AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213711593
Éditeur : Fayard (17/10/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Chi Chi est une jeune fille comme les autres.Sauf qu'elle ne ressemble pas du tout aux posters des magazines. Et que le principal du Lycée écorche son nom quand il fait l'appel.Chi Chi aurait préféré s'appeler Marie, Isabelle ou Sophie. D'ailleurs, Ama dit qu'elle est une «  banane  »  : jaune à l'extérieur et blanche à l'intérieur.Chi Chi a grandi dans le Treizième qu'elle arpente chaque soir pour livrer les plats du restaurant familial L'Extrême-Orient. Elle a l'i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
kateginger63
  07 décembre 2018
Le choc des cultures ou l'histoire d'une jeune fille qui a un pied en France et l'autre en Asie
*
Vous vous souvenez peut-être de mon ressenti de lecture du roman "Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" de Céleste NG . Cette auteure d'origine asiatique, vivant aux USA qui parle de la difficulté d'intégration des enfants de 1ère génération d'origine étrangère.
*
Dans ce roman assez court, l'auteure, Grace Ly, elle aussi d'origine asiatique et née en France, raconte l'histoire de Chi Chi, sino-cambodgienne et française, se posant des questions sur ses racines, son identité, sa place dans sa famille.
Je suppose que l'auteure s'est largement inspirée de sa propre vie.
*
Chi Chi, habitant Paris, adolescente un brin perturbée, déroule petit à petit ses tracas, son incapacité à percer l'armure blindée de sa mère et aussi son combat à vouloir être différente.
Oui, quelle difficulté de vivre entre la tradition et la modernité, coincée dans le restaurant familial, à essayer de se comporter comme une jeune fille modèle "qui rentre dans le moule français". Et devoir subir des moqueries permanentes sur son statut de "banane" (jaune à l'extérieur, blanche à l'intérieur).
*
Une communauté silencieuse et discrète qui souffre des à-prioris. La difficulté de se savoir différente. Se fondre dans la masse. Briser le silence de ces non-dits dans sa famille. Voilà tous les tourments de CHi Chi.
Un passé qui lui revient en pleine figure au moment de l'accident.
Et Chi Chi comprendra enfin que la foi et le courage ont été les moteurs de cette intégration.
*
Libérer les mots permettra d'expliquer à la jeune génération toute la richesse et les racines de leur culture.
*
Un texte fort, émouvant, assez court et teinté d'humour. Des clichés qu'on connaît tous (ah le riz cantonais et la serveuse qui esquisse un non-sourire quand on réclame du pain). J'ai passé un très bon moment , passant du rire aux larmes , en une seule page!
*
Lu grâce à Netgalley.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
stokely
  12 novembre 2018
Un récit frais et touchant avec ce personnage de Chi-Chi que l'on suit entouré de ses tatas, de ses oncles, de sa mère et du restaurant de celle-ci avenue De Choisy dans le 13ème arrondissement parisien.
On suit Chi-Chi dans son quotidien au lycée, sa rencontre avec Nabil , au salon de coiffure d'une de ces tantes, le quotidien d'Ama sa mère qu'elle aide autant qu'elle peut au restaurant.
Et puis il est également question de recherche de l'identité de Chi Chi elle ne connait pas son père et très peu l'histoire de sa famille d'on personne ne parle.
Tout va basculer quand Ama sera hospitalisé ce qui va chambouler la vie de Chi Chi elle va alors questionner sa famille au sujet de ses origines et de leurs parcours pour venir jusqu'en France.
J'ai passé un bon moment de lecture entre sourire et moment plus émouvant avec Chic-Chi et j'ai pu très facilement localisé les lieux mentionnés car je connais très bien ce quartier parisien.
Commenter  J’apprécie          210
eemmaabooks
  26 novembre 2018
Chi Chi est « une chinoise du Cambodge », peu connaisseuse de ses origines, elle est née en France. Sa famille tient un restaurant « l'Extrême orient », le type d'enseigne qui sert aussi bien des nems vietnamiens, des samossas indiens, du jus de coco martiniquais et des glaces « Mystère ». Sa grand-mère dit même que le riz cantonais n'existe pas, c'est un plat Made in France, avec des carrés de jambon Herta et des petits poids de chez Picard. Dans la famille de Chi-chi on est habitué au « non-sourire », le sourire de façade qui cache les vrais sentiments. Chi-chi n'a jamais su surpasser la pudeur de ses parents et ses questions sur leur passé sont toujours restées sans réponse.
L'auteure se moque des clichés et des stéréotypes à l'image de cette phrase de son oncle Jacques, chauffeur de taxi : « Bondour, de m'appelle Dac, on va où audourdui ? ». Les gens veulent savoir d'où elle vient, qu'elle leur raconte des histoires de Geisha et d'empereurs cruels. Les gens s'étonnent qu'elle soit mauvaise en mathématique. Chi chi est, comme dirait sa grand-mère, une banane : « jaune dehors et blanc dedans », elle vit dans le quartier chinois du 13ème arrondissement de paris, « dans un quartier où les autres familles vivent comme si elles n'avaient pas quitté l'Asie ». Chi Chi dénote, elle souhaite vivre comme les autres ados, porter un sac Eastpak, fumer des clopes et sortir avec le sosie de Dylan de Beverly Hills. Lorsque sa mère fait un AVC, le restaurant doit fermer. Chi Chi à son chevet, fait des découvertes sur son passé et sur sa famille.
Avec humour, l'auteure nous emporte dans l'histoire terrible des cambodgiens sous le régime de Pol Pot. Chi Chi fait face à la pudeur asiatique, celle qui empêche les membres de sa famille de révéler leur passé par crainte de représailles de la diaspora, l'exil face à la famine et les conditions déplorables de vie et le génocide. Chi Chi découvre petit à petit le passé terrible de sa famille.
Habitués aux privations et aux représailles, sa famille continue d'agir comme si le danger et le manque étaient imminents. Ils sont très secrets, pudiques, cherchent à passer inaperçus, ne pas faire de vague. Ils sont très économes, ne gâchent même pas un seul grain de riz. Toujours hantés par leur passé qu'ils souhaitent cacher à Chi-Chi.
Elle va petit à petit découvrir les secrets des origines de sa famille, la dictature, la fuite, les mariages forcés. Les cicatrices de ses parents aussi mystérieuses que leur passé.
Un roman très drôle, je me suis surprise à rire devant les préjugés que moi-même j'ai de la communauté chinoise parisienne. On se rend compte de la stupidité de certains stéréotypes. J'ai été très étonnée de trouver ce fond historique gravissime très bien amené par l'auteur, même si il reste malheureusement trop en surface à mon goût. J'aurai aimé en savoir un peu plus sur le passé des parents de Chi-Chi, mais le ton du livre en aurait sans doute été altéré. Ça reste une lecture sympathique, un roman humoristique, une histoire de famille attendrissante.
Un premier roman réussi pour Grace Ly.
Un grand Merci aux éditions Fayard pour l'envoi de ce roman!
Lien : https://eemmabooks.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ktycat
  09 novembre 2018
J'ai ouvert ce livre sur la suggestion d'une lectrice et je dois avouer que, sans ce conseil, je n'aurais peut-être pas tenté le coup et j'aurais raté un très beau roman. Jeune fille modèle nous fait suivre Chi Chi, la narratrice, et on découvre sa vie quotidienne en tant que fille d'immigrée (sa maman, on ne sait rien sur son père au début du roman).
Grace Ly nous dépeint avec humour et sarcasme les clichés dont Chi Chi fait l'objet et ils s'adaptent à tous les enfants d'immigrés, qui ont un pied en France et un pied ailleurs, mais surtout le cul entre deux chaises... Une quête d'identité pour Chi Chi, grâce à une écriture teintée d'humour et de grande délicatesse qui nous fait passer du rire aux larmes en une page.
Un très bon moment passé avec ce premier romain de Grace Ly !
Commenter  J’apprécie          20
SomaTC
  21 novembre 2018
Un thème qui me touche d'autant plus que j'ai de nombreux points communs avec Chichi.
Le choc des cultures et comment s'adapter, tant pour les parents nés en Asie et installés en France, que pour les enfants nés en France....
Il faut finalement du temps pour que chacun lache du lest & que l'un comprenne l'autre.
Joli roman-témoignage, avec des passages drôle
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SharonSharon   24 octobre 2018
Le rouge, c'est la couleur du bonheur pour les Chinois. C'est aussi la couleur de l'argent. Ma mère misait sur une affluence record le jour du défilé : le Nouvel An Lunaire séduit les aventureux en quête d'exotisme à portée de métro.
Commenter  J’apprécie          50
KimmidolllKimmidolll   02 novembre 2018
Elle m’avait dit un jour d’un air songeur : « Nous aussi partir vacances, un jour, quand nous avoir argent. »
Et elle ajoutait : « Mou sam gap 冇心急 », ce qui signifie : « ne pas presser cœur ».
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : double cultureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox