. Son caractère, ses motivations, ses réactions face aux immondices qui se déversent sur elle. Ses faiblesses et surtout sa force. Une force qui de par son rôle d'épouse de, dans l'ombre de, est restée sagement planquée derrière celle affichée de l'homme. Sous-estimée, sans doute. Aussi bien par elle-même que par ses proches... et leurs adversaires.
Première dame est un roman féroce, servi par une narration implacable où se mêlent la comédie du pouvoir, le jeu des apparences, le cynisme de tous les acteurs concernés et le travail d'introspection d'une femme dans la tempête. Dont on ressort avec une question : la fiction dépasse-t-elle la réalité ou inversement ?
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          107
som
  28 janvier 2019
Roman à clef d'une élection présidentielle telle que vécue par l'épouse d'un candidat, qui n'est pas sans rappeler une certaine Penelope F. Quoiqu'on puisse également y deviner les frasques subies par d'autres premières dames.
Ecrit sous la forme d'un faux journal intime, ce récit exprime tous les blessures et les humiliations d'une femme trahie par son champion de mari. Débutée comme un chemin joyeux vers la victoire, l'élection tourne peu à peu au cauchemar absolu alors que le piège se referme sur l'héroïne.
Lire « Première dame » nous rappelle avec une peu de recul aujourd'hui à quel point la dernière élection présidentielle tenait plus du roman noir mâtiné de vaudeville que d'une démarche politique. On mesure également, et même si on le subodore fortement, combien ce qui est censé être un moment majeur de la vie d'une nation tient plus souvent de la mascarade où les principaux acteurs se jouent des hommes et des femmes dont ils prétendent obtenir la voix, ainsi que de leurs proches. Les prétendants à la charge suprême n'en sont que plus pitoyables.
Ce roman, qui au premier abord, pourrait n'être qu'un aimable exercice de style devient une analyse (certes en surface) sans concession de moeurs politiques contemporains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Aufildeslivres
  22 février 2019
Consigner la course folle, voilà ce que Marie s'apprête à faire. Garder une trace du challenge, des meetings, de l'investiture, raconter la liesse et les angoisses, parler de lui, Paul, ce cher mari, des enfants, d'elle.
Elle, Marie, épouse et mère. Cultivée, raffinée, aimante. Une épouse et une mère dévouée, pilier d'une famille à laquelle elle se consacre au détriment de ses propres aspirations. N'a-t-elle pas abandonné une carrière prometteuse ? Elle se fond dans le décor, brushing impeccable, tenue irréprochable, sourire « de Joconde » - conforme au moule dans lequel elle se glisse ; lisse et sans saveur.
Et la femme, qui est-elle ?  L'écrit la livre, elle dont on guette le faux pas, elle qui plie, compose, gobe et digère. Elle qui affronte le scandale, malheureuse mais fière, qui colmate et adapte. La femme endure la tourmente qui les ravage. Leur couple, les enfants, tout souffre. On s'interroge alors sur l'amour, l'abnégation et les bénéfices d'un tel soutien. L'être se révèle complexe et ambigu, les conduites contrastées.
Ce roman flirte avec la réalité mêlant fiction et actualités. Les pistes sont brouillées ; on connait, reconnait sans vraiment s'y attarder puisque ne compte que la portée des actes, l'enjeu de la cabale. Devenir publique, à quoi s'expose-t-on ? A quel prix ? 
Marie est la femme de…, une femme cachée derrière la potiche, engluée dans les convenances et pétrie de loyauté. Mais si la campagne la lamine, peut-être est-ce enfin l'opportunité de renouer avec elle-même.
Un roman prenant qui ne se pose qu'une fois achevé.
Lien : http://aufildeslivresblogetc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LettresItBe
  09 janvier 2019
Après La Faute de goût paru en 2011 chez Actes Sud puis Au temps pour nous quatre plus tard toujours dans la maison arlésienne, l'avocate pénaliste Caroline Lunoir revient en librairie en ce mois de janvier 2019 avec Première dame. Une incursion, intime et féminine, dans les coulisses politiques et personnelles d'un aspirant au pouvoir. Lettres it be vous dit tout sur ce nouveau roman !
# La bande-annonce
Un beau dimanche d'avril, c'est dans l'euphorie et la fierté qu'est accueillie l'annonce de Paul : il sera candidat aux primaires de son parti en vue de l'élection présidentielle. Épouse dévouée, mère exemplaire, Marie inaugure pour l'occasion un journal, avide de tenir la chronique des deux années à venir qui s'annoncent pleines de suspense, de promesses et d'accomplissements. Leurs quatre enfants, jeunes adultes, se réjouissent du sens que ce projet paternel donne à une vie d'engagement et le soutiennent avec chaleur. Personne ne semble mesurer les conséquences d'une telle mise en lumière, ni ne pressent le souffle des scandales qui s'apprêtent à ébranler la cellule conjugale et le cocon familial…
Que faut-il d'abnégation, de cynisme, d'amour ou d'ambition pour accompagner un homme jusqu'aux portes du palais ? Analyse intime d'une femme qui ne vivait que pour ses proches et qui se découvre un pouvoir ambigu, critique sociale d'un milieu privilégié coupé de la réalité, satire dénonçant les compromissions de la classe politique avec les experts en communication, ce roman enlevé mêle l'ironie d'une fausse résignation à un féminisme ambivalent.
# L'avis de Lettres it be
Cécilia Attias puis Carla Bruni, Julie Gayet, désormais Brigitte Macron, Michelle Obama ou Melania Trump de l'autre côté de l'Atlantique… La figure de la Première dame est désormais incontournable dans le monde politique, en France mais aussi au-delà de nos frontières. Et c'est de cette figure, presque tout le temps féminine à quelques exceptions près, que tente de s'emparer Caroline Lunoir dans son nouveau roman Première dame publié chez Actes Sud.
De l'ambition politique (et intime) d'un mari et d'un père qui peut s'appuyer sur une famille unie et sur un couple soudé, en passant par les inévitables phases de doute jusqu'à la possible consécration finale, Caroline Lunoir dépeint sous la forme du journal intime la conquête de la Présidence, mais du côté de l'ombre, ou plutôt d'une femme de l'ombre. Mère de quatre enfants, femme dévouée au soutien de son homme aspirant Président, Marie connait sa place. Cette place de Première dame, aussi enviée que détestée, ce poste de faire-valoir cantonné aux sourires béats et aux salutations lascives laissées de nos foires locales jusqu'aux quatre coins du globe. Et pourtant, Marie se veut tout le temps au côté de Paul et ce dès son annonce de se présenter à la primaire de son parti politique. Et de fil en aiguille, tout ne va (évidemment) pas se passer comme prévu…
La conquête du pouvoir, le terrain miné qu'est la politique quel que soit l'étage scruté, les jalousies et ambitions des uns et des autres qui s'entrechoquent pour laisser place à un cocktail explosif de carriérisme tiède et d'envies cachées, la figure de la femme trompée qui danse main dans la main avec celle du mari-père qui s'éloigne… Malheureusement, Caroline Lunoir ne nous épargne pas vraiment les lieux communs et les clichés rebattus sur la politique année après année, livre après livre. Non pas que les personnages de Première dame soient seulement caricaturaux et entendus, loin s'en faut, simplement que l'originalité et le changement de perspective ne sont pas à mettre dans la liste des attentes à avoir à la lecture de ce roman.
Découvrez la suite de la chronique sur le site Internet de Lettres it be

Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   12 janvier 2019
Le journal, lui, prétend ne pas juger de l’adultère mais s’interroger au sujet des moyens utilisés pour le cacher, avec les deniers du parti. Je regarde le montant annoncé et tous ces chiffres. Je n’ai qu’une seule question: cette somme est-elle le prix à payer pour renoncer à Marion ou pour me garder?
Commenter  J’apprécie          50
hcdahlemhcdahlem   12 janvier 2019
Que dire de moi, à côté de Paul ? Je l’ai rencontré en faculté de droit. C’est tellement classique. Il mendiait mes commentaires d’arrêt pour s’en inspirer et admirait, selon ses mots, ma puissance de raisonnement. J’adorais son sens de la répartie et son éloquence. Sa gouaille parfois tapageuse, parfois désordonnée, toujours séduisante. J’ai finalement choisi le journalisme. Je couvrais l’Europe de l’Est, cette région qui me fascine. J’ai appris le russe. Il est entré en politique. Ses succès m’ont happée.
J’ai voulu des enfants. Il a aimé que j’en veuille. Nos enfants ont singulièrement marqué son image publique. Quand il était encore préfet, à chaque nouveau poste il était d’abord annoncé comme "Paul V., père de quatre enfants". Comme si avoir quatre enfants vous étiquetait avec plus de garantie qu’une couleur politique. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   12 janvier 2019
INCIPIT
« Lundi 24 avril
Paul m’a annoncé hier qu’il serait candidat à la primaire du parti pour l’élection présidentielle.
Je le savais déjà. Des nuits passées à le sentir se retourner, compter ses soutiens, préparer des phrases, se rappeler les propos des uns, les piques des autres. Des nuits de sueur, d’excitation et d’insomnie. Des nuits à caler son angoisse dans l’étau de mes bras. Des heures à l’emmailloter de ma tendresse pour qu’il s’apaise.
Je savais qu’il ne pourrait pas renoncer. Chaque fois qu’il s’est frotté à une ambition, il a relevé le défi, de peur de refuser un combat, de ne pas être celui qu’il veut. Et il était revenu surexcité de son déjeuner avec Marc T., jeudi dernier.
Il a posé ses mains sur mes épaules. Alors j’ai su. Je suis restée silencieuse pour le laisser goûter ce moment comme il l’avait imaginé.
— Trésor, je… j’ai décidé d’y aller. Je me présente à la primaire…
Son souffle, ses mains sur mon cou, la chaleur de son exaltation.
— Si, bien sûr, tu me soutiens.
J’ai posé mes mains sur les siennes et il m’a serrée dans ses bras. Sans un mot. Nous étions heureux, soudés, confiants, prêts à monter ensemble au front. Notre étreinte de lutteurs.
Plus tard, alors qu’il répondait à ses messages, j’ai posé ma tête sur son oreiller, ajusté ses lunettes qui tombent toujours sur son nez et je lui ai demandé :
— Quand est-ce que tu vas le dire aux enfants ?
Il a souri.
— Je pensais ce week-end, à C., quand ils viendront pour le pont du 1er Mai.
Son téléphone a encore vibré. J’ai éteint ma lampe de chevet et essayé d’imaginer la tête que vous feriez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlemhcdahlem   12 janvier 2019
Mardi 25 avril
J’ai compté : il nous reste un an, onze mois et vingt-six jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, soit sept cent vingt-six jours de campagne.
Le compte à rebours est lancé : J – 726 ! Paul sera encore un peu moins à nous et un peu plus aux autres. Mais il a l’air si sûr, si heureux.
J’aimerais tenir le journal du fil tendu de notre vie jusqu’à cette cible. Je me suis dit qu’un jour, quelqu’un, le biographe de Paul ou les enfants, voudrait savoir comment j’ai vécu tout ça. J’ai également pensé que plus tard, peut-être, à l’heure du repos et de notre vieillesse, je voudrais me contempler dans le miroir de ces années, retrouver la femme que j’étais, me piquer à l’émotion de ces moments.
J’ai trouvé ce cahier dans la bibliothèque. Un de ces articles de papeterie avec une belle couverture de cuir que l’on caresse avec plaisir lorsqu’il vous est offert à l’occasion d’une inauguration, que l’on destine à de multiples projets mais qui finalement, souvent, reste vierge. À moi de jouer!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DemainJeLisDemainJeLis   09 février 2019
Enfermée dans la salle de bain pour prendre mon bain, j’ai cédé à la tentation de regarder les grands titres et j’ai récolté la souffrance que je cherchais. [...] Le monde se gargarise de photographies de Paul surpris, juché sur le scooter de notre fils, au petit matin, bien loin de notre domicile
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Caroline Lunoir (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caroline Lunoir
Émission à retrouver sur : https://www.web-tv-culture.com/emission/caroline-lunoir-premiere-dame-51434.html
Elle s?imaginait travaillant dans l?humanitaire et a d?ailleurs participé à des actions à l?étranger pour diverseses ONG. Finalement, en tant qu?avocate pénaliste, elle a monté son propre cabinet avec deux confrères. Mais lorsqu?elle parle de son métier, on comprend ce qui anime Caroline Lunoir : écouter, comprendre, aider, défendre. Par l?écriture aussi, elle manie ses quatre verbes. Un premier roman « Faute de goût », huis-clos familial paru en 2010, l?installe dans le paysage littéraire. Suit « Au temps pour moi » sur le mécanisme psychologique de la Résistance pendant la Guerre, roman primé et salué par la critique. Après un ouvrage collaboratif avec trois jeunes autres écrivains, voici le nouveau titre de Caroline Lunoir « Première dame » paru chez Actes Sud. A travers ce vocable très français et qui régulièrement fait polémique, la romancière nous présente Marie dont l?époux, Paul, brigue la présidence de la République. A travers un journal intime courant sur les deux années qui précèdent l?élection, Marie raconte son quotidien, entre enthousiasme et résignation, admiration et dégoût. Dans ce milieu bourgeois, au sein de cette famille traditionnelle où seul prévaut le sourire en toutes circonstances, comment Marie va-t-elle affronter cette campagne qui s?annonce brutale ? Tableau de famille, peinture du milieu politique, Caroline Lunoir s?est ouvertement inspirée de faits ayant récemment défrayé la chronique à la fois politique et judiciaire en flirtant avec les pages people des magazines. Au-delà du contexte choisi par l?auteur pour bâtir son intigue, ce roman est surtout un formidable portrait de femme. Une femme humiliée, bafouée, mais aussi amoureuse, battante, prête à tout pour défendre sa famille, une femme qui cherche à se construire, à exister, entre ses aspirations et ses révoltes, le rôle qu?on veut lui faire jouer, le personnage qu?elle est réellement, une femme entourée et terriblement seule. Bien construit, avec une plume efficace qui aura encore beaucoup de choses à nous dire, voilà un roman à la fois féroce et pathétique, une farce contemporaine sur la soif de pouvoir, les mirages de la politique, les illusions de la famille et la fragilité des sentiments. Un livre qui nous fait prendre également du recul sur nos jugements à l?emporte-pièce et résonne fortement avec l?actualité de notre société en pleine ébullition. « Première dame » de Caroline Lunoir est publié chez Actes Sud.
+ Lire la suite
autres livres classés : vie politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr