AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Claude Peugeot (Traducteur)
ISBN : 2869303556
Éditeur : Payot et Rivages (28/05/1990)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 153 notes)
Résumé :
"Il n'y a peut-être aucune autre époque relativement courte de l'histoire américaine qui ait été aussi riche en possibilités littéraires pour les bons romanciers réalistes que ces années de fin de guerre au Vietnam, lorsque des arrangements privés particulièrement convenus et une piété répressive ont commencé à céder du terrain face aux appétits nouveaux de la libido et aux énergies coupables ; pendant quelque temps, il a même semblé que les institutions communément... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
carnet-de-voyage
  01 novembre 2017
Brian et Erica Tate représentent le modèle du couple américain, bien pensant, bien prospère, de la fin des années 60....
Mais, il faut bien reconnaître que la jeunesse n'est plus ce qu'elle était...
Leurs deux enfants, adolescents, sont devenus des monstres et des terreurs dans le Home Sweet Home....
Erica en est désespérée.... Une desperate housewife avant l'heure..
Heureusement elle peut compter sur la valeur de son mari Brian...
Brillant professeur, politologue averti, sensé et basé sur des valeurs et des vertus qui font la force de l'Amérique (blanche)....
Oui, mais...
La jeunesse n'est plus ce qu'elle était.....
Et les étudiants non plus....
Tous ces chevelus, fumeurs de marijuana et autres produits hallucinogènes, s'abreuvant de fausses théories pacifistes et révolutionnaires.... et cette libido effrénée, sans pudeur....
Wendy, petite étudiante blonde, aussi écervelée que son cerveau est enfumé, aussi transparente dans ses opinions que l'est sa propre petite culotte, et dont ses idées sont aussi courtes que ne le sont ses jupes...
La jeunesse n'est plus ce qu'elle était, et Brian Tate le remarque fort bien...
Mais si les Argonautes cherchaient la toison d'or, Brian Tate s'emparera en prenant Wendy, par tous les côtés.... (ces mini-jupes et ces culottes transparentes, je vous jure !!....)
Un sacrifice à lequel il se livre, vu que son couple bat de l'aile....
Du moins c'est la raison qu'il se donne pour avoir bonne conscience....
Erica, femme, est loin d'être née de la dernière pluie....
Les Tate entrent dans un conflit....
Parallèlement le conflit au Viet-Nam s'enflamme....
Les conflits s'enlisent..
Les débouchés seront différents, mais pour les Tate, comme pour les USA, rien ne sera plus jamais comme "avant"....
Les Tate ne seront plus ce qu'ils étaient...
Avec "Conflits de famille", Alison Lurie nous peint, avec un humour et une justesse une société américaine, qui va basculer dans un monde dont elle ignorait l'existence....
Une époque charnière...
Un sublime livre où la comparaison entre le conflit USA/Viet-Nam, et Brian/Erica est remarquablement détaillée et imagée...
Toute une ambiance dans ce livre....
On sent la fin des années 60... ces mouvements hippies, un changement des moeurs et des cultures.....
Et cette impression qui, à chaque page, nous fait penser que rien ne sera plus comme avant....
"Conflit de famille" est loin d'être démodé.
Il est en plein dans l'actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cocotte8017
  13 février 2015
À Corinth, dans les années 60, vit la famille Tate. Érica, une femme un peu blasée a de la difficulté à supporter ses deux adolescents. Son mari, Brian, professeur d'université, a une liaison avec une étudiante.
Le résumé peut laisser présager une histoire banale sur l'infidélité. Bien que ce thème soit bien présent, ce livre est beaucoup plus. C'est un roman qui dépeint avec un grand réalisme les relations de couple, d'amitié et celles entre parents et enfants. L'histoire pourrait être celle de n'importe qui et c'est ce qui porte à réfléchir. Si vous cherchez de l'action et des rebondissements, oubliez ce livre, mais si la profondeur des personnages ainsi que les relations et conflits entre eux vous intéressent, n'hésitez pas!
Commenter  J’apprécie          40
EymericM
  12 décembre 2014
The war between the Tates, tel est le titre original, beaucoup plus significatif du ton avec lequel Alison Lurie traîte ce conflit de famille entre Brian Tate, politologue à l'Université (de façon « théorique » puisque, souligne ironiquement Alison Lurie, le professeur n'a géré aucun conflit ni fait diplomatique réel), sa femme et ses enfants, qualifiés de « monstres » aux comportements étranges. Effectivement, la position de Brian lui permet d'inventer une narration et un vocabulaire tout droit sorti de la politique et des guerres... pour parler d'affaires privées et du quotidien, non sans humour. En toile de fond, la révolution des sexes, le « new age » et la guerre du Viêtnam : le contexte social de ces années 70 vu par des personnages immergés dans leur quotidien, comme savent si bien le faire les auteurs américains. Lorrie Moore et son roman La traversée, en beaucoup de point ressemblant à son aînée, ne sont pas loin : même description des villes universitaires, même façon d'aborder l'esprit d'une époque en se centrant quasi uniquement sur le quotidien, et même distance ironique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bermondsey
  05 avril 2013
Ce roman qui se déroule dans les années 70 est bien écrit et l'atmosphère de l'époque est très bien rendue. La façon de raconter l'histoire est originale puisque tour à tour l'homme et la femme raconte son quotidien pendant la crise conjugale qui décime leur couple. Les enfants ados rebelles sont exécrables, le lot de la femme est de s'occuper de la maison et des enfants (très bonne description d'un quotidien que beaucoup de femmes ont du partager à l'époque !) et celui de l'homme est de travailler pour nourrir sa famille, ce qui l'autorise à ne rien faire à la maison et à trouver normal que tout le monde soit aux petits soins pour lui… En toile de fond, la vie universitaire (le mari est professeur), avec ses rites biens particuliers. Mais dans le même genre, j'ai souvenir d'avoir lu des romans de David Lodge beaucoup plus savoureux…
Commenter  J’apprécie          30
sarah12
  29 août 2014
Quel bonheur de retrouver Alison Lurie, auteur que j'adore depuis plus de 30 ans. La magie a de nouveau opéré : finesse psychologique, profondeur, humour, reflet d'une époque, tendresse pour les personnages.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2013
C’est plus facile d’être un homme. Brian a une situation importante, il prend des décisions, il utilise ses connaissances, il donne des conférences, écrit des livres, vote pour ou contre dans les assemblées, se vautre par terre dans son bureau avec des étudiantes de troisième cycle et se remet debout. Mais pour elle, pas de décisions, seulement le train-train de la vie quotidienne. Elle ne peut que subir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2013
En commettant l’adultère avec désinvolture, Brian avait fait d’Erica l’épouse-type du mari désinvolte et infidèle : jalouse, acariâtre, impitoyable – et aussi, pour avoir été si aisément dupée, insensible et fermée. Ses enfants, en devenant des adolescents grossiers avaient fait d’elle une mère incompétente, dénuée de bienveillance envers eux.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2013
 Même inconsciemment, les hommes ont l’art de nous culpabiliser, de nous faire croire que nous sommes idiotes et incompétentes. Parce qu’au fond, c’est ça qu’ils pensent des femmes.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2013
Naturellement à l’université, l’allure, les goûts, les activités, les préférences et les préjugés de cette majorité représentent la norme. La vie culturelle et politique doit s’adapter à ses critères, et c’est un handicap social que de ne pas les respecter.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   30 octobre 2013
S’il perdait son poste (ce qui avait toujours été peu probable et ne risquait plus de se produire, maintenant qu’il était titulaire de sa chaire) c’était sa faute à lui. Si les enfants devenaient ingouvernables, c’était sa faute à elle.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre