AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757875520
264 pages
Éditeur : Points (02/05/2019)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 43 notes)
Résumé :
« Une justesse et une crédibilité inégalées . » Le Figaro.

La tension est palpable au Quai d’Orsay : chuchotements des conseillers, trépignements des rédacteurs… Au cœur de l’agitation du ministère, René Turpin ignore encore qu’un drame s’est produit : le diplomate Pierre Messand a été assassiné. La surprise de Turpin s’accroît lorsqu’il est amené à seconder l’enquête menée par le contre-espionnage. Une affaire dont il ne sortira pas indemne. Car entr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  25 mai 2019
Cette fois, j'ai choisi de vous emmener dans un « polar diplomatique » avec « Les saisons inversées » (« Meurtre au Quai d'Orsay ») de Renaud S. Lyautey (un pseudonyme bien sûr) car il est un ambassadeur et ce livre est son premier roman policier.
Connaissant bien les lieux, il nous fait découvrir la vie dans ce fameux Quai. Actuellement, il est ambassadeur de France au Moyen-Orient (d'après mes dernières sources...)
Dès le début, il nous prévient que cet ouvrage est une fiction mais il s'est approprié des événements réels comme la révolution iranienne en 1979 ou l'invasion de l'Irak en 2003.
L'histoire débute avec l'assassinat d'un haut diplomate français, Pierre Messand : « Messand était plutôt du genre placide, voyez-vous. Il sortait rarement de ses gonds. Ce qui, notez bien, est une qualité dans ce métier. Surtout dans les fonctions qui étaient les siennes. On l'appelait L'Amortisseur. Ou L'Édredon. Il encaissait les coups sans broncher, lissait les aspérités, offrait volontiers sa cuirasse au ministre. » (p.74)
C'est à René Turpin (qui travaille au Ministère), que l'on demande de seconder la DSI (dont le représentant est Bertrand Alvarez de la DST), chargée de l'enquête.
On va ainsi voyager de France vers l'Iran où Messand avait exercé. On va également se retrouver au Chili (où Pinochet a fait son coup d'état). Autant dire que les recherches à effectuer sont nombreuses et difficiles.
Il existe une similitude entre le meurtre de Pierre Messand et celui de Chapour Bakhtiar (Un meurtre peut en cacher un autre).
René Turpin et Bertrand Alvarez vont devoir dénouer toutes les ficelles de cet imbroglio diplomatique.
C'est la piste iranienne qu'ils vont d'abord privilégier, d'autant plus que la femme de Messand (Favardine, qui signifie « printemps » - le premier mois de l'année persane) est justement iranienne.
Avec l'écriture bien fluide de l'auteur, les faits semblent se passer « tranquillement » - on fait des découvertes – des recoupements inattendus – on enquête – on se déplace d'un pays à un autre…
Avec de tels ingrédients, auxquels on ajoute du contre-espionnage et la découverte d'une autre femme que Messand avait connue au Chili, Abril Llloyd Guerrero (dont le prénom signifie lui aussi «printemps »  on peut dire : une femme en cachait une autre. On lit d'ailleurs en page 242 : « Dans un pays comme le Chili, tout est à l'envers. Une fille du Sud, c'est en fait une fille du Nord. (…) Et moi aussi, je me suis retrouvé tout à l'envers. »
L'écrivain nous livre une belle documentation sur le milieu des Affaires Étrangères, que ce soit à Paris ou dans des ambassades – des faits historiques – l'évocation des partisans d'Allende qui s'étaient réfugiés dans l'ambassade...
Au final, un roman policier sans rythme trépidant – un bon moment de lecture avec les nombreux rappels historiques.
C'est également ce que l'on peut nommer « un voyage pour le meilleur et le pire. »
J'ai relevé ces deux courtes critiques (parmi d'autres)  : « L'Express » : « Une vraie réussite. » et « Le Figaro » : « Une justesse et une crédibilité inégalées. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
SylvieBelgrandReims
  13 juin 2019
Les saisons inversées, de Renaud S. Lyautey. Editions Points ( Sélection du Prix du meilleur polar 2019)
Un bon roman policier de facture plutôt classique qui se déroule dans le milieu feutré (enfin, pas tant que ça ) de la Diplomatie Française.
Si vous n'êtes pas intéressé(e) par la géo-politique, vous allez vous ennuyer pendant les 150 premières pages. Moi, j'ai trouvé ça passionnant. Certaines pages, comme celles où un personnage fait le parallèle entre les acquis des luttes féministes en occident et la montée de la radicalisation dans l'islam m'ont fait pas mal réfléchir. Au point parfois d'oublier qu'il s'agissait d'un roman policier.
Et puis, à un moment, tout s'imbrique, tout s'emballe, et ça devient palpitant.
À force de lire des thrillers avec des tueurs en série maléfiques, j'avais presque oublié que les tueurs qui sont parmi nous sont moins spectaculaires mais tout aussi dangereux.
#lecture #livres #chroniques #LesSaisonsInversees #RenaudSLyautey #Point #policier #diplomatie
( 2019 juin lecture 11)
Le quatrième de couverture :
La tension est palpable au Quai d'Orsay : chuchotements des conseillers, trépignements des rédacteurs... Au coeur de l'agitation du ministère, René Turpin ignore encore qu'un drame s'est produit : le diplomate Pierre Messand a été assassiné. La surprise de Turpin s'accroît lorsqu'il est assigné à seconder l'enquête menée par le contre-espionnage. Une affaire dont il ne sortira pas indemne. Car entre jeux de pouvoir et passions dévorantes, son existence de fonctionnaire sans histoires s'apprête à basculer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Anne578869
  10 mai 2019
2003, Paris – Téhéran - Santiago du chili
3 capitales pour une enquête sur l'assassinat de Pierre Messand, directeur des affaires politiques du ministère des affaires étrangères français, de ce fait le 3ème personnage de la diplomatie française.
•Assassiné avec le même modus operandi que Chapour Bakhtiar
•Marié à une iranienne,
•disparu entre le 16 et 25 août.
voici les éléments donnés à René Turpin (chargé de mission du quai d'Orsay) et à Bertrand Alvarez (inspecteur à la DST) pour retrouver le meurtrier. Ils vont partir sur les traces de ce diplomate assassiné, de 1970 aux années 2000.
Au fil des pages, nous allons côtoyer Jean-Baptiste et Adrien, Mazière et Châtel, des jalousies et des rivalités interservices, et un acteur majeur La Dipomatie Française.
Avec une écriture fluide, élégante, Renaud S Lyautey nous explique les prises de position de la diplomatie française. Il nous donne une version de l'histoire récente sous couvert d'un roman policier captivant.
Commenter  J’apprécie          100
hanyrhauz
  05 novembre 2019
Il y a eu un meurtre au Quai d'Orsay. le Quai d'Orsay époque de Villepin, qui bruisse encore du discours prononcé à l'ONU. Un diplomate a été assassiné chez lui. Et tous les indices laissent à penser que ce sont des Iraniens qui ont fait le coup en souvenir d'une amitié avec un dissident. Mais si la géopolitique était si simple, ça se saurait...
C'est un roman assez classique mais de qualité. Je vais éviter le terme documenté car l'auteur étant lui-même diplomate, ce n'est pas un travail de recherche mais le fruit d'une profonde expérience. Il sait rendre accessible au plus grand nombre sans jamais simplifier outre mesure. Et je crois que grâce à lui je viens de comprendre ce qui différencie les chiites des sunnites (je pourrais peut-être même le redire, voyez à quel point c'est limpide).
Toute l'intrigue ne se concentre pas en Iran, puisqu'une révélation nous embarque au Chili. Il y a alors un côté Condor de Caryl Ferey, mais sans la fougue et la lumière de ce roman (je vous ai dit à quel point j'adore Caryl Ferey ?). En moins féministe aussi.
Parce qu'il y a quand même quelques bémols. Pas grand-chose, ça tient en quelques adjectifs. Mais le roman aurait été tout aussi bon, sans la "grosse" présentatrice et la "vieille" archiviste. Les personnages féminins sont traités rapidement, ce ne sont pas elles les héroïnes, leur place est secondaire. Et parfois bien caricaturale (cette archiviste déjà là sous Couve de Murville, pas aimable, qui chausse ses lunettes, bref passons...). Peut-être que cela est fait pour accentuer le côté bougon de Turpin, le personnage principal. Mais ça donne plutôt un arrière-goût un peu rance. Mais je suis tatillonne sur le sujet et cela n'agace peut-être que moi. Et cela ne m'empêche pas de reconnaître la qualité littéraire de ce premier roman. Dans le deuxième, les femmes trouveront sûrement mieux leur place dans l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Komboloi
  12 août 2019
Renaud S Lyautey nous livre ici un roman policier assez classique dans sa structure mais qui arrive à se démarquer pour deux raisons :
La première, l'ambiance, pas d'ambiance noire, glauque, poisseuse ou autre ici, non, le lecteur est immergé au coeur du quai d'Orsay avec secrets d'État, magouilles politiciennes et manoeuvres diplomatiques. Ça fonctionne pas mal car c'est plutôt réaliste et surtout bien documenté. J'arrive facilement à me retrouver dans ce milieu de par mon activité professionnelle mais certains lecteurs pourraient être un peu égaré dans ce fonctionnement d'une administration même si l'auteur a fait un effort pour rendre le tout assez léger et compréhensible.
La deuxième raison, ce sont les personnages. Surtout un à vrai dire, le personnage principal. J'ai vraiment apprécié suivre l'enquête à ces côtés, lui le fonctionnaire que l'on propulse en appui des policiers et qui se fait happer par la résolution de cette affaire. Une personnalité intéressante et bien développée tout en gardant un petit côté énigmatique. Les personnages secondaires n'ont pas tous un grand intérêt ou bien le même niveau de développement mais ils servent surtout à mettre en avant ce personnage principal.
Alors certes, il y a des défauts, quelques raccourcis, quelques tournures malheureuses mais je me suis pris au jeu et j'ai trouvé l'ensemble sympathique et prometteur pour un premier roman. le rythme est là et l'auteur sait trouver un second souffle quand il le faut avec notamment les implications étrangères de cette affaire (Iran, Chili...). le lecteur est tenu en haleine jusqu'à la résolution finale. On voit arriver de manière un peu grossière et dès le début du roman certaines implications au plus haut niveau du ministère mais ça ne m'a pas gâché pour autant ma lecture.
Ce n'est pas le livre de l'année mais c'est un roman policier très agréable à lire et qui m'a fait passer un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LeDevoir   06 août 2018
Un mot résume en fait l’écriture de Lyautey : élégance. En parcourant son récit, on a parfois l’impression de retrouver le rythme et la profondeur de ses plus illustres prédécesseurs. On se surprend même à vouloir en lire plus une fois la dernière page tournée…
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Lexpress   22 mai 2018
Avec Les Saisons inversées, Renaud S. Lyautey livre un polar aussi instructif que trépidant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Anne578869Anne578869   17 octobre 2018
- Il était partisan d’intervenir en Irak au côté des Américains ?
- Certainement pas. il faut revenir au cœur de son raisonnement pour comprendre la posture qu’il a défendu – en vain. D’une part, Messad considérait dangereux notre positionnement consistant à pousser les Américains à la faute. Il estimait qu’en contraignant un membre permanent du Conseil de sécurité à frapper en dehors de toute légalité internationale, nous allions créer un périlleux précédent. Il se montrait particulièrement inquiet des leçons qu’en tirerait à l’avenir, par exemple, un autre membre permanent comme la Russie. D’autre part, il jugeait stérile de s’opposer frontalement aux Etats-Unis comme nous l’avons fait, en ralliant derrière notre drapeau d’autres membres du conseil. Il pensait que la relation bilatérale avec Washington en souffrirait durablement ; que nous deviendrons inaudibles durant toute la conduite des opérations militaires et au-delà. Et sur ce point, on peut déjà constater qu’il avait raison.

p. 61-62
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Anne578869Anne578869   17 octobre 2018
Entendons-nous bien, monsieur Turpin. Pierre Messand était farouchement hostile à l’intervention américaine. Comme presque tout le monde dans ce ministère, il considérait que les Etats-Unis s’apprêtaient à commettre une faute monumentale, sur le plan politique comme sur le plan de la morale internationale.

p. 60
Commenter  J’apprécie          40
benlebbenleb   01 décembre 2018
- Cela nous a pris du temps, mais nous pensons avoir reconstitué son parcours. Elle a fui à l'étranger. D'abord en Allemagne de l'est, où elle restée moins d'un an. Ce qui n'a rien d'étonnant. La plupart des Chiliens réfugiés en RDA n'y ont pas traîné longtemps.
- Pourquoi cela ? demanda Lechâtel. Ils ne s'y plaisaient pas ?
Le visage de Vergara se fendit d'un sourire sarcastique.
- Disons que pour une grande partie des élites de la gauche chilienne, qui n'envisagent pas, encore aujourd'hui, de passer une seule journée sans leurs domestiques, la découverte du vrai communisme a été un choc. Cette femme s'est retrouvée employée comme comptable au combinat métallurgique de Dresde. Vous imaginez le changement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AstazieAstazie   11 septembre 2019
Une carrière,c'est comme un arbre. Il faut la cultiver, la nourrir, en prendre soin. La laisser patiemment grandir, et parfois se résoudre à la tailler, à couper une branche.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Renaud S Lyautey (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Renaud S Lyautey
Le livre du jour : "Les saisons inversées" de Renaud S. Lyautey.
autres livres classés : quai d'orsayVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre