AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'assassin qu'elle mérite tome 4 sur 4

Yannick Corboz (Illustrateur)
EAN : 9782331024528
63 pages
Vents d'Ouest (12/10/2016)
3.58/5   96 notes
Résumé :
Paris - 1900 - Victor a finalement sauvé Léna, celle qu'il avait prévu d'assassiner pour se venger d'Alec ! Dès lors, comment parvenir à faire payer son ancien mentor ? La réponse se trouve peut-être dans la lettre de revendication qu'il a subtilisée à ses nouvelles fréquentations. Un couple de révolutionnaires qui compte faire exploser le prestigieux palais de l'électricité, alors même que le débat sur la modernité frappe le Paris de l'Exposition Universelle...
Que lire après L'assassin qu'elle mérite, tome 4 : Les amants effroyablesVoir plus
La parole du Muet, tome 1 : Le géant et l'effeuilleuse par Galandon

La parole du Muet

Laurent Galandon

3.50★ (101)

2 tomes

Perico - Intégrale par Hautière

Perico

Régis Hautière

3.60★ (129)

3 tomes

Shi, tome 1 : Au commencement était la colère... par Zidrou

Shi

Zidrou

4.11★ (1771)

6 tomes

Stern, tome 1 : Le croque-mort, le clochard et l'assassin par Maffre

Stern

Frédéric Maffre

3.93★ (1019)

4 tomes

Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 96 notes
5
2 avis
4
11 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Victor n'a pas pu se résoudre à tuer Léna pour se venger d'Alec. Une meilleure option se profile pour lui : l'empêcher de mener à bien son petit complot qu'il trame à Paris, autour de l'exposition universelle, avec un couple de révolutionnaires.

Voici comment se termine cette série, et l'assassin que mérite notre société ne sera finalement pas celui que l'on croit.
Si cette série possédait son propre humour noir et cynique, la conclusion a su trouver le parfait équilibre entre la note d'espoir et la désillusion. Les personnages sont arrivés à un terme que l'on ne soupçonnait pas forcement et qui semble être un bon point final.
De plus le décor de ce Paris de 1900 et de l'exposition universelle qui voit apparaitre l'électricité est bien retranscrit. Vivant de plus avec ses ouvriers qui espère que le progrès de la science amène de l'amélioration, ceux qui crie au monde la différence entre les pauvres et les riches, les injustices, les classes sociales...
Le tout forme un tableau vivant émaillé de personnages touchants avec leur grosse part d'ombre.
Commenter  J’apprécie          150
Victor qui projetait d'assassiner Léna a choisi de l'empêcher de se suicider. Pour se venger d'Alec, il a une autre solution. Il a pris connaissance d'un attentat qu'Alec avait préparé avec la complicité de révolutionnaires et il va tout faire pour contrarier les plans de son ennemi…

Quatrième et certainement dernier opus de cette magnifique bande dessinée historique. Les dessins sont somptueux, l'ambiance du Paris de 1900 est extraordinairement bien rendu. le scénario n'est pas en reste. Les revendications ouvrières, les progrès de la science, l'espoir pour tous d'un monde meilleur. L'histoire est prenante. Il y a beaucoup de suspens, ce qui nous tient en haleine. Ce quatrième épisode est dans la lignée des premier, il clôture une très belle et très intéressante série.
Commenter  J’apprécie          160
C'est le grand jour, il est enfin venu : celui de faire exploser la bombe parmi tous ces bourgeois méprisants qui visitent l'Exposition Universelle de Paris ! Enfin les revendications anarchistes vont se faire entendre !
Mais ça serait trop simple si quelques évènements et révélations ne venaient pas troubler ce dernier acte.

Un épisode bien ficelé où Lupano expose avec la verve qu'on lui connait les ironies et condescendances malheureuses de ce début de siècle.
Commenter  J’apprécie          143
Une couverture encore magnifique pour ce quatrième et dernier tome. Au final une série avec beaucoup de violence gratuite. On est loin de ‘Un océan d'amour' de Lupano que je sublime. Dans L'assassin qu'elle mérite, j'ai surtout été bluffée par les dessins et couleurs de Corboz et surtout son magnifique cahier graphique. Je lui dis ‘Arvi pa', cause annécien.
Commenter  J’apprécie          120
Une très bonne série en quatre tomes. Dont on remarque surtout de belles évolutions. D'abord des dessins dont les traits sont de plus en plus fins. Lumineux, ils sont de plus en plus beaux à regarder. Mais surtout on suit Victor, un pauvre de Vienne, un peu naïf au départ, facilement manipulable, qui devient peu à peu retors. Il y a aussi Alec, qu'on apprend à connaître au fur et à mesure.
Une belle fresque de Vienne puis de Paris du début du XXème siècle avec toutes ses promesses, où cohabitent les pauvres et les fortunés.
Une histoire très bien faite où tout repose sur des personnages forts, très humains, au nombre incalculable de défauts mais qui rêvent et qui ressentent, auxquels on s'attache très facilement. On suit leur évolution où viennent aussi se greffer d'autres personnages. On ne s'ennuie jamais, on ne se lasse pas. Une histoire pas très gaie mais pas trop glauque.
Une fin qui conclue à merveilles la série et qui laisse plein de promesses pour les personnages.
Une lecture qui se fait avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
BDGest
06 décembre 2016
Porté par des dialogues justement dosés, une galerie de personnages variée, mais aussi un dessin de haut niveau, Les Amants Effroyables est tour à tour drôle, profond et haletant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
- Il y a une autre option, selon moi.
- Vraiment ? Et en quoi consiste-t-elle ?
- Elle consiste à ne pas se priver d'être heureux. Victor est grand. Ton Alec, il me parait complètement fou. Tu ne dois rien, ni à l'un ni à l'autre. Partons d'ici. Qu'est-ce que la France, après tout ? Qu'est-ce que l'Europe ? Cette exposition, c'est un chant du cygne, non ? Tu les as regardés, tous ? Le gouvernement français ? L'empereur Louis-Ferdinand ? La reine d'Angleterre ? Tu réalises la poussière qu'il y a sur tout ça ? Ce monde-là va bientôt mourir. Mais toi... Pourquoi irais-tu t'offrir en sacrifice sur cet autel délabré ? Tu es ce qu'il y a de plus vivant, ici.
Commenter  J’apprécie          30
Ça y est, on y est enfin, au pays de la liberté.
Mouais, vous n’êtes pas très observateurs, on dirait.
Pourquoi vous dites ça ?
Regardez la mieux, votre statue, c’est pourtant évident. Votre liberté, elle lui tourne le dos, à l’Amérique
Commenter  J’apprécie          80
Ce n'est pas en tuant le messager qu'on empêche la mauvaise nouvelle.
Commenter  J’apprécie          110
Le progrès technologique célébré dans le temple de votre fée électricité nous le rejetons. Car il n'est qu'un nouvel instrument d'assujettissement des masses, d'exploitation des forces de travail. Il ne résout que les problèmes des plus riches... les conditions de vie décentes sont toujours et encore interdites aux plus pauvres...
Commenter  J’apprécie          00
Mais oui, c'est monstrueux! Mais c'est la douleur qui fabrique les monstres!
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Wilfrid Lupano (85) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wilfrid Lupano
Le Loup en slip (par Luuna, Thibault, Jean et Eléonore)
autres livres classés : exposition universelleVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (154) Voir plus



Quiz Voir plus

Le singe de Hartlepool, de Lupano et Moreau

A quelle époque se situe l'histoire ?

1714
1814
1914

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Le singe de Hartlepool de Wilfrid LupanoCréer un quiz sur ce livre

{* *}