AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749307988
Éditeur : Vents d'Ouest (24/02/2016)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Marie n'est pas une intellectuelle, ni une aristocrate, encore moins une militante. La Commune, elle aurait pu ne pas la vivre, et continuer à accumuler de la rancoeur et de l'amertume dans sa vie de servante, d'ouvrière à la journée. Seulement, la Commune est là et, avec elle, une occasion en or de régler les comptes, de laisser sortir enfin cette froide colère qui lui tord le ventre, de redresser la tête, de faire payer ceux qui ont fait de sa meilleure amie Eugén... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  28 février 2016
Face aux dessinateurs de mangas qui sortent 48 pages en 2 semaines et face aux dessinateurs de comics qui sortent 48 pages en 2 mois, il est difficile de fidéliser un public avec des dessinateurs de bandes dessinées qui font 48 pages en 2 ans… Donc de plus en plus d'éditeurs ont opté pour la formule gagnante de la collection thématique où interviennent plusieurs auteurs (les puristes crient à l'hérésie, mais il fallait bien trouver une solution pour ne pas dépérir encore davantage face à la concurrence). C'est dans cette optique que Vent d'Ouest après avoir lancé la collection « J'ai Tué » lance la collection « Communardes ! » dédié aux figures féminines de la Commune (les classes populaires abandonnées par les élites durant le dur siège de la capitale entre septembre 1870 et janvier 1871, ont refusé la reddition d'un gouvernement autoritaire, conservateur et quasi royaliste, pour s'autogérer sur un modèle socialiste entre mars et mai 1871… avant la boucherie ordonnée par cette ordure d'Adolphe Thiers !)
J'observe depuis quelques années une forme de radicalisation de la culture populaire avec une forte résurgence des thématiques liées à lutte des classes dans tous les médias, et je suis persuadé que cette collection appartient à ce mouvement. Car après tout, la Commune est un lieu de mémoire tellement fort qu'il a su plus que résister à l'aseptisation MEDEF-compatible de l'enseignement de l'Histoire (ce qui génère à chaque génération des « hein, on nous aurait menti à l'insu de notre plein gré ? »)…

Toujours service minimum dans la contextualisation de la Commune (un comble !), et pas vraiment convaincu pas ce tome 3 qui pour moi est à la limite du aussitôt lu aussitôt oublié (mais c'est vraiment perso hein !)…
L'histoire est divisée en 3 temps :
- Avant la Commune, en 1858, la domestique Marie Bréban assiste à la déchéance de Mademoiselle Eugénie Jeaujard que ses parents préfèrent faire cloitrer et avorter de force plutôt que de risquer une mésalliance…
- Pendant la Commune, la soldate Marie Bréban retrouve son ancienne maîtresse en plein déliquescence physique et psychique au fin fond d'une geôle obscure et crasseuse du couvent de Picpus, et tente tant bien que mal de lui redonner une vie plus décente
- Après la Commune, en juin 1871, la criminelle Marie Bréban reste muette à son procès avant d'être déportée dans un bagne outre-mer…
Les tomes précédents se suffisaient à eux-mêmes, mais ici notre laconique héroïne croise Victorine et Élisabeth Dmitrieff sur les barricades et certaines scènes ne font sens que si on a lu auparavant "L'Aristocrate fantôme"…
Alors oui, je vois bien que le fil rouge est cette histoire d'amitié entre une rentière et une prolétaire, la prolétaire allant jusqu'au bout pour protéger son amie abandonnée par sa famille bien-pensante à un sort peut-être pire que la mort… Mais j'aurais mieux aimé qu'on nous la développe cette histoire d'amitié car j'ai bien peur qu'une nouvelle fois l'auteur ait donné priorité à ses idées et à ses messages plutôt qu'à ses personnages : du haut de leurs tours d'ivoire les crevards donnent des leçons de morale au commun des mortels, avant de se loler de leurs difficulté et de leurs malheurs. le clou du spectacle étant le procès de Marie, véritable bal des faux-culs où se succèdent comme soi-disant témoins de moralité des traîtres, des collaborateurs, des profiteurs, des bourreaux et des tortionnaires… C'est assez gerbant, et plus les choses changent et plus elles semblent rester les mêmes : les forts exploitent les faible d'une manière ou d'une autre, et les élites autoproclamées expliquent que There Is No Alternative (d'après eux c'est ça, ou la Corée du Nord)… J'ai en mémoire cette très bourgeoise famille de Reims qui ne perdait pas une occasion de cracher son venin sur le manque de valeurs de la plèbe avant d'être lourdement condamnée pour esclavagisme…
Je n'ai pas accroché plus que ça aux graphismes semi-caricaturaux de Xavier Fourquemin, quelque part entre Régis Loisel et Thierry Gioux. Ils auraient pu me plaire, mais il y a quelques inégalités qui m'ont sorti du truc. Par contre le travail de colorisation d'Anouk Bell m'a semblé pas mal du tout et je retiendrai son nom à l'avenir…

Je suis un peu honteux de mettre 2 étoiles seulement, mais faute de demies-étoiles je ne pouvais pas mettre 3 étoiles à un bande dessinée qui ne m'a pas trop parlé et qui m'a déçu car j'en attendais beaucoup plus au vu des opus précédents… Mais vu que les pétroleuses les plus célèbres n'ont pas encore été abordées par la série, je garde bon espoir pour les opus suivants si l'aventure "Communardes !" se poursuit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Pavlik
  14 août 2016
C'est le premier tome de la série "Communardes" que je lis. le bilan est clair : pas déçu, mais pas emballé non plus !
J'ai attaqué par ce tome 3 car, si j'ai bien compris, chaque opus est un one-shot, scénarisé par Lupano et dont le dessinateur change à chaque fois. Cette idée de mettre en avant les figures féminines de la Commune me semblait intéressante, aussi m'y suis-je plongé sans a priori.
Nous suivons le parcours de Marie Bréban, selon un scénar divisé en trois partie.
Avant la Commune (1858), Marie est domestique chez la famille du colonel Jeaujard. Elle a alors 14 ans. Elle est très liée avec la fille, Eugénie Jeaujard, qui va se retrouver placée de force au couvent, car enceinte d'un petit artisan relieur sans prestige. Marie va vivre cet événement comme un traumatisme.
On bascule ensuite pendant la Commune, Marie a grandi et a décidé de se venger des bourgeois, de l'église etc...
Puis vient le temps du procès de Marie, juste après l'insurrection.
Finalement, j'ai bien aimé le concept, la période historique envisagée, mais moins la mise en oeuvre. On a le sentiment que Lupano n'avait en tête que de mettre en avant la troisième partie, celle du procès, et du coup, le reste de la bd apparaît survolée. Les personnages me semble avoir du potentiel, mais ne sont pas assez développés. La Commune n'apparaît que comme un décors, le contexte, les causes ne sont pas vraiment explicités et c'est bien dommage pour ceux qui ne sont pas très au fait de l'Histoire.
Cet album aurait pu être une belle histoire de vengeance, écrite dans un cadre historique plus détaillé, mais finalement il se transforme presque en pamphlet. Pourquoi pas mais je m'attendais à autre chose. A la décharge de Lupano, il faut dire que l'art de bâtir un bon one-shot est compliqué. Je me demande si ce concept ne se serait pas davantage épanoui dans le cadre d'une série classique. Je finirai sur les dessins de Xavier Fourquemin qui évoque un peu ceux de Loisel, en moins bien quand même.
Néanmoins, tout cela ne m'empêchera pas de me pencher sur les autres tomes de "Communardes".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
tchouk-tchouk-nougat
  04 mars 2016
Marie est une jeune domestique au service de la famille Jeaujard. La fille cadette, Eugénie, est sa meilleure amie et tout va basculer quand ses parents vont apprendre qu'elle est enceinte d'un simple roturier. Voilà la pauvre Eugénie répudiée, enfermée au couvent, et Marie sans amie, sans travail. 13 ans après c'est la commune de Paris. Marie est au front, sur les barricades, à cotés des blessés. Sa rage pour l'aristocratie trouve ici un défouloir.
Lupano va donc nous livrer un nouvel opus de Communardes. "Nous ne dirons rien de nos femelles" va plus s'attacher à la place des femmes et à la lutte des classes que vraiment à la commune de Paris qui reste plutôt une toile de fond. Sur la commune de Paris on apprend peut de chose même si au fur et à mesure des albums nous nous représentons un mieux plus à chaque fois cet épisode de l'histoire. Ici "Nous ne dirons rien de leur femelle" permet d'en savoir plus sur la fin, le dénouement. Des terribles tueries et massacres aux ersatz de procès qui ont suivis.
Marie est une héroïne un peu brute mais tellement attachante. Ce n'est pas une intellectuelle, elle n'est pas à fond féministe ni vraiment une grande militante. C'est juste une femme qui a subit la différence des classes et son injustice, qui en a nourrit une grande rage et haine, et que la commune de Paris est un bon exécutoire à cela.
Certains passages nécessitent d'avoir lu le tome 2, notamment celui où Marie va découvrir le stock d'armes. Mais il ne gène pas franchement la lecture, je pense, pour ceux qui ne saurait pas exactement de quoi il retourne.
On reconnait bien dans les dessins la patte de Fourquemin, qui décidément aime que ses héroïnes soient rousses!! Par contre je souligne une colorisation très délicate qui est très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
boudicca
  13 juin 2016
« Nous ne dirons rien de leurs femelles par respect pour les femmes à qui elles ressemblent - quand elles sont mortes. » C'est par cette phrase pleine de dédain qu'Alexandre Dumas fils exprime la faible estime qu'il porte aux communardes, ces femmes qui combattirent aux côtés des révolutionnaires lors de la révolte de 1871. Cette citation est aussi le titre d'une bande dessinée publiée cette année dans une nouvelle collection lancée par Vents d'Ouest et consacrée au rôle que tinrent les femmes lors de l'épisode de la Commune. Deux albums sont d'ores et déjà parus : le premier relatant l'histoire d'un personnage fictif, la petite Victorine, confrontée à l'abattage des animaux du jardin des plantes lors du siège de Paris ; le second mettant à l'honneur Elizabeth Dmitrieff, figure historique et emblématique de la lutte des femmes lors des combats de 1871. Si on retrouve une fois encore Wilfrid Lupano au scénario, l'illustrateur, lui, varie à chaque album. A Lucie Mazel et Anthony Jean succède donc Xavier Fourquemin qui fait ici un très beau travail, même si l'héroïne n'est pas forcément le personnage le mieux réussi esthétiquement. Comme dans « Les éléphants rouges », Lupano opte pour un protagoniste fictif mais néanmoins réaliste puisque nous avons affaire à la jeune Marie, membre de l'Union des femmes et très remontée contre son ancien employeur, un riche colonel particulièrement soucieux de sa réputation et de celle des membres de sa famille.
Ce troisième album de la collection « Communardes ! » se révèle à mon sens bien plus touchant que les précédents car plus dramatique : difficile de ne pas s'émouvoir du sort de cette farouche jeune femme bien décidée à se battre pour ses convictions. Difficile également de rester de marbre face au destin de la belle Eugénie qui, par amour, rencontrera une fin tragique, hélas partagée par beaucoup d'autres dans cette société patriarcale ne faisant aucun cas du droit des femmes. Ce troisième tome nous donne également l'opportunité de recroiser les deux héroïnes des précédents albums, à savoir Victorine et Elizabeth Dmitrieff, toutes deux présentes sur les barricades lors de l'offensive lancée par les Versaillais à l'occasion de la Semaine sanglante. L'un des principaux attraits de la bande dessinée réside également dans le fait qu'il nous donne à voir pour la première fois l'« après » Commune. Si l'on sait tous que la révolte a été écrasée dans le sang, que connaissons-nous du traitement de ceux qui prirent part au combat sans y mourir ? le procès de la jeune Marie nous fournit ainsi l'occasion d'en apprendre beaucoup sur le sujet, notamment en ce qui concerne les peines infligées aux milliers de personnes arrêtées (34 952 hommes, 819 femmes et 538 enfants) ainsi que sur les discours tenus à l'époque par l'élite de la société et quelques « spécialistes » (le socialisme est une maladie mentale, les femmes sont de pauvres êtres aisément manipulables et incapables de faire de la politique…).
Un troisième tome aussi documenté que les précédents et qui lève un peu plus le voile sur l'épisode de la Commune dont on découvre à chaque album un aspect différent. Espérons que les prochains volumes ne se feront pas trop attendre et qu'ils seront du même acabit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Foxfire
  19 novembre 2018
Je pensais que ce tome de la série "communardes" serait celui qui me plairait le plus, donnant le 1er rôle à une femme du peuple. Hélas, j'ai été très daçue par ce 3ème volet qui s'avère le plus faible.
Après la Commune vue à travers les yeux d'une petite fille puis le destin d'une aristocrate acquise à la cause prolétaire, j'étais ravie à l'idée qu'une histoire de la série de Lupano mette enfin à l'honneur une femme du peuple, se battant pour sa propre classe. J'ai très vite déchanté. Il ne s'agit pas ici du destin d'une militante convaincue mue par l'espoir d'un monde meilleur et plus juste. L'histoire s'appesantit sur le lien qui unit Marie, la servante, et Eugénie, la bourgeoise au grand coeur. Par la suite, si Marie rejoint la Commune c'est plus par colère que par conviction. Et je regrette vraiment que la série n'ai jamais mis à l'honneur une femme du peuple agissant par conviction. le 1er volet, "les éléphants rouges", avait pour héroïne une petite fille qui ne comprenait pas forcément tous les enjeux, le 2ème tome, "l'aristocrate fantôme, mettait en scène une femme de conviction mais issue de l'aristocratie. Finalement, j'aurais peut-être préféré que soient mises à l'honneur des grandes figures de la Commune comme Louise Michel, Nathalie le Mel ou Blanche Lefebvre... Cela aurait été moins original mais aurait peut-être été un plus bel hommage à la Commune qui, encore une fois dans ce tome, n'est qu'un décor, un arrière-plan. Les espoirs, les idées qui sous-tendaient la Commune ne sont jamais vraiment évoquées.
Je n'ai pas non plus adhéré au dessin que j'ai trouvé sans charme.
Bref, une grosse déception que ce "nous ne dirons rien de leurs femelles" (quel dommage de livrer un ouvrage si lisse avec un tel titre). Je ne sais pas si d'autres tomes sont prévus mais il faudrait vraiment que la série de Lupano s'améliore pour continuer à m'intéresser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

critiques presse (4)
BDGest   16 mars 2016
Titre éloquent emprunté à la prose obscurantiste d’Alexandre Dumas fils, dans un article du Figaro, est une véritable réussite narrative et graphique, dans un genre difficile et saturé.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDGest   08 mars 2016
Une véritable réussite narrative et graphique, dans un genre difficile et saturé : la bande dessinée historique.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   07 mars 2016
Un scénario parfaitement huilé et documenté, mais en valeur par un dessin semi-réaliste précis et agréable.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Sceneario   03 février 2016
L'intrigue est habilement construite. Outre l'aventure de Marie, il nous fait prendre conscience de l'horreur de cette époque, du mensonge de certains et de la manipulation dont on été victimes les gens du peuples.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   13 août 2016
Cette maladie mentale, que l'on peut nommer socialisme, et qui fleurit partout, il est de notre devoir d'en protéger les femmes, par nature plus fragiles, physiquement, en les tenant éloignées de la chose politique...Car quand la femme se mêle de politique, voilà ce que l'on obtient : cette caricature de l'engagement, cette perte de discernement...et au final, des furies qui incendient la ville.
Commenter  J’apprécie          161
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   04 mars 2016
-C'est vous qui l'avez tué colonel?
-Absolument! Et je peux te dire que ce ne fut pas facile. Il faut des balles spéciales pour percer la peau de ses créatures. Qu'en dis-tu ma fille? Il n'est pas magnifique?
-Quelle sottise de tuer un animal aussi majestueux! Quel plaisir cela vous fait-il?
-Ah Ah! Un des plus grands plaisirs qui soient, et qui est étranger aux femmes : celui de la chasse!
Commenter  J’apprécie          100
BouvyBouvy   24 février 2016
J'appris au moins ceci de mon expérience, que si l'on avance avec confiance dans la direction de ses rêves, si l'on s'efforce de vivre la vie que l'on a imaginée, on trouvera un succès inattendu dans la vie ordinaire.
Commenter  J’apprécie          70
LadyDoubleHLadyDoubleH   09 avril 2018
Alexandre Dumas fils, journaliste au Figaro, écrira cette année-là, parlant des Communards : Nous ne dirons rien de leurs femelles, par respect pour les femmes à qui elle ressemblent quand elles sont mortes.
Commenter  J’apprécie          70
LilizLiliz   16 mai 2016
... Car quand la femme se mêle de politique, voilà ce que l'on obtient : cette caricature de l'engagement, cette perte de discernement... Et au final, des furies qui incendient des villes.
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Wilfrid Lupano (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wilfrid Lupano
Formé au cinéma d?animation à la prestigieuse école des Gobelins (Paris), il commence sa carrière artistique en tant que character designer ? ce rôle essentiel du cinéma d?animation comme du jeu vidéo. En 2012, il signe son premier album en illustrant le Singe de Hartlepool (Delcourt) avec Wilfrid Lupano. En 2015, il sort son premier album solo, Max Winson (Delcourt), puis, en 2017, La Saga de Grimr (Delcourt), qui lui vaut le Fauve d?Or 2018. Lauréat de nombreux autres prix, notamment au Festival Angoulême qui lui consacrait une exposition en 2019, Jérémie Moreau, 32 ans, est une des nouvelles étoiles françaises de la bande dessinée.
Avec : Sonia Déchamps, Jérémie Moreau
Retrouvez l'entretien avec Jérémie Moreau sur notre webmagazine Balises : https://balises.bpi.fr/bande-dessinee/dans-la-bulle-de-jeremie-moreau
Suivre la bibliothèque SITE ? http://www.bpi.fr/bpi BALISES ? http://balises.bpi.fr FACEBOOK ? https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER ? https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
autres livres classés : CommuneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le singe de Hartlepool, de Lupano et Moreau

A quelle époque se situe l'histoire ?

1714
1814
1914

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Le singe de Hartlepool de Wilfrid LupanoCréer un quiz sur ce livre
.. ..