AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756017140
Éditeur : Delcourt (08/04/2009)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 41 notes)
Résumé :
" Berlin, la cité des pierres " est la première partie d'un captivant récit imaginé par Jason Lutes. Les personnages principaux de ce roman graphique, le journaliste Kurt Severing et l'artiste peintre Marthe Müller, évoluent au milieu d'événements historiques dramatiques, au temps des heures sombres de la république de Weimar. " La Cité des pierres " couvre une période de huit mois passés à Berlin, de septembre 1928 au ler mai 1929, et reconstitue méticuleusement l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
A_fleur_de_mots
  26 juillet 2019
Lecture véritable coup de coeur. Premier tome d'une trilogie sur Berlin, ce roman graphique est un véritable petit bijou.
Les graphismes de la ville de Berlin en construction et expansion des années 20 et 30 sont impressionnants de détails et d'authenticité, tellement réalistes que je me suis sentie au milieu des places, des rues et des immeubles plusieurs fois. Les traits sont purs et fins, les expressions humaines très bien représentées, le choix du noir et blanc donne un air solennel et classique très agréable à la lecture, le choix des bulles de différentes tailles et formats ainsi que l'alternance du format des planches, avec un montage de l'histoire des personnages quasi cinématographique, en coupure avec des gros plan sur un épisode de leur vie et des vues en grand sur la ville ou un évènement, confère à la narration un sens du rythme et du suspense très plaisante et agréable.
Pour le choix de la trame narrative et son déroulement, là aussi, je suis totalement conquise. Nous suivons deux protagonistes: Kurt Severing et Marthe Müller. Kurt est journaliste, très préoccupé de la situation politique et sociale de cette Allemagne de la République de Weimar, profondément pacifiste, qui refuse de prendre parti à une époque où les compromis et les engagements politiques sont forts. Marthe est une jeunne femme de 29 ans, de Cologne, montant à la Capitale pour prendre des cours de Beaux-Arts. Issue d'une famille bourgeoise accommodée, elle est pourtant en conflit avec sa famille et en recherche de sa voie et son identité.
Nous les suivons donc depuis leur rencontre dans le train, sur une période de 8 mois, entre Septembre 1928 et Mai 1929. En les suivant, nous rencontrons aussi plusieurs personnages, sans liens apparents entre eux, et de fil en aiguille, nous découvrons leur vie, leur passé, leurs idées politiques, leurs petits bonheurs et leurs grands malheurs. À travers ce kaléidoscope de ces tranches de vie berlinoises, nous découvrons, dans un habile jeux de montage des séquences et des planches, entre situation présente et “flashbacks” historiques ou personnels, l'histoire tourmentée de cette très jeune République allemande aux proies à des mouvements politiques violents qui s'affrontent constamment au milieu de l'insouciance des classes bourgeoises perdues dans leur luxe et leurs richesses, qui fait la sourde oreille aux bruits menaçants de la rue.
Et Berlin, ville impériale et fascinante en toile de fond qui reste cependant le personnage principal de cette histoire. Ville qui porte en elle toutes les cicatrices de ces tourments et drames, qui se bâtit, pierre après pierre, sur un marècage de drames humains, et porte en ses places, ses rues et ses édifices, les souvenirs de ces vies broyées par l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
argali
  14 août 2013
Ce roman graphique nous entraine dans le Berlin de la fin des années vingt, plus précisément de septembre 1928 au 1er mai 1929, au temps de la république de Weimar. Son auteur, Jason Lutes, est né en 1967 dans le New Jersey. Il a vécu plusieurs années à Berlin avant de réaliser son album, afin de découvrir l'Histoire qu'il n'avait pas apprise à l'école.
Nous suivons l'histoire parallèle d'une jeune femme, Marthe Müller, montant à Berlin pour y suivre des cours aux Beaux-arts et celle de Kurt Severing, un journaliste dans la quarantaine. Ils se rencontrent dans le train qui les emmène à la capitale, échangeant sur la situation politique chaotique que Kurt, homme lucide sur la tournure des événements, relate à cette jeune femme qui ne connait pas la ville.
Nous les regardons évoluer ensuite chacun dans leur cercle professionnel ou privé en même temps que David, Anna, Gudrun, des personnages aux antipodes économiques et sociaux, qui vont croiser leurs routes et se trouver aux prises avec les soubresauts de l'Histoire. L'occasion pour l'auteur de nous confronter à la violence de cette époque. Sa reconstitution du Berlin des années 20, plus vraie que nature, nous permet de croiser une foule de personnages hauts en couleurs auxquels se mêlent des figures historiques telles Rosa Luxembourg, Karl Liebknecht, Frans Masereel...
Les dessins, dans la continuité de la ligne claire, sont épurés et nous présentent une ville très esthétique -même dans ses ruines, vestiges de la 1e Guerre mondiale- dans laquelle on perçoit bien l'âme berlinoise. J'ai beaucoup aimé me retrouver dans les rues et places que je connais, à quatre-vingt ans d'intervalle. Les vues de la ville sont magnifiques et témoignent d'un travail de recherche minutieux. le noir et blanc confère à l'ensemble un côté document historique un peu désuet qui lui sied à merveille.
Alternant vaste plan d'ensemble urbain et prise de vue rapprochée, Jason Lutes a joué de tous les aménagements de cases possibles. Cela donne de la consistance et un rythme au scénario tout en plaçant Berlin au coeur des événements et des faits divers racontés par l'auteur et c'est un réel plaisir.
Ce premier tome de 213 pages prend le temps d'installer le cadre, la situation et les personnages, créant la densité et la force de l'histoire. Les tensions, la superficialité des uns, la misère des autres, les oppositions partisanes, la colère qui gronde… sont particulièrement bien rendues. Ce récit de fiction ancré dans des faits historiques et une ville en évolution est tout à fait crédible. Il se termine sur une note tragique n'augurant rien de bon pour la suite. Mais ça, on le savait déjà…
Paru en 2001 et réédité en 2009 chez Delcourt, ce magnifique roman graphique dont il est difficile de se détacher est pour moi un vrai coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BidouilleB
  04 avril 2013
Focus sur l'année 1929 en Allemagne. La République de Weimar est proche de sa fin. Cette période est fondatrice pour l'ère suivante. Nous suivons plusieurs personnages, acteurs malgré eux de la marche de l'histoire. Un journaliste amoureux, une jeune artiste fraichement débarquée à Berlin, une famille juive, une mère communiste et ses filles, un partisan des nationaux socialistes... Autant de gens du commun qui vivent ou survivent comme ils peuvent dans cette période troublée.
Cet ensemble disparate de personnages se croisent, en nous donne à voir la multiplicité de Berlin, de cette haute société qui voit en Berlin les plaisirs et les créations sans savoir que l'Art libre y vit ces dernières années à la masse ouvrière qui se partage entre le communisme et le national socialisme, chacun souhaitant dénoncer et mettre à bas les injustices dont il se sent victime. Enfin, ces familles juives, deuxième génération de la diaspora Polonaise, partagées entre intégration et respect des coutumes.
Ce récit est très bien documenté. C'est un travail minutieux sur cette époque charnière pour l'Allemagne dont on parle peu. le textes est parfois lourd pour une Bande Dessinée, mais il permet d'entrer pleinement dans la psychologie de la période.
Le graphisme est très travaillé, réaliste, même si l'on met parfois du temps à repérer les personnages.
J'ai hâte de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
emmyne
  16 novembre 2011
Ce roman graphique en deux tomes raconte la République de la Weimar et la montée du nazisme entre 1928 et 1930 travers deux personnages principaux : Kurt Severing, journaliste, et Marthe Müller, dessinatrice.
Il s'agit sans aucun doute d'une véritable fresque historique, d'un ouvrage ambitieux, pour lequel, hélas, ma lecture a été laborieuse. J'en attendais beaucoup. Je ne peux pas écrire que j'ai été déçue, non, mais il m'a manqué une émotion.
Ce que je veux dire, c'est que ce double ouvrage est réussi, c'est certain, mais qu'il m'a laissée à distance. La peinture sociale et politique est à la fois humaine et documentée, les séquences pertinentes, développées avec un réel sens du récit qui alterne et intègre des monologues intérieurs à une narration extérieure touffue; une chronique dans laquelle se croise de nombreux personnages secondaires et leurs préoccupations quotidiennes, des scènes choisies qui rappellent que la reconstruction de l'Allemagne n'a que dix ans et que déjà cette histoire là est complexe; presque un reportage qui évoque les premiers affrontements entre communistes et nationalistes, la puissance que prend la voix politique sur la vie de tous les jours. Pourtant cette fiction, impressionnante tant elle semble un témoignage sur la ville et l'époque, ne me marquera pas car rien ne m'y a accrochée, certainement parce que je m'y suis déjà intéressée à cette période, dans cette ville. le panel de personnages, leurs origines, leurs situations ( des anciens dignitaires de l'Empire aux ouvriers en passant par la jeunesse dorée et la famille immigrée juive ) est évidemment choisi pour développer tous les aspects sociétaux.
Des pages en noir et blanc pour un trait classique qui livre des portraits expressifs, des décors fouillés. L'ensemble m'a semblé manquer de caractère, un peu trop lisse, un peu trop convenu et donc un peu trop long. J'ai regretté que le crayon ne s'attarde pas plus sur les paysages urbains, de ne pas profiter de plus de vignettes agrandies ( en cela, le second tome, est plus généreux ) qui m'auraient permis de plonger visuellement dans cette atmosphère si particulière de ce Berlin en pleine chute. C'est étrange, ce récit, particulièrement intéressant parce que particulièrement attaché à la dimension humaine, m'a paru impersonnel.
Finalement, c'est bien le gris qui définira pour moi cette lecture.

Lien : http://lisezjeunesse.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IDDBD
  09 juin 2011
(...)onséquente est un mot un peu trop léger pour décrire le travail de Jason Lutes tant son approche micro-historique constitue un véritable travail de fourmi, un batîment construit de dizaine de milliers, voire de millions de pierre. Et ces pierre sont les berlinois eux-même. Capable de passer avec fluidité de l'intimité d'une famille juive-allemande aux bas-fonds de la rue, des ouvriers bolcheviques aux discours solennels des nazis, multipliant les personnages et décrivant leurs vies, leurs espoirs et leurs malheurs, Jason Lutes créé un monde et dresse le portrait d'une bulle urbaine, reflet des malaises, des espoirs et des blessures de la société allemande de l'entre-deux guerres. le Berlin de cette période (1929-1930) – rarement traité dans les oeuvres de fiction consacrées à l'Allemagne contemporaines – est un écosystème en mouvement bâti sur des paradoxes : les luttes entre les communistes et les nationalistes, l'arrivée des musiques américaines, les errements et les drames de la politique instauré par la maladroite république de Weimar, la misère de la crise économique, l'insouciance de la bourgeoisie, l'inquiétude des intellectuels… Ces paradoxes amènent des luttes rappelant que dans les écosystèmes, seuls les plus forts, les plus malins ou les plus opportunistes survivent, ils aident surtout à comprendre la situation en remettant en lumière le terreau qui fit basculer l'Allemagne dans le totalitarisme trois ans après les événements décrits dans Berlin(...)
Lien : http://www.iddbd.com/2011/06..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
alouettalouett   18 février 2012
J’imagine la somme de travail quotidien de tout le quartier de la presse. Ça me donne l’impression de sombrer mais je veux m’efforcer de regarder les choses autrement. Ainsi : l’histoire de l’humanité serait une grande rivière trouvant son chemin au long des points les plus bas du relief, et chaque page est une pierre. Jetées sans objectif, juste pour éclabousser, des milliers de pierres pourraient élever le niveau jusqu’à ce que la rivière déborde de son lit. L’eau s’étale, la force de la rivière décroît : c’est bientôt un marécage. Mais si chaque pierre est placée avec soin et intention peut-être est-il possible de construire quelque chose. Pas pour interrompre le flot mais pour le détourner. Berlin a été construite sur un marécage. J’espère qu’il en restera plus qu’un tas de cailloux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   16 octobre 2019
- Impressionnant n'est-ce pas ? La science de la guerre est certainement le miracle le plus horrible de notre temps. Elle nous donne le pouvoir de mutiler et de détruire plus de monde, mieux qu'à tout autre époque. Et de rendre au monde des vivants ceux qui dans un autre siècle auraient été des cadavres. (p. 21)
Commenter  J’apprécie          20
IDDBDIDDBD   09 juin 2011
Berlin a été construite sur un marécage. J’espère qu’il en restera plus qu’un tas de cailloux.
Commenter  J’apprécie          20
GregorGregor   01 octobre 2012
Avez-vous jamais vu une telle folie ? Regardez-les courir dans leurs engins. Un affront...
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jason Lutes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jason Lutes
Vidéo de Jason Lutes
autres livres classés : berlinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3569 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..