AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234070228
Éditeur : Stock (20/03/2013)
Résumé :
On oppose volontiers Max Weber à Karl Marx. Certes, le grand sociologue allemand était un libéral, hostile au communisme. Mais c'était aussi, nous rappelle Michael Löwy, textes à l'appui, un analyste très critique du capitalisme et de sa course effrénée au profit qui enferme l'humanité moderne dans un système implacable. Relisant la célèbre étude sur les « affinités électives » entre l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Michael Löwy prolonge l'analyse. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  16 avril 2013
Relation interne riche et significative entre deux configurations
Ma lecture du livre de Michael Löwy sera celle d'un simple passager lecteur, peu familier de l'oeuvre de Max Wéber et d'auteurs cités comme Jürgen Habermas, sans oublier des lectures anciennes, en particulier celle de György Lukacs.
L'auteur indique « Mon interprétation de Weber privilégie, on va le voir, son pessimisme culturel, son diagnostic impitoyable de la civilisation capitaliste bureaucratique – »dure comme l'acier » – et sa sombre prémonition de l'avenir qu'elle nous prépare », et ne cache pas la coloration de sa lecture par son engagement politique anticapitaliste, son engagement théorique marxiste. Cette « situation » politique est suffisamment rare pour être soulignée, d'autres pensant réfléchir à partir d'une fantasmatique neutralité.
L'auteur souligne les « divergences politiques et méthodologiques » entre Karl Marx et Max Weber et indique « Marx et Weber partagent une vision du capitalisme moderne comme univers où »les individus sont dirigés par des abstractions » (Marx), où les relations impersonnelles et »chosifiées » (Versachlicht) remplacent les relations personnelles de dépendance et où l'accumulation du capital devient une fin pour soi, largement irrationnelle. En outre, ils sont tous les deux d'accord pour : a) définir les classes sociales par des positions de pouvoir sur le marché et par une situation de propriété ; b) considérer l'État rationnel/bureaucratique comme une condition nécessaire du capitalisme – et vice versa ; c) affirmer que le monopole de la violence est l'essence du pouvoir étatique ».
Dans le premier chapitre « Marx et Weber : Kapitalismus », les analyses de Michael Löwy concernent principalement « la question des origines du système et son évaluation critique ». L'auteur rejette en particulier les « interprétation causale » dans les analyses sur religion et capitalisme. Il souligne, à propos de L'Éthique protestante et l'Esprit du capitalisme, « Il s'agit plutôt d'une étude brillante, pénétrante et profonde de la relation réciproque, du rapport intime, de la connexion profonde entre ces deux structures culturelles : l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, qui ne se soucie guère de la question de la primauté. le terme qui rend compte de cette relation réciproque est celui d'affinité élective (Wahlverwandtschaft) ».
Sur l'anticapitalisme de Karl Marx, l'auteur traite de l'injustice de l'exploitation, le perte de liberté par l'aliénation, la réification, le fétichisme de la marchandise, la quantification vénale, l'irrationalité, la barbarie moderne, l'expansion coloniale et/ou impérialiste.
Max Weber rejette l'idée socialiste et semble opter « pour une acceptation résignée de la civilisation bourgeoise, considérée comme inévitable » tout en donnant une « critique lucide, pessimiste et profondément radicale des paradoxes de la rationalité capitaliste ». Michael Löwy souligne les analyses sur l'inégalité des richesses, l'exploitation des travailleurs, l'inversion des moyens et des fins, la soumission à un mécanisme tout-puissant, l'emprisonnement par un système qu'on a soit-même créé.
Dans un second chapitre, l'auteur traite du pessimisme culturel de Max Weber, et des liens entre romantisme et modernité. J'ai notamment apprécie « la digression critique » sur la « critique acerbe et profonde de ce système ».
La seconde partie de l'ouvrage « Max Weber sur les affinités électives » a été , pour moi, la plus stimulante.
L'auteur souligne : « Il s'agit pour Weber de dépasser l'approche traditionnelle en termes de causalités, et de contourner ainsi le débat sur la primauté du »matériel » ou du »spirituel » ». Il fait une sorte d'inventaire des usages de cette notion, dans les champ religieux, économique, culturel, entre les formes structurelles de l'action communautaire et les formes concrètes de l'économie, entre éthique religieuse et ethos économique, entre formes religieuses et formes politiques, entre structures économiques et formes politiques, entre classes sociales et ordres religieux, entre visions du monde et intérêts de classes sociales, entre styles de vie d'une classe sociale et certains styles de vie religieux. Il souligne que « l'orientation méthodologique principale du livre n'affirme ni la priorité du facteur économique (« matériel ») ni celle du religieux (« spirituel ») mais plutôt leur congruence et leur affinité élective ». En somme le refus de la mono-causalité, du déterminisme mesquin et la prise en compte de « la complexité historique des rapports entre les comportements religieux et économiques ».
Michael Löwy propose une définition : « l'affinité élective est le processus par lequel a) deux formes culturelles/religieuses, intellectuelles, politiques ou économiques – ou b) une forme culturelle et le style de vie et/ou les intérêts d'un groupe social, entrent à partir de certaines analogies significatives, parentés intimes ou affinités de sens, dans un rapport d'attraction et d'influence réciproques, de choix actif, de convergence et de renforcement mutuel ».
L'auteur analysera ensuite, une « affinité négative », l'éthique catholique et l'esprit du capitalisme, en traitant aussi de la situation en Amérique latine et de la théologie de la libération.
Dans la dernière partie, l'auteur traite du « marxisme wébérien » et en particulier les lectures « du capitalisme comme religion », interprétations inventives ou détournement, d'Ernst Bloch, Walter Benjamin et Eric Fromm ; puis des figures du marxisme wébérien de György Lukacs à Maurice Merleau-Ponty, en passant par Antonio Gramsci, José Carlos Mariatégui, l'école de Francfort, Jean-Marie Vincent et de manière très critique « la dissociation » de Jürgen Habermas et « ses illusions typiquement libérales sur les vertus de la »discussion publique et rationnelle des intérêts », la production consensuelle de »normes éthico-juridiques », etc. ».
Michael Löwy, en conclusion, souligne deux dimensions : la complémentarité des outils théoriques « absolument nécessaires » de Karl Marx et Max Weber et leurs insuffisances, comme pour analyser la crise écologique ; et l'association du pessimisme de la raison et de l'optimisme de la volonté dont parlait Antonio Gramsci
Lien : http://entreleslignesentrele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
dede   16 avril 2013
l’affinité élective est le processus par lequel a) deux formes culturelles/religieuses, intellectuelles, politiques ou économiques – ou b) une forme culturelle et le style de vie et/ou les intérêts d’un groupe social, entrent à partir de certaines analogies significatives, parentés intimes ou affinités de sens, dans un rapport d’attraction et d’influence réciproques, de choix actif, de convergence et de renforcement mutuel
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dede   16 avril 2013
Marx et Weber partagent une vision du capitalisme moderne comme univers où "les individus sont dirigés par des abstractions" (Marx), où les relations impersonnelles et "chosifiées" (Versachlicht) remplacent les relations personnelles de dépendance et où l’accumulation du capital devient une fin pour soi, largement irrationnelle. En outre, ils sont tous les deux d’accord pour : a) définir les classes sociales par des positions de pouvoir sur le marché et par une situation de propriété ; b) considérer l’État rationnel/bureaucratique comme une condition nécessaire du capitalisme – et vice versa ; c) affirmer que le monopole de la violence est l’essence du pouvoir étatique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Michael Löwy (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Löwy
A-t-on encore le droit de critiquer le capitalisme ? - Séminaire RDJ .A-t-on encore le droit de critiquer le capitalisme ? Dimanche 26 mai à 11h Avec : Michel Aglietta, économiste, Michaël Löwy, philosophe Un débat animé par Alexis Lacroix Poursuivez la réflexion avec l'ouvrage de Michel Aglietta et de Michaël Löwy : " La Voie chinoise " Michel Aglietta et Guo Bai Odile Jacob, 2012, 432 pages " La Cage d?acier " Michaël Löwy Stock, 2013, 196 pages
autres livres classés : karl marxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre